J’aime, j’aime, j’aime !


J'aime, j'aime, j'aime !

Les mauvaises langues racontent que le pâtissier s’est fait une religieuse en un éclair, que le poissonnier fait le maquereau avec une morue et que le volailler court toujours après ses poules mais qu’il y laisse des plumes .

 

Le charcutier n’est pas mieux loti : il a épousé un boudin… quelle andouille !

Le boucher s’est mordu la langue en taillant une bavette.

On raconte aussi que le croque-mort a enterré sa vie de garçon en buvant de la bière. Ce fut une belle fête !

Le cafetier a servi des demis à un jeune mousse et le menuisier a attrapé la gueule de bois en abusant du buffet.

A force de chanter, le vétérinaire a eu un chat dans la gorge ce qui lui a occasionné une fièvre de cheval.

Quant au viticulteur qui prend de la bouteille, il a demandé qu’on lui lâche la grappe.   L’horloger n’est pas resté longtemps car depuis qu’il a perdu sa grande aiguille, il n’a plus une minute à lui. 

 

Cela ne s’arrange pas chez les autres commerçants…

 

Le boulanger qui s’était fait rouler dans la farine est dans le pétrin.

 

L’électricien a été déclaré positif alors qu’il était neutre.

Le plombier a pris la fuite en fumant un joint avec le couturier qui a choisi de monter un col plutôt que de traverser la manche.

Le cordonnier qui les accompagnait s’est fendu le cuir chevelu sur une route en lacets.

L’épicière a pris une amende en passant à l’orange et son avocat s’est trouvé le bec dans l’eau en défendant cette cruche !

Maintenant, cela se gâte !…

Partis en vacances ensemble, le bijoutier a lâcher une perle dans une rivière en diamants et le pharmacien s’est « emm…… » au lac Satif » . Ils n’avaient pas digéré la sauce tartare du cuisinier faite trop tôt le matin. 

 

Le seul qui va bien, c’est un bûcheron qui est en permanence sous le charme en écoutant Dutronc.

 

En conclusion:

 

Il faut être un facteur légèrement timbré pour prendre cette histoire au pied de la lettre.

En fait, il n’y a que le coiffeur qui se barbe à force de couper les cheveux en quatre.

 

Auteur : samychaiban

Licencié ès lettres modernes de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III, je donne des leçons particulières en langue et littérature françaises, je prépare au Bac français et je compose des notes de recherches ou des memoires pour les étudiants des Universités francophones. Contactez-moi au 96170928822 ou au 9614923322 Né le 26 octobre 1947 , à Beyrouth ( Liban ) , j’ai passé ma jeunesse au Sénégal où j’ai vécu de 1951 à 1962.J’y ai fait mes études primaires et complémentaires chez les Pères Maristes à Hann ( Dakar ).Doté de mon BEPC en 1962, je suis retourné au Liban avec mes parents.J’ai fait mes études secondaires chez les Frères Maristes à Jounieh puis à Champville et ma Terminale A au Lycée Franco-Libanais à Beyrouth.J’ai eu ma « Licence ès lettres modernes » de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III.J’ai enseigné la langue et la littérature françaises de 1962 à 2006,dans différents établissements scolaires tout en ayant comme point d’attache « Saint Joseph School »,Cornet Chahwan. J’ai pris ma retraite en 2006 pour des raisons personnelles. Je suis marié et père de famille.Je suis poète à mes moments perdus,romantique et fidèle à mes amitiés.Je suis AMOUREUX FOU DU LIBAN .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s