N’aurait-il pas été plus respectable,
plus acceptable, pour Jésus, le Roi
des rois, de naître dans un palais,
entouré des membres illustres de la
cour, jouissant des honneurs et des
éloges de la société ?

Mais au lieu de cela, Il naquit sur
la terre battue d’une étable,
enveloppé de chiffons et couché dans
une mangeoire à bestiaux, avec, pour
seul entourage, une troupe bigarrée
de pauvres bergers agenouillés auprès
de Lui, à même le sol.

N’aurait-il pas été préférable de Lui
donner pour père terrestre un puissant
monarque, plutôt qu’un humble
charpentier comme Joseph?

L’appui et le soutien de l’ordre établi
n’auraient-ils pas quelque peu facilité
les choses pour Jésus et Ses disciples ?

Par ailleurs, n’était-il pas humiliant,
totalement injuste, que Ses parents
aient dû fuir leur pays, comme des
réfugiés ou de vulgaires criminels,
pour avoir donné naissance au chef
d’un nouveau gouvernement
révolutionnaire, le Royaume de Dieu.

Et n’aurait-il pas été préférable que
Jésus adopte une façon de vivre un peu
plus décente, plus convenable, au lieu
de vivre aux crochets des autres, en
allant glaner sa nourriture dans les
champs ou en dormant chez  l’habitant
(entre autres, chez les deux jeunes et
jolies sœurs célibataires, Marthe et
Marie); et au lieu d’être enterré dans
une tombe qui n’était pas la Sienne ?

Fallait-il vraiment qu’Il provoque
toujours la religion établie, qu’Il
défie les conventions, qu’Il s’attaque
aux traditions et menace le statu quo ?
Ce qui lui valut d’être exécuté en
compagnie de vulgaires criminels, et
d’être affublé de la mauvaise réputation
qu’on Lui connaît : l’ami des collecteurs
d’impôts, le compagnon des ivrognes et
des prostituées, un amateur de bonne
chère, un hors-la-loi, un fauteur de
troubles, un fanatique possédé du démon,
un faux prophète de la pire espèce ?
C’est ce qu’on disait de Lui !

Dieu n’aurait-Il pas pu user de tactiques
un peu moins sujettes à controverse, ce
qui Lui aurait permis d’atteindre Son but
d’une façon plus pacifique, plus
acceptable, plus respectable ? Et pourquoi
toujours vouloir braver l’ordre établi de
façon aussi délibérée ?

Pourquoi faire exprès de choisir comme
disciples une bande de pêcheurs sans le sou,
et un collecteur d’impôts détesté de tous ?

Le Roi des rois n’aurait-Il pas pu assurer
un meilleur départ à Son nouveau mouvement
et progresser plus vite s’Il avait fait les
choses à la manière des hommes, s’Il avait
choisi Ses disciples parmi les membres de
l’éminent Sanhédrin, qu’Il avait gagné le
soutien des synagogues et avait obtenu la
permission du grand prêtre, sans oublier
une autorisation de Rome ?

Dieu se serait-Il trompé ?

Jésus, Tu as chassé à coup de fouet les
changeurs du Temple : mais si seulement Tu
t’étais contenté de le faire une seule fois,
les autorités auraient pu Te le pardonner.
Mais Tu as récidivé, et en plus, Tu as cassé
leurs tables et renversé leur argent ! C’en
était trop, Tu le savais bien ! Tu savais
bien qu’on finirait par vouloir Ta peau !

On peut comprendre que Tu aies commis
quelques erreurs de parcours, mais n’était-ce
pas une attitude irresponsable de Ta part ?
Ne crois-Tu pas, Seigneur, que Tu aurais pu
légèrement améliorer Tes tactiques ?

Tu aurais pu sûrement peaufiner quelque peu
Tes méthodes et Ton message, pour que les
choses ne soient pas trop dures à avaler.
Comme le jour où Tu as demandé à Tes
disciples de manger Ta chair et de boire
Ton sang. Allons, Tu devais bien te douter
qu’ils allaient penser que Tu voulais les
initier au cannibalisme !

On dirait que Tu as tout fait pour qu’on
Te rejette : une grande part de Tes
méthodes et de Ton message est extrêmement
difficile à avaler pour ceux qui respectent
un tant soit peu les traditions! Tu as
rendu les choses très difficiles à expliquer
à la bonne société. Pourquoi défier à ce
point les conventions et prêter le flanc
aux critiques ? Pourquoi t’es-Tu conduit
en iconoclaste et d’une façon aussi saugrenue?

On ne peut pas dire que Tu nous facilites la
tâche !

N’étais-Tu pas le moins du monde soucieux du
qu’en-dira-t-on ? Te moquais-Tu complètement
de ce qu’on pensait de Toi et de Tes disciples?
Étais-Tu à ce point insensible à tous les
commérages qui circulaient sur Toi et sur les
hommes et les femmes qui T’accompagnaient ?
Comment pouvais-Tu nous faire une chose
pareille, Seigneur ?

Pourquoi t’acharner à être aussi difficile à
expliquer au grand public ? Que crois-Tu que
les gens vont  penser d’un comportement aussi
inexcusable ? Ils ne peuvent se fier qu’à ce
qu’ils voient et ce qu’ils entendent. Ce qui,
en l’occurrence, n’est pas fait pour arranger
les choses !

Permets-nous, Seigneur, d’améliorer Tes
méthodes, d’affiner un peu Ton message, et
de passer sous silence certains aspects
controversés de Ton ministère ! Nous ne
voulons pas refaire Tes erreurs !  Autrement,
si Tes disciples continuent de suivre
l’exemple d’un non-conformiste tel que Toi,
ils courent au devant de sérieux ennuis.

Permets-nous d’apparaître un peu plus
respectables aux yeux du monde !

Ne pourrais-Tu pas, en ce qui nous concerne,
nous permettre d’avoir un comportement un peu
plus sociable, pour faire en sorte que nous
n’ayons pas à subir le genre de persécution
dont Toi et Tes premiers disciples avez
souffert ? N’est-il pas normal que nous
tirions les leçons de Ton mauvais exemple,
de façon à éviter de faire les mêmes erreurs?

Et, Seigneur, Tu aurais pu faire preuve d’un
peu plus de respect à l’égard du Temple et
des synagogues. Tu n’es pas sans savoir que
les édifices constituent le fondement de
toute religion. Sans eux, où serait notre
religion ? Nous n’aurions nulle part où
célébrer nos cérémonies. Et puis, comment
expliquer notre appartenance religieuse si
nous n’avions pas différentes confessions?

Quant à proclamer que le Temple juif — qui
était considéré comme la maison de Dieu —
était voué à la destruction, n’était-ce pas
là un sacrilège et un blasphème ? Qui, à Ton
avis, allons-nous gagner à notre cause, si
nous nous mettons à dire des choses pareilles?

Ne te serais-Tu pas trompé, Seigneur ?

N’y aurait-il pas une meilleure façon de
procéder ? Tu aurais pu viser une classe
sociale un peu plus distinguée, choisir des
méthodes plus acceptables, et un message un
peu moins choquant qui ne rebuterait pas le
public au point de le dresser contre Toi.

N’est-il pas normal de vouloir que les gens
pensent du bien de nous, et d’aspirer à un
minimum de respectabilité au sein de la
communauté ? Nous ne demandons nullement à
faire la une des journaux, surtout pas de
manière aussi déplaisante. Nous ne cherchons
pas à nous faire traiter de fanatiques
religieux.

Faut-il, Seigneur, que pour nous garder
séparés du monde, et par refus des
concessions, nous soyons à ce point mis
au ban de la société — pour prévenir
toute tentation de retour en arrière ?
Faut-il que nous soyons totalement rejetés
pour que Tu puisses demeurer notre seul et
unique refuge ?

Faut-il que nous coupions tous les ponts
pour rendre toute retraite impossible ?

N’est-ce pas trop demander ? Tu as fait de
nous des réprouvés de la société, à l’instar
de Paul, et des apôtres  — que ce dernier
appelait les déchets de l’humanité ; comme
l’étaient Tes premiers disciples : des
inadaptés, des originaux, des fanatiques,
d’étranges personnages.

Si nous Te suivons dans cette voie, nous
risquons d’atteindre un point de non-retour!

Nous serons à jamais bannis de la société.
Cela pourrait donner des idées de division
et de trahison à ceux dont la loyauté est
douteuse, comme Judas qui T’a trahi.

Ta façon de procéder serait une telle pierre
d’achoppement pour ceux d’entre nous dont
l’engagement est faible, que notre nombre
irait en s’amenuisant, et qu’il deviendrait
extrêmement difficile de convaincre quiconque
d’accepter un tel extrémisme et de telles
exigences de loyauté, d’engagement et de
doctrine. Souviens-toi de ce qu’il T’est
arrivé après Ton fameux « sermon sur le sang
et la chair » !

***
Une manière « plus correcte, plus convenable »,
dites-vous ? Vous n’y pensez pas ! En règle
générale, ce sont les hommes qui ont inventé ça.

Mais la manière dont Dieu opère est souvent
inattendue, incorrecte et peu convenable ! Il
va à l’encontre des conventions, des traditions,
de l’orthodoxie, des grandes pompes, et de ce
qu’on appelle le bon sens.

« Car vos pensées ne sont pas Mes pensées, et
vos voies ne sont pas Mes voies, déclare
l’Eternel ; autant le ciel est élevé au-dessus
de la terre, autant Mes voies sont élevées
au-dessus de vos voies, et autant Mes pensées
sont élevées au-dessus des vôtres. »
« Qui peut connaître la pensée du Seigneur,
et qui peut L’instruire ? »

C’est peine perdue de vouloir comprendre les
plans de Dieu par notre seule intelligence
naturelle, parce qu’il est hautement improbable
que les choses se passent comme nous l’avons
imaginé. De peur que nous ne puissions nous
vanter en disant : « C’est la force de mon
bras qui m’a sauvé ! »

Pour qui nous prenons-nous de vouloir dire à
Dieu quoi faire et comment faire ? Dieu sait
ce qu’Il fait, et Ses méthodes ne sont pas
notre affaire ! Gardons-nous de vouloir dire
à Dieu comment Il doit s’y prendre.
« Seigneur, Tu dois suivre telle ou telle
méthode, pour que nous soyons mieux acceptés,
mieux compris. »

Laissez tomber ceux qui ne veulent pas
comprendre ! Soyez assuré que Dieu sait ce
qu’Il fait ! « Mets ta confiance dans
l’Éternel de tout ton cœur, et ne te repose
pas sur ta propre intelligence. Cherche à
connaître Sa volonté pour tout ce que tu
entreprends, et Il te conduira sur le droit
chemin. »

Dieu ne se trompe pas ! Même la « folie » de
Dieu est plus sage que la sagesse des hommes,
et la faiblesse de Dieu est plus forte que la
force des hommes. Il n’est pas de meilleure
voie que celle de Dieu.

Les voies de Dieu ne sont pas celles des hommes,
nous dit la Bible.

Dieu est différent. Ses enfants sont censés
être différents eux aussi. Et ils sont censés
faire une différence dans le monde qui les
entoure.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s