Une tête coupée – Antoine-Joseph Wiertz

 

Lors d’une exécution capitale, le peintre belge Antoine-Joseph Wiertz (1806-1865) procéda à une étrange expérience faisant appel à l’hypnose.

Pour savoir si le cerveau fonctionne encore dans une tête fraîchement coupée, il demanda à un médecin de l’hypnotiser pour faire en sorte qu’il puisse s’identifier avec l’esprit d’un homme sur le point d’être guillotiné.

Les deux hommes se cachent sous la guillotine.

Lorsque la tête du criminel tombe dans le panier Wiertz, déjà en transe, est pris de convulsions. D’une voie rauque il s’écrie : ‘Je crois qu’elle voit’. Aussitôt le médecin lui demande : ‘Qui voit ?’. Et Wiertz de répondre : ‘La tête. Elle souffre terriblement. Elle pense et sent, mais elle ne comprend pas ce qui lui arrive. Elle attend la mort’.

Après s’être beaucoup débattu et avoir imploré le pardon, le peintre se calma enfin. Le docteur toucha du doigt la tête coupée, elle était froide !

Dans la galerie Wiertz à Bruxelles (Belgique) on peut voir un tableau intitulé Une tête coupée où l’artiste nous fait partager les instants d’angoisse de cette expérience macabre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s