La main cousue dans son ventre pour éviter l’amputation


La main cousue 1.jpg

La main cousue dans son ventre pour éviter l’amputation

Il s’agit d’une technique déjà utilisée pendant la Première Guerre mondiale.

Frank Reyes, un retraité de 87 ans, risquait de perdre sa main après un accident. Alors qu’il changeait la roue d’une remorque, le cric lui a échappé des mains au plus mauvais moment. Pendant près d’une demi-heure, sa main gauche est restée coincée sous un garde-boue surchauffé par un soleil de plomb. Et le gant qu’il portait n’a pu empêcher la chaleur de brûler sa chair et ses tendons jusqu’à l’os.

Les médecins ont d’abord été contraints de lui amputer l’index. Mais le reste de la main restait menacée à cause de la gangrène. Le docteur Anthony Echo, chirurgien à l’hôpital méthodiste de Houston (Texas), a dès lors songé à utiliser le ventre du patient comme incubateur. Une technique déjà utilisée lors du premier conflit mondial.

La main cousue 2.jpg

Le Dr. Anthony Echo et son patient. © ap.

Pendant trois semaines, la main de Frank Reyes a pu ainsi être réalimentée en sang et régénérée. Le 27 août dernier, les médecins lui ont retiré la main de son ventre. Ceux-ci ont greffé une partie de la peau de l’abdomen pour remplacer les tissus abîmés de la main.

La-main-cousue-dans-son-ventre-pour-eviter-l-amputation

Auteur : samychaiban

Licencié ès lettres modernes de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III, je donne des leçons particulières en langue et littérature françaises, je prépare au Bac français et je compose des notes de recherches ou des memoires pour les étudiants des Universités francophones. Contactez-moi au 96170928822 ou au 9614923322 Né le 26 octobre 1947 , à Beyrouth ( Liban ) , j’ai passé ma jeunesse au Sénégal où j’ai vécu de 1951 à 1962.J’y ai fait mes études primaires et complémentaires chez les Pères Maristes à Hann ( Dakar ).Doté de mon BEPC en 1962, je suis retourné au Liban avec mes parents.J’ai fait mes études secondaires chez les Frères Maristes à Jounieh puis à Champville et ma Terminale A au Lycée Franco-Libanais à Beyrouth.J’ai eu ma « Licence ès lettres modernes » de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III.J’ai enseigné la langue et la littérature françaises de 1962 à 2006,dans différents établissements scolaires tout en ayant comme point d’attache « Saint Joseph School »,Cornet Chahwan. J’ai pris ma retraite en 2006 pour des raisons personnelles. Je suis marié et père de famille.Je suis poète à mes moments perdus,romantique et fidèle à mes amitiés.Je suis AMOUREUX FOU DU LIBAN .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s