Peur, mesdemoiselles ?


Par une belle nuit de pleine lune, alors que l’on entendait le grincement des chauves-souris, l’ululement d’un hibou, le craquement des branches des arbres sous l’effet d’une légère brise qui, elle-même, sifflait en se faufilant entre les stèles funéraires, je me promenais dans un vieux cimetière abandonné.

Soudain, je fus abordé par trois jeunes filles qui ne cachaient pas leur peur.
L’une d’elle, toute tremblante, s’adressa à moi d’une voie bégayante et m’a dit :
« Monsieur, nous nous sommés égarées Nous vous avons vu et avons décidé de vous demander si vous pouviez nous indiquer le chemin pour rentrer chez nous ».

Je leur ai alors proposé de les accompagner un bout de chemin, ce qu’elles acceptèrent de bonne grâce, avant de leur déclarer :
« Ne soyez pas aussi craintives, Mesdemoiselles. Moi aussi, j’avais peur, autrefois, de traverser ce cimetière, lorsque j’étais encore vivant » !

Je n’ai jamais vu trois jeunes filles s’enfuir aussi rapidement…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s