Pensée du dimanche 31 août 2014.


« Parce qu’ils possèdent certaines qualités et vertus, les humains croient qu’ils en sont eux-mêmes la source. Non, la source de ces qualités et vertus n’est pas en eux. Toutes les bonnes impulsions qui les animent viennent de très loin, de très haut, et ils en sont seulement les conducteurs. Celui qui sait se manifester avec bonté, générosité, est le transmetteur des entités de l’amour. Ces entités l’ont choisi comme messager parce qu’ayant longtemps travaillé à acquérir ces qualités, il possède les éléments nécessaires, l’état convenable à cette transmission. Et s’il a préparé son cerveau pour devenir un messager de la sagesse, ce sont alors d’autres entités qui l’engagent à leur service pour propager la lumière. De même pour l’intégrité, le courage, la pureté et toutes les autres vertus.
La nature est fidèle et véridique ; elle détermine et classe chaque être selon son idéal et le travail qu’il a déjà réalisé. C’est ainsi qu’il devient un médium pour les entités que ses aspirations ont attirées. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Impôts : ces 192 taxes totalement inutiles qu’il faudrait supprimer


Publié par Stéphanie Thibault le Vendredi 07 Mars 2014 à 07h27

Elles ne rapportent quasiment rien, certaines coûtent même plus cher à collecter que le montant des recettes qu’elles rapportent, ces taxes inefficaces sont dans le viseur de Bercy. Un rapport remis au gouvernement liste ces impôts jugés absurdes et qu’il faudrait supprimer.

La France, championne des taxes, et des taxes inefficaces ? Selon un rapport remis au gouvernement par l’Inspection générale des finances, queLe Figaro s’est procuré, il existerait chez nous 192 taxes inefficaces, c’est-à-dire dont le rendement est jugé trop faible. Pire, le coût de collecte de certaines d’entre elles serait plus élevé que les recettes qu’elles permettent d’engranger. L’heure est donc au nettoyage de printemps pour Bercy.

La France, championne de la création de taxes

D’après le rapport de l’IGF, les 192 taxes identifiées et étiquetées « inefficaces » rapporteraient moins de 150 millions d’euros par an. Mises à bout à bout, elles permettent tout de même de récolter 5,3 milliards chaque année, mais beaucoup se révèlent complexes à recouvrer, pour un rendement jugé trop bas. Au menu de ces taxes parfois absurdes, on trouve par exemple une taxe ski de fond, une taxe flipper ou encore une taxe baby-foot…Une situation due à la multiplication des impôts ces dernières années : entre 1998 et 2012 ce sont en effet pas moins de 93 nouvelles taxes qui ont été créées, soit environ 6 chaque année, l’année record étant 2010 avec 19 nouveaux impôts.

Coup de sabre

Face à ce constat, l’IGF propose plusieurs scénarios au gouvernement pour faire un peu de ménage à Bercy. La solution la plus drastique viserait à ne conserver que les 20 ou 30 taxes les plus performantes. Les autres, soit environ 160, seraient purement et simplement supprimées. L’Inspection générale des finances préconise également de « proscrire » la création de nouvelles taxes dont les recettes seraient inférieures à 50 ou 100 millions d’euros. Une spécificité française semble-t-il, puisque chez nos voisins européens, cette situation est beaucoup plus rare : en Allemagne par exemple il  n’existe que 3 taxes rapportant moins de 100 millions d’euros par an, et aucune en Grande-Bretagne. L’IGF note également que seules 21% de ces taxes rapportent réellement de l’argent à l’Etat, les autres bénéficient notamment à des opérateurs et des filières économiques. A l’heure où le gouvernement cherche à faire 50 milliards d’économie, un petit toilettage de la machine fiscale parait en effet le bienvenu.

10 000 plants de marijuana dans une arène de tauromachie !


 

arène de tauromachie.jpg10 000 plants de marijuana dans une arène de tauromachie !

 

La police espagnole a arrêté sept personnes, dont trois ressortissants britanniques, après avoir découvert une gigantesque plantation de marijuana installée sous serre dans une arène de tauromachie, a annoncé mardi le ministère de l’Intérieur.

 

La plantation avait été repérée la semaine dernière par une patrouille des douanes espagnoles survolant en hélicoptère la région d’Almogia, près de la ville touristique de Malaga sur la Costa del Sol, dans le sud de l’Espagne, a précisé le ministère dans un communiqué.

 

«L’arène avait été recouverte de tissus transformant l’endroit en deux grandes serres qui pourraient contenir jusqu’à 10 000 plants», selon les estimations du ministère.

 

Selon la police, «la plupart des plants avaient déjà été récoltés et étaient préparés pour être consommés». Les deux Britanniques arrêtés procédaient justement à la récolte des plantes, selon la même source.

 

Un autre Britannique a été arrêté lors d’une perquisition dans un plus petit centre de production de marijuana dans la ville proche de Casares, une ferme qui appartiendrait selon la police au même réseau de drogue.

 

Quatre autres personnes dont la nationalité n’a pas été précisée ont également été arrêtées lors de cette opération qui a en outre permis de saisir 526 plants de marijuana, trois voitures, deux motos et 1160 euros en espèce.

 

10-000-plants-de-marijuana-dans-une-arene

À New York, 4800 personnes pour le dîner en blanc


 

1.ambiance-joyeusement-retro-avec-chapeaux.jpgÀ New York, 4800 personnes pour le dîner en blanc

 

Alors que le soleil couchant éclaboussait l’Hudson, quelque 4800 personnes se sont retrouvées lundi soir à New York, pour la quatrième édition du «Dîner en blanc», pique-nique géant tout en élégance.

 

Il avait lieu cette année au Nelson Rockefeller Park, au sud de Manhattan, avec vue imprenable sur la rivière Hudson. Le lieu, comme chaque année, avait été gardé secret jusqu’à la dernière minute par les organisateurs.

 

Les participants, tous inscrits à l’avance, avaient apporté tables, chaises, vaisselle, nappes – obligatoirement blanches -, bouquets de fleurs, bougeoirs, et bien sûr leur dîner, pour ce pique-nique désormais extrêmement couru, avec quelque 30 000 personnes sur liste d’attente cette année.

 

La météo de fin d’été était idyllique, et la musique avait parfois un petit air de France, avec Edith Piaf, Michel Fugain ou Joe Dassin…

 

L’ambiance était joyeusement rétro, avec chapeaux extraordinaires, plumes, tulle, robes à volants, masques et grands colliers de perles.

 

Les convives se sont d’abord régalés de sushis, charcuterie, salades composées, saumon, plateau de fromages, le tout arrosé de champagne ou de rosé avant de se mettre à danser.

 

«C’est difficile à organiser, mais on se sent récompensés», confiait radieuse Sandy Safi, cofondatrice de Dîner en blanc international, saluant une ville qui les a accueillis à «bras ouverts».

 

À minuit, le parc devait avoir retrouvé son aspect habituel, chacun emportant ses déchets.

 

Organisé une fois par an, le dîner en blanc est né il y a 26 ans à Paris. Cette année, 50 villes strictement sélectionnées ont ou vont organiser leur dîner en blanc, de Singapour à Mexico, en passant par Paris, New York ou Johannebourg. Huit cents villes ont déjà demandé à y participer, selon les organisateurs.

 

L’an dernier, le DEB new-yorkais avait eu lieu à Bryant Park. En 2012 il avait installé ses tables et chaises sur l’esplanade du Lincoln Center, et pour la première édition en 2011, 1200 personnes s’étaient réunies à Battery Park.

 

a-new-york-4800-personnes-pour-le-diner-en-blanc

Comment se débarrasser de ses mauvais souvenirs ?


Des chercheurs américains viennent de mettre une technique simple mais prometteuse pour gérer ses souvenirs douloureux.

© Junial Enterprises – Fotolia.com

Pas toujours facile de cohabiter avec ses mauvaissouvenirs. Si les ressasser se révèle déplaisant, des conséquences plus graves sur le mental peuvent apparaître. Des chercheurs du Beckman Institute, situé aux Etats-Unis, a développé une méthode afin d’apprendre à mieux gérer ses douloureux stigmates. Selon eux, se concentrer sur le contexte dans lequel les mauvais moments se sont déroulés serait bénéfique.

Se concentrer sur le contexte

Les scientifiques ont invité des volontaires à se retrouver lors de séances durant lesquels chacun devait raconter les instants de leur vie qu’ils jugeait le plus chargé en émotions négatives. Quelques semaines plus tard, les participants se sont à nouveau rencontrés. Cette fois-ci, les psychologues leur ont donné une liste d’indices. Ceux-ci servaient à faire remonter à la surface leurs mauvais souvenirs. Ils leur ont ensuite demandé de se concentrer soit sur la charge émotionnelle liée à ce moment, soit sur des éléments du contexte ce jour-là, comme la météo ou la présence d’autres personnes.

Résultat ? Chez les personnes s’étant focalisées sur le contexte, le cerveau ne fonctionnait pas de la même façon. Les régions de l’encéphale chargées de traiter les émotions collaboraient avec celles responsables du contrôle émotionnel, afin de limiter l’impact du souvenir. Les souvenirs négatifs étaient ainsi atténués par cette distraction et donc dédramatisés.

Si les chercheurs reconnaissent qu’il ne s’agit pas d’un traitement miracle, ils affirment que cette technique est prometteuse. Ce protocole va être maintenant testé sur des patients souffrant de dépression et d’autres troubles psychiatriques.

Source : passionsante.be

Elle tue un léopard après une demi-heure de combat… à l’aide d’une faucille !


 

Kamla-Devi_leo.jpgElle tue un léopard après une demi-heure de combat… à l’aide d’une faucille !

 

Après avoir été attaquée par un léopard, Kamla Devi, âgée de 56 ans, n’a pas lâché prise. Elle est venue à bout de l’animal féroce après une demi-heure, à l’aide d’outils de ferme.

 

Kamla Devi, 56 ans, était partie prendre de l’eau dans le canal. À son retour, elle s’est retrouvée face à un léopard.

A la BBC, elle affirme qu’elle a réussi à briser quelques dents de l’animal lors de la lutte.

 

« Je me suis battue pendant près d’une demi-heure. Ensuite, je suis revenue pour savoir s’il était mort », a-t-elle déclaré à l’hôpital dans la ville voisine de Srinagar Garhwal.

 

Kamla-Devi_leopard.jpg

Les médecins ont été surpris qu’elle ait survécu.

 

Le corps de Devi était couvert de traces de morsures. Elle a également de profondes blessures à la tête et sur les jambes.

 

Kamla Debi n’a pas fui. Elle est venue à bout de l’animal avec une seule faucille.

 

Kamla-Devi_leopard1.jpg

elle-tue-un-leopard-apres-une-demi-heure-de-combat

Espagne: des tonnes de tomates pour la traditionnelle Tomatina


 

11.participantes-grande-bagarre-tomatina-2013.jpgEspagne: des tonnes de tomates pour la traditionnelle Tomatina

 

Des milliers de fêtards venus du monde entier sont attendus mercredi à Bunõl, dans l’est de l’Espagne, pour se canarder mutuellement de tomates, un événement traditionnel dont la récente privatisation fait polémique.

 

La Tomatina, née en 1945 d’une bagarre de jeunes sur un marché, attire désormais tous les ans des touristes venus de l’Angleterre jusqu’au Japon, dans cette petite ville à 40 km de Valence. L’année dernière, ils avaient écrasé un record de 130 tonnes de tomates livrées par six camions, dans une orgie de pulpe et de vin rouge.

 

Après la grande bagarre, les participants, en majorité torse nu, se dirigent vers la rivière la plus proche et les centaines de douches provisoires installées pour l’occasion, afin de se débarrasser des restes de tomate.

 

Mais la fête est troublée cette année par une controverse sur la privatisation de la manifestation.

 

En effet, depuis un an, la participation à la joyeuse mêlée est payante, sauf pour les habitants de Buñol qui ont droit à 5000 entrées gratuites.

 

La plupart des 17 000 tickets vendus par la société Spaintastic, à qui la mairie a confié l’organisation, l’ont été à des tours opérateurs qui acheminent les clients par bus et leur servent sangria et paella.

 

Les organisateurs ont aussi prévu un festival de musique pour garder les fêtards en ville une fois la bataille terminée, à midi (6h00, heure de Montréal).

 

La ville affirme que cette privatisation a permis de renforcer la sécurité. La participation a ainsi été limitée à 22 000 personnes alors que la Tomatina en avait attiré jusqu’à 40 000, une foule devenue incontrôlable.

 

«Ces dernières années, l’esprit de la Tomatina s’était perdu. Il n’y avait pas d’espace et c’était dangereux», a affirmé à l’AFP le maire adjoint de la ville, Rafael Perez.

 

«C’est à présent beaucoup plus réjouissant et la population locale qui s’était abstenue de participer y revient», a-t-il assuré.

 

La privatisation a permis aussi de renflouer les caisses de Buñol, qui croule sous des millions d’euros de dette, comme beaucoup de villes espagnoles depuis la crise.

 

Mais l’opposition locale en a fait un casus belli et demande une enquête sur les soupçons de corruption qui pèsent selon elle sur le choix de Spaintastic. Tout en soutenant le principe de la privatisation, elle critique l’absence d’appel d’offres.

 

M. Perez accuse l’opposition de posture politique. «Ils souillent l’image de Buñol et de la Tomatina. Mais la majorité des habitants est avec nous», a-t-il assuré à l’AFP.

 

des-tonnes-de-tomates-pour-la-traditionnelle-tomatina

Retrouvé momifié six ans après son décès !


 

Retrouvé momifié six ans après son décès.jpgRetrouvé momifié six ans après son décès !

 

Mort depuis au moins six ans, un homme a été découvert momifié jeudi à son domicile dans le sud de la France.

 

Le corps d’un homme momifié, décédé depuis «au moins 6 ans», a été retrouvé à son domicile d’Uvernet-Fours près de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Selon les premiers éléments de l’enquête menée par les gendarmes de la compagnie de Barcelonnette, cet homme âgé d’une soixantaine d’années «serait mort de causes naturelles dans son appartement depuis au moins six ans», a-t-on précisé.

 

Le corps en état de momification a été découvert jeudi vers 11h00 par les sapeurs-pompiers dans le salon de son appartement situé dans un petit immeuble collectif. Ce sont les voisins de la résidence « incommodés par l’odeur » qui ont donné l’alerte, précise le quotidien régional La Provence, indiquant que ceux-ci avaient déjà signalé les faits « dans le passé qui n’avait pas été suivie d’effet ». Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Digne-les-Bains afin de déterminer les circonstances du décès

 

Retrouve-momifie-six-ans-apres-son-deces

Un faux exhibitionniste agite la toile ! Vidéo..


 

ScreenShot.jpgUn faux exhibitionniste agite la toile !

 

Roman Atwood a remis ça. Ce YouTubeur bien connu pour ses caméras cachées déjantées, fait beaucoup parler de lui ces derniers jours suite à la publication d’une vidéo dans laquelle il joue l’exhibitionniste. Un gag qui ne plaît pas beaucoup aux parents.

 

Sur ces images visionnées par 7,7 millions d’internautes en quelques jours seulement, on voit le comédien se diriger vers des enfants et ouvrir son peignoir sous leur nez. Les parents choqués tentent alors de s’interposer et c’est là qu’ils découvrent que l’individu portait en fait un bermuda et un t-shirt sur lequel figure l’inscription: « Va à l’école » ou « Ne prends jamais de drogue ».

Plus de peur que de mal pour ses parents qui ont craint le pire donc mais sur les réseaux sociaux ce gag fait jaser.

Pour certains, Roman Atwood a été beaucoup trop loin. « Les enfants sont quand même affolés », déplorent de nombreux internautes selon lesquels « se faire passer pour un pédophile n’a rien de drôle ».

 

ScreenShot 1.jpg

Un-faux-exhibitionniste-agite-la-toile

Prendre en compte les inégalités sociales de santé en médecine générale (INPES)


Août 2014

  • Inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on ?

  • Pourquoi prendre en compte la situation sociale du patient en consultation ?

  • Comment repérer les difficultés sociales d’un patient ?

  • Pour quelles implications pratiques ?

  • Source

  • Dans sa collection de fiches « Repères pour votre pratique », l’INPES a publié un document de recommandations destinées à la prise en compte des inégalités sociales de santé en médecine générale. Il aborde la définition des inégalités sociales de santé, l’importance de la prise en compte de la situation sociale d’un patient, les moyens de repérer d’éventuelles difficultés sociales, et les implications pratiques de la prise en compte de ces difficultés.

    Inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on ?

    D’après les informations de l’INPES, la santé et l’espérance de vie se sont améliorées en France, mais principalement au profit des personnes socio-économiquement favorisées. A l’inverse, les inégalités sociales de santé ont eu tendance à se creuser. L’INPES indique que les inégalités sociales de santé correspondent aux différences en matière de santé observées entre plusieurs groupes sociaux. Elles s’appuient sur des déterminants issus du contexte politique et socioéconomique. L’OMS les décrit comme d’ « évitables injustices ».

    Les inégalités sociales de santé influent sur l’accès et/ou le recours aux soins de première ligne, mais aussi l’ensemble des étapes du parcours de soin.

    Pourquoi prendre en compte la situation sociale du patient en consultation ?

    L’INPES indique que les consultations de médecine générale représentent 90 à 95% des contacts de la population avec le corps médical, et que les inégalités sociales de santé sont présentes au sein des patientèles des médecins généralistes. Pour corroborer l’information, l’INPES s’appuie sur les résultats d’une étude ayant démontré que les généralistes franciliens délivreraient deux fois plus de conseils d’activité physique aux hommes ayant un niveau d’études élevé qu’à ceux dont le niveau d’études est faible. L’INPES recommande aux médecins généralistes d’adopter une attitude proactive, en repérant les éventuelles difficultés sociales pouvant jouer sur l’état de santé d’un patient pour l’aider à surmonter les obstacles au suivi de son parcours de santé. Cela évite d’aggraver les inégalités sociales de santé, voire contribue à les réduire.

    Comment repérer les difficultés sociales d’un patient ?

    Pour aider les médecins à repérer les difficultés sociales d’un patient, l’INPES reprend une analyse réalisée par le Collège de la Médecine Générale, ayant déterminé sept indicateurs à intégrer dans le dossier médical permettant de prendre en compte la situation sociale d’un patient. Il s’agit du sexe, de la date de naissance, de l’adresse, du statut par rapport à l’emploi, de la profession éventuelle, du type de couverture sociale, et des capacités de compréhension du langage écrit. L’INPES invite les médecins généralistes à collecter ces informations au cours d’une première visite ou au cours de consultations de suivi, et à les mettre à jour régulièrement. Bienveillance, respect de la confidentialité et dialogue de confiance doivent être de mise pour recueillir ces informations. L’INPES conseille d’éviter les questions stigmatisantes, et de respecter un éventuel refus de réponse.

    Dans un tableau, l’INPES recense des exemples de verbatim et leur intérêt pratiques.

    Pour quelles implications pratiques ?

    D’une manière globale, l’INPES précise que les informations collectées permettent de repérer d’éventuelles difficultés de parcours de santé liées à la situation sociale d’un patient. Selon l’INPES, ces difficultés sont à prendre en compte par le médecin à chaque étape d’une consultation. Pour les personnes ayant peu de ressources, des difficultés à lire la langue française ou à prendre des rendez-vous, la prise en compte des difficultés contribue à faciliter l’accès aux soins primaires en réfléchissant à des possibilités de déplacement, en programmant des plages de consultation sans rendez-vous ou en pratiquant le tiers-payant.

    Les facteurs de risques des maladies, y compris sociaux et professionnels, peuvent être également mieux évalués, pour prodiguer des conseils de prévention adaptés.

    Connaître les éventuelles difficultés d’un patient permet de contribuer à son évolution au sein du système de santé. D’après les recommandations de l’INPES, cela passe par des informations sur les services médicosociaux locaux, par une facilitation de l’accès à un réseau de professionnels de santé et d’acteurs sociaux et par une orientation vers les services téléphoniques ou en ligne.

    Selon l’INPES, des informations adaptées contribuent à développer l’autonomie du patient vis-à-vis de sa santé, en le questionnant sur ses besoins et ses capacités. De plus, la prise en compte du statut social peut s’intégrer dans une démarche globale d’amélioration de la qualité des soins, supposant des efforts à mener selon la situation sociale des patients.

    L’INPES ajoute qu’une approche proactive de la part des médecins généralistes peut faire progresser l’ensemble des actions intersectorielles sur les déterminants sociaux de la santé.

    Source

    Prendre en compte les inégalités sociales de santé en médecine générale (pdf), INPES, mai 2014

    Crédits photo : © mangostock – Fotolia.com

LETTRE AU PÈRE NOËL…


 

Vertige ou pas ... Ne pas basculer

C’est un petit gars qui écrit au père Noël.

– « Cher Père Noël, je voudrais une Nintendo Wii. Mon papa et ma maman ne peuvent pas me les donner parce que mon papa est sur le chômage et ma maman est malade. Alors je voudrais que tu m’envois les sous. Cher Père Noël, merci d’avance ».

Il met la lettre dans une enveloppe sur laquelle il inscrit en guise d’adresse ces simples mots « PÈRE NOËL ».

La missive arrive au bureau de poste. Une jeune postier ouvre l’enveloppe et lit la lettre.

Émue par cet enfant malheureux, il fait une quête et grâce à ses collègues parvient à avoir un peu plus de la moitier de la somme.

Il envoie la somme au gamin, par courrier naturellement.

Ce dernier constate malheureusement que la somme désirée n’est pas atteinte. Il répond donc de suite au père Noël.

– « Cher Père Noël, je te remercie beaucoup pour l’argent que tu m’as envoyé mais je dois te dire qu’il manquait de l’argent. Je suis sur que c’est encore un coup de ces salauds de postiers..

Pensée du samedi 30 août 2014.


« Chaque matin, dès l’aurore, le soleil projette dans l’espace une profusion de paillettes d’or ; et ces paillettes d’or, nous pouvons en remplir notre esprit, notre âme, notre intellect, notre cœur, et aussi notre corps physique. Cet or-là, tout notre organisme peut en bénéficier, depuis le cerveau jusqu’aux pieds.
Il existe différentes sortes de lumières. Celle dont notre système nerveux et tout notre organisme ont le plus besoin est la lumière du soleil avant son lever. C’est la lumière la plus subtile, la plus spirituelle, et elle agit sur nos corps psychiques. C’est pourquoi, si nous savons comment regarder le soleil, quelque chose s’ouvre dans notre plexus solaire et nous commençons à boire la lumière. C’est comme un réservoir qui se remplit d’une quintessence précieuse. Quand le réservoir déborde, on n’éprouve plus que le besoin de distribuer cet élixir à toutes les créatures vivantes, et il n’y a pas de plus grande joie que de donner ce qu’on a reçu du soleil. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Un énorme portrait «humain» du fondateur de la République turque


 

-6000-volontaires-forme-sol-portrait ataturk.jpgUn énorme portrait «humain» du fondateur de la République turque

 

Plus de 6000 personnes se sont réunies mardi à Ankara, à l’occasion du Jour de la victoire, pour composer le plus grand portrait «humain» du fondateur de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk.

 

Les volontaires, tous revêtus de noir, ont envahi l’immense place dominée par le mausolée qui accueille la dépouille d’Atatürk et ont formé au sol son portrait et sa signature pendant une demi-heure, le temps pour les juges du célèbre livre Guinness de survoler les lieux en hélicoptère pour confirmer le record.

 

Deux tentatives identiques de battre ce record ont précédemment échoué à Bursa et à Izmir.

 

Célébré le 30 août, le Jour de la victoire commémore la victoire militaire contre les Grecs qui a permis la création de la Turquie moderne et laïque par Atatürk en 1923.

 

Mais les festivités débutent traditionnellement le 26 août par l’anniversaire de la bataille de Dumlupinar, dernier épisode de la guerre d’indépendance turque.

 

 

un-enorme-portrait-humain-du-fondateur-de-la-republique-t…

L’espérance de vie pourrait bien atteindre ses limites


 

L'espérance de vie pourrait bien atteindre ses limites.jpgL’espérance de vie pourrait bien atteindre ses limites

 

L’espérance de vie n’augmente pas de façon linéaire mais plafonne depuis quelques années chez les athlètes de très haut niveau comme chez les « super-centenaires » (personnes de plus de 110 ans), selon des chercheurs français.

Dans une étude publiée par la revue américaine Journal of Gerontology, les chercheurs de l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes) estiment que cette découverte renforce « les arguments en faveur d’une durée limitée de la vie ».

 

Les chercheurs ont étudié la totalité des 1.205 « super-centenaires » mondiaux (125 hommes et 1.080 femmes) dont la date de naissance a pu être confirmée et décédés entre 1899 et 2013.

 

Ils ont également passé en revue les 19.012 athlètes ayant participé aux Jeux Olympiques depuis 1896 et décédés avant la fin de l’an dernier, dans la mesure où ceux-ci vivent généralement plus longtemps que la moyenne de leurs congénères.

 

Juliana Antero-Jacquemin, la chercheuse qui a dirigé l’étude, a observé « une sorte de plateau » chez les athlètes olympiques à partir de 80 à 85 ans, tandis que chez les super-centenaires le plafond s’établit « aux environs de 115 ans ». Aucun super-centenaire n’a jusqu’à présent réussi à égaler ou à dépasser le record de longévité de la française Jeanne Calment, décédée en 1997 à l’âge de 122 ans. Une personne a depuis vécu jusqu’à 119 ans, tandis que les autres ne dépassent pas 115 ou 116 ans.

 

Pour Mme Antero-Jacquemin, ce plafonnement « laisse à penser qu’il existe une barrière physiologique en voie d’être atteinte, à la croisée des interactions entre un patrimoine génétique constant et un environnement qui se dégrade ». Les chercheurs reconnaissent toutefois que le nombre de personnes étudiées est « relativement petit » et la période d’observation « limitée » et que dès lors, la tendance observée pourrait n’être que « transitoire ».

 

L-esperance-de-vie-pourrait-bien-atteindre-ses-limites