Celui qui sait aimer peut seul savoir combien on l’aime.

On peut aimer sans souffrir lorsque l’on aime sans rougir.

On dit qu’il n’y a rien d’aussi rapide qu’un sentiment d’antipathie.

Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu. (La Nuit de Mai)

Je puis délibérer et choisir, mais non revenir sur mes pas quand j’ai choisi. (Lorenzaccio)

Ton âme t’inquiète, et tu crois qu’elle pleure : Ton âme est éternelle et tes pleurs vont tarir.

Rien ne nous rend si grand qu’une grande douleur. (La Nuit de Mai)

Les larmes du passé fécondent l’avenir. (Sur la naissance du Comte de Paris)

Je parle beaucoup au hasard : c’est mon plus cher confident. (Fantasio)

Il y a des femmes que leur bon naturel et la sincérité de leur coeur empêchent d’avoir plus de deux amants à la fois. (La Confession d’un enfant du siècle)

Malheur à celui qui, au milieu de la jeunesse, s’abandonne à un amour sans espoir. (Les Caprices de Marianne)

 

La moitié d’un violent amour, c’est presque de l’amitié. (Les Marrons du feu)

Ne pouvant se corriger de sa folie, il tentait de lui donner  l’apparence de la raison. (Les Deux Maîtresses)

Dans un coeur troublé par le souvenir, il n’y a pas de place pour l’espérance.

Une femme pardonne tout, excepté qu’on ne veuille pas d’elle.

Une femme est comme votre ombre, courez après, elle vous fuit ; fuyez-la, elle vous court après.

Les grands artistes n’ont pas de patrie. (Lorenzaccio)

Rien n’est vrai que le beau, rien n’est vrai sans beauté. (Après une lecture)

Vous êtes comme les roses du Bengale, Marianne, sans épines et sans parfum. (Les Caprices de Marianne)

Tous les hommes ne sont pas capables de grandes choses, mais tous sont sensibles aux grandes choses. (Lorenzaccio)

Je ne crois pas, ô Christ, en ta parole sainte :
Je suis venu trop tard dans un siècle trop vieux.
D’un siècle sans espoir naît un siècle sans crainte.
(Rolla)

Mais je hais les cafards et la race hypocrite
Des tartuffes de moeurs, comédiens insolents,
Qui mettent leurs vertus en mettant leurs gants blancs.
(La Coupe et les lèvres)

Si je vous disais pourtant, que je vous aime,
Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?
(A Ninon)

 

Un jeune curé fait les meilleurs sermons. (Un Caprice)

Le plaisir des disputes, c’est de faire la paix. (On ne badine pas avec l’amour)

Aimer est le grand point, qu’importe la maîtresse ?
Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ?
(La Coupe et les lèvres)

Il faut être ignorant comme un maître d’école
Pour se flatter de dire une seule parole
Que personne ici-bas n’ait pu dire avant vous.
(Namouna)

Tout ce qui était n’est plus ; tout ce qui sera n’est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux. (La Confession d’un enfant du siècle)

Qu’est-ce donc qu’oublier si ce n’est pas mourir ? (Lettre à Lamartine)

A défaut du pardon, laisse venir l’oubli. (La Nuit d’Octobre)

Où le père a passé, passera bien l’enfant. (Le Rhin allemand, réponse à la chanson de N. Becker)

Et ne vois-tu pas que changer sans cesse
Nous rend doux et chers les plaisirs passés ?
(Chanson)

Le seul bien qui me reste au monde
Est d’avoir quelquefois pleuré.
(Tristesse)

L’amour vit d’inanition et meurt de nourriture.

 

On peut bien être ridicule quand on aime, mais on ne l’est pas quand on souffre. (L’âne et le ruisseau)

Quelquefois, il y a des sympathies si réelles que, se rencontrant pour la première fois, on semble se retrouver.

Avec de la mémoire, on se tire de tout. (Namouna)

La bouche garde le silence
Pour écouter le coeur
(La Nuit de Mai)

Une femme, c’est une partie de plaisir ! Ne pourrait-on pas dire, quand on en rencontre une : voilà une belle nuit qui passe ? (Les Caprices de Marianne)

On naît poète, on devient prosateur. (Le poète déchu)

Le retour fait aimer l’adieu.

Le bien perdu rend l’homme avare. (Poésies nouvelles)

Tout réel n’est pour moi qu’une fiction. (A quoi rêvent les jeunes filles)

On a bouleversé la terre avec des mots. (A quoi rêvent les jeunes filles)

L’incertitude est de tous les tourments le plus difficile à supporter. (La Confession d’un enfant du siècle)

On prend toujours le mal pour éviter le pire. (A quoi rêvent les jeunes filles)

Douces ou amères, les larmes soulagent toujours. (Un Caprice)

Où va l’homme ?
Où son coeur l’appelle.

Tu trouveras, dans la joie ou dans la peine,
Ma triste main pour soutenir la tienne,
Mon triste coeur pour écouter le tien.

Qui peut lécher peut mordre, et qui peut embrasser peut étouffer.

De quelque fol amour qu’on ait rempli son coeur
Le désir est parfois moins grand que le bonheur.
(Portia)

L’enfant marche joyeux, sans songer au chemin ;
Il le croit infini, n’en voyant pas la fin.
(Premières poésies)

La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité.

C’est tenter Dieu que d’aimer la douleur. (Stances à la Malibran)

On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime. (On ne badine pas avec l’amour)

Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c’est savoir ; vouloir, c’est pouvoir ; oser, c’est avoir. (Barberine)

Le mal existe, mais pas sans le bien, comme l’ombre existe, mais pas sans la lumière. (Lorenzaccio)

Qui aima jamais porte une cicatrice. (Lettre à Lamartine)

Tout vrai regard est un désir.

Prenez garde à un homme qui demande un pardon ; il peut avoir si aisément la tentation d’en mériter deux ! (La Nuit vénitienne)

Ah ! celui-là vit mal qui ne vit que pour soi !

Etrange chose que l’homme qui souffre veuille faire souffrir ce qu’il aime ! (La Confession d’un enfant du siècle)

Il n’y a de vrai au monde que de déraisonner d’amour. (Il ne faut jurer de rien)

L’enthousiasme est frère de la souffrance. (Lorenzaccio)

Tous les amours ne se ressemblent pas. Toutes les maîtresses se ressemblent. (Le roman par lettres)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s