Pensée du dimanche 5 juin 2016.


« Les humains ont une certaine apparence physique qui fait qu’on les reconnaît comme tels : devant certaines formes physiques, on ne peut pas se tromper. Mais intérieurement, ils ont la faculté de s’identifier à tout ce qui existe autour d’eux et c’est ce qu’ils font plus ou moins inconsciemment tout au long d’une journée : quelque chose en eux ne cesse, par mimétisme, de s’identifier à ce qu’ils touchent, voient, entendent… Ils doivent donc être vigilants.
Chaque jour nous devons nous arrêter quelques instants pour nous demander à qui ou à quoi nous sommes en train de nous identifier. Car les êtres et les choses auxquels nous nous identifions, voilà ce que nous deviendrons tôt ou tard. Et Jésus qui a dit : « Je suis la lumière du monde », a dit aussi : « Vous êtes la lumière du monde ». C’est donc à la lumière que nous devons nous identifier pour devenir réellement, un jour, pure lumière. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du samedi 4 juin 2016.


« Tout ce qui nous arrive ne prend sens et valeur que dans la mesure où nous sommes décidés à en tirer parti. À ce moment-là, même les échecs, les opprobres se transforment en pierres précieuses ; tandis que les succès, les honneurs finissent par se retourner contre ceux qui ne savent pas les utiliser pour le bien.
Le Créateur a placé en nous tout ce dont nous avons besoin pour faire face à chaque situation. Il nous a équipés d’un laboratoire dans lequel nous pouvons chaque jour entrer et travailler. Les liquides, les poudres, les gaz, ainsi que leur mode d’emploi, sont là dans notre laboratoire intérieur. Tous les êtres, même les plus déshérités, les réprouvés, les criminels possèdent les éléments nécessaires pour se régénérer. Ils ont accumulé en eux tellement d’obstacles qu’il leur est maintenant très difficile d’accéder à ce laboratoire. Mais qu’ils cherchent, qu’ils fassent des efforts, qu’ils gardent confiance : le salut est là, en eux. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du vendredi 3 juin 2016.


« Méditez sur l’image de la source, cette eau cristalline qui jaillit de la terre et ne cesse de couler. Même si on y jette quelques saletés, le courant les emporte. C’est ce jaillissement ininterrompu de l’eau qui fait que la source reste toujours limpide, toujours vivante, toujours pure.
Alors, prenez la source pour modèle, faites jaillir la vie en vous, faites jaillir l’amour, et vous serez toujours protégé. Les mauvaises influences, les critiques, les méchancetés, vous ne les sentirez pas. Vous ne vous apercevrez même pas qu’on a essayé de vous salir ou de vous faire du mal, car tout ce qui pourra vous arriver de mauvais, comme la source vous le rejetterez. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du jeudi 2 juin 2016.


« L’importance du commencement… Comment vous faites un premier geste ou un premier pas, dans quel état d’esprit, dans quelle intention, c’est de ce commencement que dépendent les résultats que vous obtiendrez tout au long de votre vie, les succès ou au contraire les échecs.
Vous êtes surpris : comment un petit détail peut-il déterminer tout un enchaînement de circonstances ? Mais observez-vous. Si vous vous mettez en marche dans un état d’agitation, vous déclenchez en vous des forces chaotiques. Et si, dans cet état, vous allez au travail ou rendez visite à quelqu’un, plus vous vous rapprochez du but, plus vous êtes agité : vous ferez alors des gestes maladroits, vous prononcerez des paroles imprudentes. Que de dégâts ensuite à réparer… si encore il est possible de les réparer ! Au contraire, quand vous veillez à faire le premier pas dans un état de paix, d’harmonie, plus vous avancez, plus vous sentez que vous trouvez la bonne attitude, les paroles convenables à prononcer. Quoi que vous entrepreniez, veillez donc toujours à bien commencer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du mercredi 01 juin 2016.


« On m’a souvent demandé d’expliquer ce qu’est un Initié. Je peux seulement répondre qu’un Initié est un être qui a commencé à comprendre qu’il doit donner de plus en plus de place à l’intelligence, à la raison, qui sont les facultés du mental supérieur. Chaque jour il se concentre, réfléchit, médite ; il ne cesse de consulter ce principe spirituel en lui, et il le supplie de le guider, de l’éclairer.
C’est en prenant l’habitude de se tourner toujours vers le haut pour chercher, demander, que les êtres progressent, car les énergies en eux changent alors de direction. Jusque-là, elles les maintiennent dans les régions inférieures de la conscience où elles provoquent égarements, désordres et destructions. Mais dès qu’ils prennent l’habitude de regarder vers le haut, de chercher leur orientation en haut, leurs pensées, leurs sentiments, leurs actes sont transformés par les puissances de leur mental supérieur et ils marchent sur le chemin de l’Initiation. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du mardi 31 mai 2016.


« En créant l’homme à son image, Dieu l’a fait aussi puissant que Lui. Alors, pourquoi se montre-t-il si faible ? Parce qu’il ignore où est sa force. Sa force n’est pas dans sa capacité d’exiger, de s’imposer, elle est dans son pouvoir de dire non. Cela signifie que personne au monde ne peut l’obliger à faire ce qu’il ne veut pas. Même si tout l’Enfer se liguait contre lui pour l’obliger à agir contre sa volonté, il ne pourrait pas le contraindre. Et même Dieu ne peut pas contraindre l’homme ! C’est pourquoi, s’il savait où est sa vraie puissance, il résisterait à toutes les séductions, à toutes les tentations, il ne commettrait aucun acte mauvais. S’il est faible et commet des fautes, c’est qu’il y consent.
Les esprits ténébreux du monde invisible ont le pouvoir de tenter l’homme et de l’éprouver. C’est Dieu Lui-même qui leur a donné ce pouvoir. Mais l’homme a toujours, lui, le pouvoir de dire non au mal. C’est l’ignorance de son origine divine qui le rend tellement faible. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Pensée du lundi 30 mai 2016.


« En vous engageant sur la voie de la véritable évolution, vous êtes semblable au voyageur qui passe une frontière. Comme vous transportez avec vous toutes sortes de bagages hétéroclites accumulés depuis des millénaires, vous êtes arrêté par des douaniers qui vous disent : « Mon ami, le chemin est long et rude, ces objets dont tu t’es chargé sont encombrants, inutiles et même nuisibles, tu dois les laisser ici. » Et ils vous obligent à vous débarrasser de ce qui est pesant, obscur et qui vous empêche de vibrer à l’unisson avec la pureté et la lumière que vous voulez atteindre.
Ce passage de la frontière n’est pas facile, car il est toujours douloureux de renoncer. Mais puisque vous désirez vous élever, vous devez en accepter le prix. Persévérez et vous passerez bientôt une autre douane, la frontière d’une autre région, jusqu’à ce que vous arriviez complètement libéré dans cette contrée céleste où vous vous fusionnerez avec la Source de la vie éternelle. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov