Pensée du mardi 24 février 2015.


« L’être humain a été créé à l’image de l’univers et il possède donc une structure identique à celle de l’univers. Cette structure, on l’observe, par exemple, dans ses différents niveaux de conscience qui correspondent aux différents règnes de la nature. Ainsi, l’inconscient correspond aux minéraux, la subconscience aux végétaux, la conscience aux animaux, la soi-conscience aux humains et la superconscience aux surhommes et aux Initiés.
La subconscience, qui correspond au règne végétal, est très proche du monde minéral, donc de la concrétisation. C’est pourquoi une des clés de la réalisation est d’arriver à faire descendre ses projets et ses désirs du plan de la conscience jusqu’à celui de la subconscience. Pour cela, il existe des exercices très simples. Vous souhaitez par exemple améliorer quelque chose dans votre comportement ? Avant de vous endormir, concentrez-vous sur une image, un objet précis en relation avec ce souhait : les forces subconscientes mises en action pendant le sommeil vous aideront à le réaliser. »

Omraam Mikhaël Aïvan

L’incroyable sauvetage d’une femme piégée dans une voiture


 

femme piégée dans une voiture 1.jpgL’incroyable sauvetage d’une femme piégée dans une voiture

 

Deux policiers néo-zélandais sont devenus de véritables héros après avoir tout mis en oeuvre pour sauver la vie d’une jeune femme de la noyade.

Paul Watts et Simon Russell avaient été appelé pour intervenir sur un accident de la route à Auckland. En arrivant sur les lieux, ils ont constaté qu’une femme était prise au piège dans une voiture qui était en train de s’enfoncer dans une rivière.

 

Les deux hommes n’ont pas hésité à plonger pour venir en aide à l’automobiliste en danger. Après avoir tenté une première fois de briser la vitre du véhicule en vain, un des policiers s’est servi d’une grosse pierre pour faire céder la vitre arrière pendant que son collègue tentait de ralentir l’immersion de la voiture. Ceux-ci sont ensuite parvenus à faire sortir la victime complètement sous le choc mais indemne.

femme piégée dans une voiture 2.jpg

 

La survie de la jeune femme s’est jouée à quelques secondes près. « Trente secondes après que nous l’avons sauvée, sa voiture s’enfonçait loin dans l’eau », explique Paul Watts. 

http://www.dailymail.co.uk/embed/video/1160246.html

L-incroyable-sauvetage-d-une-femme-piegee-dans-une-voiture

Votre patron peut désormais fouiller dans votre téléphone professionnel


Publié par Brice Lahaye le Vendredi 20 Février 2015 : 13h59

Votre patron peut désormais fouiller dans votre téléphone professionnel

Un arrêt rendu le 10 février dernier valide le fait que les SMS envoyés et reçus sur votre téléphone pro « sont présumés avoir un caractère professionnel ». Ce qui autorise ainsi votre patron à les regarder.

Attention à ne plus envoyer de messages privés. Dans un arrêt rendu le 10 février, la Cour de cassation a validé le principe selon lequel des SMS envoyés et reçus sur votre téléphone professionnel « sont présumés avoir un caractère professionnel », rapporte jeudiMetronews, qui s’est procuré l’arrêt.

Une décision qui autorise donc votre patron à y jeter un œil quand il le souhaite. « L’employeur est en droit de les consulter en dehors de la présence de l’intéressé, sauf s’ils sont identifiés comme étant personnels », précise le texte de la Cour de cassation.

 

Cette décision fait suite à un litige entre deux sociétés spécialisées dans le courtage, GFI Securities Limited et Newedge. « Cette dernière, reprochant à son concurrent d’avoir été déloyal en débauchant ‘un grand nombre’ de ses salariés, avait utilisé comme preuve pour l’attaquer des SMS échangés entre ses anciens employés, qui évoquaient leur départ concerté de l’entreprise », rappelleMetronews.

La Cour de cassation a ainsi estimé que l’utilisation de ces SMS dans le litige ne pouvait pas être considérée comme un « processus déloyal » ni « être assimilée à l’enregistrement d’une communication téléphonique privée effectuée à l’insu de l’auteur des propos ».

A noter également qu’un arrêt de mai 2013 de la Cour de cassation permet également à l’employeur d’ouvrir un mail de la boite électronique d’un salarié sans sa présence si ce mail n’est pas considéré comme personnel.

Je me sens toujours visé, ça me pourrit la vie


!

21 Janvier 2015 , Rédigé par Michel POULAERTPublié dans #Articles bien être

Huitre

« Il y a des gens qui ont la susceptibilité de l’huître. On ne peut y toucher sans qu’ils se contractent. »

Paul-Jean Toulet

Ne vous est-il  jamais arrivé de vous sentir mal à l’aise ou d’arriver au mauvais moment lorsque deux personnes s’arrêtent de parler en vous voyant arriver ?

En général, vous en déduisez que la conversation ne vous concerne pas, vous décidez alors de passer votre chemin, ou alors vous vous la jouez « incruste » parce que vous brûlez d’envie de savoir de quoi ils parlaient, ou encore… pire : on vous cache quelque chose. Vous êtes convaincu qu’elles parlaient de vous et en mal, bien entendu !

Aïe ! Et là, ça fait mal ! Vous vous sentez visé : vous êtes convaincu que l’on parlait de vous !

Faites-vous partie de ces gens qui se sentent toujours visés ?

A chaque conversation interrompue, a chaque regard « noir », vous êtes convaincu qu’il est pour vous ?

Les blagues vous les ressentez comme ironique, ou les intonations semblent confirmer une critique… ?

Votre histoire personnelle et cadre de référence a probablement créé en vous cette croyance profondément ancrée bien ennuyeuse. Peut-être étiez-vous l’élève rejeté à l’école, ou encore particulièrement dénigré par vos parents, vos proches, votre conjoint,… Peut-être avez-vous peur de ne pas être à la hauteur et cette crainte se transforme en phobie destructrice pour votre âme. Vous ne vous permettez aucune erreur. Vous vous sentez incompris(e), lésé(e),  remis(e) en cause, victime de commérages, exclu(e), au centre de toutes les conversations négatives de votre entourage familial ou professionnel, ou de l’indifférence des autres à votre égard,…

Vous vous pourrissez la vie à vous demander ce que les autres peuvent bien penser de vous ?

Alors, voici ce que je vous propose :

Tout d’abord, apprenez à « désapprendre ».

Désapprenez à systématiquement partir du principe que le monde entier ne vous veut que du mal. Pensez-vous vraiment que votre entourage n’a qu’un sujet de conversation : « vous » ?

Elargissez votre vision, ils ont probablement beaucoup d’autres sujets de conversation. Tout compte fait, le monde ne tourne pas autour de vous, non ?

Peut-être qu’ils ne parlent que de choses confidentielles, cela ne vous concerne donc pas. Vous ne connaissez pas tous les éléments de cette conversation dans laquelle vous surgissez soudainement.

Acceptez la sincérité de l’autre même si cela ne vous paraît pas sincère. Prenez-le au mot et prenez le risque de le croire. C’est sa responsabilité, prenez ses dires pour argent comptant. Prenez les compliments tels quels sans vous poser la question s’il est sincère ou pas. Ne vous compliquez pas la vie. Ne devenez pas susceptible à ce point de vous imaginer savoir mieux que l’autre ce qu’il pense. Pouvez-vous lire dans ses pensées ?

Qu’est ce qui ne prouve pas que c’est peut-être vous qui vous « faites un film » ?

Prenez un peu de recul. Ayez le courage de demander à la personne si ce que vous avez ressenti est correct et acceptez sa réponse sincèrement. Faites-le sans être dans la défensive. Laissez le bénéfice du doute à l’autre. Le monde entier n’est pas contre vous et tout le monde n’est pas menteur ni hypocrite.

N’hésitez pas à parler de votre problème autour de vous. Ainsi, votre entourage pourra en tenir compte, en tout cas, ils pourront essayer. Mais il est important que vous y travailliez aussi afin d’éviter que vous deveniez le (la) susceptible de service et qu’on vous isole réellement à cause de ce problème. Ce problème est avant tout le vôtre, pas celui de votre environnement.

Et si c’était vous qui vous trompiez ?

Pouvez-vous  lire dans la pensés des autres ?

Ne prenez pas le risque de vous isoler parce que vous êtes convaincu mieux savoir que l’autre parce que vous avez peur de ce qu’il pense de vous. Mieux savoir que l’autre, n’est ce pas un peu prétentieux?

Bien entendu il y a une multitude de raisons qui vous pousse à vous sentir visé. L’affaire est complexe car elle est causée par une multitude de facteurs uniques à chacun, d’expériences vécues et de sentiments.

Toutes les raisons seront probablement ressenties comme légitimes, mais jusqu’à quel point ?

J’insiste sur le mot « ressenti ». Ce qui ne veut pas dire « vérité ». Pour comprendre une vérité, pour qu’elle devienne une réalité, il faut faire « le tour  du problème » sous chaque angle. Seulement alors, votre ressenti pourra  devenir réalité ou s’avérer très subjectif et personnel. Seulement alors, vous comprendrez mieux. Votre point de vue, votre ressenti n’est que votre angle de vue rien qu’a vous. En prenant du recul, vous pourrez avoir une autre perspective de la situation.

Est-ce vraiment légitime que de penser que le monde entier veut votre malheur ou soit contre vous ? Pensez-vous que vous êtes au centre de toutes les conversations ? Peut-être faut-il viser vers un peu plus d’humilité, de simplicité. Il y a mille et un sujets de conversations.

Comme tout le monde vous avez des défauts, pas plus que d’autres !

Vous avez à un moment donné de votre vie fait des erreurs, vous avez peut-être aussi déçu vos collègues de travail, vous avez commis une bourde irréparable,… et alors ? Vous n’êtes pas le (la) seul(e) ! Tout le monde fait des erreurs et tous les jours! Et puis,… tout le monde parle de tout et de tout le monde dans les couloirs… C’est un fait de société, c’est « le jeu de la vie » non ? Ne restez pas fixé sur ce que peuvent penser les autres de vous : cela vous bloquera et limitera vos capacités, mais aussi votre bonheur de vivre librement. Peut-être qu’ils parlaient d’une émission de télé que vous n’avez pas vue… Et vous, vous vous faites du mauvais sang parce qu’ils parlaient peut-être du brochet que l’un avait pêché la veille. Tu parles d’un brochet !

Soyez francs avec les autres. Attention, franc ne veut pas dire « rustre ». Faites preuve de tact lorsque vous exprimez vos craintes ou vos appréhensions.  N’entrez pas en conflit parce que vous êtes convaincu d’avoir raison !

Acceptez ce que disent les autres. Ils disent probablement la vérité. Et si ce n’est pas le cas, considérez cela comme n’étant pas votre problème et que votre vie, elle, continue, quoi qu’ils pensent.

Acceptez aussi que certaines personnes veuillent parler de choses entre elles sans que vous soyez invité à prendre part à la conversation. C’est comme ça, on ne veut pas toujours parler de tout avec tout le monde non ? Cela vous arrive aussi. Cela ne veut pas dire qu’elles parlaient de vous.

En revanche, vous fréquentez une personne susceptible ?

Evitez d’engager des conflits, la personne va probablement se bloquer et encore plus se renfermer ou peut-être même se mettre en colère (qui est aussi une forme de fermeture au dialogue).

Aidez-le à nouer un dialogue et exprimez votre position, soyez sincère envers elle et dites-lui ce que vous pensez vraiment d’elle, énumérez les valeurs que vous voyez en elle.

Soyez franc. Une personne qui a du mal à interpréter une situation attend souvent de la franchise en retour. Donnez la lui, mais toujours avec tact et calme. Considérez cette personne comme ultra sensible, en quête de sincérité et de reconnaissance, sans la dénigrer.

Demandez-lui pourquoi elle est blessée et ce qui cause ce sentiment. En restant franc avec elle, vous construisez progressivement un lien de confiance qui va l’aider à sortir de ce marasme limitant.

Certains de nos modèles personnels du comportement limitent nos actions, nos pensées. Essayez de les identifier et de les transformer en force.

Pour vous accompagner dans ce processus, un professionnel peut vous aider à (re)découvrir des puissances profondément ancrées en vous ou de transformer vos limites en facultés!

Vous avez en tout en vous ! Il faut juste aller le chercher !

N’oubliez pas que dans les huîtres, on trouve des perles uniques et absolument fabuleuses ! Prenez le temps de l’ouvrir, vous risquez de découvrir un trésor dont vous n’imaginiez pas l’existence !

Je vous souhaite une belle journée optimiste et motivante !

SImplifiez-vous la vie et soyez heureux !

Michel POULAERT.

Ces jeunes femmes savent tout faire avec une balle de golf, vraiment tout (vidéo)


 

filles golf.jpgCes jeunes femmes savent tout faire avec une balle de golf, vraiment tout !

 

Il n’est pas toujours évident de faire la promotion d’un sport peu connu ou peu pratiqué. Pourtant ces jeunes femmes ont trouvé le truc pour attirer les regards sur le golf.

 

En effet, à travers un court clip, les joueuses du club de golf de San Diego ont montré qu’il était possible de faire beaucoup de choses avec un club de golf et une balle.

 

La preuve que ça marche, la vidéo a déjà été visionnée plus de 600.000 fois en deux jours. 

ces-jeunes-femmes-savent-tout-faire-avec-une-balle-de-golf-vraiment-tout-video

Un couple voit de son lit un drone le filmer par la fenêtre


 

1.0 Un couple voit de son lit un drone le filmer par la fenêtre.jpgUn couple voit de son lit un drone le filmer par la fenêtre

 

Expérience très désagréable pour un couple de Saint-Nicolas-Waes dans la nuit de jeudi à vendredi. Alors que les deux Saint-Niclusiens étaient montés se coucher, ils ont réalisé qu’un drone les filmait par la fenêtre de leur chambre.

« Nous n’avons compris de quoi il s’agissait que lorsque nous avons regardé dehors », se souviennent, choqués, les deux habitants de la Colmarstraat. Ceux-ci venaient de monter se mettre au lit lorsque, peu avant minuit, ils ont entrevu quelque chose d’anormal. « Nous n’avions pas encore fermé les rideaux et nous avons vu qu’un drone volait juste devant la fenêtre de la chambre. Il était clairement en train de nous filmer », relate la victime.

 

Cambrioleurs ou pervers ?

« Quand mon ami s’est dirigé vers la fenêtre, le drone s’est immédiatement enfui. Il a encore survolé les maisons avant d’être récupéré par quelqu’un qui l’a ensuite placé dans une camionnette blanche. Il s’agit sûrement de cambrioleurs qui inspectent de la sorte certaines maisons pour mieux commettre leurs méfaits. Malheureusement, nous n’avons pas su noter le numéro de plaque », regrette la jeune femme.

 

Ce n’est pas la première fois que des drones sont repérés dans le quartier mais qu’un de ces appareils filme jusque dans l’intimité des gens, « cela devient alarmant », s’inquiète encore le couple.

 

Vie privée

Actuellement, la loi n’est pas encore claire vis-à-vis des drones. Le gouvernement fédéral est donc à pied d’oeuvre pour fournir un cadre légal à l’utilisation de ce type d’engins. Ces derniers sont pourtant déjà en pleine expansion et n’importe quel quidam peut désormais s’en procurer un sur internet pour quelques centaines d’euros.

 

La police locale, dans l’attente d’une réglementation limpide, est stricte les concernant. Fin décembre, un jeune homme a reçu un procès-verbal après qu’il est allé déposer plainte au commissariat après avoir « égaré » son drone. Il s’est en effet avéré qu’il n’avait pas le droit de le faire voler. La ville de Saint-Nicolas, quant à elle, examine le projet de développer son propre réseau de drones, mais la commission vie privée devra d’abord se prononcer en février sur cette idée.

 

Un-couple-voit-de-son-lit-un-drone-le-filmer-par-la-fenetre

Une araignée mortelle au beau milieu des bananes


Une araignée mortelle au beau milieu des bananes.jpg

Une araignée mortelle au beau milieu des bananes

 

Un commerçant savoyard a eu la peur de sa vie en ouvrant sa caisse de bananes en provenance de République dominicaine. Il faut dire qu’elle ne contenait pas que de savoureux fruits exotiques…

 

Une araignée géante au beau milieu d’une caisse de fruits exotiques: voilà une surprise bien désagréable. Ce samedi, le gérant d’un magasin bio savoyard (Passy, Haut-Savoie) a en effet constaté la présence d’un intrus de taille au sein de ses livraisons en provenance de République dominicaine, relate le quotidien français le Dauphiné Libéré: une « Phoneutria nigriventer » mieux connue sous le nom d' »araignée-banane ». Un surnom lié à sa fâcheuse habitude de trouver refuge dans ces colis destinés à l’exportation… 

 

Dix centimètres de diamètre, un poison capable de tuer d’une simple morsure un homme de 80 kilos, la capture de la « bête » nécessitait les plus grandes précautions. Habile et téméraire, le commerçant réussit malgré les risques à neutraliser l’animal et à le placer en lieux sûrs le temps de contacter les services spécialisés.

Tout est finalement rentré dans l’ordre grâce à l’intervention rapide des pompiers et d’un vétérinaire de la région…

 

 

Une-araignee-mortelle-au-beau-milieu-des-bananes

Ils lèguent leur fortune à un singe !


 

singe-inde.jpg

Ils lèguent leur fortune à un singe !

 

Un riche couple d’Indiens a désigné comme seul héritier son singe de compagnie, assurant qu’il lui devait sa réussite et voulait être certain qu’on s’occuperait de l’animal s’il se retrouvait « orphelin ».

 

Brajesh Srivastava et sa femme Shabista n’ont pas d’enfants, mais ils considèrent leur singe Chunmun comme leur fils, et ont créé une fondation pour prendre soin de l’animal après leur mort. « Les gens diront peut-être qu’on est fous, et pourraient même se moquer de nous. Mais nous savons combien Chunmun compte pour nous », a déclaré à l’AFP Shabista, âgée de 45 ans.

 

« Nous n’avons pas d’enfants et Chunmun est comme un fils pour moi. Je veux être sûre que, même si nous mourrons, sa vie n’en sera pas affectée, et qu’il continuera à vivre dans les mêmes conditions ». Les époux, qui ont été chassés de leurs familles respectives après s’être mariés contre leur avis, racontent qu’ils étaient pauvres quand ils ont adopté le singe en 2004, et qu’ils sont devenus riches depuis.

 

La chambre du singe

 

Ils sont propriétaires de la maison qu’ils habitent dans l’Etat de l’Uttar Pradesh (nord), et possèdent des terrains et des économies. Shabista est une avocate à succès et son mari, âgé de 48 ans, possède plusieurs entreprises, dont une chaîne de télévision et une usine de farine, toutes nommées d’après le singe Chunmun.

 

Âgé de 10 ans, Chunmun pourrait très bien survivre au couple, les singes ayant une espérance de vie qui peut atteindre 35 à 40 ans. Le singe a sa chambre dans la maison du couple, où il bénéficie de l’air conditionné et qu’il partage avec sa compagne, une femelle appelée Bitti que le couple a également adoptée.

 

Une fondation pour Chunmun

 

Les deux singes adorent la cuisine chinoise et ont l’habitude de boire du thé et du jus de mangue, selon Shabista, qui organise chaque année « l’anniversaire de mariage » des deux singes, invitant des centaines d’amis à leur fête.

 

Après la mort de Chunmun, l’argent du fonds pourra être consacré à la protection des singes en Inde, où ces animaux sont souvent maltraités.

 

inde-ils-leguent-leur-fortune-un-singe

Votre femme n’a pas envie de faire l’amour ? La faute à ses hormones !


Une étude portuguaise explique pourquoi les hormones affectent la libido des femmes losrqu’elles ont leurs règles.

Désolé pas ce soir ! » Vous avez beau sortir le grand jeu, certains soirs votre partenaire n’a pas envie de faire l’amour. Cela n’a rien à voir avec vous. Selon une étude portugaise menée au Champalimaud Centre for the Unknown, les hormones féminines seraient responsables d’une baisse de désir et d’une irritabilité face à individu de sexe masculin.

Hormones et interactions sociales dans la même zone cérébrale ?

En étudiant le cas de plusieurs souris femelles, les chercheurs ont remarqué que les cellules d’une partie de la zone du cerveau appelée hypothalamus reçoivent des informations à la fois sur l’état hormonal et les interactions sociales comme les relations sexuelles, par exemple. Cette zone a montré une plus forte activité en période de cycle menstruel lorsque les femmes se sont retrouvées face à des mâles.

Selon les chercheurs la découverte de cette zone est primordiale pourrait enfin permettre de confirmer la responsabilité des hormones sur la libido féminine. Reste à savoir maintenant comment elles peuvent induire un sentiment de rejet ou d’affection face au partenaire.

Mais quel numéro êtes vous?


Plus tard me vint l’idée…

…d’inventer une station de lavage.

Plus tard me vint l'idée... ...d'inventer une station de lavage.

 

C’est un industriel qui est en voyage d’affaires.

Il téléphone chez lui et tombe sur la bonne. –

C’est Monsieur, voulez-vous me passer Madame. –

C’est impossible Monsieur,

Madame est dans sa chambre avec un -Jeune homme et elle m’a bien dit de ne pas la déranger.

-C’est ce que nous allons voir, hurle l’industriel.

-Écoutez-moi bien ; dans mon bureau, tiroir central, il y a un revolver.

-Vous les tuez tous les deux. je reste en ligne. –

Bien Monsieur. Quatre minutes plus tard. -Allô Monsieur ? –

Oui, je vous écoute. -J’ai tué Madame, mais le jeune homme a sauté dans la piscine.

-Mais je n’ai pas de piscine !

Mais quel numéro êtes-vous ???