ImageProxy (1)

Le mois dernier, alors que je séjournais en Floride, je suis allée consulter un chiropraticien pour une correction très spécialisée et apparemment miraculeuse dont j’avais entendu beaucoup de bien. J’étais en pleine forme, mais je me disais que je pourrais sûrement me sentir encore mieux.

Le chiro m’a invitée à m’étendre sur le dos. Il m’a demandé de tourner ma tête vers la droite et vers la gauche. Puis, après avoir observé comment mon corps bougeait lorsque je tournais la tête, il a déclaré que j’étais désalignée. J’étais saisie par la rapidité de son diagnostic… surtout qu’il ne me semblait pas très centré. Mais avant même que je puisse le questionner, il m’a demandé de m’installer sur le côté, et il a fait sa manœuvre – avec la délicatesse d’un boucher (notez qu’il manipulait une de mes vertèbres cervicales…). Bref, je suis sortie de là assez bousculée. Évidemment, si j’avais eu le temps de réfléchir, j’aurais refusé qu’il me touche dans cet état, mais tout s’est fait si vite que j’ai été aspirée dans son ouragan.

Dans les jours qui ont suivi, j’ai commencé à avoir très mal au dos, et à me sentir toute croche. On aurait dit que mes jambes étaient inégales – tellement que j’avais l’impression de boiter! La sensation est difficile à décrire, mais c’était comme si mon squelette avait passé une bonne heure dans la sécheuse. Bref, après quelques massages profonds pour essayer d’apaiser (en vain) mon mal de dos, et après qu’une massothérapeute m’a confirmé que ma jambe droite était plus courte que l’autre, j’ai fini par faire le lien entre mon état et la manipulation du chiro. J’aurais dû y penser dès que les symptômes se sont présentés, j’imagine, mais ce spécialiste m’avait été très fortement recommandé. Et je présume toujours innocemment que les gens savent ce qu’ils font, quelles que soient les apparences. (Levez la main si vous êtes comme moi…)

Que faire? Il n’était évidemment pas question de me faire réajuster par cet homme. La seule option était d’aller consulter un des deux chiros au Québec qui ont la même spécialité, afin qu’il règle le problème. Rien de bien sorcier, n’est-ce pas? Or, voici ce qui est assez particulier : je ne voulais absolument pas aller voir qui que ce soit… Je préférais attendre que tout se place naturellement. Voyez-vous, j’avais payé une somme importante pour être traitée par le chiro de Floride, et il n’était pas question de faire quoi que ce soit pour réparer les dommages. Oh, ce n’était pas seulement une question de temps ou d’argent… non, c’était surtout le «principe». Je n’aurais pas dû me retrouver dans cette situation en partant, donc je ne voulais rien investir pour la rétablir. J’aurais eu l’impression d’admettre que cette réalité était la mienne, d’accepter le fait que je m’étais laissée traiter par ce drôle de numéro.

C’est une réaction complètement insensée, bien sûr. Mais j’observe régulièrement ce phénomène en moi… J’ai tendance à choisir la «justice» plus que mon bien-être. Accepter certaines erreurs et malchances est trop douloureux, alors je compose avec la réalité telle qu’elle devrait être plutôt que telle qu’elle est vraiment. Voici un autre petit exemple : la semaine dernière, le pare-brise de ma voiture s’est retrouvé complètement glacé après une nuit dehors, alors que j’étais en visite à la campagne. Et sur le coup, j’étais complètement fermée à l’idée de m’acheter un nouveau grattoir, car je me disais que j’aurais dû penser à mettre le mien dans la voiture avant de quitter Montréal (mon plan était de faire rouler le moteur de la voiture et d’attendre que la glace fonde!). Ou encore, récemment je suis devenue impatiente dans ma façon de gérer une certaine situation, car à mes yeux, le problème aurait dû être réglé depuis longtemps, et avoir une attitude relax et constructive aurait signifié indirectement que le délai était acceptable.

C’est ce qu’on pourrait appeler «bouder la réalité». On se rebelle contre l’état des choses en le niant, en faisant comme si tout se déroulait comme on le souhaite. Oh, et on se raconte des histoires pour justifier notre réaction. Comme mon corps va se replacer par lui-même au fil du temps (et souffrir pendant deux ans en attendant?). Ou si je réchauffe la voiture, la glace va fondre (j’ai essayé, et après une demi-heure, elle était toujours fermement agrippée). On préfère composer avec le problème et les inconvénients qui en découlent plutôt que de dire oui à la réalité et de faire avec ce qu’on a. Le résultat est qu’on tolère des douleurs inutiles, et qu’on se prive des outils (et des grattoirs!) dont on a besoin pour naviguer allègrement à travers les circonstances. Et surtout, on vit dans un état de contraction, tourné vers l’arrière plutôt que vers l’avant.

Vous voyez ce que je veux dire?

Ainsi, je ne sais pas si vous vivez présentement des situations qui ne sont pas telles qu’elles devraient être (du moins, selon vous), ou si vous avez été victime de malheureux accidents, ou si vous avez fait une erreur que vous avez peine à admettre et à accepter. Certaines pilules sont difficiles à avaler – parfois, trèsdifficiles à avaler… Mon aventure avec le chiro est une partie de plaisir, si on la compare à certains des défis qu’on peut rencontrer. Mais même si notre frustration est complètement, intensément justifiée, la seule issue possible est de s’incliner devant la réalité. De rattraper notre vie exactement là où elle est. Ce n’est pas que les circonstances sont ok… C’est juste que c’est ça, ou rien du tout. Et sacrifier le présent ne guérit aucunement les blessures du passé.

Ce qui est perdu n’est rien, comparé à ce qui peut être créé. La vie est toujours à sa pleine magie, à sa pleine puissance. Et chaque fois qu’on a le courage d’accepter et de relâcher le passé, on s’ouvre à un présent rempli de richesse et de possibilités.

Marie-Pier Charron

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s