L’orgasme prostatique s’entoure encore de tabous. Différent de celui pénien, davantage centré sur l’extérieur, il ouvre le champ de la jouissance à des sensations inédites. A condition de l’apprivoiser. Les clés, pas à pas, avec Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute.

stimulation de la prostate« Je ne savais pas que ça pouvait exister » confie Marc. « Je respirais et ça repartait à nouveau » s’étonne encore Julien. « Est-ce que c’est ça la fameuse énergie sexuelle, dont on parle ? » questionne Gérard. Généralement, l’orgasmeest associé à l’éjaculation pénienne, une manifestation externe, or la version prostatique est radicalement différente, plus interne. « Les hommes témoignent d’un orgasme plus profond, presque une extase, proche sans doute de l’orgasme féminin. Il déferle en vagues, ou bien embrase le corps, avec volupté » rapporte Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute. Si les perceptions sont différentes, les moyens d’y parvenir aussi. Les hommes sont d’accord sur ce point, l’orgasme prostatique s’apprend et s’apprivoise.

Quid de l’orgasme prostatique

La prostate est une glande qui contient le liquide séminal. Elle est située à sous la vessie, à l’avant du rectum. Il faut passer par un toucher rectal pour la stimuler, celui-ci peut s’effectuer avec le doigt ou encore avec un sex toy adapté à cet usage. Les sensations qui lui sont associées diffusent à l’intérieur du corps, à la différence de celui pénien, dirigées vers l’extérieur.

La bonne position pour stimuler la prostate

L’accès à cette zone, quand on est en solo, est plus facile dans certaines positions. Etant donné que le facteur relaxation est important, trouver celle qui vous convient le mieux est important. Celles plébiscitées par les hommes sont les suivantes :

  • La position en chien de fusil, les genoux ramenés vers vous, et les deux mains disponibles ;
  • La position sur le dos, les fesses relevées sur un coussin, les genoux pliés ou ramenés vers soi.

Comment stimuler la prostate ?

Une bonne stimulation demande certaines précautions d’usage, à savoir une hygiène de la zone anale irréprochable, tout comme celle des doigts. Des ongles bien coupés sont préférables, pour éviter de se blesser. Prévoyez un lubrifiant. Privilégier une approche par palier, comme des préliminaires. Le massage est d’abord externe. Appuyez sur la zone d’acupressure du périnée (située entre le sexe et l’anus). Puis massez l’anus pour qu’il s’ouvre, par de petits mouvements circulaires, sans heurter les muqueuses, très sensibles à cet endroit. Puis procédez au massage de la prostate, un doigt dans le rectum. Cette zone très vascularisée, réagit à la chaleur, et au mouvement de va-et-vient. Attention, elle est située près de la vessie, vous pouvez avoir une envie de faire pipi.

S’autoriser à prendre du plaisir

C’est une zone entourée de nombreux tabous. Elle est souvent associée à une zone « sale », « homosexuelle », ou encore médicale avec le toucher rectal indiqué dans le dépistage du cancer de la prostate. La principale clé du plaisir est de s’autoriser à investir cette zone, et à passer de l’homme pénétrant à l’homme pénétré. Alors il est possible de bénéficier de ses vertus de jouissance. Autre élément important : « Prendre du plaisir ne va pas changer votre orientation sexuelle, si vous êtes hétéro » rassure la sexothérapeute.

La respiration

Prêtez attention à votre respiration ! « Il est possible que vous la reteniez, ou bien qu’elle soit saccadée. Prenez de plus amples respirations, afin de laisser l’énergie circuler et envahir tout votre corps » recommande Nathalie Giraud-Desforges. Les vertus de la respiration sont avérées : elle permet de relâcher le mental, de se centrer sur son ressenti, et de laisser de côté les parts critiques. Respirer vous permet de revenir à vous : les effets de relâchements et de détente sont amplifiés, favorisant ainsi l’accès au plaisir.

Se centrer sur ses ressentis

Les sensations habituelles associées au plaisir masculin sont externes, avec la notion d’excitation grandissante. Là, ce sont des sensations inédites, des contractions rectales, des micro-sensations auxquelles vous ne prêtez sans doute pas attention d’habitude. La vague orgasmique « prostatique » se présente à petits pas, en micro-contractions… « Il n’y a pas d’explosion immédiate, c’est progressif ! » précise notre expert. Cela demande de la patience, de la persévérance et d’y revenir. L’écoute intérieure ne va pas de soi !

Jouir sans le pénis

Vous pouvez être tenté de revenir à un mode plus connu, et de saisir votre sexe, pour « l’acmé ». Résistez pour continuer à explorer ce qui se passe différemment. Laissez votre sexe de côté, pour un moment. Apprivoisez cette zone. Laissez le temps aux micro-sensations de parvenir au cerveau, et à votre corps de poursuivre l’expérience.

Le point P en solo ou en duo

Le mieux pour débuter est d’explorer l’orgasme prostatique en solo, pour apprivoiser ces nouvelles sensations à son propre rythme. « Prenez ce temps rien que pour vous, explorez en douceur, sans attente » insiste Nathalie Giraud Desforges. C’est une exploration qui est lente, qui prend du temps. Avec un partenaire posez un cadre, si c’est possible. Demandez-lui d’être là pour vous, d’avancer petit à petit à l’écoute de vos sensations.

Le sex toy : mode d’emploi

Le massage de la prostate en solo, avec le doigt, n’est pas toujours aisé. Ce n’est pas si confortable. « Pour certains, un sex toy adapté permet d’aller au-delà de certaines résistances » explique notre expert. Choisissez un sex toy adapté à votre anatomie, de préférence non vibrant, pour commencer. Il ne doit être ni trop gros, ni trop grand, ni trop courbé. Demandez conseils. Les plus performants sont les stimulateurs prostatiques, conçus pour cet effet.

Mode d’emploi : Evitez les va-et-vient manuels qui concentre l’action sur la zone rectale, et non plus sur la prostate. Vous allez vous éloigner de votre ressenti. Introduisez-le et laissez faire, sans intervenir. Les contractions du sphincter vont imprimer un mouvement de va et vient naturel. Laissez venir les sensations.

Vibrations attention !

Les sex toys vibrants sont à utiliser avec modération. En effet avec la vibration, le résultat est garanti, souvent à grande vitesse et avec intensité. Elle peut amener une jouissance de cette zone, plus facilement. Toutefois, il y a le risque d’une surenchère, d’en vouloir toujours plus, et à la longue d’anesthésier des sensations. Le mieux est d’alterner et de savourer la différence.

Catherine Maillard

Créé le 13 avril 2016

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s