L’aviso de la Marine Nationale Commandant l’Herminier est un des rares bateaux français à être autorisé à hisser le vrai drapeau de pirate en mer.

Nora Moreau | 22 Mars 2016, 11h05 | MAJ : 22 Mars 2016, 11h01

 Le navire nommé L'aviso Commandant l'Herminier a le droit de voguer sous les couleurs pirates, en hommage à Jean L’Herminier, qui avait reçu ce pavillon des mains des Anglais.
 Le navire nommé L’aviso Commandant l’Herminier a le droit de voguer sous les couleurs pirates, en hommage à Jean L’Herminier, qui avait reçu ce pavillon des mains des Anglais.

 Basé à Brest (Finistère), le « Commandant-L’Herminier » est un aviso de 80 m de long lancé en 1981 spécialisé dans la lutte anti-sous-marine côtière. Sa particularité ? Il est le seul navire de la marine nationale encore en activité à arborer comme pavillon le Jolly Roger, le drapeau noir des pirates et des corsaires représentant une tête de mort surplombant deux tibias (ou sabres) entrecroisés.

Drapeau interdit aux plaisanciers

Une véritable curiosité en regard de la loi, qui interdit aux plaisanciers d’afficher un tel pavillon sans autorisation spécifique. Pourtant, l’équipage du « Commandant-L’Herminier », actuellement sous les ordres d’Audrey Boutteville, l’une des huit femmes commandants de navire de la marine nationale, n’hésite pas à hisser son Jolly Roger, à l’histoire étonnante. Le seul autre navire français ayant jamais eu le droit d’arborer ce symbole de lapiraterie était le sous-marin « Casabianca », navire héros et survivant de la Seconde Guerre mondiale qui s’est illustré en participant à la libération de laCorse… sous les ordres du capitaine Jean L’Herminier.

Celui-ci a été reçu à Oran, en mars 1943, par le capitaine Fawkes, commandant de la huitième flottille des sous-marins britanniques, à la suite du bon déroulement des opérations de renseignement et de débarquements menées en Corse. Selon la tradition toujours en vigueur au sein des flottilles anglaises, qui hissaient le pavillon noir après une mission accomplie avec succès, le capitaine lui avait remis un Jolly Roger. Cette anecdote de l’histoire a marqué de son empreinte l’aviso brestois, dont le retrait du service actif est prévu en 2018.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s