Des fouilles de  l’Institut national de recherches archéologiques préventives ont permis de retrouver les vestiges du château de la Phalecque au cœur de la ville de Lille.

17 Mars 2016, 11h06 | MAJ : 17 Mars 2016, 11h05

RÉAGIR

2
A Lille, les vestiges du château de la Phalecque datant du XVIe siècle ont été mis au jour entre le quartier d’affaires Euralille et celui plus résidentiel de Fives.
A Lille, les vestiges du château de la Phalecque datant du XVIe siècle ont été mis au jour entre le quartier d’affaires Euralille et celui plus résidentiel de Fives.(AFP/JP Pepek Balloide.)

Des fouilles archéologiques ont permis de découvrir les vestiges du château de la Phalecque datant du XVI e siècle à Lille (Nord). « C’est une très belle découverte qui permet de mieux connaître l’histoire de Lille », a déclaré à l’AFP Elisabeth Justome, chargée du développement culturel et de la communication à l’Inrap Nord-Picardie, précisant que les fouilles ont été réalisées entre août et novembre 2015.

Effectuées sur 5 800 m² entre le quartier d’affaires Euralille et celui plus résidentiel de Fives, elles ont révélé une occupation du site depuis le Ier siècle avant notre ère, jusqu’au XVIII e siècle.

Le château est entouré d’un fossé dans lequel les archéologues ont mis au jour des boulets de canon portant des traces d’impacts. « La découverte témoigne des périodes de conflits entre le royaume de France et les Flandres », a expliqué l’institut. Les nombreux objets exhumés, comme les services de table (verreries de Venise, cuillères en argent, céramiques de Delft), reflètent également le niveau de vie privilégié des résidents. C’est fin XVII e-début XVIII e que l’édifice du XVI e siècle a été rasé et réaménagé en jardin, tandis qu’un nouveau logis était construit au sud.

Défense de la ville

« Témoin de la fonction résidentielle du nouveau château, une folie (NDLR :maison de villégiature ou de réception) occupait le fond de jardin. A l’image du pavillon français du petit Trianon de Versailles, ce petit édifice présentait une rotonde entourée d’un couloir circulaire reliant quatre pièces quadrangulaires réparties en croix », décrit le communiqué.

« Lors du dernier siège de Lille par les Autrichiens, en 1792, le château de la Phalecque sert de poste avancé pour les assiégeants et abrite 300 uhlans (cavaliers germaniques armés d’une lance). Pour une meilleure défense de la ville, il est ensuite décidé de créer un no man’s land autour de ses remparts et de détruire définitivement la propriété », explique l’Inrap.

Le site a été depuis réinvesti par un promoteur immobilier qui compte y construire logements et bureaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s