Pensée du lundi 20 octobre 2014.


« Toute forme a tendance à se figer, et si les humains ne sont pas vigilants, l’esprit qui habite ces formes n’a plus la possibilité de se manifester. Il part donc à la recherche de formes nouvelles plus adaptées à ce qu’il veut exprimer.
Cette loi est valable dans tous les domaines, même dans celui de la religion. C’est pourquoi les religions qui depuis des siècles s’obstinent à maintenir les mêmes formes, sont dans l’erreur. Au lieu de comprendre qu’il faut toujours faire évoluer les formes pour qu’elles arrivent à exprimer de plus en plus, de mieux en mieux, les courants toujours nouveaux de l’esprit, trop de croyants essaient de se persuader qu’ils doivent conserver leur religion exactement dans les formes où elle a été créée. Ce serait même d’après eux la volonté de Dieu. Eh bien, non, l’Intelligence cosmique n’a rien fixé définitivement, et chaque fois que les humains ont refusé de faire évoluer les formes, des événements sont survenus qui ont fait disparaître ces doctrines, ces croyances, ces rites qu’ils imaginaient valables et installés pour l’éternité. Ce que pensent les humains n’est pas ce que pense l’Intelligence cosmique ; elle, elle a d’autres proje
ts. C’est pourquoi au cours des siècles on a toujours vu se produire des bouleversements au travers desquels l’esprit a montré qu’il refuse de se laisser enfermer dans des formes. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Comment se faire passer pour… un grand patron ?


Publié par Didier Laurens le Vendredi 17 Octobre 2014 : 13h41

Comment se faire passer pour... un grand patron ?

Rien de plus facile à condition de respecter certain codes sociaux et de maîtriser le langage de base… Découvrez-les avec Planet.fr.

Chaque matin, vous voyagez à proximité d’une jeune femme fascinante qui dévore la presse économique. Et, vous en déduisez qu’il vaudra mieux lui donner l’impression de diriger une entreprise plutôt que de livrer des pizzas pour parvenir à la séduire. Bon départ : aligner l’offre et la demande est déjà une démarche de business man !

Gare au premier coup d’œil. Selon les sociologues, les femmes sont d’abord attentives aux détails du visage, au sourire et aux mains de leur interlocuteur. En tant que chef d’entreprise vous êtes un « communicant ». Moralité, faites vous détartrer les dents et si vous êtes frappé d’onychophagie, c’est-à-dire si vous vous rongez les ongles, attendez qu’ils repoussent. Enlevez vos bagouzes, et surtout pas d’alliance, ni bracelet en poils d’éléphant, peu couru dans le milieu des affaires…

Côté code vestimentaire, choisissez des couleurs qui se complètent (bleu+ gris, marron + beige ou orange, etc.). Evitez les vêtements voyants. Si vous portez un costume, bannissez le mariage entre chemises foncées et étoffes sombres. Préférez les chemises avec poignets mousquetaire, prisées par les élites, et des boutons de manchette discrets, style Boucheron.

Une fois le premier contact établi, incitez votre interlocutrice à parler d’elle afin de vous situer par rapport à son univers professionnel. Montrez-vous sagace sans agacer. Essayez de susciter la curiosité. Si vous l’intéressez, surgira l’immanquable question : « Et, vous, vous faîtes quoi dans la vie ? ».

Choisissez un univers qui vous ressemble

Surtout, ne répondez pas que vous êtes un homme d’affaire, c’est ringard. Dites plutôt que vous êtes entrepreneur. Parlez de vous sans affectation. Selon le milliardaire Warren Buffett, les chefs d’entreprises se caractérisent avant tout par leur positivité, leur vision de l’avenir et leur sens du commerce. Cultivez le genre.

Théoriquement, vous vivez des revenus générés par votre société. Choisissez un univers qui vous ressemble. Indiquez que vous êtes à la tête d’une start-up qui vient de conclure un accord avec un grand groupe coté. Jouez la carte des voyages d’affaires à l’étranger. Vu votre statut, un minimum de culture internationale s’impose et les voyages font toujours rêver.

Lors du premier déjeuner, précisez que c’est un plaisir de prendre un peu temps, car contrairement aux idées reçues, la plupart des déjeuners professionnels se déroulent autour d’un plateau-repas. Les mœurs autorisent un verre de vin, pas plus. Quant à votre patrimoine, si les placements ne sont pas votre fort, laissez entendre que vos affaires sont gérées par un « familiy office ». Ces structures font travailler l’argent des entrepreneurs qui n’ont pas le temps de s’en occuper.

Prêt à sortir le grand jeu ? Proposez un week-end à Venise, qui reste la destination symbolique la plus claire. Elle a dit oui ? Vous avez de la chance ! Hors saison, le Danieli propose des chambres avec vue sur le lagon louées 1 200 euros/nuit à un prix « cassé »…

Publié par Didier Laurens le Vendredi 17 Octobre 2014 : 13h41

Insolite: dînons dans les toilettes publiques !


 

dînons dans les toilettes publiques 1.jpgInsolite: dînons dans les toilettes publiques !

 

Boire un verre ou dîner dans d’anciennes toilettes publiques, c’est tendance à Londres.

 

Pas d’espace perdu, telle pourrait être la devise de Londres qui exploite le moindre centimètre carré, y compris les endroits les plus insolites comme ces anciennes toilettes publiques qui voient fleurir entre leurs murs bars, cafés et boutiques. Des sanisettes d’après guerre à l’urinoir victorien, restés abandonnés pendant des décennies pour certains, la reconversion gagne du terrain, encouragée par une municipalité en quête d’argent frais.

 

dînons dans les toilettes publiques 2.jpg

 

Certains portent des noms très évocateurs en adéquation avec le passé des lieux: « The Convenience » (les commodités), un café-restaurant qui a ouvert fin 2013 dans le quartier branché de Hackney; « WC », un bar à vin de Clapham, dans le sud de la capitale; ou « ArtsLav », contraction de arts et lavatory, un centre artistique dans le quartier central de Kennington. D’autres ont choisi des appellations plus neutres comme le café « The Attendant » ou le cabaret « Cellar Door », dans le centre-ville.

 

La tendance n’est pas nouvelle mais elle « s’est récemment accélérée », constate Rachel Erickson, alias « The Loo Lady » (« La dame-pipi »), qui s’est fait une spécialité d’organiser des visites guidées des toilettes publiques londoniennes encore en usage.

 

 

dînons dans les toilettes publiques 3.jpg

Jayke Mangion, 34 ans, qui a ouvert « WC » en juillet, explique que « le gouvernement pousse les conseils municipaux à utiliser tous les endroits vacants pour générer des revenus ». Toilettes hors d’usage, stations de métro désaffectées, les offres de sites singuliers se multiplient à des loyers souvent bien plus modérés que pour les adresses plus classiques.

dînons dans les toilettes publiques 4.jpg

 

Logé dans d’ex-toilettes souterraines datant de l’ère victorienne, accolées à la station de métro Clapham Comon, « WC » a conservé son sol en mosaïque d’origine ainsi que la faïence aux murs. Les boiseries ont été transformées en tables ou en alcôves intimes. En revanche, les urinoirs hérités du passé restent cantonnés à l’espace aménagé pour servir de toilette aux clients d’aujourd’hui.

dînons dans les toilettes publiques 5.jpg

 

Au contraire, Katie Harris, qui tient « The Convenience », resto le jour, bar la nuit, a choisi de les garder et même de les mettre en valeur: ses clients peuvent déjeuner sur le comptoir en bois qui repose sur les antiquités de porcelaine. « Je ne voulais pas nier que nous sommes dans d’anciennes toilettes », explique la jeune femme de 30 ans. Mais « sans que cela fasse trop toilettes non plus », ajoute-t-elle immédiatement.

 

Exit donc les urinoirs de couleur jaune qui faisaient « trop pipi » et pouvaient rebuter la clientèle, seules les vasques blanches ont été conservées après avoir été récurées pendant plusieurs jours.

dînons dans les toilettes publiques 6.jpg

 

Ryan De Oliveira, qui dirige « The Attendant », abonde dans son sens. « Donner une nouvelle vie à un lieu tombé en désuétude, cela repousse les frontières », s’enthousiasme l’ex-financier. Il a conservé aux murs jusqu’aux anciennes chasses d’eau de la sanisette ouverte initialement dans les années 1890, transformées en bac à fleur. « Le café est très bon, l’ambiance sympa, l’endroit original », résume Laurent, un de ses clients.

dînons dans les toilettes publiques 7.jpg

 

Philip, 35 ans, attablé devant un verre de vin chez « WC », estime que « cela ajoute au charme du lieu qu’ils aient intégré certains des éléments d’origine. Cela donne une atmosphère agréable… et cela ne sent plus du tout ».

dînons dans les toilettes publiques 8.jpg

 

 

dinons-dans-les-toilettes-publiques

«Un sentiment de culpabilité m’habitait…»


Depuis quelques années, mon conjoint et moi aimons faire un séjour à l’île d’Orléans au début de septembre. C’est un moment de ressourcement et de pur plaisir en contact intime avec le fleuve et la belle nature environnante.

J’affectionne particulièrement les marches en solitaire sur la plage à ramasser de petits morceaux de verre poli par l’eau et de mignonnes petites pierres en forme de cœur, d’animaux et autres… Mon esprit se vide et je profite du moment présent.

Le jour précédent notre départ de l’île, un vent de grande intensité s’est mis à souffler avec des pointes allant jusqu’à cent kilomètres à l’heure et il y avait des vagues magnifiques. Avec enthousiasme, je me suis précipitée seule sur la plage pour profiter de ce spectacle grandiose. À un certain moment, j’ai fermé les yeux pour mieux sentir le soleil sur mon visage et le vent puissant qui ébranlait mon corps et qui m’obligeait à garder les pieds solidement accrochés à la terre. Je me suis progressivement dissoute pour me fondre avec délice dans le parfum de l’air, dans le bruit du vent et des vagues déchaînées… Je me sentais «magiquement» bien, portée, nourrie par la vie et sa magnificence. Comment dire… Pour moi, tout était là sans avoir à chercher plus loin. Je me sentais vivante, vibrante.

Après un certain temps, rassasiée, j’ai ouvert les yeux que j’ai posés sur le sol. À mes pieds, un mignon petit quartz qu’on appelle Herkimer et rempli de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel brillait joliment. Comme une petite fille je l’ai pris dans mes mains pour l’admirer et tout excitée je me disais que oui, la magie existe… J’ai remercié la vie pour ce cadeau qui, pour moi, bouclait joliment la fin de mon séjour sur l’île.

Soudain, une petite voix me demande pourquoi j’ai besoin de mettre un terme à cet élan de vie et aux présents qu’elle veut m’offrir en me disant que c’est la fin de quelque chose au lieu d’en être tout simplement la continuité… Cette même voix me dit que ce qui m’est dû, personne ne peut le prendre. Qu’il en est de même pour chacun d’entre nous; encore faut-il être en état de le recevoir.

J’ai alors compris que lorsque je recevais l’abondance sous quelque forme que ce soit, un sentiment de culpabilité m’habitait vis-à-vis ceux qui n’en avaient pas et je me sentais redevable. J’ai aussi compris que je refermais ainsi la porte à l’abondance en contrôlant moi-même son débit pour me soustraire à ce sentiment désagréable de gêne.

À partir de ce moment, je me suis autorisée à rêver de trouver un autre quartz et peut-être même plus gros, et plus beau que celui que j’avais dans les mains. Simplement pour mon plus grand plaisir. J’ai chassé ma honte d’avoir des désirs, sachant que je ne prenais la part de personne. Il y en a assez pour tous.

Le lendemain, jour du départ, je suis retournée une dernière fois sur la plage dire au revoir à toute cette beauté. Je rencontre, par hasard notre voisin, un homme qui vit en solitaire dans sa petite maison de la plage et je le salue. Je lui parle de ma cueillette fructueuse de pierres et il me demande si je possède du silex. Les Amérindiens faisaient leur pointe de flèche avec cette pierre. Celle-ci ne faisant pas partie de ma collection, il va donc me la chercher. Il me l’offre gentiment et me montre une seconde pierre me disant, un peu gêné, ne pas savoir ce que c’était. Eh bien, je vous le donne en mille… C’était un autre quartz de la même famille que celui que j’avais trouvé la veille, mais encore plus gros, plus beau et brillant de mille feux. :o)

Line

Varennes, Québec

Il trouve une souris morte dans son café !


 

café souris pt.jpg

Il trouve une souris morte dans son café !

 

Un client d’un restaurant McDonald’s au Canada a fait la terrible découverte en voulant boire « la dernière gorgée ».

 

Ron Morais a découvert une souris morte en buvant son café acheté quelques instants plus tôt au McDonald’s. « Je retire toujours le couvercle pour boire la dernière gorgée », explique-t-il à CBC News. « Et cette fois, quand je l’ai retiré, il y avait une petite surprise dans le fond de ma tasse de café. Il y avait une souris morte. La souris avait laissé aussi, quelques petits présents, dirons-nous. »

 

Des inspecteurs ont été dépêchés sur les lieux, indique CBC. Tous les produits alimentaires ont été scellés. Il n’y aurait, à première vue, pas de « preuve de présence de rongeurs dans l’établissement ». McDonald’s Canada a également fait savoir qu’il enquêtait. « Nous continuons à enquêter sur l’incident isolé et nous avons demandé au client de nous fournir un échantillon. Nous ne communiquerons pas davantage tant que nous n’avons pas reçu les éléments nécessaires et le rapport des laboratoires. »

 

café souris 1.jpg

café souris.jpg

Le client, lui, aimerait « seulement savoir comment la souris est entrée dans ma tasse de café ». Il veut également être certain que cela restera un incident isolé. Mais il prend la chose avec philosophie. « Je suis là. Et je suis en meilleure forme que la souris. »

 

Il-trouve-une-souris-morte-dans-son-cafe

Un requin dévoré par trois orques


 

devore requin.jpgUn requin dévoré par trois orques

 

Des biologistes ont pu filmer l’attaque de trois orques sur un requin, au large du Costa Rica.

Des images impressionnantes.

 

La vidéo, filmée par la photographe Caroline Power et le biologiste Nicholas Bach et relayée par 20 Minutes, montre l’impuissance du requin face à ses trois prédateurs. C’est la première fois qu’une telle attaque est filmée.

 

Les images ont été tournées à Cocos Island, au Costa Rica. Les trois orques attaquent le squale en le forçant à remonter à la surface. A cet instant, ils lui mordent les nageoires pour l’empêcher de se déplacer, entraînant le phénomène « d’immobilité tonique ».

 

Le requin est donc pris au piège et ne peut plus empêcher une mort certaine. 

http://www.dailymotion.com/embed/video/x26uqbf

 Un-requin-devore-par-trois-orques

Un insecte géant effraie une présentatrice météo VIDÉO


 

Un insecte géant effraie une présentatrice météo.jpgUn insecte géant effraie une présentatrice météo VIDÉO

 

Jennifer Kethmar a quitté l’antenne en voyant l’insecte.

La Miss météo de Fox 59 WXIN-TV plaisantait sur l’augmentation d’abeilles dans le secteur peu de temps avant. Lorsque l’animal, grossi, est apparu à l’image, elle a instantanément quitté le plateau en criant: « Oh mon Dieu! C’est de retour! »

 

Peu de temps après, elle a retrouvé son calme et a reconnu sa réaction excessive: « Je vais finir sur les bêtisiers ». Elle a ensuite repris les prévisions. 

Un-insecte-geant-effraie-une-presentatrice-meteo

Quand le plus grand huit d’Europe vire au cauchemar…


 

Quand le plus grand huit d’Europe vire au cauchemar....jpgQuand le plus grand huit d’Europe vire au cauchemar…

 

Un cerf a traversé des montagnes russes en Angleterre… Des passagers sont sortis traumatisés de l’attraction.

Installé en pleine nature ( voir la vidéo ci-dessous ), le grand huit du parc d’attractions britannique de la Lightwater Valley a été le théâtre d’un événement inattendu et pour le moins traumatisant pour une partie de ses passagers, samedi dernier. Lorsqu’un cerf a traversé les rails des montagnes russes, alors que les wagons avaient atteint une vitesse de 50 mph…

 

Fatale au cervidé, décapité par la violence du choc, la collision a aspergé de sang certaines personnes à bord de «l’Ultimate», décrit comme le plus grand huit d’Europe. «Il y avait des cris,» a confié un passager au Daily Mail.

 

Ce n’est pas la première fois qu’un tel accident se produit avec le grand huit de la Lightwater Valley. En 94, un ado de 12 ans avait dû être emmené à l’hôpital.

 

L’attraction, ouverte depuis 91, est l’une des plus populaires dans le monde, selon la même source.

 article/detail

Trop d’aluminium favoriserait la maladie d’Alzheimer


Un professeur britannique affirme que l’aluminium présent dans les objets du quotidien peut favoriser l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

 

Dans la revue scientifique Frontiers in Neurology, le professeur Christophe Exley (Université de Keele, Angleterre) préconise de limiter l’exposition des personnes à l’aluminium. L’intoxication à l’aluminiumpourrait selon lui favoriser la maladie d’Alzheimer. Le chercheur dénonce le contact quotidien avec ce métal, présent dans les cosmétiques ou l’alimentation, et qui laisserait des dépôts dans le cerveau.

L’excès d’aluminium accélère les effets de la maladie

« La présence d’aluminium dans le cerveau devrait déjà nous mettre en garde contre ses répercussions avec l’âge » écrit le Pr Exley dans la revue. Si le corps élimine naturellement l’excès d’aluminium, des quantités restent tout de même dans les nerfs, le cerveau, les os, le foie, le cœur, la rate ou encore les muscles. Dans le cerveau, le chercheur fait savoir que l’aluminium s’accumule jusqu’à ce qu’il atteigne un seuil de toxicité auquel les neurones ne peuvent plus faire face. Dans ce cas, la présence d’aluminium peut accélérer une maladie dégénérative commeAlzheimer. Christopher Exley rappelle une affaire de 1988, sur le déverssement de 20 tonnes de sulfate d’aluminium dans les eaux de Camelford. La militante Carole Croix est alors décédée d’une forme particulièrement agressive de la maladie d’Alzheimer à 59 ans. On avait retrouvé dans son cerveau un niveau très élevé d’aluminium, contenue dans de l’eau contaminée.

L’assistant gynécologue


 

Quand on a pas le sous et qu'on aime les bateaux !

Un homme se promène sur la rue St-Jean à Québec quand soudainement il voit une annonce devant un bureau de médecins: « NOUS ENGAGEONS: Assistant-Gynécologue ».

Intéresse, il entre et demande à la réceptionniste les tâches reliées l’emploi.

La réceptionniste sort un dossier et commence à lire: « L’emploi consiste à préparer les patientes à leur consultation avec le gynécologue c’est-à-dire que vous devez les aider à enlever leurs sous-vêtements, les faire étendre et délicatement laver leurs parties intimes; ensuite, vous devez les raser gentiment et appliquer une huile adoucissante et, finalement, vous assurer qu’elles sont confortables et relaxes pour la visite du gynécologue.

Le salaire annuel est $150,000.00, et si vous êtes intéressé vous devez vous rendre à Trois-Rivières… ».

« Ah! Mon Dieu! C’est là qu’est le « boulot »? demande le gars.

« Non Monsieur, la position est à Québec, ici même… mais la fin de la queue est à Trois-Rivières au moment où on se parle … ».