Pensée du dimanche 30 novembre 2014.


« Que les humains modifient leur opinion sur la nature et ils modifieront leur destinée ! S’ils pensent qu’elle est vivante et intelligente, que les pierres, les plantes, les animaux, les étoiles sont vivants et intelligents, eux-mêmes deviendront plus vivants et plus intelligents. La nature est le corps du Créateur. C’est pourquoi ils doivent non seulement se montrer attentifs, respectueux envers elle, mais l’approcher avec un sentiment sacré.
En réalité, quelle que soit la façon dont les humains se conduisent, pour la nature cela ne change pas grand-chose : toutes les agressions qu’ils lui font subir ne sont que de petites pertes, de petites entailles dans cet immense corps dont on ne connaît même pas les limites ; mais c’est eux qui se détruiront d’abord. Quant à elle, une fois débarrassée de ces insensés, elle reprendra le dessus : elle a des ressources, la nature ! C’est donc pour les conséquences que leur attitude aura sur eux-mêmes que les humains doivent se montrer respectueux vis-à-vis des animaux, des plantes, des pierres. Leur conscience s’approfondira et ils s’enrichiront de toute cette vie qui respire et vibre autour d’eux.
Pensez à toutes les entités qui peuplent l’univers depuis les profondeurs de la terre jusqu’aux étoiles, et efforcez-vous de communier chaque jour avec elles. Cette communion ne peut se faire que par l’amour. Si vous aimez la nature, vous l’entendrez parler en vous, vivre en vous, car vous êtes, vous aussi, une partie de la nature. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

L’Italie suspend un vaccin contre la grippe de Novartis après trois morts suspectes


Publié par AFP le Jeudi 27 Novembre 2014 : 23h37

Le siège social de Novartis en Suisse, à Basel, en octobre 2011

 

Le siège social de Novartis en Suisse, à Basel, en octobre 2011

 

 

Le siège social de Novartis en Suisse, à Basel, en octobre 2011 – Sebastien Bozon ©AFP/Archives

L’Italie a suspendu jeudi l’utilisation d’un vaccin contre la grippe du groupe pharmaceutique suisse Novartis alors que l’on craint qu’il ait été la cause de trois morts suspectes.

L’Agence italienne de pharmacologie (AIFA) a interdit deux lots du vaccin Fluad après la mort de trois personnes qui venaient d’être vaccinées et alors qu’une quatrième est tombée gravement malade.

Les victimes sont deux femmes âgées de 87 et 79 ans et un homme de 69 ans, toutes ces personnes étant mortes entre le 12 et le 19 novembre dans le sud de l’Italie selon la presse italienne. La quatrième personne est un homme âgé de 92 ans, hospitalisé dans un état grave.

« Novartis a été averti par l’AIFA de la suspension par mesure de précaution de deux lots de Fluad en Italie suite aux articles sur de graves effets secondaires après vaccination. Mais aucune preuve d’une réaction à cause de ce vaccin n’a été établie », a indiqué le géant pharmaceutique.

Un examen des deux lots « a confirmé qu’ils étaient en conformité avec toutes les normes de production et de qualité », a ajouté Novartis.

L’association italienne des consommateurs Codacons a lancé un appel au ministre de la Santé pour qu’il suspende les campagnes en faveur de la vaccination, mais l’AIFA a insisté sur le fait que les vaccins « étaient un outil précieux et irremplaçable de prévention contre la grippe saisonnière ».

« Nous devons nous assurer que le nombre de gens vaccinés ne chute pas. Nou devons faire confiance aux vaccins », a précisé le responsable de l’AIFA Sergio Pecorelli, ajoutant que chaque année « 8.000 personnes meurent de la grippe saisonnière ».

Les lots suspects ont été produits dans l’usine Novartis de Sienne en Toscane. Selon le groupe le Fluad est utilisé depuis 1997 et depuis cette date plus de 65 millions de doses ont été administré à des personnes dans le monde entier.

Découverte d’une lettre inédite de Camus à Sartre !


 

lettre camus.jpg

Découverte d’une lettre inédite de Camus à Sartre !

 

Une longue lettre inédite d’Albert Camus à Jean-Paul Sartre vient d’être retrouvée. Elle confirme par son ton amical les excellentes relations des deux intellectuels français quelques mois avant leur rupture en 1952.

 

Déjà, en 2013, un petit mot adressé à Sartre par Camus, retrouvé par hasard et le seul alors connu, avait jeté un nouvel éclairage sur les relations entre les deux philosophes dont l’Histoire a surtout retenu la querelle après la publication de «L’homme révolté», critiqué par Sartre. Cette courte missive datait probablement de la période 1943-1948.

Mais la lettre récemment mise au jour et authentifiée par un expert, est beaucoup plus longue.

 

Commençant par «Mon cher Sartre», la lettre autographe signée Camus se termine par «Je vous serre la main». L’auteur de l’«Etranger» y recommande notamment à Sartre une actrice, «Aminda Valls, amie de Maria (Casares, actrice célèbre, ndlr) et de moi, républicaine espagnole, qui est une merveille d’humanité».

 

Début 1951, Sartre prépare la mise en scène de son drame «Le Diable et le Bon Dieu», qui sera joué pour la première fois au théâtre Antoine le 7 juin 1951. Maria Casares y tiendra le rôle de Hilda. Aminda Valls ne fera pas partie de la distribution.

«Cette lettre avait été acquise par un collectionneur d’autographes dans les années 1970 et conservée depuis, encadrée, au-dessus de sa cheminée», explique Nicolas Lieng de la Librairie Le Pas Sage, spécialisée dans la littérature des XIXe et XXe siècles, auquel ce collectionneur avait récemment confié ce courrier.

 

sartre-et-camus..jpg«Elle a été vendue à un collectionneur privé français, à la tête de l’une des plus belles collections sur Camus, il y a une semaine», précise-t-il.

 

La lettre n’est pas datée mais elle devrait avoir été écrite en mars ou avril 1951, quelques mois avant leur brouille, Camus évoquant notamment dans ces lignes «la répugnante attitude de Mauriac» après la mort d’André Gide, le 19 février 1951, souligne le libraire.

 

C’est aussi à ce moment que Sartre écrit dans Les Temps Modernes de mars son hommage: «Gide Vivant».

La lettre est par ailleurs rédigée, comme Camus le précise, depuis son appartement situé rue Madame, qu’il occupa de 1950 à 1954.

 

Six mois environ après ce courrier, Gallimard publie «L’Homme révolté», oeuvre de Camus rejetée par Sartre et à l’origine de leur rupture.

 

L’écrivain existentialiste détruit ensuite la quasi totalité de leur correspondance.

 

camus-sartre

Engloutie par un trou en étendant son linge !


 

1.trou.jpg

Engloutie par un trou en étendant son linge !

 

Une quadragénaire a eu la peur de sa vie mardi, lorsque le sol s’est dérobé sous ses pieds et qu’elle s’est retrouvée à trois mètres sous terre, le corps à moitié dans l’eau.

 

Une Australienne de 45 ans était tranquillement en train d’étendre son linge devant sa maison de Melbourne quand la terre s’est dérobée sous ses pieds, mardi. La malheureuse a fait une chute d’environ trois mètres et a dû patienter une vingtaine de minutes avant que des voisins, alertés par ses cris, ne préviennent les secours. Arrivés sur place, les ambulanciers se sont précipités pour tirer Mary de sa fâcheuse posture, relate Sky News.

 

1.trou 2.jpg

Ils craignaient en effet que le trou ne se referme sur la quadragénaire. Par chance, celle-ci s’en est sortie sans aucune blessure. «Elle est tombée avec la terre et la boue et s’est retrouvée avec de l’eau jusqu’à la taille. À un moment, sa tête était sous l’eau», raconte un ambulancier à ABC.

 

«La dame nous a raconté qu’elle ne pouvait pas toucher le fond du trou, alors elle essayait de nager et de rester à flot afin d’éviter que davantage de boue ne s’écroule», poursuit-il. Selon les autorités, un puits se trouvait autrefois à cet emplacement. Un porte-parole a affirmé que l’accident était un «événement isolé» et que l’ancien puits n’avait pas été refermé correctement.

 

Engloutie-par-un-trou-en-etendant-son-linge

~*Matin Magique*~ (Le miracle de Marie…)‏ Marie-Pier Charron


 

«Il suffit d’y croire…»

Je suis maman de deux enfants à qui je dis constamment qu’il est bon de croire et que les choses auxquelles nous croyons existent et arrivent. Si l’on souhaite une chose et que l’on croit sincèrement et profondément qu’elle va arriver, elle arrivera. Ainsi est faite, selon moi, la vie. J’explique donc à mes enfants que selon moi, les choses auxquelles on croit existent parce que justement, on y croit…

Il y a quelques semaines, nous étions sur la plage, mes enfants et moi, et l’idée de demander quelque chose à la mer m’est venue. J’ai donc formulé ma demande à voix haute afin d’en faire profiter mes enfants. Mon fils de trois ans était trop occupé à jouer dans le sable pour faire attention à moi. Ma fille de sept ans m’a regardée et m’a demandé si ce que je venais de souhaiter allait réellement arriver.

Je lui ai répondu que moi, j’y croyais sincèrement et que je le désirais tellement que j’avais la certitude que oui, cela arriverait. Après avoir formulé ma demande, j’ai proposé à ma fille d’essayer elle aussi.

Elle a pris le temps de réfléchir et a demandé à la mer, avec son petit sourire de canaille, de l’or et des bijoux (sur le coup, je trouvais qu’elle exagérait). Puis, à mon grand soulagement, elle a continué, plus sérieuse et très concentrée, sa demande… et a demandé «de l’or et des bijoux pour donner à ceux qui n’en ont pas».

Une heure a passé, et la fin de l’après-midi et le froid arrivant, nous avons décidé de partir. Sur le chemin du retour, ma fille, qui était en tête, s’est agenouillée pour ramasser quelque chose que je n’arrivais pas à distinguer. Elle s’est retournée vers moi, avec un sourire immense et le visage émerveillé, et elle m’a montré ce qu’elle venait de trouver par terre : une bague. Elle venait de recevoir ce qu’elle avait demandé!

Une joie immense m’envahit. La vie venait d’illustrer concrètement une leçon que j’enseignais de manière théorique à mes enfants.

Très reconnaissantes, nous avons remercié la mer, la vie, l’univers, Dieu… et nous continuons à croire et à demander.

Marie, Maroc

Des personnages de Disney revisités par… des chiots costumés (vidéo)


 

my disney.jpg

Des personnages de Disney revisités par… des chiots costumés (vidéo)

 

Les Youtubers de la chaîne «Oh my Disney» ont publié une vidéo durant laquelle des chiots sont déguisés en… personnages de Disney.

 

Pour fêter Thanksgiving à leur manière, les Youtubers de la chaîne «Oh my Disney» ont mis en ligne une vidéo mettant en scène des chiots déguisés… en personnages cultes de Disney.

 

Ainsi, durant une grosse minute, de petits chiens se sont mis dans la peau d’Ariel, d’Aladdin ou encore de Jack Sparrow.

 

Un moment amusant à voir dans la vidéo ci-dessous.

 

Disney chien

Mordue par un requin, la jeune surfeuse le défend !


 

mordue.jpg

Mordue par un requin, la jeune surfeuse le défend !

 

Kirra-Belle Olsson, une jeune surfeuse de 13 ans, a été attaquée au mollet par un requin sur la plage d’Avoca Beach, dans l’Etat australien de Nouvelle-Galles du Sud, le 17 octobre dernier. Depuis, l’adolescente a pris la défense du squale.

 

Future surfeuse professionnelle, Kirra-Belle Olsson était partie vers 6 heures du matin pratiquer sa passion à Avoca Beach. Quand elle a senti dans l’eau quelque chose lui toucher le mollet, elle a d’abord pensé que c’était un ami qui lui faisait une blague.

 

Après deux morsures, tirée vers le fond de l’eau…Kirra-Belle a pu constater qu’il s’agissait d’un requin et qu’elle était seule au milieu des vagues, raconte NBC News. Elle a alors crié au secours avant de réussir à rejoindre la plage.

Blessée au bas du mollet et au pied, les plaies étaient heureusement superficielles. L’adolescente ne manquera pas sa prochaine compétition, en novembre.

 

Drôles de créatures

Après avoir publié sur son compte Facebook les photos de ses blessures, de nombreux commentaires agressifs vis-à-vis des requins ont été publiés.

 

Cela n’a pas du tout plu à la jeune fille qui a répondu : « Si vous avez rien de positif à dire, ne dites rien, je pense que les requins sont les créatures les plus drôles avec lesquelles j’ai déjà surfé…et ils n’attaquent jamais sauf s’ils vous confondent avec un poisson. » 

 

mordue-par-un-requin-la-jeune-surfeuse-le-defend

La femme la plus petite du monde [video]


 

La femme la plus petite du monde se nomme Jyoti Amge. Elle a 18 ans et mesure seulement 62.8 cm.

La femme la plus petite du monde

C’est juste hallucinant. Elle paraît une poupée.
Ultra souriante bien que le monde doit paraître complètement démesuré pour elle.

Fernandel


Fernandel

Fernand Contandin, dit Fernandel, est un acteur, humoriste, chanteur et réalisateur français né le 8 mai 1903 à Marseille et mort le 26 février 1971 à Paris.

 

Issu du music-hall, il fut durant plusieurs décennies l’une des plus grandes stars du cinéma français, champion du box-office qui attira plus de 180 millions de spectateurs dans les salles. Comique emblématique du cinéma d’après-guerre, beaucoup de ses films sont devenus des classiques, comme Le Schpountz,

L’Auberge rouge, Ali Baba et les Quarante voleurs ou La Cuisine au beurre, au même titre que plusieurs de ses personnages, à l’image de Don Camillo. Il a également brillé dans les compositions plus dramatiques notamment dans La Vache et le Prisonnier, Naïs ou Heureux qui comme Ulysse.

 

Chanteur populaire, il a également laissé une discographie importante, parsemée là aussi de classiques tels que Félicie aussi, Ignace ou Le Tango corse. Reconnaissable grâce à sa fameuse « gueule de cheval » comme il se plaisait à le dire lui-même, il acquit une popularité telle en France et dans le monde que le général de Gaulle déclara qu’il était le seul Français à être aussi célèbre que lui. Son succès ne s’est jamais démenti. Marcel Pagnol dit aussi de lui : « Il a été l’un des plus grands et des plus célèbres acteurs de notre temps et l’on ne peut le comparer qu’à Charlie Chaplin ».

 

Il est le père du chanteur comédien Franck Fernandel et le grand-père de l’écrivain Vincent Fernandel.

Son frère était également comédien sous le pseudonyme de Fransined.

Biographie
Fernand-Joseph-Désiré Contandin naît au 72, boulevard Chave à Marseille3. Son père, Denis Contandin, comptable mais aussi comédien-chanteur amateur sous le pseudonyme de Sined (anagramme de Denis), et sa mère Désirée Bédouin, également comédienne amatrice, remarquent rapidement le talent du jeune Fernand. Celui-ci suit souvent son père lors des concerts qu’il organise dans la banlieue marseillaise en montant sur les planches. C’est à l’occasion d’un concours pour petits chanteurs amateurs qu’il remporte le premier prix des enfants prodiges au théâtre du Châtelet de Marseille.

Fernandel a deux frères, Auguste-Marcel, son aîné de 6 ans (avec lequel il se produira un temps sous les noms de Marcel et Fernand Sined), et Francis dit Fransined plus jeune que lui de 11 ans, ainsi qu’une sœur.

À sa sortie de l’école, le père de Fernand le place à la Banque nationale du crédit de laquelle il ne tarde pas à se faire congédier. Il enchaîne ensuite les petits boulots alimentaires, portant des sacs de sucre dans le port de Marseille (il tient une semaine), travaillant dans une maison de tissus et dans de nombreuses banques, mais sa passion du tour de chant et son caractère volage ne lui permettent pas de s’assurer une situation stable.

 

En parallèle, il monte sur scène comme chanteur dans des noces et banquets, comique troupier dans les cafés-concerts, où il surprend par son profil chevalin. Andrex, comédien et ami de l’acteur, raconte à son propos : « Fernandel, qui n’était alors que Fernand, fit ses débuts sur scène à cinq ans en chantant le répertoire militaire6 avec son frère aîné, Marcel. Il connut son premier grand succès à sept ans, un jour où, paralysé par le trac, il fut propulsé sur la scène par son père, d’un grand coup de pied au derrière ; il s’empêtra dans son sabre et s’étala de tout son long sous une tempête de rires. Par la suite, il n’eut plus jamais peur d’affronter le public.

 

Le 4 avril 1925, à 22 ans, il épouse Henriette Manse (1902-1984), la sœur de son ami, le parolier Jean Manse1. Ils auront trois enfants : Josette en 1926, Janine en 1930 et Franck en 1935. C’est à la mère d’Henriette que fut attribuée l’origine de son pseudonyme « Fernandel », celle-ci, voyant le jeune Fernand si empressé auprès de sa fille dit en riant : « Fernand d’elle… », phrase qui fit immédiatement mouche et fut adoptée par le comédien pour en faire son nom de scène3. Cependant il est aussi probable que Fernandel vienne directement du provençal, qui signifie « petit Fernand ». Il effectue son service militaire un mois après son mariage. Affecté au 93e régiment d’artillerie de montagne de Grenoble, il est libéré le 29 avril 1926.

 

En octobre, Fernandel commence à chanter en première partie de programme au cinéma Odéon de Marseille, lequel fait partie du circuit Paramount. Son répertoire comporte des succès d’Ouvrard (C’est beau la nature), de Polin (Elle a de la barbe) et quelques créations, dont deux chansons écrites par Jean Manse. Il est alors repéré par le directeur des établissements Paramount, qui le fait engager pour l’ensemble du circuit.

 

Débuts dans la capitale
Le 7 décembre 1928, il monte à Paris et se produit à Bobino. Devant le succès de cette prestation, il signe dès le lendemain un contrat de dix-neuf semaines pour le circuit des cinémas Pathé de Paris. Malgré la mort de son père le 10 mars 1930, il poursuit sa carrière de comique à Paris. Installé dans un modeste hôtel de Ménilmontant, rue Pelleport, il débute à l’Élysée-Palace de Vichy. C’est là qu’Henri Varna, directeur du Casino de Paris et du théâtre Mogador le voit et l’engage pour la revue d’hiver du concert Mayol, revue déshabillée à succès de l’époque réunissant le tout-Paris. Fernandel et Parisys y interprètent trois sketches intercalés entre les numéros de danse. Le réalisateur Marc Allégret qui y assiste est frappé par le physique et la personnalité de Fernandel ; il décide de lui offrir le rôle d’un groom dans le film qu’il prépare avec Sacha Guitry Le Blanc et le Noir. 1930 marque ainsi le début de la carrière cinématographique de Fernandel.

 

L’année suivante en 1931 Jean Renoir lui offre un rôle plus important aux côtés de Michel Simon dans On purge bébé, d’après la pièce de Georges Feydeau. L’année suivante, il est pour la première fois la vedette d’un film Le Rosier de madame Husson de Dominique Bernard-Deschamps d’après une nouvelle de Guy de Maupassant, dans lequel il interprète un rôle qu’on lui confiera souvent par la suite : celui d’un jeune homme niais (en l’occurrence ici un puceau qui perd sa virginité dans un lieu de plaisir).

 

En Vedette

Fernandel et Totò dans La loi, c’est la loi (1958)

Par la suite, ses triomphes se multiplient, notamment dans les films de Christian-Jaque, Un de la légion et François Ier (1936), mais surtout dans ceux de Marcel Pagnol : Angèle (1934), Regain (1937), Le Schpountz (1938), La Fille du puisatier (1940), et plus tard Topaze (1951).

 

Les succès cinématographiques n’empêchent pas Fernandel de continuer une carrière de chanteur. Il joue dans de nombreuses comédies musicales, le plus souvent transformées en film par la suite. Certaines des chansons qui y sont interprétées deviennent des « tubes », comme Ignace, Simplet ou Félicie aussi.

 

En 1937, il publie ses premiers mémoires en feuilletons qui s’arrachent dans le quotidien communiste Ce soir.

 

En 1939, à la suite de la déclaration de guerre à l’Allemagne, il est mobilisé pendant la « drôle de guerre » à Marseille dans le 15e escadron du train des équipages, caserne d’Aurelles. Il est cantonné dans la cour de son unité après avoir provoqué une émeute lors de son premier tour de garde, puis démobilisé à la suite de la signature de l’armistice. Il a entre temps enregistré Francine (1939), chanson très engagée contre la propagande allemande.

 

La sèrie culte 
Ses films des années 1940 seront peu marquants, essentiellement tournés pour la Continental-Films. Comme nombre d’artistes sous l’Occupation, il continue de chanter dans des cabarets, se fait applaudir au Grand Casino et au Casino des Fleurs de Vichy et fredonne sur Radio Paris. Dans les années 1950, il retrouve le succès grâce à des films comme L’Auberge rouge (1951) de Claude Autant-Lara, Ali Baba et les Quarante voleurs (1954) de Jacques Becker et surtout La Vache et le Prisonnier d’Henri Verneuil tourné en 1959.

 

Mais c’est surtout la série des Don Camillo, tirés de l’œuvre de Giovannino Guareschi dans laquelle le curé et le maire communiste d’un petit village italien se livrent une lutte d’influence, qui va lui apporter l’immortalité. Il tourne six films : Le Petit Monde de don Camillo (1951) et Le Retour de don Camillo (1953) de Julien Duvivier, puis, avec d’autres réalisateurs, La Grande Bagarre de don Camillo (1955), Don Camillo Monseigneur (1961), Don Camillo en Russie (1965) et enfin Don Camillo et les Contestataires, qu’il commence en 1970 mais ne pourra achever en raison d’un cancer qui va l’emporter l’année suivante.

 

Le 18 janvier 1953 alors qu’il était à Rome avec sa fille Jeanine, Pie XII le pria de venir au Vatican afin, dit-il, de faire la connaissance , du plus connu des prêtres de la chrétienté après le pape .

 

 

Ses Films

1930 1931 : Le Blanc et le Noir de Robert Florey : Le groom vierge
1931 : On purge bébé de Jean Renoir : Le cousin Horace Truchet
1931 : Paris Béguin d’Augusto Genina : Ficelle, un petit truand
1931 : Cœur de lilas d’Anatole Litvak : Le garçon d’honneur
1931 : Le Rosier de Madame Husson de Bernard Deschamp : Isidore, le rosier
1932 : Pas de femmes de Mario Bonnard : Casimir
1932 : Un homme sans nom de Gustav Ucicky : Julot
1932 : Les Gaietés de l’escadron de Maurice Tourneur : Le soldat Vanderague, lbrimé
1932 : le Jugement de minuit (ou Le Vengeur) d’Alexandre Esway : Sam Hackitt
1933 : Le Coq du régiment de Maurice Cammage : Le soldat Médard
1933 : L’Ordonnance de Victor Tourjansky : Étienne
1933 : D’amour et d’eau fraîche de Félix Gandéra : Eloi, le chauffeur
1933 : La Garnison amoureuse de Max de Vaucorbeil : Le deuxième classe Frédéric
1933 : Adémaï aviateur de Jean Tarride : Méchelet, le camarade d’Adémaï
1933 : La Porteuse de pain de René Sti : Billenbuis, un boulanger
1934 : Une nuit de folies de Maurice Cammage : Fernand, le barman
1934 : Le Chéri de sa concierge de Giuseppe Guarino : Eugène Crochard
1934 : L’Hôtel du libre échange de Marc Allégret : Boulot, le garçon d’étage
1934 : Le Train de 8 heures 47 d’Henry Wulschleger : Le cavalier Croquebol
1934 : Angèle de Marcel Pagnol : Saturnin, le valet de ferme
1934 : Les Bleus de la marine de Maurice Cammage : Lafraise, un marin du »Victorieux »
1934 : Le Cavalier Lafleur de Pierre-Jean Ducis : Fernand Gaëtan Lafleur, le réserviste
1935 : Ferdinand le noceur de René Sti : Fernand Piat, préparateur en pharmacie
1935 : Jim la Houlette d’André Berthomieu : Jacques Moluchet, écrivain « nègre »
1935 : Les Gaietés de la finance (ou Bengali VII) de Jack Forrester : Le banquier Marivol – Le tailleur Lambinet
1936 : Un de la légion de Christian-Jaque : Fernand Esculape Siméon Espitalion
1936 : Josette de Christian-Jaque : Albert Durandal
1937 : François 1er (ou Les Amours de la Ferronnière) de Christian-Jaque : Honorin, régisseur de théâtre – Honorin des Meldeuses
1937 : Les Dégourdis de la 11e de Christian-Jaque : L’ordonnace Patard, le premier dégourdi
1937 : Ignace de Pierre Colombier : Ignace Boitaclou, jeune paysan incorporé
1937 : Un carnet de bal de Julien Duvivier : Fabien Coutissol, le coiffeur
1937 : Les Rois du sport de Pierre Colombier : Fernand, garçon de café
1937 : Regain (ou Arsule) de Marcel Pagnol : Urbain Gédémus, le rémouleur
1938 : Hercule (ou L’Incorruptible) d’Alexandre Esway : Hercule Maffre, pêcheur provençal, héritant d’un grand journal
1938 : Le Schpountz (ou La Fausse vocation) de Marcel Pagnol : Irénée Fabre, commis-épicier
1938 : Barnabé d’Alexander Esway : Barnabé, flûtiste occasionnel
1938 : Ernest le rebelle de Christian-Jaque : Ernest Pic, steward accordéoniste à bord d’un navire
1938 : Tricoche et Cacolet de Pierre Colombier : Tricoche, détective privé
1939 : Les Cinq Sous de Lavarède de Maurice Cammage : Armand Lavarède, le cousin de Mr Richard
1939 : Raphaël le tatoué (ou C’était moi) de Christian-Jaque : Modeste Manosque, veilleur de nuit alias « Raphaël »
1939 : Berlingot et Compagnie de Fernand Rivers : François, marchand de berlingots
1939 : Fric-Frac de Maurice Lehmann : Marcel, l’employé de la bijouterie
1939 : L’Héritier des Mondésir (ou C’est un mystère) d’Albert Valentin : Bien-Aimé, le facteur – Le baron de Mondésir et ses aïeux
Années 1940[modifier | modifier le code]1940 : Monsieur Hector (ou Le Nègre du Negresco) de Maurice Cammage : Hector, le valet de chambre
1940 : La Fille du puisatier de Marcel Pagnol : Félipe Rambert, l’assistant de Pascal
1940 : La Nuit merveilleuse de Jean-Paul Paulin : Le berger
1941 : Un chapeau de paille d’Italie de Maurice Cammage : Fadinard, le jeune marié
1941 : L’Acrobate de Jean Boyer : Ernest Sauce, maître d’hôtel
1941 : Le Club des soupirants de Maurice Gleize : Antoine Valoisir, chasseur de papillons
1942 : Les Petits Riens de Raymond Leboursier : Mr Astier
1942 : Simplet de Fernandel: Simplet, le « fada » de Miéjour
1942 : La Bonne Étoile de Jean Boyer : Auguste, dit « Guste », pêcheur provençal
1942 : Ne le criez pas sur les toits de Jacques Daniel-Norman : Vincent Fleuret, préparateur du professeur Léonard
1943 : Une vie de chien (ou Médor) de Maurice Cammage : Gustave Bourdillon, professeur dans un institut
1943 : La Cavalcade des heures d’Yvan Noé : Antonin
1943 : Adrien de Fernandel: Adrien Moulinet, encaisseur à la banque Nortier
1944 : Le Mystère Saint-Val de René Le Hénaff : Désiré Henri Le Sec, détective
1945 : Naïs de Marcel Pagnol et Raymond Leboursier : Toine, l’ouvrier agricole bossu
1945 : Les Gueux au paradis de René Le Hénaff : Pons, un joyeux drille
1945 : L’Aventure de Cabassou de Gilles Grangier : Marius Cabassou, architecte
1946 : Pétrus de Marc Allégret : Pétrus, photographe
1947 : La Parade du rire de Roger Verdier
1947 : Cœur de coq (ou Affaires de cœur) de Maurice Cloche : Tulipe Barbaroux, ouvrier imprimeur
1947 : Émile l’Africain de Robert Vernay : Emile Boulard, accessoiriste
1948 : Si ça peut vous faire plaisir de Jacques Daniel-Norman : Martial Gonfaron, aboyeur à la salle des ventes de Cassis
1948 : L’Armoire volante de Carlo Rim : Alfred Puc, percepteur
1949 : L’Héroïque Monsieur Boniface de Maurice Labro : Mr Boniface, étalagiste
1949 : On demande un assassin de Ernst Neubach : Bob Laurent, le fils de famille
Années 1950[modifier | modifier le code]1950 : Casimir de Richard Pottier : Casimir, représentant en aspirateurs
1950 : Meurtres de Richard Pottier : Noël Annequin, paysan et mari d’Isabelle
1950 : Tu m’as sauvé la vie de Sacha Guitry : Fortuné Richard, clochard
1950 : Uniformes et grandes manœuvres de René Le Hénaff : Luc, portier du « Miramar »
1951 : Topaze de Marcel Pagnol : Albert Topaze, professeur à l’institution Muche
1951 : Boniface somnambule de Maurice Labro : Victor Boniface, détective dans un grand magasin
1951 : Je suis de la revue (Botta e riposta) de Mario Soldati : Fernand
1951 : Adhémar ou le jouet de la fatalité de Fernandel : Adhémar Pomme, ordonnateur de pompes funèbres, garde malade, souffleur…
1951 : L’Auberge rouge de Claude Autant-Lara : Le moine
1951 : La Table aux crevés d’Henri Verneuil : Urbain Coindet, paysan et conseiller municipal
1952 : Le Petit Monde de don Camillo de Julien Duvivier : Don Camillo, le curé
1952 : Coiffeur pour dames de Jean Boyer : Marius, dit « Mario », coiffeur pour dames
1952 : Le Fruit défendu d’Henri Verneuil : Le docteur Charles Pellegrin
1952 : Le Boulanger de Valorgue d’Henri Verneuil : Félicien Hébrard, boulanger
1952 : Le Retour de don Camillo de Julien Duvivier : Don Camillo, le curé
1953 : Carnaval (ou Dardamelle) d’Henri Verneuil : Dardamelle, l’architecte
1953 : L’Ennemi public numéro un d’Henri Verneuil : Joé Calvet, l’américain myope
1954 : Mam’zelle Nitouche (Santarellina) d’Yves Allégret : Célestin Floridor, professeur de musique
1954 : Le Mouton à cinq pattes d’Henri Verneuil : Édouard Saint-Forget, le père – Alain, le fils esthéticien – Désiré, le fils laveur de vitres – Étienne, le fils loup de mer – Bernard, le fils journaliste – Charles, le fils curé
1954 : Ali Baba et les quarante voleurs de Jacques Becker : Ali Baba, le serviteur de Cassim
1955 : Le Printemps, l’automne et l’amour de Gilles Grangier : Fernand « Noël » Sarrazin, patron nougatier
1955 : La Grande Bagarre de don Camillo de Carmine Gallone : Don Camillo, le curé
1956 : Don Juan (El amor de Don Juan) de John Berry : Sganarelle, le valet de Don Juan
1956 : Le Couturier de ces dames de Jean Boyer : Fernand Vignard, couturier pour dames
1956 : Sous le ciel de Provence de Mario Soldati : Paul Verdier, représentant en chocolat
1956 : Honoré de Marseille de Maurice Regamey : Protis, le guerrier grec, Honorius, le romain et Honoré
1957 : Le Tour du monde en quatre-vingts jours (Around the World in Eighty Days) de Michael Anderson : Le cocher de fiacre à Paris
1957 : L’Homme à l’imperméable de Julien Duvivier : Albert Constantin, clarinettiste
1957 : Sénéchal le magnifique de Jean Boyer : Sénéchal, comédien d’une troupe théâtrale
1957 : Le Chômeur de Clochemerle de Jean Boyer : Baptiste Lachaud, dit « Tistin », chômeur
1958 : À Paris tous les deux (Paris Holiday) de Gerd Oswald : Fernydel, l’artiste français
1958 : La loi, c’est la loi de Christian-Jaque : Ferdinand Pastorelli, douanier français
1958 : La Vie à deux de Clément Duhour : Marcel Caboufigue, mari de Marguerite
1958 : Les Vignes du seigneur de Jean Boyer : Henri Levrier, l’ami de la famille
1959 : Le Confident de ces dames de Jean Boyer : Guiliano Goberti, vétérinaire
1959 : Le Grand Chef d’Henri Verneuil : Antoine Venturen, employé d’une station-service
1959 : La Vache et le Prisonnier d’Henri Verneuil : Charles Bailly, prisonnier de guerre
Années 1960 et 70[modifier | modifier le code]1960 : Crésus de Jean Giono : Jules, le berger de Provence
1960 : Le Caïd de Bernard Borderie : Justin Migonet, professeur de philosophie
1960 : Cocagne de Maurice Cloche : Marc- Antoine, chauffeur de benne de nettoiement
1961 : Le Jugement dernier (Il giudizio universale) de Vittorio De Sica : Le veuf
1961 : Dynamite Jack de Jean Bastia : Antoine Espérendieu, collecteur d’impôts – Dynamite Jack, le bandit
1961 : Don Camillo Monseigneur de Carmine Gallone : Don Camillo, évêque
1962 : L’assassin est dans l’annuaire de Léo Joannon : Albert Rimoldi, timide employé de banque
1962 : Le Diable et les Dix Commandements de Julien Duvivier : L’homme qui se prend pour Dieu
1962 : En avant la musique de Georges Bianchi : Attilio Capellaro, aubergiste
1963 : Le Voyage à Biarritz de Gilles Grangier : Guillaume Dodut, chef de gare de Puget-sur-Var
1963 : Blague dans le coin de Maurice Labro : Jeff Burlington, le comique
1963 : Le Bon roi Dagobert de Pierre Chevalier : M. Pelletan et le roi Dagobert
1963 : La Cuisine au beurre de Gilles Grangier : Fernand Jouvin, prisonnier de guerre
1964 : Relaxe-toi chérie de Jean Boyer : François Faustin
1964 : L’Âge ingrat de Gilles Grangier : Adolphe Lartigue, le père d’Antoine
1965 : Don Camillo en Russie de Luigi Comencini : Don Camillo, évêque
1966 : La Bourse et la Vie de Jean-Pierre Mocky : Charles Migue, un collègue de Pelepan
1966 : Le Voyage du père de Denys de La Patellière : Monsieur Quantin, fermier Jurassien
1968 : L’Homme à la Buick de Gilles Grangier : Armand Favrot, alias « Monsieur Jo », contrebandier
1970 : Heureux qui comme Ulysse d’Henri Colpi : Antonin, modeste garçon de ferme
1970 : Don Camillo et les contestataires de Christian-Jaque : Don Camillo, évèque – (Film inachevé)

 

Huit de ses films ont été colorisés (soit pour la télévision soit pour des sorties VHS) : Les Rois du sport (1937), L’Auberge rouge (1951), Le Boulanger de Valorgue (1952), Le Couturier de ces dames (1956), Sénéchal le magnifique (1957), Le Grand Chef (1959) et La Vache et le Prisonnier (1959), premier film français traité par procédé électronique, et La Cuisine au beurre (1963). Le film La Vache et le Prisonnier fut recolorisé pour une sortie DVD du film (édition Film Office Collection « Les Grands Classiques », paru en 1999).

À noter également que Mam’zelle Nitouche (1954), Ali Baba et les Quarante voleurs (1954), Don Juan (1956), Sous le ciel de Provence (1956), Honoré de Marseille (1956), Le tour du monde en 80 jours (1957), A Paris tous les deux (1958), Dynamite Jack (1961), La Bourse et la vie (1966), Le Voyage du père (1966), L’Homme à la Buick (1968) et Heureux qui comme Ulysse (1970), ont été tournés directement en couleur (Eastmancolor ou Technicolor).

Au Cinéma ce soir

Cigarettes électroniques: une étude confirme la présence de substances cancérigènes


Publié par AFP le Jeudi 27 Novembre 2014 : 10h42

Les vapeurs de cigarettes électroniques contiennent des substances cancérigènes, dans des quantités très variables qui peuvent dépasser les concentrations de la fumée de cigarette traditionnelle, montre une étude japonaise rendue publique jeudi.

Il ressort de ce document brut sans conclusion définitive que les vapeurs absorbées contiennent entre autres souvent du formaldéhyde, un composé aussi appelé formol considéré comme favorisant les cancers, de l’acroléine, du glyoxal (ou éthanedial) ou encore du méthylglyoxal.

« Les taux varient grandement d’une marque à l’autre et même pour une même marque d’un échantillon à l’autre », ont souligné les chercheurs qui ont mesuré les concentrations de ces différentes substances pour cinq marques (non citées) de cigarettes électroniques.

« Pour une des marques analysées, l’équipe de recherche a trouvé un niveau de formaldéhyde qui a atteint jusqu’à plus de dix fois celui contenu dans une cigarette traditionnelle », a expliqué à l’AFP le chercheur Naoki Kunugita qui a dirigé l’étude.

Le taux de formaldéhyde n’est toutefois pas constant, « il varie au cours de l’expérience et s’élève particulièrement en cas de surchauffe du fil résistif intégré », précise-t-il.

Les tests ont été réalisés avec une machine qui effectue à chaque fois une série identique de 15 bouffées, à dix reprises, avec la même cartouche, avec des pauses.

Ce rapport de l’Institut national de la santé publique a été remis jeudi au ministère japonais de la Santé qui se demande, à l’instar de ses homologues d’autres pays, dans quelle mesure il est nécessaire de réguler l’usage des cigarettes électroniques sans nicotine employant des liquides parfumés.

Même si au Japon les vapoteurs sont moins visibles que les fumeurs traditionnels et les boutiques spécialisées bien moins nombreuses que dans les pays occidentaux, la transition du tabac vers la vapeur est un phénomène croissant qui oblige les autorités à s’en préoccuper.

Le barrage de police


Mannequins  siliconés Jalouses les filles ?

Posted: 24 Oct 2014 04:00 PM PDT

Un homme âgé est arrêté par un barrage de police vers 2 heures du matin.

Le policier lui demande où il va à cette heure de la nuit.

L’homme répond : « Je me rends à une conférence sur l’abus d’alcool et ses effets sur le corps humain, ainsi que sur le tabac et les soirées tardives. »

Le policier pas convaincu demande alors : « Vraiment, et qui est ce qui donne cette conférence à une heure pareille ? »

L’homme répond : « Ma femme. »

Pensée du samedi 29 novembre 2014.


« Combien de personnes prétendent qu’elles n’ont pas de temps à consacrer aux exercices spirituels ! Le matin elles doivent partir au travail, avant de partir elles ont déjà beaucoup à faire, et quand elles rentrent le soir, c’est pareil… Eh bien, puisqu’elles n’ont pas au moins quelques minutes chaque jour pour être dans l’harmonie et la lumière, il est sûr qu’elles en auront pour être dans les troubles, les désordres et les ténèbres.
S’il y a une chose qui arrive de façon certaine dans la vie, c’est d’être triste, faible et découragé ; et ce qui est moins certain, c’est d’être heureux, fort et serein. Pourquoi ? À cause de cette phrase dont tous se gargarisent : « Je n’ai pas le temps ! » Voilà une façon commode de justifier la paresse et l’inertie. Pas une minute pour se recueillir, pas une minute pour faire au moins une prière ou un exercice, afin de devenir plus résistant, plus éclairé… Quelle destinée se préparent-ils ainsi ? En réalité, combien de fois ils sont en train de perdre leur temps ! Qu’ils apprennent un peu à en gagner ! Et ils en gagneront justement quand ils comprendront que s’ils consacrent chaque jour quelques moments à entrer en contact avec la lumière, cela leur évitera de commettre des erreurs qu’ils mettraient longtemps à réparer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

L’avocat hypnotisait ses clientes pour les violer en transe


 

1.10hypnosis.jpg

L’avocat hypnotisait ses clientes pour les violer en transe

 

Un avocat de l’Ohio a été récemment mis en examen dans la ville de Lorain. Il est soupçonné d’avoir hypnotisé des clientes pour mieux les violer.

 

Cela fait trente ans que Michael Fine exerce la profession d’avocat dans la ville de Lorain, sur les bords du lac Erie. Mais il pourrait très prochainement devoir mettre la clé sous la porte au regard desaccusations dont il est l’objet.

L’homme, âgé de 57 ans, aurait en effet hypnotisé l’une de ses clientes pour tenter d’abuser d’ellesexuellement. Les pratiques se seraient déroulées par téléphone, mais aussi au cabinet de l’avocat.

 

Trous de mémoire

La plaignante, dont le pseudonyme est « Jane Doe », avait contacté Michael Fine l’année dernière dans le cadre d’une affaire familiale. Ils avaient échangé depuis de nombreux appels téléphoniques.

Mais c’est en constatant d’étranges trous de mémoire à l’issue de ces appels que « Jane Doe » a décidé en octobre dernier d’enregistrer deux conversations.

 

1.10hypnosis 2.jpg« Meilleur amant du monde »

Sans ambiguïté, les enregistrements ont révélé que le « lawyer » l’avait effectivement placée en état d’hypnose. Pendant les phases de transe, l’avocat demandait à sa cliente d’entreprendre sur elles des gestes explicites qui auraient conduit à plusieurs orgasmes.

Durant les échanges, Michael Fine parlait de lui-même en se qualifiant de « meilleur amant du monde ». Il se considérait comme son « professeur ». A l’issue des « séances », il lui commandait de tout oublierhormis la partie juridique de l’entretien.

 

Piégé

Dans le second enregistrement, l’homme aurait en outre demandé à sa victime de venir munie d’un godemiché à leur prochain rendez-vous « physique » à son cabinet.

Forts de ces pièces compromettantes, les policiers ont équipé « Jane Doe » d’une caméra et de matériel de prise de son. Sans surprises, quelques minutes après le début du rendez-vous, le 7 novembre, la femme était en état de transes et l’avocat s’apprêtait manifestement à commettre des actes de nature sexuelle. C’est à ce moment que les forces de l’ordre sont intervenues pour mettre fin à son manège.

 

Seconde plainte

Depuis la neutralisation de l’avocat pervers, père de deux filles, une seconde femme se serait plainte à son tour de son comportement et aurait aussi fait état d’hypnoses imposées, rapporte la presse américaine.

 

lavocat-hypnotisait-ses-clientes-pour-les-violer-en-transe

Le nombre d’internautes dans le monde dépassera les 3 milliards en 2015


Ajouté le 11/25/2014 00:19:11 par Infinity

 

Le nombre d’internautes dans le monde dépassera les 3 milliards en 2015

 

En France, le nombre d’internautes devrait dépasser les 50 millions l’année prochaine et atteindre 52,5 millions en 2018.

Selon les dernières prévisions d’eMarketer, le nombre d’internautes dans le monde atteindra 3,07 milliards en 2015, en hausse de +6,2% vs 2014. Cela représentera 42,4% de la population. Pour les 3 années suivantes, les taux de croissance sont estimés à plus de 5%, et la pénétration d’Internet devrait atteindre 48,2% en 2018.

emarketerInternautes et pénétration © S. de P. eMarketer

En France, le nombre d’internautes devrait dépasser les 50 millions l’année prochaine (50,5M) et atteindre 52,5 millions en 2018. La France est actuellement le 12ème pays du monde selon le nombre d’internautes. Le premier est de loin la Chine avec 644 millions d’internautes en 2014 et une prévision de 777 millions en 2018.

emarketer2