Pensée du mercredi 01 octobre 2014.


« Vous voulez savoir où vous irez en quittant la terre ? C’est simple : vous serez naturellement attiré par les régions vers lesquelles, tout au long de votre existence, vous aurez dirigé vos désirs. Si vous employez vos énergies à demander l’intelligence, l’amour, la beauté, et à les réaliser dans cette vie, soyez absolument sûr qu’aucune force ne pourra vous empêcher d’aller les trouver dans ces régions auxquelles votre cœur aspire.
Celui qui, refusant l’idée d’une vie après la mort se permet toutes sortes de transgressions pour satisfaire ses convoitises, n’a aucune idée des souffrances qui l’attendent dans l’au-delà. Tandis que celui qui cherche à se mettre chaque jour en accord avec les lois divines, entre en relation avec les esprits de la lumière, et ces esprits viennent s’installer en lui : puisqu’il les a attirés, ils créent avec lui une association. Plus tard, quand il quittera la terre, quand son corps physique se désagrégera et que toutes les particules qui le composent iront à nouveau rejoindre les quatre éléments, il se retrouvera dans l’autre monde en compagnie des esprits qu’il avait attirés. Ainsi, sans le savoir, sans connaître encore tous les amis qui en feront partie, chacun de vous est en train de travailler à former la société dans laquelle il vivra dans l’au-delà. Voilà l’explication de ce que les religions ont appelé l’Enfer et le Paradis. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Un tatouage vu de près, ça se passe comme ça !


 

tatoo.jpgUn tatouage vu de près, ça se passe comme ça !

 

Toujours eu envie d’un tatouage mais peur de la sensation? Ces images vous donneront un aperçu de la douleur à affronter mais aussi les explications techniques bonnes à connaître avant de se lancer.

Âmes sensibles et douillets, fuyez tant qu’il en est encore temps. Curieux et tatoués en devenir, ceci s’adresse à vous. Si les volutes et la beauté de ces oeuvres d’art à même la peau ont toujours titillé votre esprit mais que la sagesse ou la peur vous ont toujours freiné, vous pourriez trouver les réponses à vos questions et décider de sauter le pas – ou pas – après ces images fouillées de la pose d’un tatouage.

 

L’injection d’encre grâce à des aiguilles est ici longuement détaillée, en expliquant quels sont les instruments et la technique utilisés. Des images au ralenti et en gros plan exposent alors la manière dont les aiguilles se chargent d’encre et la propulsent sous la peau. Même au ralenti, on réalise la rapidité et la force de ces mouvements saccadés. Pour peu, on devine la douleur qui engourdit le bras du tatoué pendant l’exécution du dessin. L’artiste ne vous éclairera pas sur la manière de reproduire l’illustration choisie par le client, mais vous aurez la chance de comprendre comment elle effectue un tracé net pour les contours et le « remplissage » plus fondu: le nombre d’aiguilles est la clé.

 

Si vous voulez sauter les explications techniques et directement voir la chair du cobaye se faire poinçonner, vous serez exaucés après la troisième minute de la vidéo. En prime, vous pourrez vous identifier à ce novice et partager ses impressions. Celui-ci semble d’ailleurs conquis par l’expérience et explique comprendre qu’on devienne accro à la sensation. Et vous, convaincus?

 

display.gif

 Un-tatouage-vu-de-pres-ca-se-passe-comme-ca

Une doudoune équipée d’un GPS pour surveiller vos enfants


 

99€.jpgUne doudoune équipée d’un GPS pour surveiller vos enfants

 

Comment surveiller votre bambin sur le chemin de l’école? La marque Gémo a trouvé la solution pour rassurer vos inquiétudes: la doudoune GPS. Une version existe pour les filles, une autre pour les garçons. Dans chaque cas, ce manteau est équipé d’une balise GPS reliée au smartphone de l’adulte et qui permet de donner la position de l’enfant en temps réel.

 

Si du côté de Gémo, on affirme que c’est « rassurant » pour les parents, les psychologues ne l’entendent pas de cette oreille. « Une bonne relation entre un parent et un enfant se base sur la confiance », rappelle Angéline Josinski Cimelière dans les colonnes du journal Métro. « Ici, on fait tout le contraire. Le message qu’on lui envoie est ‘je te surveille car je ne te fais pas confiance' ».

Les mamans interrogées par le quotidien gratuit ont des avis mitigés sur cette invention. Là où l’une trouve ça angoissant, l’autre pense que ça peut être intéressant sur les pistes de ski. « J’ai déjà perdu mon fils sur les pistes ». Cette veste d’hiver est vendue ici, au prix de 99 euros.

 

Une-doudoune-equipee-d-un-GPS-pour-surveiller-vos-enfants

Les parallèles Kennedy-Lincoln. » Ma Planète


*** Hasards et coïncidences ***
– histoires surprenantes –

 

 

Lincoln.

Kennedy.

Une série de hasards concerne les parallèles incroyables entre John Kennedy et Abraham Lincoln.

Ils ont tous les deux été élus président à exactement 100 ans d’intervalle (1860 et 1960). Avant de devenir président, ils avaient été élus au Congrès également à 100 ans d’intervalle (1846 et 1946). Ils ont tous les deux perdu un enfant pendant qu’ils étaient à la Maison Blanche.

Ils ont tous les deux été assassinés d’une balle dans la tête, tirée par derrière, un Vendredi, en présence de leur épouse, par des assassins nés eux aussi à 100 ans d’intervalle (1839 et 1939).

L’assassin de Lincoln a tiré sur lui dans un théâtre avant de se cacher dans un entrepôt, tandis que l’assassin de Kennedy a tiré depuis un entrepôt avant de se cacher dans un cinéma. Les deux assassins furent eux-mêmes assassinés avant d’avoir pu être jugés.

Le successeur de Lincoln et celui de Kennedy s’appelaient Johnson (Andrew Johnson et Lyndon Johnson) et étaient nés avec 100 d’écart (1808 et 1908). Andrew Johnson est mort 10 ans après Lincoln, et Lyndon Johnson est mort 10 ans après Kennedy.

La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln, et celle de Lincoln s’appelait Kennedy. La secrétaire de Lincoln lui avait recommandé de ne pas se rendre au théâtre, et la secrétaire de Kennedy lui avait conseillé de ne pas aller à Dallas.

Les noms de Kennedy et de Lincoln comportent 7 lettres, et les noms et prénoms de leurs assassins comportent 15 lettres (John Wilkes Booth et Lee Harvey Oswald).

La loge du théâtre où est mort Lincoln s’appelait la « loge Kennedy », et la voiture dans laquelle Kennedy fut assassiné était… une Lincoln. La Lincoln de Kennedy était fabriquée par Ford, tandis que la « loge Kennedy » de Lincoln se trouvait dans le « Ford Theater ».

Dernier clin d’oeil de l’histoire: un mois avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroë dans le Maryland. Un mois avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroë.

*********************************************

Juste à temps.

L’acteur Britannique Anthony Hopkins [qui a tourné en tant qu’Hannibal Lecter] était ravi d’apprendre qu’on lui avait donné le rôle principal dans un film basé sur le livre La Fille de Petrovka de George Feifer. Quelques jours avant de signer le contrat, Hopkins voyagea à Londres pour acheter une copie du livre. Il essaya plusieurs librairies, mais il n’y en avait aucune à acheter. En attendant au métro souterrain de Leicester Square pour rentrer chez lui, il remarqua un livre apparemment laissé de côté sur un banc. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, c’était La Fille de Petrovka. En soi cela constitue déjà une belle coïncidence, mais ça ne s’arrête pas là. Deux ans plus tard, en plein milieu du tournage à Vienne, Hopkins a reçu la visite de George Feifer, l’auteur. Feifer mentionna qu’il n’avait pas de copie de son propre livre. Il avait prêté la dernière – contenant ses propres notes – à un ami qui l’avait perdu quelque part à Londres. Stupéfait et émerveillé, Hopkins donne à Feifer le livre qu’il avait trouvé. ‘Est-ce celui là?’ demanda-t’il, ‘avec les notes inscrites dans les marges?’ C’était le même livre.

(source/net)

Le manuscrit d’une sonate de Mozart retrouvé à Budapest !


 

le-manuscrit-dune-sonate-de-mozart-retrouve-budapest.jpgLe manuscrit d’une sonate de Mozart retrouvé à Budapest !

 

On le pensait perdu depuis plus de deux siècles, le manuscrit original d’une des oeuvres les plus célèbres de Mozart, reposait dans la remise d’une bibliothèque de Budapest.

 

« Il est très rare qu’un manuscrit de Mozart resurgisse ainsi. Concernant de plus la Sonate en la majeur, dont aucune version manuscrite complète n’était connue, c’est vraiment une découverte majeure », s’enflamme Adam Bosze, historien de la musique hongroise.

 

Quatre pages de partition

 

Dûment authentifiées par les experts, les quatre pages jaunies de partition, exhumées il y a peu, viennent compléter le seul feuillet original connu jusqu’à présent, celui du troisième et dernier mouvement, conservé au Mozarteum de Salzbourg, en Autriche, la ville natale du compositeur.La Sonate pour piano n° 11 en la majeur (K. 331), composée vers 1783 et dont la partition a été publiée à des millions d’exemplaires, est l’une des œuvres les plus connues de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), notamment pour son final, la Marche turque.

 

le-manuscrit-dune-sonate-de-mozart-retrouve-budapest 1.jpg

Une fouille depuis 5 ans

 

L’original aurait pu rester longtemps encore absent des collections, sans la méticulosité de Balazs Mikusi, 42 ans, son découvreur. Nommé à la tête du département musique de la Bibliothèque nationale Szechenyi de Budapest en 2009, ce spécialiste a entrepris depuis cinq ans de « fouiller les recoins les plus sombres » de la vénérable institution. Avec pour objectif de décortiquer méthodiquement les innombrables feuillets non inventoriés qui y prennent la poussière. « Je ne cherchais pas du Mozart, mais ce n’est pas par hasard que je l’ai trouvé », relève-t-il.

 

Comment s’est-il retrouvé là?

 

La façon dont le fameux manuscrit a atterri dans les collections de la bibliothèque, créée en 1802 par le riche aristocrate hongrois Ferenc Szechenyi, demeure un mystère. D’autant que Mozart ne s’est a priori jamais rendu en Hongrie.  De même, on ne sait pas pourquoi la cinquième page du manuscrit, celle qui se trouve à Salzbourg, a été séparée des autres feuillets. Selon l’expert, elle a peut-être été arrachée pour être offerte à un riche client. « Cela ne révolutionnera pas notre approche de Mozart, et cela ne change pas le caractère du morceau, mais cela nous permet de mieux comprendre ce que Mozart a voulu faire », estime M. Mikusi.

 

le-manuscrit-dune-sonate-de-mozart-retrouve-budapest

Pilly, le chien qui adore le vent


 

chient_vent_ok.jpgPilly, le chien qui adore le vent

 

 

Pilly est un chien dans le vent. Quand il est en voiture, il adore passer la tête par le toit ouvrant. Le spectacle qui en découle est hilarant.

 

La vidéo a déjà été visionnée plus d’un demi-million de fois sur Youtube. Il faut dire que la prestation du chien Pilly sur cette séquence est d’un haut potentiel comique.

Quand il est à bord d’une voiture, le sympathique animal aime profiter du grand air, au point d’en avoir les babines retroussées. La nouvelle star du web ?

 

pilly-le-chien-qui-adore-le-vent

Touché en pleine tête par une balle de baseball à 140 km/h !


 

baseball.jpgTouché en pleine tête par une balle de baseball à 140 km/h !

 

On a frôlé le drame pour Giancarlo Stanton des Marlins de Miami, qui a reçu une balle de baseball en plein visage. Evacué du terrain en ambulance, il serait tiré d’affaire.

Sonné et en sang, Stanton a été directement pris en charge par le staff médical de son équipe. Il venait de recevoir une balle de Mike Fiers (Milwaukee Brewers) dont la vitesse était estimée à 140 km/h.

 

Ses jours ne sont pas en danger mais on parle tout de même de plusieurs semaines d’indisponibilité. Il passe actuellement une batterie de tests pour déterminer les lésions exactes.

 http://espn.go.com/video/clip?id=espn:11511507

La table la plus pratique du monde !


 

table.jpgLa table la plus pratique du monde !

 

Grâce à un système ingénieux, il est possible d’accroître aisément les proportions de cette table.

Cette table, baptisée « Fletcher Capstan Table » est une réelle oeuvre d’art.

Conçue par la « Fletcher Burwell-Taylor », elle est dotée d’un délicat mécanisme pour optimiser sa taille.

 

Cette table, fabriquée dans des bois d’acajou brésilien de noyer européen et de plusieurs autres matériaux exotiques, est capable de passer de 2 mètres à 3 mètres d’envergure en exerçant sur elle-même une rotation de 120°. Cette opération permet de déployer des couches intermédiaires jusque-là cachées dans le meuble. 

Son prix? Entre 19.300 euros et 38.600 euros selon les modèles.

La-table-la-plus-pratique-du-monde

Contraception : de l’adolescence à la ménopause


Une contraception ne se choisit pas de la même manière si l’on est une adolescente, une jeune mère ou si l’on approche de la ménopause. A chaque âge, à chaque type de sexualité, sa stratégie. Le choix doit permettre le meilleur compromis possible entre efficacité, sécurité et simplicité.

De l’adolescente encore vierge à la mère de famille proche de la ménopause, du couple stable au serial tombeur, les besoins des couples en matière de contraception sont très différents. Il n’y a pas de méthode miracle, selon ses risques personnels deux soucis doivent guider votre choix :

  • Eviter une grossesse non désirée ;

  • Mais aussi prévenir les maladies sexuellement transmissibles (MST).

A l’adolescence : la double protection

Adolescence et contraceptionOn conçoit facilement le drame que peut provoquer la survenue d’une grossesse non désirée à l’adolescence. A cet âge, plus d’une grossesse sur deux se solde par un avortement. En France, on dénombrerait ainsi chaque année, 10 000 grossesses non désirées et 6 000 avortements chez des adolescentes. La prévention du sida et des autres MST est par ailleurs indispensable, que ce soit lors du premier rapport sexuel ou au début de toute relation. Mais on sait bien qu’elle est parfois négligée. La présence de ces deux risques conduit à conseiller aux adolescents la double protection, par le préservatif et par la pilule.

La contraception orale semble en effet la meilleure méthode contraceptive pour les jeunes filles, qui doivent pouvoir bénéficier d’une contraception très efficace, car leur fertilité est optimale, et qui ont très peu de risque de complications sous pilule. En revanche les méthodes locales (spermicide, diaphragme) doivent être évitées à cet âge, car moins efficaces et, surtout, difficiles à utiliser en pratique. La pilule peut très bien être prise avant même que le premier rapport sexuel soit précisément envisagé, mais cette sécurité, sur le plan contraceptif, ne doit pas conduire à négliger le préservatif le moment venu.

Si le rapport sexuel s’est déroulé sans aucune précaution efficace, il existe une très bonne solution de rattrapage avec la contraception d’urgence ou pilule du lendemain. Il s’agit d’un progestatif (lévonorgestrel ou NorLevo®) qui doit être pris le plus tôt possible dans les 72 heures qui suivent le rapport. Cependant plus le premier comprimé est consommé tôt et plus la méthode est efficace (85 % de grossesses évitées quand le premier comprimé est pris dans les 24 premières heures, (58 % seulement s’il est pris entre 48 et 72 heures). Cette contraception d’urgence est en vente libre en pharmacie et peut être distribuée par les infirmières scolaires.

Pas de place à l’improvisation

Aux Etats-Unis, l’utilisation des implants contraceptifs de longue durée d’action, petits bâtonnets que l’on introduit sous la peau et qui délivrent de la progestérone régulièrement, est la première méthode proposée aux adolescentes. Des injections de progestérone retard peuvent aussi être proposées lorsqu’une jeune fille ou une jeune femme ne semble pas en mesure d’assumer une contraception régulière.

Quelle que soit sa sexualité, il faut savoir que la contraception ne s’improvise pas au coup par coup, mais doit être discutée avec un médecin. En effet, pour être sûre et efficace elle doit obéir à des règles simples, mais très précises. Prendre la pilule d’une amie, suivre les conseils des copains risque d’entraîner une protection illusoire. Les centres de planning familial peuvent très bien dispenser les informations nécessaires. Ils ont aussi l’avantage de distribuer gratuitement des préservatifs. Pour recevoir des informations anonymes, il existe Fil Santé Jeunes, numéro d’écoute, d’information et d’orientation pour les jeunes, composer le 32 24 / www.filsantejeunes.com, qui ne saurait toutefois remplacer une consultation médicale.

Jeune femme sans enfant

En cas de rapports épisodiques, le préservatif reste indispensable pour prévenir les MST. A noter qu’il existe un préservatif féminin, efficace pour prévenir les infections et dont le ministère tend à encourager l’emploi. Les spermicides ne sont pas une garantie contre les infections, en revanche ils semblent plus efficaces que le diaphragme associé à la gelée spermicide sur le plan contraceptif. Leur utilisation est toutefois assez contraignante, ce qui conduit, là encore, à souligner l’intérêt de la pilule, surtout lorsque les rapports deviennent plus fréquents.

Lorsqu’une relation stable s’installe, il est naturel d’abandonner le préservatif et de rechercher une contraception plus confortable. Une pilule moyennement dosée semble une bonne méthode, en l’absence de contre-indication (diabète, antécédents de phlébite, antécédents familiaux de cancer du sein…). En cas de contre-indication aux oestro-progestatifs, une pilule microdosée, composée d’un progestatif, peut être utilisée. Mais ce n’est pas la seule méthode, la jeune fille peut également choisir le stérilet, l’ implant ou encore l’ anneau contraceptif.

Attention après une grossesse

Des ovulations peuvent se produire avant le retour de couche, entraînant des grossesses très rapprochées. Pour éviter ces grossesses généralement non souhaitées, il est indispensable d’envisager une méthode de contraception dès la sortie de la maternité.

Il peut s’agir d’une contraception locale ou orale. Pour les femmes qui allaitent, une micropilule progestative est préférable. Pour les autres, une pilule oestro-progestative peut être utilisée.

Les années passant…

Lorsque le couple a déjà eu plusieurs enfants et ne désire pas en avoir d’autres rapidement, lestérilet semble une bonne méthode, car elle est très peu contraignante, sans risque d’oublis, et les stérilets à la progestérone sont très efficaces. Nouvellement disponible, l’ implant et l’ anneau contraceptif permettent eux aussi d’éviter de penser quotidiennement à sa contraception.

L’âge avançant les contre-indications de la pilule deviennent plus fréquentes. Après 40 ans, le tabagisme contre-indique ainsi formellement la contraception orale. En l’absence de contre-indication, la préférence doit être accordée à des pilules minidosées. La contraception doit être poursuivie jusqu’à la ménopause complète, car une grossesse reste possible, même lorsque les règles deviennent irrégulières.

Les méthodes naturelles (méthode des températures…), hasardeuses à tout âge, sont encore plus dangereuses durant cette période de la vie car les cycles sont irréguliers. La méthode du retrait, certainement souvent utilisée, ne peut pas être sérieusement conseillée.

La contraception locale ou le stérilet restent de bonnes méthodes. En l’absence de contre-indication, une pilule minidosée peut avoir l’avantage de supprimer les symptômes (bouffées de chaleur, fatigue…) qui accompagnent souvent la périménopause. Enfin, les méthodes radicales, comme la vasectomie ou la ligature de trompes sont peu utilisées en France, car elles ont l’inconvénient d’être irréversibles et imposent une intervention.

Partenaires multiples : le préservatif

Quel que soit l’âge, le fait d’avoir plusieurs partenaires, d’avoir des rapports avec une personne ayant plusieurs partenaires, d’être toxicomane ou d’avoir des rapports avec une personne toxicomane implique un risque élevé de transmission de MST.

L’emploi du préservatif devrait être constant dans ces cas, de même que lors de toute relation débutante. Cela permet de rappeler que la contraception, comme la prévention des MST, est aussi une affaire d’homme.

Dr Chantal Guéniot

Madame commence à jouer au golf


RRRrrrr !!! .

Madame commence à jouer au golf. Elle est un peu nerveuse. Elle prend son élan… et frappe. Une slice! La balle frappe un homme à moins de 50 mètres de là.

 

Elle le voit qui se penche, les mains entre les deux jambes, puis il s’écroule.

Elle court vers lui. Il est tordu de douleur, au sol, dans la position foetale. Elle lui demande pardon, et lui explique qu’elle est physiothérapeute et qu’elle sait qu’elle pourrait diminuer sa douleur s’il la laisse faire.

– Oooh.. nnooon, dit-il Ce n’est pas nécessaire, ça devrait aller. Mais elle insiste pour lui faire un traitement, et finalement, il se laisse faire. Gentiment, elle enlève ses mains d’entre ses jambes, ouvre son pantalon et place ses mains à l’intérieur en le massant délicatement. Après quelques minutes,elle lui demande :

– Comment vous sentez-vous ?

– Ça fait du bien, mais j’ai toujours mal au pouce !