2 – Le coup de téléphone


2016-06-02_184855

Laurita venait juste de rentrer chez elle un
court moment après sa visite chez moi
quand elle réalisa qu’elle avait besoin de
pain pour son dîner. Elle décida de
ressortir pour en acheter.

A peine qu’elle eut fermé la porte, elle
entendit le téléphone sonner. Elle ouvrit
la porte de nouveau pour aller répondre.

Au même moment, mon téléphone se mit
à sonner aussi. J’étais dans une autre pièce,
alors cela m’a pris un petit moment pour
venir répondre au téléphone.

Quand je me suis mis à dire « allô », Laurita,
elle aussi, à l’autre bout de la ligne, se mit
à dire la même chose.

Surprises toutes les deux, il s’écoula un petit
moment de silence avant qu’une de nous
deux sorte une parole, pour demander à
l’autre pourquoi elle appelait.

« Je ne t’ai pas appelé », lui dis-je. « Moi aussi »,
me répondit-elle. Alors je lui demandai où elle
était, et elle me répondit qu’elle était chez elle,
et que tout aller bien. Nous raccrochâmes, le
téléphone.

Au même moment, Laurita entendit un vacarme
venant de la rue, et alla voir ce qui se passait.
Arrivait à la porte d’entrée, elle s’aperçut qu’un
conducteur ivre venait de s’écraser dans sa voiture
juste parquée devant chez elle. Plusieurs personnes
blessées, étaient allongées aussi sur le trottoir.

L’accident arriva juste en même moment quand elle
décida de rentrer chez elle, pour répondre au coup
de téléphone.

Je n’ai pas appelé Laurita, elle ne m’a pas appelé
aussi, alors comment nos deux téléphones se sont mis
à sonner au même moment ? Qui a fait cet appel ?

Quiconque avait fait cet appel, l’avait sauvé d’un
horrible accident.

Pouvez-vous expliquer cela ? Je ne peux pas, je sais
que Laurita a été miraculeusement protégée.

Peu importe que l’explication soit rationnelle ou
technique qu’on peut offrir, je suis sûr que Dieu a
utilisé cet appel téléphonique pour la secourir.

Moi, j’appelle cela miraculeux, et vous, comment
appelez-vous cela ?

(Par Clara Dunnow)

Les trois femmes à épouser selon les signes du zodiaque : tout le monde se met à genoux devant la troisième


Par Jad Therapeute  20 mai 2016

Messieurs, les signes du zodiaque peuvent en dire long sur la personnalité de chaque femme, surtout pour celles auxquelles vous avez envie de faire passer la bague au doigt. Découvrez les trois femmes à épouser.

La reine Cancer

Si vous décidez d’épouser une femme cancer, elle vous aimera inconditionnellement et sera prête à faire n’importe quoi pour vous. Ses émotions seront toujours intenses. Avec elle, vous allez comprendre ce qu’avoir la femme idéale à vos côté veut dire. En effet, elle est prête à tout faire pour satisfaire son mari.

La femme Cancer va vous gâter de petits plats et veillera que votre maison soit un endroit confortable et chaleureux. Les enfants sont sacrés pour cette femme qui a constamment besoin d’être en fusion émotionnelle avec sa petite famille. En d’autres termes, elle attend la même attention de votre part.

L’impératrice Bélier

La femme bélier est une fonceuse, elle a une forte personnalité et est très énergique. Les challenges ne lui font pas peur ; quand elle se fixe un objectif en tête, elle y va jusqu’au bout et vous avez intérêt à faire la même chose. Cette femme recherche un homme avec une forte personnalité, responsable, attentionné et réaliste. En effet, la femme bélier a les pieds sur terre et ne vit pas dans l’imaginaire. Si vous réussissez à attirer la femme bélier, elle saura quel homme vous êtes et connaîtra votre valeur. En tant que mère, elle est stricte mais juste, elle attendra toujours le meilleur de ses enfants et de sa famille.

La souveraine lionne

La lionne est forte et courageuse, c’est une vraie guerrière. Par conséquent, elle peut se montrer assez exigeante envers son partenaire, car il doit la compléter et être présent lorsqu’elle aura besoin de lui. Ce genre de femme fascine par son air distingué et sa personnalité qui vous fera craquer. Vous allez la vénérer, sans qu’elle ait à faire quoi que ce soit de spécial. Cette femme aura toujours un « je ne sais quoi » qui vous mettra à genoux devant elle.

Avec elle, vous allez enfin découvrir le vrai amour, car elle est capable de grands sacrifices pour vous et attend la même chose en échange. Pour ses enfants, elle se battra comme une lionne, pour les protéger et les rendre heureux.

Et les plus infidèles…

Celles qu’il faut éviter ? Le site de rencontre Gleeden.com en a fait la liste et dévoilé le palmarès des signes astrologiques les plus infidèles. Les leaders du site ont établi un classement en se basant sur la date de naissance de 2 083 personnes inscrites.

La tête du podium est tenue par les Sagittaires (16%) qui sont connus pour leur esprit fougueux et indépendant. Les verseaux (15%) pour leur côté insaisissable et les Gémeaux (13%) pour leur besoin de se sentir désirés. Ces signes sont ensuite suivis par les Capricornes (11%), les taureaux (7%), les Balances (5%), les Poissons (4%) et les Scorpions (3%). Vous êtes donc prévenu !

Espérance brisée


10 Citations d’un chef indien sioux qui vous feront remettre notre société en question


Luther Standing Bear était un chef Sioux de Oglala Lakota et était parmi les rares personnes qui ont vécu la division entre la vie indigène des habitants des Grandes Plaines et celle qui s’est imposée à eux depuis l’arrivée des pionniers européens.

Élevé dans la pure tradition de ses ancêtres jusqu’à l’âge de 11 ans, il a suivi des études en Pennsylvanie, à la Carlisle Indian Boarding School, où il a appris l’anglais et le style de vie européen. Mais ses racines indigènes étaient profondes et lui ont donné la place naturelle d’interlocuteur entre ces deux cultures. Même s’il a eu beaucoup de succès dans sa vie « dans le monde des blancs » vu qu’il a joué dans plusieurs grandes productions hollywoodiennes, son combat était de protéger le patrimoine de ses compatriotes.

À sa mort, il avait publié 4 livres et était devenu le leader du mouvement progressiste – qui préservait l’héritage des indigènes, leur souveraineté – et un communicateur hors pair. Voici dix citations de ce chef Sioux connu sous le nom de « Standing Bear » qui chambouleront vos valeurs contemporaines.

1. Les louanges, les flatteries, les manières exagérées et les grands mots ne faisaient pas partie de la politesse de Lakota. Les manières excessives étaient considérées comme non sincères et celui qui parlait trop était vu comme impoli et sans égard.

2. Les enfants apprenaient que la vraie politesse était dans les actions concrètes et non dans les mots. Ils n’avaient pas le droit de passer entre le feu et une personne plus âgée ou un visiteur, de parler alors que les autres parlent ou de se moquer d’une personne défigurée ou malade. Si un enfant avait un tel comportement, un parent le corrigeait calmement et immédiatement.

3. Le silence avait beaucoup de sens à Lakota et les gens marquaient souvent un temps de pause avant de prendre la parole, car ils considéraient que la pensée venait avant la parole. Lors de moments de tristesse, de maladie, de mort ou de malheurs, le silence était un signe de respect.

4. Les plaines, les cours d’eau et la nature autour de nous n’étaient pas considérés comme étant des endroits sauvages. Ce ne sont que les hommes blancs qui pensent que la nature est infestée d’animaux et de personnes sauvages. Pour nous, la terre était remplie de récompenses et nous étions entourés des bénédictions du Grand Mystère.

5. Avec toutes les créatures de la terre, le ciel et l’eau étaient de vrais principes actifs. Dans le monde animal, il existait un sentiment de fraternité qui gardait les gens de Lakota en sécurité. Certains étaient si proches des animaux qu’ils arrivaient à communiquer avec eux dans leur langage.

Chef Indien1-

6. Ce concept de la vie était humanisant et a donné aux gens de Lakota un amour constant. Il a rempli leur Être de joie et des mystères de la vie, leur a donné une révérence pour toute la vie et a fait une place à toute chose dans la vie avec une importance égale.

7. C’est bon pour la peau de toucher la terre et les personnes âgées aimaient enlever leurs mocassins et marcher pieds nus sur la terre sacrée. L’indien continue à s’asseoir par terre, au lieu de se surélever de ce qui lui donne la force de vie. Pour lui, s’asseoir ou s’allonger par terre permet de réfléchir et de ressentir les choses plus profondément. Il peut apprécier les faits plus clairement et devenir plus proche des autres vies autour de lui.

8. Tout a une personnalité, seulement elle est différente de la nôtre en forme. La connaissance est inhérente à toute chose. Le monde est une librairie et ses livres sont les pierres, les feuilles, l’herbe et les animaux qui partagent avec nous les tempêtes et les bénédictions de la terre. Il nous a été inculqué ce que seulement les personnes qui sont en communion avec la terre apprennent : ressentir la beauté. Nous ne redoutions ni les tempêtes ni les neiges. Le faire intensifierait la futilité humaine, alors peu importe ce qui arrivait, nous nous adaptions aux circonstances, sans nous plaindre.

9. Le vieux Lakota était sage. Il savait que le cœur d’un homme, loin de la nature, devenait dur. Il savait que le manque de respect pour les traditions et certaines expériences menaient à un manque de respect envers l’humanité en général. Alors il a gardé ses enfants proches de l’influence douce de la nature.

10. La civilisation m’a été imposée et ne m’a pas aidé à ressentir plus d’amour pour la vérité, l’honnêteté et la générosité.

 

 

Le dernier pas de vie!


Le banc de sable


2016-06-07_224725

Un de mes amis m’a raconté une fois, il
était avec des amis au bord de la mer,
avec leurs enfants, quand une des filles
c’est laissée surprendre par un contre-
courant marin.

Très vite, le contre-courant commençait
à la déporter vers le large. Mon ami réalisa
le danger, et plongea pour aller la secourir.

Le courant était plus fort qu’il s’y attendait,
cela lui prit beaucoup d’efforts et de temps
pour l’atteindre.

Quand il réussit à l’attraper, elle était à deux
doigts de se noyer.

Il essaya du mieux qu’il put de la ramener
sur le rivage, mais il sentit que ses forces
l’abandonnées et qu’il n’y arriverait pas.

A ce moment-là, il cria vers Dieu pour son
aide. Il entendit une voix dans son fond
intérieur qui lui disait d’arrêter de lutter,
mais qu’il devait se tenir debout, les pieds
sur le banc de sable.

Il réalisa que ses pieds pouvaient se tenir
sur un banc de sable, et comme cela, il
arriva, tant mieux que mal, à se tenir
debout et à résister au courant, jusqu’à
ce qu’un bateau des garde-côtes arrive
pour les secourir.

Arrivé en sécurité sur le rivage, un des
sauveteurs lui dit :

« Je n’arrive pas à comprendre comment
vous avez pu tenir aussi longtemps là-bas,
avec cette jeune fille dans vos bras, vous
débattant contre le courant ? »

Mon ami, alors, lui expliqua comment le
banc de sable l’avait aidé à tenir le coup.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez »,
l’homme lui dit, « nous savons que dans
cet endroit où nous vous avons trouvé,
le fond de la mer est profond de plusieurs
mètres de profondeur, de plus, il n’existe
pas de banc de sable dans cet endroit ! »

Même au milieu de la mer, Dieu peut
vous donnez quelque chose pour faire
tenir vos pieds, même s’il doit le créer
lui-même, en réponse à vos prières !

Patrick commentaire :
Le jour des miracles n’est pas révolu.
Dieu répond encore à la prière de ses
enfants. Il vous demande juste de croire !
Ce n’est pas pour rien que le Seigneur a
dit « Si vous ne redevenez pas comme
les petits enfants, vous ne pourrez pas
voir ni entrer dans le royaume des cieux »

Auprès d’elle


2016-06-07_001444

C’est une étrange sensation
Quand une femme dort
Auprès d’un homme,
Un esprit de protection
Vous envahit, pour elle.

Elle vient se blottir et se cajoler
Instinctivement dans vos bras,
Recherchant le nid douillet
De la sécurité de votre corps.

Vous êtes éveillé, la caressée
Gentiment dans son sommeil,
Retirant une mèche de cheveux
Qui s’est égarée sur son visage.

Vous la contemplez pendant
Un bon moment, vous émerveillant
Comment un ange comme elle
A pu s’égarer dans votre maison.

Vous sentez son souffle court et
Ses petits gémissements à peine
Audible, comme si les caresses
D’affection faisait vibrer son cœur.

La douceur de ce moment vous
Apporte une grande paix,
Une relaxation que votre corps
Stressé par une longue journée
A désespérément besoin.

Dans la tendresse de vos bras,
Cet être de faiblesse et de volonté
Profonde, vous fascine, vous
Sensibilise dans la douceur de la nuit.

Puis, sans bruit et sans avertissement,
Le sommeil vient faire sa ronde,
Vos yeux se ferment pour laisser
L’ange de l’amour prendre son repos.

Il se retire, son travail accomplit,
Laissant ces deux cœurs tendres
Voyager dans le monde du rêve.

Patrick Etienne

40,000 abeilles à la Maison Saint-Gabriel


Adorable poésie!


Il m’arrive de penser que la poésie n’est pas simplement des règles

Bien établies. Il va sans dire qu’une bonne écriture, l’élémentaire

Se doit d’être respecté mais l’élan vers une composition devrait

Apporter une émotion, une sensibilité pour que les mots

Deviennent poétiques. La poésie libre offre irrémédiablement

Cet aspect merveilleux où le plaisir est sans contredit un spectacle

Charmant au niveau de la lecture. Trop souvent, on offre à un texte

Une rigidité exemplaire et cela diminue l’intensité de nos propos poétiques.

Des bien-pensants nous suggèrent un diapason sévère méprisant à tort

La volupté des mots en regard d’une littérature stricte et sans avenue.

Je ne peux comprendre cette façon d’agir. Lorsqu’on compose, c’est pour

Le plaisir de s’exprimer tout simplement. Dire à un auteur que c’est mauvais

Pour la simple raison que l’on n’a pas respecté les normes d’un « professeur de

Français » insensible aux mots, j’en ressens une révolte.

Il faut jouer avec les mots et je le fais avec un immense plaisir. Se créer un

Style propre à soi, travailler à ce qu’il soit unique; un plaisir immense à

Se découvrir. Je peux vous assurer la satisfaction d’une telle initiative.

On m’a déjà mentionné que mon écriture était inclassable. J’ai remercié

Cette personne lui disant mon plaisir d’avoir réussi cette forme d’écriture.

Ne pas appartenir à aucune tendance littéraire fait que notre esprit peut

Planer dans une liberté continue et développer, par le fait même, des

Orientations concrètes vers un cheminement sérieux.

Comprendre la poésie, délaisser quelque peu la rigidité; voilà la facilité

À introduire pour qu’une satisfaction soit exemplaire à nos propos.

Une réflexion qui mérite son attention, qu’en pensez-vous?

André, épervier

Les fantasmes du curé


 

 

Par Planète Québec

 

Un curé, client régulier d’un bordel de luxe, à Vérone, en Italie, demandait aux filles de se déguiser en religieuses. La boîte qui était dirigée par Anna Maria Passarotto, une femme âgée de 59 ans, comptait une douzaines de professionnelles, incluant des étudiantes et des femmes mariées.

 

En plus des vêtements religieux, les policiers ont trouvé des vidéos pornos, des fouets, des masques, des menottes et toute une panoplie d’instruments de plaisirs dans différentes chambres de l’établissement.

 

Les policiers n’ont pas dévoilé le nom du curé, mais on sait qu’il habite Parme. L’établissement qui était fréquenté par la bourgeoisie demandait entre 250$ et 500$ pour les prestations des filles vedettes.

Histoires vraies N°18 – Sauvée de la fournaise!


De Grands hommes et leurs Derniers Mots


 

« Les déclarations faites par les mourants
sont toujours dignes de confiance. Même
les menteurs font des aveux honnêtes à ce
moment-là. Les propos tenus sur leur lit de
mort nous en apprennent plus sur les gens
que tout ce qu’ils ont pu dire ou faire de
leur vivant. Quand confrontés avec la mort,
ils laissent tomber leur masque et se
montrent enfin tels qu’ils furent. Certains
ont reconnu qu’ils avaient vécu de façon
vaine et superficielle, d’autres qu’ils avaient
poursuivi une illusion, d’autres encore, qu’ils
s’étaient laissés entraîner par une idée
trompeuse.»

Voltaire : Le célèbre écrivain satirique, eut
Une fin épouvantable. L’infirmière qui se
trouvait à son chevet déclara : « Pour tout l’or
du monde, je ne voudrais assister encore une
fois à l’agonie d’un incroyant. » Il implora le
pardon en criant toute la nuit.

David Hume qui était athée, cria :
« Je suis dans les flammes ! »
et son désespoir semblait terrible.

Henri Heine qui fut un persifleur, fit plus
Tard pénitence et vers la fin de sa vie, écrivit
Le poème suivant :
« La vieille lyre s’est rompue
sur ce roc qu’on nomme Jésus !
La lyre par le mauvais esprit inspirée
chantait des fêtes damnées.
Cette lyre, c’est pour la révolte qu’elle
Résonnait,
pour le doute, la moquerie et la chute
qu’elle chantait.
Seigneur, Seigneur, pour ces chansons
humblement j’implore ton pardon ! »

Napoléon, d’après le médecin qui se trouvait
près de lui, eut une fin effroyable. Il écrivit :
« L’empereur meurt solitaire et abandonné. »

César Borgia, l’homme d’état : « Dans toutes
les circonstances de ma vie, j’ai été prévoyant
et j’ai toujours pris toutes les dispositions
nécessaires. Et voilà que maintenant je dois
mourir sans y être préparé. »

Talleyrand : « Je subis les tortures des damnés. »

Charles IX (roi de France) : « Je suis perdu, je
n’en doute pas. »

Mazarin : « Mon âme, qu’adviendra-t-il de toi ? »

Hobbes, philosophe anglais : « Je dois franchir ce
pas redoutable qui me conduit dans les ténèbres. »

Sir Thomas Scott, ancien président de la chambre
Haute anglaise ; « Jusqu’à présent, je ne croyais ni
en Dieu ni au Diable. Maintenant, je sais et je sens
qu’ils existent les deux et le jugement équitable du
Tout-Puissant me damnera pour l’éternité. »

Goethe : « De la lumière ! »

Nietzsche mourut dans la démence.

Lenine mourut dans un état d’aliénation mentale.
Il implorait ses meubles de lui accorder le pardon
de ses péchés. Les jeunes révolutionnaires
affirmeront certainement avec véhémence que
cela est faux. Il faut reconnaître qu’il est
déplaisant de devoir admettre que l’idole de
plusieurs millions d’hommes s’est reniée
elle-même et de cette façon.

Sinowjew, président de l’Internationale
Communiste a été fusillé par Staline. Il avait dit :
« Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est
L’unique Dieu. »

Churchill : « Quel fou ai-je été ! »

Jagoda, qui fut le chef de la police secrète russe :
« Il doit y avoir un Dieu, il me punit de mes péchés. »

Bouddha : « Je n’y suis pas arrivé. »

Jésus Christ : « Tout est achevé ! »

************

P.S : Il y a quelques jours, j’ai écrit un blogue au
sujet de Charles Darwin qui aurait confessé :
« Je me suis trompé ! »
Il y a beaucoup d’autres exemples comme cela
dans l’histoire. La vérité est là si on veut la trouver.
Mais c’est à nous de la désirer de tout notre cœur,
Et de la recevoir.

Patrick Etienne

Paris et l’histoire de la Seine


2016-06-06_001632Les crues à 

(samedi 4 juin 2016 Benji)

Découverte du jour: les crues à Paris qui risquent
d’atteindre 6,5m sont celles de l’Yonne et non pas
de la Seine.

La situation en région parisienne est catastrophique,
d’ailleurs, l’état de catastrophe naturelle a été
reconnu. et le niveau risque de monter encore dans
les jours à venir. Mais pour l’heure, nous sommes
encore loin, très loin de la crue de 1910 qui a
atteint les 8,62 mètres, et surtout de celle de 1658
qui atteint le record absolu de 8,96 mètres.

Mais la véritable surprise n’est pas cette crue, mais
le fait que étonnamment, ce n’est techniquement pas
la Seine qui est en train de déborder. Pas la Seine
à Paris ? Ben non, mais ça, nous le verrons en fin
d’article…

1_inondation_zouave_full

2016-06-06_000856La situation autour de Paris et en Région Centre
continue de s’aggraver. La police a fait la
découverte d’une nouvelle victime alors que, le 3
juin, le niveau de la crue de la Seine pourrait
dépasser 6,5 mètres.

La vigilance orange a été annoncée pour les habitants
de 13 départements, y compris ceux de la capitale.
Dans deux départements, le Loiret et la Seine-et-Marne,
il a été décidé d’abaisser le niveau d’alerte. Les deux
départements sont désormais en vigilance orange.

Le 3 juin, le niveau de la Seine a atteint 6 mètres au
pont d’Austerlitz, contre 2,5 mètres il y a encore deux
jours. Les autorités s’attendent à un pic de 6,5 mètres
dans les heures à venir.

«Le pic de crue sur Paris est prévu ce soir vers 6,3
mètres, voire 6,5 mètres dans des hypothèses plus
défavorables. Il faut signaler qu’il s’agira d’un
plateau plus que d’un pic, ce niveau haut devant rester
relativement stable pendant tout le week-end avant
d’amorcer la décrue»,a précisé le ministère de
l’environnement dans un communiqué.

De fortes pluies ont provoqué d’importants dégâts, ainsi
que de nombreuses évacuations dans le nord-est du pays.
Au total, plus de 20 000 personnes, dont la moitié en
Île-de-France, ont déjà été évacuées et mises à l’abri
par les services de secours, selon les autorités. Malgré
le travail actif des sapeurs-pompiers, plus de 19 000
foyers étaient toujours privés de courant dans le Loiret
et en Île-de-France.

Les victimes se multiplient

Malgré la vaste opération de secours entamée par les
autorités, les préfectures ne cessent de recenser des
morts par accident. Le 2 juin, les pompiers ont retrouvé
un homme de 74 ans mort à Évry-Grégy-sur-Yerre. La veille,
le corps d’une femme de 86 ans avait été retrouvé dans
un pavillon inondé en Seine-et-Marne.

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a déclaré
dans une interview à France 2 que la décrue serait
«très lente» dans les régions inondées en France et qu’on
pourrait toujours «découvrir des victimes».

Maintenant, juste pour la pause-culture, une petite
explication sur le véritable fleuve qui coule à Paris,
car celui-ci n’est pas la Seine qui est pourtant connu
dans le monde entier, qui a été utilisé dans les poèmes
et chanté par les plus grands, mais l’Yonne, comme quoi
on en apprend tous les jours…

Voici une carte des rivières et des fleuves français:

2016-06-06_001756Mais voilà, il y a tromperie sur le produit, car si l’on
respecte les règles hydrauliques, c’est le courant le plus
puissant qui est censé donner son nom au courant, et dans
le cas de la Seine et de l’Yonne, à leur point de jonction,
ce n’est pas la Seine qui a le plus gros débit mais l’Yonne.
Si l’on compare les cours d’eau à l’endroit ou ils se
réunissent, c’est à dire à Montereau-Fault-Yonne, le débit
moyen de l’Yonne est de 93 m3/s, plus grand donc que celui
de la Seine à 80m3/s.

Difficile de nier donc que la Seine se jette dans l’Yonne,
et non l’inverse. Mais il y a encore mieux, comme l’explique
BFM sur le sujet, la Seine est même moins puissante que
l’Aube: « c’est peut-être même l’Aube qui se jette dans
l’Yonne, car la Seine est également battue en amont par
cette autre rivière. La Seine ne serait donc qu’un vulgaire
affluent de l’Aube, lui-même affluent de l’Yonne ».

La légende se brise non? Et tout cela serait en fait la
faute des gaulois, car les druides linguons, ceux de la
plus ancienne population gauloise du pays, considérait la
source de la Seine comme sacrée, et c’est donc ce court
d’eau qui s’est imposé à travers l’histoire.

Le droit d’être vieux !


2016-06-03_163947

Nos vieux…
Qu’on appelait anciens,
Etaient respectés
Dans la vieille France.
Ils étaient des colonnes,
Vers qui les plus jeunes
Regardaient pour trouver
Le sage conseil donné.

Il n’y a pas un peuple
Ou une peuplade qui
N’honneur pas ses anciens,
Chez eux, le poids
Des âges sont un honneur
D’une vie mûrement vécue.

Mais quand est-il aujourd’hui,
Dans notre société occidentale
Grandement modernisée ?

Ils sont devenus des fardeaux
Pour notre société bien agencée,
Un poids économique et social
Qu’elle aimerait se débarrasser !

On les parque dans des réserves
Qu’on appelle « hospices » ou
« Maison de vieux », et si vous avez
La chance d’être un peu fortuné,
Vous pouvez avoir votre propre
Cabine et votre petit chez soi !

Alors, la question qu’on se pose
Aujourd’hui pour demain :
A-t-on le droit de devenir vieux ?
Ne sont-ils pas une espèce
En voie de disparition ?
Le temps où la vieillesse
Etait une couronne de gloire,
Est-elle passée, au placard ?

Je ne sais pas vous, qui êtes jeunes,
Mais moi, dans quelques années,
Cela sera une question de survie !

Patrick Etienne

Comment honorons-nous nos anciens,
nos chères personnes âgées ?
En prenant soin d’elles, en s’assurant
qu’elles ont une place importante
dans notre société, les incluant
dans toutes les sphères de notre vie !

Patrick Etienne

« On ne vieillit pas, on mûrit ! »
« Que seraient nos villages pittoresques
Français sans nos vieux sur les bancs ? »
« Sans Papy et Mamy, qui racontera
des histoires aux petits-enfants ? »
« Honore ton père et ta mère, mais
honore aussi, ton grand-père et ta
grand-mère ! »
« Nos personnes âgées sont les garants
de notre futur ; elles détiennent dans
leurs mains, la sagesse des âges ! »
« la vie d’une personne âgée vaut
mille livres ! »

(Citations de Patrick Etienne)