Pensée du mardi 10 novembre 2015.


« Des exercices très simples de concentration, de maîtrise de soi, peuvent, si vous y consacrez au moins quelques minutes chaque jour, vous apporter de grands bienfaits. Mais combien prétendent qu’ils n’ont pas le temps ! Eh bien, puisqu’ils n’ont pas de temps pour être dans la paix, l’harmonie, la lumière, ils en auront toujours pour être dans les troubles, les désordres et les ténèbres.
S’il y a une chose qui arrive de façon certaine dans la vie, c’est d’être malheureux, triste, déçu, découragé ; et ce qui est moins certain, c’est d’être heureux, fort, serein. Pourquoi ? À cause de cette formule dont tous se gargarisent : « Je n’ai pas le temps ». Voilà une façon commode de justifier leur paresse, leur inertie. Pas le temps d’étudier, de prier, de faire des exercices. Et qu’est-ce qui occupe tellement ces personnes qui n’ont pas de temps à consacrer à leur équilibre psychique, à leur élévation spirituelle ? Rien d’autre, souvent, que des futilités. Dire qu’ils n’ont pas le temps les justifiera peut-être devant les aveugles et les ignorants, mais jamais devant le Ciel. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Elle déchire un million d’euros en billets pour en priver ses héritiers !


648x415_illustration-billets-ciseaux.jpg

Elle déchire un million d’euros en billets pour en priver ses héritiers !

Déchiquetées façon puzzle, les liasses de billets ont été retrouvées sur son lit de mort…

L’héritage, cet épineux sujet qui peut ruiner la paix familiale et diviser à jamais les descendants du défunt. Une Autrichienne de 85 ans a préféré régler la question en amont en détruisant près d’un million d’euros. Un différend avec ses héritiers pourraient être à l’origine de ce geste.

Des coupures de 100 et 500 euros

Elle a méthodiquement déchiqueté sa fortune façon puzzle, soit 950.000 euros en coupures de 100 et 500 euros, a-t-on appris jeudi auprès de la justice autrichienne. Les billets déchirés ont été découverts après la mort de l’octogénaire, sur son lit, dans une maison de retraite où elle avait été transférée cinq jours auparavant.

La vieille dame a également détruit ses livrets d’épargne, selon le quotidien autrichien Kurier. Le parquet de Wiener Neustadt a également confirmé les faits, mais aucune enquête ne sera ouverte, car ils « ne relèvent pas d’une infraction pénale », a précisé le procureur.

Le million pourrait être remboursé

Mais les dernières volontés de la vieille dame pourraient ne pas être respectées. La Banque nationale autrichienne a assuré dans le journal Kurier qu’elle était prête à remplacer les billets détruits. La vengeance de l’octogénaire envers ses héritiers serait alors réduite à néant.

tumblr_mk6p9wsc171s9s7veo1_500.gif

autriche-dechire-million-euros-billets-priver-heritiers

Une souris dressée transportait de la drogue entre les cellules des détenus


648x415_illustration-souris.jpg

Une souris dressée transportait de la drogue entre les cellules des détenus

Au Brésil, des prisonniers avaient dressé une petite souris pour s’échanger de la drogue ou des puces de téléphone portable entre leurs cellules, a rapporté jeudi la police.

Le rongeur messager a été découvert il y a une semaine lors de l’inspection de routine d’une prison de l’Etat amazonien du Tocantins, dans le nord du pays. « La souris était si docile qu’elle se laissait même caresser la tête », a déclaré jeudi à l’AFP Gean Carlos Gomes, directeur de la prison Barra da Grota, à Araguaina, au nord du Tocantins.

Une longue ficelle attachée à la queue du rongeur

Les détenus avaient accroché une longue ficelle attachée à la queue de la souris.« En la suivant, les agents ont découvert qu’elle allait du pavillon A au pavillon C », a déclaré le directeur de la prison. « Quand le rongeur arrivait à sa destination, les prisonniers prenaient la souris et tiraient sur la ficelle avec les objets », a-t-il précisé.

Pendant l’opération, les policiers ont saisi 29 doses de marijuana et 23 de cocaïne. Les images des caméras de surveillance vont être analysées pour tenter de découvrir qui était le propriétaire de la souris. Contrairement à lui, le rongeur a pu retrouver la liberté. Il a été relâché dans un bosquet à l’extérieur de la prison.

En 2009, des détenus brésiliens avaient utilisé des pigeons pour faire entrer des produits de contrebande dans leur cellule, rappelle The Telegraph.

souris-dressee-transportait-drogue-entre-cellules-detenus

Quand vous saurez m’expliquer le mystère de la pastèque…


«Je n’ai pas la prétention d’être fermier,

disait W. J. Bryan dans une conférence sur

le thème de la paix, mais j’ai observé et

j’ai étudié les graines de pastèque.

Chacune d’entre elles a le pouvoir

d’absorber du sol et de faire passer

à travers elle 200 000 fois son propre poids.

Saurez-vous me dire comment elle fait pour

absorber toute cette matière, et pour en

extraire les pigments qui vont colorer

sa surface externe, chef-d’œuvre que

l’art des hommes ne peut égaler?

Saurez-vous m’expliquer comment elle fait

pour former, en dessous de cette surface,

une croûte blanche ; et, sous cette croûte,

un cœur rouge rempli d’une multitude de

graines noires, qui, à leur tour,

seront capables de faire passer à travers

elles 200 000 fois leur propre poids ?

Quand vous saurez m’expliquer le mystère

de la pastèque, alors vous pourrez me

demander d’expliquer le mystère de Dieu.»

Des Prix Nobel témoignent de leur foi

Des études montrent que 40% des scientifiques

croient en Dieu.

Voici ce que déclarent certains des plus

prestigieux, parmi les lauréats du Prix Nobel:

Le physicien allemand Max Born, pionnier

de la mécanique quantique, déclarait:

«Ceux qui disent que le fait d’étudier

la science conduit à l’incroyance doivent

être un brin dérangés.»

Le physicien américain Arno Penzias a partagé

un Prix Nobel pour avoir découvert la présence

de micro-ondes dans l’espace – ce qui, au dire

des experts, montrerait que l’univers a été

créé à partir de rien. Penzias affirmait:

«Si je n’avais eu aucune autre donnée que

celles contenues dans les premiers chapitres

de la Genèse,dans certains psaumes et passages

de l’Écriture,je serais parvenu à la même

représentation de l’origine de l’univers

que celle que m’ont suggérée les données

scientifiques.»

Le chercheur anglo-allemand Ernst Boris Chain

reçut le Prix Nobel de médecine pour son

travail sur la pénicilline. Chain écrivait:

«Où qu’il dirige son regard, le principe du

dessein [divin] s’offre constamment aux yeux

du biologiste. La probabilité que des

molécules d’ADN se soient assemblées par pur

hasard est si négligeable qu’on ne peut la

prendre au sérieux.»

Le physicien américain Arthur Compton a

découvert ce que l’on appelle l’effet Compton,

qui se rapporte aux rayons X.

Il confiait:

«Pour moi, la foi commence avec la réalisation

qu’une intelligence suprême est à l’origine

de l’univers et a créé l’homme.

Il ne m’est pas difficile d’avoir ce genre de

foi,étant donné qu’un univers intelligent et

bien réglé témoigne de la plus grande

proclamation jamais faite:Au commencement,Dieu.»

William D. Phillips a remporté le Prix Nobel

de chimie en 1997 pour avoir trouvé,

grâce au laser, un moyen d’obtenir des

températures très proches du zéro absolu.

Phillips disait un jour en plaisantant

qu’il avait tant de collègues chrétiens,

qu’il ne pouvait pas faire un pas dans

son église, le dimanche matin, sans

tomber sur une bonne dizaine de physiciens.

Parmi les lauréats du Prix Nobel,

un bon nombre reconnaissent la main

de Dieu dans l’univers.

Dans leur étude de l’œuvre de Dieu,

Sa création ― qui ne cesse de rendre

témoignage de Lui ―,

ces hommes et ces femmes sont parvenus

à la conclusion qu’il doit y avoir

un Créateur.

Australie: Un impressionnant mur de nuages à Sydney


australie nuage.jpg

Australie: Un impressionnant mur de nuages à Sydney

En Australie, quatre Etats du Sud-Est du pays sont en alerte météo, selon les médias australiens.

Après les violentes inondations de Melbourne, les tempêtes ont touché la ville de Sydney, où un impressionnant mur de nuages s’est développé, comme le montrent ces images.

Les Australiens ont posté de nombreuses photos et vidéos de ces phénomènes naturels sur les réseaux sociaux.

austalie_plage-bondi-sous-tempete-sidney-6-novembre-2015.jpg

Une agricultrice de l’Etat de Victoria a posté cette vidéo d’une mini-tornade :

australie-impressionnant-mur-nuages-sydney

La canne à pêche Barbie capture un gros poisson !


barbie canne à peche.jpg

La canne à pêche Barbie capture un gros poisson !

Tous les enfants aiment imiter leurs parents.

On connaissait la guitare en plastique qui ne fait pas exactement le même son que l’original.

La canne à pêche en plastique rose flashy, c’est du même acabit : parfait pour jouer, mais moins pour pêcher.

Détrompez-vous. Cette petite fille a fait une grosse prise avec sa canne à pêche…Barbie !

Derrière la caméra, on entend son père l’encourager à tourner la manivelle. On pourrait croire que le jouet va lâcher… Mais non. Le poisson d’une cinquantaine de centimètres atterrit dans le bateau.

Bien joué !

Barbie canne à péche

Un vol en wingsuit quasi irréel !


wingsuit.jpg

Un vol en wingsuit quasi irréel !

Graham Dickinson et son caméraman « The Great Dario » ont réalisé un vol en wingsuit tellement incroyable qu’il semble presque digne d’un film de série b. Et pourtant…

Elancés des hauteurs de Chamonix (Le Brévent, 2.525m) leur combinaison magique sur le dos et leur GoPro visée sur le casque, Graham Dickinson et son compagnon de vol « The Great Dario » ont dépassé les limites de la perception à plus de 180 hm/h, frôlant les rochers et les cîmes de conifères de la vallée alpine.

Une performance tellement sensationnelle qu’elle a même suscité l’incrédulité des observateurs malgré sa parfaite authenticité. La vitesse d’enregistrement est à l’origine de ce trouble de la perception. Le vol a en effet été enregistré à 60 images par seconde au lieu des 24 habituelles et cette définition confère parfois, étrangement, une sensation inverse: celle d’assister à un trucage bon marché.

Lors d’un enregistrement en très haute définition, le décor devient en effet extrêmement réaliste alors que les personnages perdent en crédibilité car la précision de la définition ne permet plus de gommer les « imperfections » potentielles. Le cerveau procède alors au mécanisme inverse, à l’image du phénomène bien connu de l’effet stroboscopique.

Bref, le cerveau humain doit encore s’habituer à l’évolution des technologies pour se les approprier… mais cette performance s’avère bel et bien réelle.

Le contrechamp ci-dessous.


Un-vol-en-wingsuit-quasi-irreel