« La terre, notre planète, est vivante, elle respire, elle est sensible et elle réagit aux activités des humains qui l’habitent. Mais eux n’en sont pas conscients et ils ne pensent qu’à l’exploiter dans leur seul intérêt. Ils la retournent, la fouillent, la creusent ou l’aplanissent, sans jamais se demander s’ils ne sont pas en train de déranger un ordre qu’ils ne connaissent pas. La terre ressent tout cela comme des démangeaisons, des piqûres, des blessures, et alors de temps à autre elle donne une chiquenaude pour se débarrasser de tous ces importuns qui ne cessent de l’égratigner.
Évidemment la terre est patiente, elle supporte les agissements des humains pendant un certain temps, mais à la fin elle se fâche. Alors, les malheureux sont terrifiés, ils souffrent… Mais se décideront-ils à apprendre vraiment la leçon ? »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Advertisements

2 commentaires sur « Pensée du dimanche 8 mai 2016. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s