Il était une fois une femme qui aimait beaucoup
le Seigneur et qui n’avait d’autre ambition que
de Lui plaire. Espérant en son for intérieur que
le Seigneur lui confierait une noble mission qui
la distinguerait du commun des mortels, elle Lui
fit cette promesse :

« Je suis prête à faire tout ce que Tu me demanderas ».

Quelle ne fut pas sa déception de se voir remettre
par Dieu un sac extrêmement lourd, fait de toile
grossière, qu’Il lui demanda de bien vouloir porter
sur ses épaules tout au long du chemin de sa vie.
Un chemin qu’ils feraient ensemble.

Curieuse, elle se demandait ce que pouvait bien
contenir ce sac, mais la ficelle qui en fermait
l’ouverture était si solide et le nœud si savant
que, de toute évidence, ce n’était pas le moment
de l’ouvrir.

Chemin faisant, la femme se mit à ployer sous le
fardeau.

― C’est beaucoup trop lourd ! s’écria-t-elle en guise
de protestation.

― C’est dans ta faiblesse que Ma puissance se
manifeste pleinement ; Je demeurerai toujours à tes
côtés, lui répondit Jésus pour l’encourager. Si
d’aventure, la route devenait trop raide ou que les
forces venaient à te manquer, tu n’auras qu’à
t’appuyer sur Moi.

C’est ainsi qu’ils continuèrent leur route ensemble,
et tout se passa comme Jésus l’avait prédit.

De temps en temps, la femme devait s’arrêter et Lui
avouer que le fardeau devenait trop lourd à porter,
alors Il lui prêtait main-forte.

Finalement, ils parvinrent à destination. La femme
déposa son sac aux pieds de Jésus en poussant un
grand soupir de soulagement. Plus jamais elle
n’aurait à porter un tel fardeau.

― Viens ici, mon amie, voyons un peu ce qu’il y a
dans ton sac, fit Jésus avec une lueur d’amusement
dans les yeux.

D’un geste de la main, Il défit le nœud. Le sac
s’ouvrit et Il en déversa le contenu.

― Les trésors du Ciel ! s’exclama la femme à la vue
des somptueuses et célestes richesses qui s’offraient
à son regard.

― Ce sont les récompenses éternelles que J’ai
préparées pour toi. Je te les offre en remerciement
pour tout ce que tu as enduré et souffert pour Moi,
expliqua Jésus.

L’étonnement fit place à des larmes de joie. La femme
se prosterna devant Jésus :

― Ô Seigneur, pardonne-moi ! Je n’avais donc rien
compris. Si seulement je T’avais fait confiance au
lieu de douter ! Si seulement j’avais su ce que
contenait le sac, c’est avec joie que je l’aurais
porté ! Je n’aurais jamais dû m’apitoyer sur mon
sort !

Ainsi se pourrait-il que les fardeaux qui, aujourd’hui,
vous accablent et vous répugnent soient en fait les
joyaux et les trésors que le Seigneur vous prépare
pour vous récompenser d’avoir accepté de les porter ?

Peut-être êtes-vous tenté de comparer votre sort à
ceux dont le fardeau vous paraît plus léger…

Peut-être même que vous souhaitez échanger votre fardeau…

Mais n’y pensez pas : si Dieu vous accordait votre
souhait, vous pourriez découvrir, à votre grand regret,
que leur fardeau est encore plus lourd, plus pénible
à porter, car il ne vous était pas destiné.

Chaque fardeau est taillé sur mesure, élaboré avec
amour, conçu avec le plus grand soin. Faites confiance
à Dieu : Il sait exactement de quoi vous avez besoin.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s