La Blague du Matin – Le lion et le boa


Un lion rencontre un boa pour la première fois.
Intrigué, il lui demande :

  • T’es bizarre comme bestiole… Tu fais comment pour te déplacer ? T’as même pas de jambes !
  • Et bien, c’est simple, je me déplace en rampant…
  • Ah, ok !

Le lion commence à repartir mais encore intrigué il se retourne et demande au serpent :

  • Excuse moi, mais comment tu fais pour te reproduire ? T’as pas de testicules…
  • T’es chiant à la fin ! De quoi tu te mêles, je ponds des œufs et je n’en ai pas besoin…
  • Ah ok…

Le lion reprend son chemin mais il se retourne à nouveau :

  • Je suis désolé de te déranger encore… Mais tu fais comment pour te nourrir ? T’as pas de mains ?
  • T’es vraiment chiant toi ! J’ouvre grand ma gueule comme ça et j’engloutis ma proie direct !
  • Ok… mais… Si j’ai bien compris, tu rampes, t’as pas de couilles, t’as une grande gueule… Tu ne serais pas chef de service par hasard ?

Coronavirus : Les médecins de Boris Johnson avaient « un plan » s’il succombait au Covid-19


Boris Johnson le 30 avril 2020.

Évangile selon saint Jean 10, 11-18


En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse. Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. »

Pensée du lundi 4 mai 2020


l’Art nouveau – vivre dans la poésie »Quand on observe les humains, même les plus cultivés, les plus lettrés, on constate souvent qu’ils restent entièrement plongés dans la prose : ils sont froids, figés, on ne sent aucune chaleur, aucune poésie en eux, leur visage est terne. La poésie est abandonnée aux poètes qui l’écrivent. Même si, de temps en temps, les gens lisent un peu quelques vers, la vie qu’ils mènent n’est pas poétique. C’est pourquoi, désormais, l’art nouveau sera d’apprendre à vivre jour et nuit dans la poésie, c’est-à-dire à être chaleureux, expressif, vivant. Et c’est à ce moment-là qu’on commencera à les aimer. Les humains sont extraordinaires : ils veulent qu’on les aime, mais ils restent glacés, fermés, ternes, prosaïques. Eh bien, non, on ne peut pas être aimé quand on est antipathique. Pour être aimé on doit apprendre à vivre cette vie poétique grâce à laquelle on apportera aux autres la chaleur et la lumière. »Omraam Mikhaël Aïvanhov 

😁 Il est où le bonheur, il est où ?


Un Miracle Chaque Jour - Image du jour
Bonjour Sami Chaiban,
Connaissez-vous la chanson de Christophe Maé qui s’intitule « Il est où le bonheur? » (il est où ?) Je ne peux certes pas chanter certains couplets, mais cette chanson est le cri d’un homme qui attire notre attention sur ce que le monde cherche : le bonheur. Sami Chaiban, il est naturel de chercher le bonheur. Pourtant, quelle tristesse de constater que nous passons bien souvent à côté, simplement parce que n’avons pas su voir qu’il était juste sous nos yeux ! Le véritable bonheur est dans le cœur de toutes celles et tous ceux qui disent : « Jésus-Christ, viens vivre en moi.«  Si vous vous identifiez aux paroles de Christophe Maé, n’oubliez pas que :Le bonheur s’épelle J.E.S.U.S.Le bonheur dure plus que le temps d’une vie terrestre.Le vrai bonheur est éternel.L’auteur Tim Keller nous explique, dans son sermon intitulé « La recherche du bonheur », que « moins nous nous soucions de notre bonheur, plus nous nous soucions de connaître Dieu, et plus nous serons heureux. » C’est pourquoi le vrai bonheur ne se trouve jamais dans des circonstances extérieures. Le véritable bonheur est, avant tout, le fruit de votre intimité avec Jésus-Christ. Voici ce que le psalmiste dit : « Goûtez et constatez que l’Éternel est bon ! Oui, heureux l’homme qui trouve son refuge en Lui. » (Lire Psaumes 34.9). Aujourd’hui, ne cherchez plus le bonheur ! Jésus vous garantit d’être rempli(e) de Sa joie, de Sa paix et de Son espérance, tant que vous marchez avec Lui. Il ne vous promet pas une vie sans problème mais une vie qui déborde de Sa vie ! Il est où le bonheur, il est où ? Il est dans votre cœur et son nom véritable est Jésus-Christ.
Je prie pour vous et pour votre entourage.Merci d’exister.Bruno Picard