UNE « RÉVOLUTION MORCELÉE »? PITIÉ.


par Samy Chaiban.

Les « Révolutionnaires » sont divisés  et chaque groupe se retranche de nouveau derrière son parti ou derrière sa communauté religieuse.

D’un côté, les « Révolutionnaires » communistes défilent et se dirigent vers le siège de la Banque centrale du Liban, à Hamra, en hurlant des slogans contre le gouverneur de la Banque centrale du Liban, contre le ministre des finances et contre le gouvernement tout en provoquant l’armée libanaise en injuriant ses soldats et ses officiers.

De l’autre, les jeunes progressistes du parti de M. Walid Joumblatt défilent avec des drapeaux du parti. Ils sont moins violents, ne défient personne par des slogans injurieux. Bien plus, ils prennent la défense de l’armée libanaise et refusent toute atteinte à cette dernière planche de salut du pays tout en demandant le départ du gouvernement incapable de présenter des solutions aux problèmes du pays.

Nous ne pouvons pas oublier la « RÉVOLUTION » de Saïda, de Tripoli et du Akkar retranchée derrière la communauté sunnite, divisée sur elle-même. Il y a aussi la « RÉVOLUTION » chiite de Nabatiyé et de ses alentours, celle de Baalbek, elle aussi divisée sur elle-même. N’oublions pas la « RÉVOLUTION » du Metn, indépendante de la « RÉVOLUTION » de Kesrouan, de Jbeil, de Batroun… Il y a aussi la « RÉVOLUTION » de Zahlé et ses alentours. Le malheur, c’est que chacune d’elles chante des slogans jetés de ci de là par des manifestants qui se contredisent le plus souvent.

La « RÉVOLUTION » est morcelée. Elle ne sait où aller. Chacune d’elles a ses propres slogans. Elle n’est pas libre. Elle est manipulée par des partis politiques qui lui dictent ses prises de position. Elle n’a aucun avenir prometteur. Elle pourrait se regrouper en une Fédération des Révolutionnaires du Liban qui serait un prélude à une Fédération des Régions libanaises. On entend, ces jours-ci  certains leaders religieux demander un changement total du système politique libanais. Quoi qu’il en soit, la « RÉVOLUTION » est impure, elle n’inspire pas confiance. Elle ne va mener nulle part. Elle fait pitié.

Samy Chaiban.
01/05/2020.

✨ Votre créativité peut révéler Dieu au monde 🌍


Un Miracle Chaque Jour - Image du jour
Bonjour Sami Chaiban,
Alors que nous célébrons aujourd’hui la fête du Travail, certains d’entre nous se demandent peut-être si cela en vaut vraiment la peine. Et pourtant, en tant qu’enfants de Dieu, vous et moi devrions avoir une perspective édifiante de ce qu’est le travail.Sami Chaiban, le Saint-Esprit veut vous aider à voir votre travail comme une façon de libérer l’Amour de Dieu avec créativité.Dans Son immense sagesse, Dieu a d’abord créé l’Univers. Puis Il a ensuite créé l’Homme. La création, c’est Dieu qui révèle Sa personne par Son œuvre. La création de l’homme, c’est Dieu qui révèle Son amour.Dans Genèse 1.27, Dieu explique et révèle : « Alors Dieu crée les humains à Son image, et ils sont vraiment à l’image de Dieu. Il les crée homme et femme. »La création est un voyage qui invite les autres à voyager. Créer, c’est aussi révéler votre personnalité. Créer selon Dieu, c’est révéler le caractère de Dieu en vous. Quand vous créez quelque chose, vous partagez qui vous êtes. Sami Chaiban, que vous soyez dans les métiers de l’art ou non, vous pouvez être créatif(ve) ! Quand vous créez, vous vous dévoilez. La question est de savoir ce que vous dévoilez, ou plutôt qui vous cherchez à dévoiler. Ma pensée de ce jour est de vous amener à chercher à révéler qui Dieu est.Aujourd’hui, voulez-vous prendre du temps pour prier ? Beaucoup ont cessé de croire que, par leur travail, ils peuvent faire bien plus que simplement accomplir une liste de tâches ou suivre un protocole. Prions pour qu’en ce jour nous soyons remplis de gratitude pour tout ce que Dieu a mis en nous et pour tout ce qu’Il désire libérer au travers de nous.Alors, dans cette perspective, je vous souhaite une bonne fête du Travail.Je suis fier de vous.Merci d’exister.Bruno Picard 

Évangile selon saint Jean 6, 52-59


En ce temps-là, les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. » Voilà ce que Jésus a dit alors qu’il enseignait à la synagogue de Capharnaüm.

Pensée du vendredi 1 mai 2020


Silence – signe d’un fonctionnement correct »Le bruit retient l’homme dans les régions psychiques inférieures : il l’empêche d’entrer dans ce monde subtil où le mouvement devient plus facile, la vision plus claire, la pensée plus créatrice. Bien sûr, le bruit est une expression de la vie, mais pas des degrés supérieurs de la vie, il révèle plutôt une imperfection dans la construction ou le fonctionnement des êtres et des objets. Une machine qui commence à faire toutes sortes de bruits est une machine qui a des ratés.
La douleur elle-même est un bruit qui nous prévient que les choses sont en train de se gâter dans nos organes. Dans un corps sain les organes sont silencieux. Bien sûr, ils s’expriment puisqu’ils sont vivants, mais ils s’expriment sans bruit. Le silence est le signe que tout fonctionne correctement dans l’organisme. »Omraam Mikhaël Aïvanhov