Pensée du lundi 14 septembre 2015.


« Jésus est venu révéler aux hommes que Dieu est leur Père ; mais au lieu de réfléchir et de creuser en eux-mêmes pour trouver les traces de cette filiation divine, les chrétiens s’en tiennent à une interprétation puérile. Ils se conduisent comme des enfants capricieux, exigeants, inconséquents, et ils s’imaginent que, quoi qu’ils fassent, Dieu se montre indulgent et leur pardonne leurs fautes. Ils arrivent devant Lui barbouillés, couverts de boue, et ils croient qu’en Lui disant : « Seigneur, je suis allé patauger dans les marécages, mais je sais que Tu es bon et miséricordieux, pardon, je regrette », cela suffira. Eh bien non, cela ne suffit pas, et le Seigneur commence par les envoyer se débarbouiller.
Que signifie « se débarbouiller » ? Réparer ses erreurs. C’est cela le vrai repentir qui nous ramène auprès de Dieu. Croire que Dieu nous pardonne simplement parce qu’Il est bon, miséricordieux et que nous avons la foi, c’est une illusion. Nous ne sommes pardonnés que si nous prenons conscience de nos fautes et si nous les réparons. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

«Cela fait 12 ans que je ne me suis pas douché» !


Cela fait 12 ans que je ne me suis pas douché.jpg

«Cela fait 12 ans que je ne me suis pas douché» !

Dave Whitlock, professeur de chimie à Cambridge, n’a pas pris de douche ces douze dernières années. À la place, il se vaporise avec un spray contenant des bactéries vivantes.

Son histoire est tellement insolite qu’on a de la peine à y croire. Mais David Whitlock, du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge, aux États-Unis, jure: «Cela fait douze ans que je ne me suis pas douché.» C’est ce qu’il a raconté la semaine passée à un journaliste de la chaîne de télévision CBS Boston.

Au lieu de se débarrasser des saletés quotidiennes à l’aide d’eau et de savon, le professeur de chimie vaporise son corps avec un spray contenant des bactéries vivantes. Celles-ci ont été principalement récoltées dans des fermes. David Whitlock avoue cependant qu’il lui arrive de se servir d’une éponge imbibée d’eau pour éliminer les saletés tenaces.

Bactéries importantes pour la peau

Le spray inodore porte le nom peu flatteur de «Mother Dirt», soit «mère saleté» en français. La substance est produite par l’entreprise AOBiome, cofondée par David Whitlock lui-même. L’entreprise met principalement au point des produits pour lutter contre les problèmes de peau.

«Personne n’a encore fait des tests scientifiques auprès de ceux qui se lavent quotidiennement. Comment peut-on alors affirmer que cette pratique est bonne pour la santé?», s’interroge le professeur. Selon lui, se laver trop souvent peut même avoir des conséquences néfastes pour la peau. «Les gens se débarrassent non seulement de leur saleté, mais également des bactéries qui sont importantes pour une peau en bonne santé».

Un simple coup marketing?

Interrogé par le Bild, le professeur Tilo Biedermann, directeur du service de dermatologie et allergologie à la clinique universitaire de Munich, confirme: «Deux ou trois douches par semaine sont totalement suffisantes». Le quotidien rappelle cependant que l’industrie des cosmétiques utilise depuis longtemps des bactéries vivantes dans ses produits.

AOBiome, la firme du professeur américain, essaie non seulement de promouvoir la santé de ses clients, mais tente également de devenir un acteur important de ce secteur qui brasse des milliards de dollars chaque année, analyse «Bild». Difficile, donc, de savoir si les déclarations de Dave Whitlock sont sincères ou s’il s’agit uniquement d’un coup marketing pour son entreprise..

Cela-fait-12-ans-que-je-ne-me-suis-pas-douche

Une Américaine cachait un calibre .22 dans son vagin !


calibre .22 dans son vagin1.jpg

Une Américaine cachait un calibre .22 dans son vagin !

Des policiers américains ont découvert qu’une femme cachait une arme… dans son vagin et des méthamphétamines dans son portefeuille quand ils l’ont arrêtée pour un contrôle de routine.

Le pistolet, qui mesure près de 12 centimètres et pèse 170 grammes -soit environ le poids et la longueur d’un iPhone 6 Plus-, était chargé et «rempli de munitions», a précisé la police de Waco (Texas), dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

Ashley Cecilia Castaneda, 31 ans, a avoué à la police porter l’arme, d’un calibre .22 de Smith & Wesson, dans son bas ventre alors que les policiers l’emmenaient au poste après avoir découvert près de 30 grammes de méthamphétamines dans son portefeuille lundi soir.

calibre .22 dans son vagin.jpg

Quand les policiers «lui ont demandé où se trouvait l’arme, la femme a répondu « elle est entre mes jambes »», a rapporté le policier Patrick Swanton à la chaîne de télévision locale KWTX. «Cela aurait pu être extrêmement dangereux», a-t-il souligné. Mais ce genre d’incident n’est pas si rare, selon le policier. «Les gens ne croient pas que ça puisse arriver dans la vie réelle. Mais ça arrive beaucoup plus souvent qu’on ne le pense».

Une-Americaine-cachait-un-calibre-22-dans-son-vagin

LES DEUX BÉBÉS


—Auteur anonyme

Ils sont deux dans le ventre de la maman.

L’un des bébés demande à l’autre :

Tu y crois, toi,

à la vie après l’accouchement ?

Bien sûr que j’y crois,

répond le second.

Il faut bien qu’il y ait quelque chose

après l’accouchement. Il se pourrait

que nous soyons ici en préparation

pour ce que nous serons plus tard.

Ridicule, reprend le premier.

Il n’y a rien après l’accouchement !

Comment peut-on imaginer

une vie hors du ventre ?

Je n’en sais rien, mais je pense que,

de l’autre côté, il y aura plus

de lumière qu’ici.

Peut-être que nous nous servirons

de nos jambes pour marcher

et de notre bouche pour manger.

Peut-être même que nous aurons

de nouveaux sens, dont nous

n’avons aucune idée aujourd’hui.

C’est absurde, réagit le premier.

Marcher est impossible.

Quant à se servir de notre bouche

pour manger, ça n’a aucun sens !

Nous nous alimentons par le cordon

ombilical et on n’a besoin

de rien d’autre.

Et puis, si on se déplaçait,

le cordon ombilical ne serait

jamais assez long.

Non, pour être logique,

il faut exclure la vie

après l’accouchement.

A vrai dire, moi je crois

qu’il existe quelque chose,

insiste le second,

même si c’est différent

de notre vie actuelle.

Il se pourrait que nous

n’ayons plus besoin

de ce cordon physique…

Foutaises ! s’indigne le premier.

Et en plus, si c’est vrai

qu’il y a une vie qui nous attend,

comment se fait-il que personne

n’en soit jamais revenu ?

Après l’accouchement,

la vie c’est fini,

et dans l’au-delà,

il n’y a rien que ténèbres,

silence, inconscience…

Eh bien, répond le second,

je n’en suis pas aussi sûr

que toi. Je crois fermement

que nous rencontrerons Maman

et qu’Elle prendra soin de nous.

Maman ? S’insurge le premier.

Tu crois vraiment en Maman ?

Tu me fais rire. Si Maman

existait, alors, où est-ce

qu’elle serait maintenant ?

Tout autour de nous.

Nous sommes entourés par Elle.

Nous venons d’Elle.

C’est en Elle que nous vivons.

Sans Elle, ce monde

n’existerait pas,

rien ne saurait exister.

Eh bien moi, je ne La vois pas ;

donc pour moi logiquement,

Elle n’existe pas.

Et le second de lui

faire remarquer :

Parfois, lorsque, dans le silence,

tu fais très attention,

lorsque tu écoutes attentivement,

tu perçois Sa présence,

tu entends Sa voix pleine d’amour,

Sa voix qui t’appelle d’en haut…

Japon: un prix des toilettes… pour le progrès des femmes


cuvettes-souvent-bijoux-technologie-japon.jpg

Japon: un prix des toilettes… pour le progrès des femmes

Le Japon vient de créer un prix des toilettes présenté par le gouvernement comme la récompense de l’importante contribution au progrès de la condition féminine qu’apportent des commodités irréprochables, mais ridiculisé par les internautes.

Des fonctionnaires ont dû éplucher près de 400 candidatures de tout l’archipel avant d’élire une vingtaine de municipalités et entreprises qui ont su se distinguer des autres par la propreté, la sécurité et le confort de leurs lieux d’aisance.

La qualité des toilettes publiques et une hygiène sans faille sont un élément clé du progrès social, a expliqué la ministre de la Condition féminine Haruko Arimura.

«Des toilettes agréables amélioreront la qualité de la vie quotidienne et encourageront la promotion des femmes», a assuré la ministre à l’occasion de la cérémonie de remise des trophées à la fin de la semaine dernière.

Parmi les gagnants figurent des sociétés ayant créé des toilettes de fortune sûres pour femmes et enfants après le désastre provoqué par le violent tremblement de terre de mars 2011 et le tsunami qui a suivi, mais aussi les toilettes impeccables de l’aéroport Haneda de Tokyo ainsi que les organisateurs d’un festival dont le thème était les toilettes.

D’autres ont été primés pour avoir rendu les WC plus attrayants pour la gent féminine en y aménageant des espaces d’allaitement et en réduisant le temps d’attente.

Le premier ministre conservateur Shinzo Abe a fait de la promotion des femmes un pilier de sa stratégie de relance baptisée «abenomics».

Le Japon a un des taux d’emploi des femmes les plus bas du monde développé et nombre d’économistes appellent à l’emploi féminin pour enrayer le déclin de la main-d’oeuvre et encourager la croissance dans ce pays vieillissant.

Certains Japonais se sont cependant montrés sceptiques devant cette nouvelle récompense, et le lien fait par le gouvernement entre l’accès des femmes aux responsabilités et la qualité des toilettes publiques qu’elles utilisent au quotidien.

«Je ne peux pas croire que le gouvernement a créé un prix des toilettes. Les toilettes sont-elles la raison pour laquelle les femmes japonaises ne peuvent pas briller?», a lancé un utilisateur de Twitter.

Et un autre d’ajouter: «le gouvernement se trompe de sujet. Il devrait plutôt travailler sur des questions comme le nombre insuffisant de crèches».

Les cuvettes sont souvent des bijoux de technologie au Japon, avec un choix de fonctions qui désoriente le touriste, telles que des jets de lavages ou des bruits d’eau artificiels servant à masquer tout son gênant.

japon-un-prix-des-toilettes-pour-le-progres-des-femmes

Quand Harry Potter et sa copine vont au karaoké


 

harry poter.pngQuand Harry Potter et sa copine vont au karaoké

 

Daniel Radcliffe est décidément un garçon plein de surprises.

Réceptionniste pour un magazine il y a quelques jours, l’interprète de Harry Potter a démontré vendredi soir ses talents de rappeur dans un pub californien.

Accompagné de sa petite amie, l’actrice Erin Darke, Daniel est monté sur scène pour interpréter le tube d’Eminem lors d’une soirée karaoké.

 

Une prestation insolite qui a été filmée et publiée sur le net pour notre plus grand plaisir. 

En octobre 2014, le comédien anglais avait confié qu’il était un « énorme fan » d’Eminem sur le plateau de Jimmy Fallon.

Il avait ensuite repris le morceau « Alphabet Aerobics » de Blackalicious avec une certaine classe. 

Quand-Harry-Potter-et-sa-copine-vont-au-karaokel

La Costasiella kuroshimae, le « mouton des mers »


 

_costasiella-kuroshimae-prilfish-flickr.jpgLa Costasiella kuroshimae, le « mouton des mers »

 

La Costasiella kuroshimae, une petite limace qui ressemble étrangement à un mouton, fait craquer tous les utilisateurs de Twitter.

 

Les mers qui entourent le Japon sont truffées de petits trésors. Il y a quelques temps, on parlait déjà du Jorunna, le petit « lapin des mers« , qui avait créé un engouement autour de son  « pelage » blanc et de ses petites « oreilles ».

Aujourd’hui, c’est une nouvelle sorte de limace qui fascine.

 

La Costasiella kuroshimae peut mesurer jusqu’à 5 millimètres de longueur. On la trouve principalement dans les mers autour du Japon, des Philippines et de l’Indonésie. C’est la seule espèce à pouvoir utiliser les rayons du soleil pour créer de la matière organique (photosynthèse), lui permettant ainsi de briller quand elle mange des algues.

 

Mais si les internautes se passionnent pour cette limace c’est surtout en raison de sa curieuse ressemblance avec un… mouton.  

la-costasiella-kuroshimae-le-mouton-des-mers