MATIN MAGIQUE | Métamorphose‏


«Une femme dit, parle-nous de la Souffrance.

Il répondit :

Votre douleur est l’éclatement de la coquille qui enferme votre entendement.

De même que le noyau doit se fendre afin que le cœur du fruit se présente au soleil, ainsi devrez-vous connaître la Souffrance.

Si vous saviez garder votre cœur émerveillé́ devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur ne vous paraîtrait pas moins merveilleuse que votre joie;

Vous accepteriez les saisons de votre cœur, comme vous avez toujours accepté les saisons qui passent sur vos champs.

Et vous veilleriez avec sérénité́ durant les hivers de vos chagrins.

Une grande part de votre douleur a été́ choisie par vous.

C’est la potion amère avec quoi le médecin en vous guérit votre moi malade.

Faites confiance, alors, au médecin, et buvez son remède calmement et en silence.

Car sa main, si lourde et si rude soit-elle, est guidée par la tendre main de l’Invisible.

Et la coupe qu’il vous tend, bien qu’elle brûle vos lèvres, a été́ façonnée d’une argile que le Potier a imprégnée de Ses larmes sacrées.»

– Khalil Gibran

ImageProxy (1)

On aime tant le symbole du papillon aux belles ailes colorées. Ou les images de personnes rayonnantes de liberté. Mais on semble oublier qu’à l’origine de chaque papillon, il y a une chenille qui a été plus ou moins broyée. Et que dans l’histoire de chaque personne profondément libre, il y a une coquille qui a dû éclater.

La destruction fait partie intégrante de la métamorphose. On ne peut passer à côté.

Être capable de choisir des perspectives un peu plus positives, ou des pensées un peu plus douces (bref, être capable de «choisir le bonheur») est une grande chose. Mais être capable de permettre nos petites morts intérieures sans résister au mouvement est tout aussi sacré et important. Le paradoxe est qu’on est heureux – dans le sens le plus réel et profond du terme – seulement dans la mesure où on se permet d’accueillir les moments où on ne l’est pas vraiment.

Ainsi, je ne sais pas si vous êtes en train de vivre une métamorphose… Ou plutôt, je ne sais pas dans quelle phase de la métamorphose vous vous trouvez présentement. Mais rappelez-vous qu’aucune phase du cycle n’est meilleure que l’autre. Tout s’inscrit dans le même mouvement. Et absolument tout ce que vous vivez vous rapproche de cette belle paire d’ailes colorées que vous voulez tant.

Bonne journée!

Marie-Pier Charron

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s