« Combien de moines, d’ascètes ou même de simples croyants se sont infligé volontairement toutes sortes de tourments… « pour plaire à Dieu », disaient-ils. Comme si Dieu prenait plaisir à voir la créature humaine blessée, ensanglantée… Rares sont les religions qui n’ont pas favorisé ce genre de pratiques, et certaines encore de nos jours. Mais il est temps de comprendre que le Seigneur n’a pas besoin de la souffrance des humains. L’époque des flagellations, des tourments, du martyre est terminée. Malmener et mutiler son corps, exposer sa vie, cette manière de s’offrir en sacrifice à la Divinité est stérile.
Le véritable sacrifice est dans la manifestation de l’amour fraternel, désintéressé, pour tous les humains. Celui qui a compris le sens et la puissance de l’amour n’a pas besoin de s’infliger des souffrances : il en aura tellement à partager avec tous ceux qui sont dans le malheur ! Et les obstacles qu’il rencontrera dans ses efforts pour les aider seront encore tellement d’occasions de souffrir ! Mais devant ces souffrances, il ne doit pas reculer : ce sont elles qui le grandiront, l’ennobliront. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s