C’est un moment dont on se passerait bien. Celui où l’on commence à sentir une légère douleur, qui, on le sent, ne va pas tarder à se transformer en véritable « rage de dent » ! Quelles peuvent être les causes de ce mal ? Comment éviter d’en arriver là ? Et surtout comment atténuer un peu les douleurs avant le rendez-vous salvateur chez son dentiste ? Pour Doctissimo, le Dr Christian Decloquement, chirurgien-dentiste et Secrétaire général adjoint de l’Association Dentaire Française (AFD), nous dit tout sur le tant redouté mal de dent.

Les causes : pourquoi j’ai mal aux dents ?

Les maux dentaires peuvent avoir différentes origines : certaines sont locales (cavité buccale), d’autres plus distantes (sinus, articulation de la mâchoire, visage, etc.). Pour chaque cause, différents niveaux de douleurs vont apparaître, selon que l’on tarde ou non à se faire soigner.

CAUSES LOCALES DU MAL DE DENT

DOULEUR AU NIVEAU DE LA DENT

mal-de-dent1_medium« Il s’agit de la fameuse carie. Quand la partie ramollie commence à se rapprocher trop du nerf, la dent va d’abord devenir sensible au chaud et au froid. Puis une douleur va survenir, de temps en temps, jusqu’à devenir quasi permanente. Cela peut aller jusqu’à une « pulpite« , où le cœur même de la dent est touché », explique le Dr Christian Decloquement. Une carie non traitée à temps peut mener jusqu’à la formation d’un abcès.« L’agression au cœur de la dent due à la prolifération de bactéries va attaquer le nerf qui finit par se décomposer », poursuit le Secrétaire général adjoint de l’Association Dentaire Française (ADF). Le patient aura alors la sensation que la douleur « pulse » au niveau de sa dent et il lui sera impossible d’appuyer dessus.

Les caries peuvent arriver à tout âge, y compris sur les dents de lait. Nous ne sommes pas tous égaux face à elles. Certaines personnes ont des dents beaucoup plus résistantes que d’autres. Mais la qualité de l’hygiène bucco-dentaire est pour beaucoup dans l’apparition de ces pathologies.

Il peut aussi arriver de ressentir un mal de dent sans pour autant avoir de carie. Une sensibilité accrue peut apparaître au niveau du collet de la dent (partie au contact de la gencive séparant la couronne de la racine). « Quand le cément devient usé, cela peut provoquer la même sensation qu’une carie », précise le chirurgien-dentiste. Une dent fracturée très nettement ou présentant une simple fêlure invisible à l’œil nu peut aussi faire mal. Encore une fois, cela va créer les mêmes sensations qu’une carie, de la sensibilité au chaud et au froid jusqu’à la douleur.

Enfin, la poussée des dents de sagesse, qui évolue à partir de l’âge de 16 ans, est aussi la cause de douleurs parfois très importantes . « C’est surtout le cas pour des dents de sagesse qui ne sont pas bien positionnées ou qui n’ont pas la place de pousser correctement. Une zone inflammatoire peut apparaître, ou même une zone purulente. Cette poussée peut aussi créer des troubles au niveau des autres dents« , décrit le chirurgien-dentiste.

DOULEURS AU NIVEAU DE LA GENCIVE

Des douleurs caractéristiques de la « rage de dent » peuvent aussi être dues à un problème de gencive . « Cela peut provenir d’un « tassement alimentaire », des débris d’aliments qui sont coincés et s’accumulent entre les dents, en contact avec la gencive. Cette dernière va alors devenir inflammatoire et douloureuse »,commente le chirurgien-dentiste. Et le spécialiste d’ajouter : « Il peut arriver aussi que la gencive soit la source elle-même d’une inflammation générale, c’est ce que l’on appelle une gingivite« . Là encore, nous ne sommes pas tous sensibles de la même manière et certaines personnes vont avoir des gencives beaucoup plus réactives que d’autres.

Dernière cause possible de douleurs provenant de la gencive : l’abcès. « Un abcès provoqué par une perte osseuse associée à une prolifération de bactéries peut s’avérer également très douloureux », reconnaît l’expert.

AUTRES CAUSES DES DOULEURS DENTAIRES

Certaines pathologies faciales provoquent des douleurs qui irradient jusque dans la région dentaire. « C’est le cas par exemple de douleurs provenant de l’articulation de la mâchoire. Une sinusite peut aussi entraîner des douleurs au niveau des molaires… », énumère le Dr Decloquement. Bien évidemment, de nombreuses perturbations au niveau facial peuvent, d’une manière ou d’une autre, provoquer des sensations douloureuses de type « mal de dent ».

« Nous rencontrons aussi souvent dans nos cabinets des personnes qui ont tendance à serrer beaucoup les dents. Ce phénomène s’appelle le « bruxisme« . Cela va provoquer des douleurs musculaires ou au niveau des ménisques de l’articulation de la mâchoire. Elles peuvent irradier jusque dans la tempe, l’oreille, la bouche… », commente l’expert.

Les chirurgiens-dentistes disposent de différents tests pour déterminer l’origine du mal de dent, quand celui-ci ne provient pas d’une cause locale et évidente.

Les symptômes du « mal de dents »

« En cas de simple carie pas trop profonde, il n’y aura pas d’autres symptômes que la douleur elle-même », nous explique le Dr Christian Decloquement. « Elle peut évoluer vers des pulsations ou des douleurs à la pression, c’est le cas quand on est en présence d’un abcès ». Un autre symptôme caractéristique de l’abcès est le gonflement généralement associé, plus ou moins important, qui peut aller jusqu’à une déformation très visible au niveau de la joue.

Certaines infections bactériennes entraînent l’apparition de collections purulentes, voire d’une fièvre. Ces infections peuvent aussi envahir des tissus plus profonds qui vont aussi se mettre à gonfler . « C’est ce que l’on appelle une « cellulite » d’origine dentaire », explique le Secrétaire général adjoint de l’ADF.

Des signes sont aussi à vérifier pour les douleurs d’origine gingivale, comme le précise Dr Decloquement : « Dans le cas de pathologies de la gencive, on peut aussi observer un gonflement, et même des saignements plus ou moins fréquents et plus ou moins abondants ».

Quels risques en cas de prise en charge trop tardive ?

Le risque principal est avant tout de souffrir beaucoup et longtemps, pour rien ! Il peut toutefois arriver qu’une gencive ou une dent trop abîmées mènent à undéchaussement, voire à une chute des dents. « Les très grosses pathologies sont souvent rencontrées chez les personnes qui se sont beaucoup négligées. En règle générale, les problèmes dentaires n’évoluent pas de manière assez rapide pour créer des complications graves », rassure-t-il.

« Un vrai problème va se poser si les bactéries responsables d’une carie par exemple se propagent », met en garde le chirurgien-dentiste. « Si elles passent dans le réseau sanguin, elles peuvent provoquer des problèmes cardiaques, dessepticémies… Ces cas sont graves mais restent exceptionnels. » Ils concernent des personnes qui sont restées sans se soigner pendant plusieurs mois, malgré l’apparition des douleurs.

Un autre exemple typique de cette prise en charge trop tardive : l’évolution de la cellulite d’origine dentaire vers d’autres zones du visage. L’infection des tissus sous la peau, le plus souvent par des streptocoques ou des staphylocoques dorés, va envahir les tissus voisins. Cela devient une urgence quand la cellulite atteint la gorge, car un risque d’étouffement existe.

« Mais il ne faut pas non plus être trop alarmiste quant à ces complications, elles sont très rares. Certes, le mal de dent est souvent difficile à supporter, mais il n’y a pas de raison de se précipiter pour se faire soigner », tempère Dr Decloquement. Alors quand faut-il réagir ? « Quand la douleur persiste et devient régulière, voire permanente, recommande-t-il. Même si cela reste difficile à déterminer car le seuil de tolérance est très différent d’un patient à l’autre ».

Mal de dent : comment le soigner ?

Hormis certaines pathologies inflammatoires de la gencive qui peuvent disparaître comme elles sont venues, la plupart des causes responsables d’un mal de dent devront être soignées par un professionnel. Mais quelques astuces existent pour soulager un peu les douleurs jusqu’au rendez-vous et pour déterminer la meilleure marche à suivre.

QUELQUES CONSEILS POUR ATTÉNUER LE MAL DE DENT

« Parfois, tout simplement un bon brossage et l’utilisation de brossettes inter-dentaires ou de fil dentaire peuvent libérer une zone encombrée par des restes alimentaires et soulager la douleur », développe notre expert chirurgien-dentiste. Vérifiez dans un premier temps comment se présente la zone douloureuse. La cause de la douleur peut être tout simplement sous vos yeux !

« Si vous me pouvez rien pour faire disparaître la cause vous-même, la prise d’antalgiques peut être envisagée, plus ou moins puissants selon la douleur, mais aussi selon l’âge et la condition du patient ». Le Dr Decloquement ne recommande pas une classe d’antalgiques en particulier, chacun pourra choisir selon ses préférences et ses habitudes, tout en respectant les indications propres à chaque médicament, et « sans en abuser, bien sûr ».
Les bains de bouche peuvent aussi être un très bon remède pour soulager la douleur et patienter jusqu’au rendez-vous chez son dentiste. « Surtout si les bains de bouche ont une action un peu anesthésiante qui va calmer les douleurs et l’inflammation de la gencive ».

Quid des célèbres poches de glaces collées aux joues et maintenues par un chiffon noué à la mode œuf de Pâques ? « Les poches de glace ne sont utiles qu’en cas de gonflement, quelle que soit l’origine. Le phénomène inflammatoire peut être soulagé par le froid des poches et le gonflement peut être un peu atténué », explique le Secrétaire général adjoint de l’ADF.

Enfin, des anti-inflammatoires devront être envisagés si une inflammation accompagne les douleurs. Des antibiotiques peuvent aussi être indispensables, à différents degrés, si l’origine de la douleur est une infection bactérienne. Dans ces deux cas, une prescription médicale sera nécessaire. Elle peut être délivrée en amont du rendez-vous au cabinet dentaire, par le médecin traitant par exemple.

J’AI MAL AUX DENTS : QUI CONSULTER ?

La première chose à faire en cas de mal de dent persistant est d’appeler son cabinet dentaire habituel. Si vous n’en avez pas, recherchez le plus proche de chez vous. « La personne qui prendra votre appel saura vous guider à travers plusieurs questions, pour déterminer quelle peut être l’origine de vos douleurs et la marche à suivre pour être soigné(e). Par exemple, si vous pouvez attendre un rendez-vous dans les jours à venir ou si vous devez être vu(e) plus rapidement », nous explique le Dr Decloquement.

Il peut arriver que vous ne puissiez pas joindre un cabinet immédiatement (soir ou week-end). « Tentez de patienter au maximum si la situation ne paraît pas être une urgence, même s’il est difficile de supporter ce type de douleur »,recommande le chirurgien-dentiste.Cela ne pourra pas toujours être le cas . « Certaines douleurs, provenant d’une pulpite ou un gros abcès ne pourront pas être soulagée à la maison et nécessiteront d’aller aux urgences. »

Pas question pour autant de s’y précipiter, la plupart du temps, un passage (souvent très long) aux urgences peut être évité. « Si aucun cabinet dentaire n’est disponible pour vous répondre, vous pouvez appeler le 15 », rappelle notre expert. Avant de préciser :  Les personnes qui vous répondront au centre d’appel sauront vous guider pour vous dire où vous rendre : chez votre médecin traitant, un médecin de garde, un dentiste de garde, votre dentiste habituel… »

QUELS TRAITEMENTS POUR METTRE FIN AU MAL DE DENT ?

Dans la très grande majorité des cas, si vous avez mal aux dents, il faudra les mains expertes d’un dentiste pour vous soulager. Pas possible d’y échapper.« Les traitements sont multiples, ils dépendent bien évidemment de la source de la douleur et du niveau de gravité de la lésion », nous explique le Dr Decloquement.

« En cas de carie avec douleur passagère, un nettoyage de la cavité de la carie et des bactéries, suivi par l’obstruction avec un produit adapté, suffiront à mettre fin aux douleurs« , décrit-il. « Si la carie a évolué jusqu’à la pulpite, avec une inflammation plus profonde et une atteinte du nerf, il faudra le dévitaliser. Il existe des techniques entre les deux, avec possibilité de régénération d’une partie du nerf de la dent si celui-ci n’est pas trop touché. »

Traiter un abcès dépend aussi de son ampleur, comme nous explique le chirurgien-dentiste :  « Si la collection purulente est importante, il faudra commencer par un drainage et l’utilisation d’antibiotiques. Mais si la zone osseuse est trop atteinte, il nous faudra aller jusqu’à l’extraction de la dent ». L’extraction sera aussi souvent proposée dans le cas de poussées de dents de sagesse douloureuses, quand celles-ci ne pourront pas sortir correctement.

« Pour les douleurs provenant d’autres origines, la collaboration avec d’autres experts médicaux permet de mettre au point un traitement conjoint adapté », poursuit le Dr Decloquement. « Pour les personnes qui ont tendance à trop serrer les dents, nous pouvons leur faire des gouttières adaptées, à porter la nuit, qui sont très efficaces pour stopper les douleurs provoquées par cette mauvaise habitude ».

Comment prévenir le mal de dent ?

Le meilleur moyen d’éviter un mal de dent reste de prendre soin de sa dentition et de mettre l’accent sur la prévention au quotidien. Les nouvelles recommandations de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire sont dorénavant deux brossages efficaces par jour (matin et soir) de deux minutes chacun, et l’utilisation quotidienne de fil dentaire. « Les brosses à dent électriques peuvent être un plus pour rendre le brossage plus efficace dans un temps plus court. Il en existe de deux types : rotatives et soniques », décrit le professionnel. Et d’ajouter :  « Il vaut aussi mieux choisir un dentifrice de qualité et privilégier ceux qui contiennent du fluor, qui participe à la reminéralisation des dents. »

Autre élément essentiel pour éviter que tout problème ne devienne douloureux : le rendez-vous annuel de contrôle chez son dentiste. « Une fois par an, cela est tout à fait suffisant, sauf si une dent casse ou se fracture », conclut le spécialiste.

Votre dentiste vous dira si votre condition nécessite un contrôle plus fréquent, afin de prévenir le développement d’une quelconque pathologie. Encore une fois, dans le seul but d’éviter l’apparition de douleurs.

Violaine Badie

Mis à jour le 27 avril 2016

Sources :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s