« Un jeune garçon a mis entre les pages d’un livre la fleur que lui a donnée son amie. Bien sûr, très peu de temps après, les pétales sont fanés, décolorés, mais qu’importe ? Chaque fois qu’il regarde cette fleur, il lui semble que sa bien-aimée lui sourit et lui dit mille choses à travers elle. Il met cette fleur contre son cœur, il y pose ses lèvres, elle est comme un talisman qui lui ouvre les portes du ciel, et il est rempli de joie, il se sent inspiré, il devient poète. Mais le temps passe, et voilà que les relations avec cette jeune fille ne lui paraissent plus aussi idéales : à peine s’il remarque maintenant la fleur entre les pages du livre ; elle ne lui dit plus rien, c’est comme si elle était devenue muette. Et puis, un jour, il finit par la jeter au panier.
Alors, que s’est-il passé ? La fleur était toujours là, elle n’avait pas changé, mais le garçon, lui, avait changé. C’est lui qui avait fait de cette fleur un talisman, et c’est lui qui lui a enlevé son pouvoir. La conclusion à tirer de cet exemple, c’est que par lui-même un objet est indéterminé ; c’est notre façon de le considérer qui peut faire de lui un talisman. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s