Pensée du vendredi 25 juillet 2014.


« Toutes les habitudes préjudiciables à notre santé physique et
psychique peuvent être comparées à des intrus qui ont forcé
la porte d’une demeure pour s’y installer. Innombrables sont
donc les occupants auxquels chacun doit faire face,
c’est-à-dire toutes les impulsions instinctives par lesquelles
il est assailli : la jalousie, la colère, la rancune, la
cupidité, la gourmandise, la sensualité, l’orgueil, la
vanité, etc.
Parmi tous les occupants possibles, le plus dangereux est
certainement la paresse. Pourquoi ? Parce qu’elle s’agrippe
à la volonté. On comprend ce qu’il faut faire, on sent
qu’il faudrait le faire, mais la volonté n’est pas là ; et
comme la volonté est le point de départ de toute décision, ce
sont les forces vives qui sont atteintes. Mais le jour où
l’intellect a vraiment compris ce qui est beau et bon, et où
le cœur le souhaite avec force, ensemble ils finissent par
emporter l’adhésion de la volonté. La paresse est alors
vaincue et voilà la libération ! »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Une batterie au sable inventée par un étudiant !


 

batterie sable 1.jpgUne batterie au sable inventée par un étudiant !

 

Un étudiant a découvert comment multiplier par trois l’autonomie des batteries.

Ce n’est un secret pour personnes, les batteries de téléphones et d’ordinateur ne durent pas assez longtemps. Et se retrouver avec un téléphone sans batterie peut s’avérer compliqué comme pour cet étudiant qui a été contraint de rester une semaine dans la montagne. Mais un étudiant aurait fait une découverte qui pourrait changer la donne. Zachary Favors, étudiant diplômé du Riverside Bouns College a trouvé une solution lors d’une simple balade sur la plage de San Clemente en Californie.

 

C’est en faisant glisser du sable entre ses doigts que lui est venu une idée : une batterie lithium-ion au sable. Comme le rapporte le site Digischool :  » Aidé des chercheurs du Riverside Bourns College of Engineering où il étudie, Zachary tente alors de remplacer le graphite de l’anode (charge positive d’une batterie) par du silicium obtenu grâce au raffinement du sable « . Et le résultat est bien supérieur à celui attendu puisque la batterie affiche une autonomie trois fois supérieure à celles qui sont actuellement sur le marché. Même si le procédé est prometteur, on ne sait pas si la production de ce type de batterie est envisageable à grande échelle.

 

batterie sable 2.jpg

une-batterie-au-sable

Elle dépense 23.000 euros pour ressembler à Kim Kardashian !


 

Elle dépense 23.000 euros pour ressembler à Kim Kardashian.jpgElle dépense 23.000 euros pour ressembler à Kim Kardashian !

 

Claire Louise Leeson, une Britannique de 24 ans, a reconnu avoir dépensé pas moins de 23.000 euros pour ressembler à Kim Kardashian dans une interview accordée à la chaîne ITV lundi.

 

Qui n’a pas rêvé de ressembler à son idole ? Certaines fans n’hésitent pas à franchir le pas. Claire Louise Leeson peut en témoigner.

 

Les amis comme déclic

Cette Anglaise de 24 ans, originaire du comté d’Essex, a reconnu au cours de l’émission This Morning accordée à la chaîne ITV lundi, avoir dépensé 23.000 euros pour ressembler à son idole Kim Kardashian.

Tout a commencé lorsque ses amis lui ont fait part de sa ressemblance avec la star de la téléréalité. « J’ai donc regardé La Famille Kardashian et j’ai trouvé que Kim était tellement belle et que je devais être comme elle. »

 

Elle dépense 23.000 euros pour ressembler twitter.jpg

Fortement endettée

Pour ressembler à son idole, Claire Louise Leeson n’a pas lésiné sur les moyens. Elle a ainsi dépensé 6310 euros en implants mammaires, 3154 euros pour le blanchiment des dents, 5679 euros pour les extensions capillaires, 1262 euros pour le maquillage, 1262 euros pour le spray pour bronzer, 630 euros pour les ongles, 441 euros pour le rembourrage des fesses, 3975 euros pour les vêtements et les chaussures.

La jeune femme a toutefois reconnu être fortement endettée : « Je travaille, mon job ne paie pas assez…j’ai utilisé des cartes de crédit pour tout payer. J’ai de grosses dettes. »

 

Et si Claire Louise Leeson a effectué tous ces changements, c’est avant tout pour se sentir mieux dans sa peau : « Quant je suis Kim, je me sens imbattable et intouchable, j’ai l’impression que personne ne peut me stopper et que je peux faire quelque chose de moi. Je me sens forte… et je sens avoir bâti assez de confiance en moi pour m’aimer un peu plus. »

 

elle-depense-23000-euros-pour-ressembler-kim-kardashian

Elle ne retire pas ses lentilles pendant 6 mois et devient aveugle !


 

aveugle2.jpgElle ne retire pas ses lentilles pendant 6 mois et devient aveugle !

 

Les lentilles de contact sont censées aider les individus rencontrant des problèmes de vue à mieux voir. Mais c’est tout l’inverse que s’est produit chez cette jeune étudiante Taïwanaise.

 

Les lentilles de contact ne doivent pas être portées plus de huit heures d’affilées et nettoyées régulièrement. Lian Kao, une étudiante de 23 ans originaire de Taiwan n’a malheureusement pas suivi ces recommandations. La jeune femme a gardé ses lentilles de contact pendant six mois ! Et résultat, des effets irréversibles sont apparus. 

 

aveugle.jpg

L’étudiante est devenue aveugle suite aux germes qui ont dévoré ses globes oculaires. L’ophtalmologue de l’hôpital Wan Fang à Taïwan chargé d’examiner Lian Kao, Wu Jian-liang a confié au Daily Mail :  » Les personnes portant des lentilles de contact sont un groupe à haut risque. Ils peuvent facilement être exposés à des maladies oculaires. Un manque d’oxygène peut détruire la surface du tissu épithélial, créant de petites blessures où les bactéries peuvent facilement s’installer et se propager au reste de l’œil 

 

elle-ne-retire-pas-ses-lentilles-pendant-6-mois-et-devien…

Comment recomposer une famille harmonieuse ?


Publié le 7/07/2014

Le divorce n’est pas quelque chose de facile à vivre et très souvent, on a peur de recommencer. Pourquoi ? Mais parce que quel que soit le nombre de mois ou d’années passés en compagnie de l’Ex, il faut tout reprendre au début (sorties, séduction…). Et puis, il y a aussi cette impression d’échec qui persiste, ce sentiment d’être responsable (pas de tout non plus !). Et donc, la confiance en soi prend un mauvais coup !

On se sent moins attirant(e), voire plus du tout, on ne sait pas ce qu’un(e) autre pourrait nous trouver d’intéressant. Est-on encore capable de construire ? En a-t-on seulement envie ?

Et où rencontrer quelqu’un de nouveau puisque dans notre cercle d’amis, on ne veut pas tenir la chandelle ? Et que dire de ces rendez-vous arrangés ? Bien sûr, cela part d’un bon sentiment mais…

Peut-être faut-il commencer par surfer un peu sur le sites de rencontres (Nice People par exemple). Ils permettent déjà de se réapproprier la séduction doucement, derrière un écran, c’est toujours plus facile. On sélectionne le type de personne qui nous convient et puis on entame la discussion. On peut aussi simplement flâner et se laisser aborder, le hasard fait souvent bien les choses.

Bien, le cap inscription-sélection-discussion est enfin passé, prêt pour l’étape suivante. On a parlé plusieurs fois, on s’est aperçu avec ravissement que notre conversation pouvait encore intéresser, on a échangé, on s’est trouvé des points communs… Peut-être est-il temps de faire connaissance plus amplement ?

Tout d’abord, choisir un lieu qui nous convient vraiment, dans lequel on se sent sécurisé (cette étape est assez effrayante en soi, n’en rajoutons pas !), plutôt dans la journée, c’est moins stressant. Adoptons un look simple mais efficace (la fameuse tenue « porte-bonheur ») et détendons-nous (fumeurs, retenons-nous !).

Voilà, le premier rendez-vous a eu lieu, c’était magique et comme un ado, on a des papillons dans l’estomac. Mais… Parce qu’il y a un mais ! Nous avons des enfants, et le nouvel être aimé aussi ! Aïe, ouille, comment faire ?

On va commencer simplement par rencontrer les enfants l’un de l’autre chacun son tour (ça évitera les conflits !), dans un endroit dont vous êtes certain qu’il plaira aux enfants (les nôtres et/ou les siens). Montrons leur de l’intérêt sincère, trouvons-nous des activités communes…

Ca y est, on a rencontré nos potentiels « beaux-enfants » et chéri(e) aussi, il va maintenant falloir les présenter entre eux. Un tuyau, le parc d’attractions est un vrai bonus pour LA rencontre, il y en a pour les grands, les petits, ils peuvent y aller ensemble ou séparément… Bref, c’est l’endroit idéal.

L’amour est là, les enfants s’accordent pour le moment, et nous souhaitons vivre ensemble. Est-ce que ça va marcher ? Allons-nous être bien tous ensemble ?

Il ne faut surtout pas chercher à « délocaliser » un seul de deux morceaux de famille. Le mieux, c’est de construire un projet de vie tous ensemble. Laissons chacun exprimer son opinion, organisons pourquoi pas un vote, mais surtout que personne ne se sente laissé de côté. Une fois ce cap franchi et la vie de re-famille commencée, n’essayons pas de remplacer le parent qui manque car nous ne le sommes pas. Ne prenons pas non plus parti systématiquement pour ou contre chéri(e), lorsqu’il y a conflit, tout le monde s’exprime et on trouve des solutions ensemble.

Une vie de famille recomposée se gère un peu comme une petite entreprise, il faut alors savoir mettre en valeur les qualités de chacun, écouter les difficultés (sans les nier), responsabiliser les grands, rendre autonome les petits et tout cela ensemble. N’hésitons pas à créer des « conseils de famille » pour aborder des sujets tels que les vacances (destinations, activités…), les tâches quotidiennes… Dialoguons !!! Encourageons au maximum chéri(e) à partager des activités avec nos enfants, et partageons des activités avec les siens (shopping pour les filles, sport ou console pour les garçons), et surtout, surtout, faisons beaucoup, beaucoup de choses ensemble (découverte, culture, jeux de société, sports, aventures…).

Soyons un adulte référent de plus, pas un parasite, aux yeux de nos beaux-enfants. Un allié, qui sait les écouter, qui prend en considération leur avis, mais qui sait aussi dire non si nécessaire (en accord avec chéri(e) si possible).

Bref, la vie d’une famille recomposée, c’est la vie d’une famille tout court, pour que ça fonctionne, il faut du dialogue, de l’organisation, de l’humour et de l’amour !

Des débris d’un moteur d’un Airbus tombent sur des voitures et une maison !


 

Des débris d’un moteur d’un Airbus tombent sur des voitures et une maison.jpgDes débris d’un moteur d’un Airbus tombent sur des voitures et une maison !

 

Des débris d’un moteur d’un Airbus A330 de la compagnie TAP Portugal, avec 268 personnes à son bord, se sont abattus sur des voitures et une maison peu après que l’avion eut décollé de l’aéroport de Lisbonne, où il a dû faire demi-tour, a-t-on appris auprès de la police et de la compagnie.

 

L’Airbus qui se dirigeait vers Sao Paulo «a pu atterrir sans problème» peu après l’incident, survenu samedi matin, a précisé une porte-parole de la compagnie aérienne publique qui s’employait à «trouver une solution pour acheminer les passagers à leur destination».

 

«Des débris du moteur sont tombés sur des voitures et une maison, mais il n’y a eu aucun blessé parmi les passagers», a, de son côté, indiqué un porte-parole de la police.

 

«Une énorme fumée s’est dégagée d’un des moteurs et une pluie de débris s’est abattue sur des voitures», a raconté à la télévision une jeune femme qui a indiqué avoir été elle-même atteinte par des projections. Aucun autre détail sur cet incident n’a pour le moment été fourni.

 

Mardi dernier, un autre Airbus de la TAP, qui effectuait la liaison entre Lisbonne et Amsterdam, avait dû se poser à l’aéroport d’Orly, près de Paris, après un problème de dépressurisation de la cabine. Des retards dans la livraison de six Airbus que la TAP a acquis auprès d’autres compagnies aériennes ont entraîné une série de reports et d’annulations de vols ces derniers mois, suscitant le mécontentement de nombreux passagers.

 

En pleine expansion, la TAP a transporté au premier semestre 5,2 millions de passagers, soit 7,2% de plus que sur la même période de l’an dernier. Onze nouvelles liaisons ont été inaugurées cet été, dont quatre vers l’Amérique latine.

 

airbusa330

Elle joue au solitaire quand soudain son PC portable explose !


 

pc explose.pngElle joue au solitaire quand soudain son PC portable explose !

 

La batterie de son ordinateur Dell a explosé « comme une bombe », relate CBS.

Dimanche après-midi, Loretta Luff, 72 ans, jouait tranquillement au solitaire tout en surveillant ses e-mais quand elle a remarqué une odeur bizarre et des bruits suspects venant de son PC portable. « Il y a eu une explosion, ma chemise a pris feu et mes cheveux aussi », a raconté la septuagénaire à la chaîne CBS. « Des débris ont volé à travers la pièce. »

 

Souffrant de brûlures au premier et deuxième degré sur le visage, les bras, la poitrine et le pied, Loretta s’estime néanmoins chanceuse. « Ça aurait pu être pire », déclare cette habitante de Langhorne en Pennsylvanie. Le chef des pompiers confie: « Un ordinateur qui explose, je n’avais encore jamais vu ça, c’est la première fois. »

 

Il s’agissait du premier PC portable de Loretta Luff, un cadeau de sa fille, de la marque Dell. Elle le possédait depuis six ans et avait remplacé la batterie il y a environ trois ans. Elle n’était pas sûre cependant de sa compatibilité avec le PC, précise le Huffington Post.

 

Dans un communiqué officiel, la marque Dell a réagi en expliquant qu’elle allait enquêter sur les causes de cet incident et a rappelé à ses clients qu’il était fortement déconseillé d’utiliser une batterie non vendue par Dell.

Elle-joue-au-solitaire-quand-soudain-son-PC-portable-explose

«Chpop», le décapsuleur aux idées larges (vidéo) !


 

Chpop_Demo.jpg«Chpop», le décapsuleur aux idées larges !

 

Prix du public au salon Innova de Bruxelles, voici «Chpop», le décapsuleur aux grandes ambitions. Une invention namuroise?!

 

Ça ne va pas changer le monde. Ça ne va pas non plus sauver des vies (quoique). Mais c’est un de ces gadgets tellement sympathiques et évidents qu’on s’étonne que personne n’y ait pensé plus tôt. L’objet porte le nom détonant de Chpop. C’est un décapsuleur qui, selon le modèle, permet d’ouvrir de deux à six bouteilles d’un seul mouvement. La performance lui vaut le surnom de mégapsuleur. Raffinement: des aimants retiennent les capsules, qui ne s’égarent donc pas lamentablement par terre. Son inventeur est Frédéric Monjoie, 30 ans, de Hamois.

 

Tout a commencé voici deux ans dans la buvette du foot d’Havelange. «Je suis responsable de la cagnotte, entame Frédéric, et c’est souvent moi qui ouvre les bières pour tout le monde. Plutôt que d’ouvrir les bouteilles une par une, j’ai eu l’idée d’un décapsuleur plus large. J’ai commencé à le développer chez moi, pour me dépanner. Je l’ai montré à deux trois copains en fin de soirée, qui ont trouvé ça sympa…»

 

« J’étais un peu gêné: c’est un salon de l’innovation, et moi j’arrive avec un décapsuleur»

Doucement, l’idée de commercialiser le décapsuleur a fait son chemin. «Je me suis rendu à Paris au salon des inventeurs pour prendre des renseignements, explique Frédéric. J’ai eu aussi des contacts à Bruxelles avec un conseiller spécialisé. J’ai entamé toutes les démarches, et ce n’était pas rien: une étude d’antériorité pour s’assurer que personne n’avait déjà inventé l’objet, toutes les démarches pour la protection intellectuelle de l’objet…»

 

Parallèlement, Frédéric a amélioré son prototype, qui a finalement été présenté en novembre 2013 au Salon Innova, à Bruxelles. «J’étais un peu gêné: c’est un salon de l’innovation, et moi j’arrive avec un décapsuleur!, dit-il. Enfin, comme on m’avait invité, j’y suis allé avec plaisir.» Bien lui en a pris: il est reparti avec le prix du public et un fameux encouragement à poursuivre.

 

«J’ai réalisé une pré-série pour aller démarcher les magasins moi-même, explique-t-il. Il y en a plus d’une quinzaine qui ont été intéressés par le concept. Pour produire en plus grande quantité et avoir du stock pour la Coupe du Monde, j’ai entamé une collaboration avec un centre de travail adapté de la région de Liège. J’assemble toujours les pièces moi-même et je fabrique aussi les présentoirs en bois.»

 

Un produit belge 

Frédéric, qui est passé indépendant complémentaire en plus de son temps plein dans un magasin de bricolage, veut encore améliorer son produit. Affiner le design. Passer peut-être du bois au plastique pour le manche. Produire en grande série pour réduire les coûts de production. «Je ne suis pas pressé, on verrait comment ça évoluera, dit-il. J’aimerais que le produit reste 100 % belge, mais cela a un prix.»

 

Quel que soit l’avenir de son mégapsuleur, Frédéric est heureux de l’aventure. «C’est un projet d’entreprise mais c’est aussi un projet de vie, dit-il. Ma femme dit que je suis en train de réaliser mon travail de fin d’étude! J’en profite d’ailleurs pour la remercier, elle comme ma famille et Thomas Nicolas, pour leur énorme soutien.»

Chpop

Le brocoli : un vrai aliment détox !


Selon une étude, boire quotidiennement une boisson à base de brocoli permettrait de favoriser l’élimination de deux produits chimiques nocifs.

© ellaa44 – Fotolia.com

Et si le brocoli était le meilleur allié de notre organisme ? Une étude publiée dans la revue Cancer Prevention Research révèle que boire chaque jour une boisson à base de brocoli favoriserait l’élimination dans l’urine de l’acroléine et du benzène, deux composés chimiques nocifs et très présents dans notre environnement.

L’acroléine se retrouve dans les gaz d’échappement, la fumée de cigarette et les huiles chauffées à haute température. Irritante pour la peau et les muqueuses, elle peut endommager les poumons. Le benzène est un hydrocarbure aromatique reconnu commecancérigène.

Une élimination plus importante des deux composés

Les chercheurs de l’université John Hopkins (USA) ont étudié les effets du brocoli sur près de 300 Chinois habitant dans une région très polluée. Certains ont reçu pendant 12 semaines une boisson à base de brocoli enrichie en glucoraphanine et sulforaphane (deux substances présentes dans le légume à l’origine de ses vertus anticancer). Les autres buvaient quotidiennement un placebo. Chaque semaine, leur urine a été analysée.

Chez le groupe buvant la boisson au brocoli, le taux d’élimination du benzène était 61% plus élevé que pour le groupe témoin, celui de l’acroléine était 23% plus élevé.

Ce breuvage pourrait permettre de lutter efficacement contre les effets nocifs des polluants nous entourant. Cependant les taux de glucoraphanine et de sulforaphane étant plus élevés que ceux que l’on pourrait ingérer normalement, de nouvelles études seront nécessaires, précisent les scientifiques.

Publié par Sarah Frise, rédactrice santé le Mardi 01 Juillet 2014 à 12h37

Ménopause : maigrir pourrait diminuer les bouffées de chaleur


Selon une étude américaine, perdre du poids à la ménopause pourrait entraîner une réduction des bouffées de chaleur de près de 63%.

ménopause, surpoids, régime, bouffées de chaleur, poids

Et si surpoids et bouffées de chaleur étaient liés ? C’est ce que suggèrent les chercheurs de la North American Society (NAMS) aux Etats-Unis. Au cours d’une étude, ils ont comparé les cas de 40 femmesménopausées obèses ou en surpoids, victimes d’au moins quatre bouffées de chaleur par jour. Une partie des volontaires a été soumise à un régime drastique. L’autre n’avait pas de consignes particulières sur l’alimentation.

Une bonne raison de perdre du poids

Les chercheurs rapportent que les femmes ayant suivi le régime ont perdu environ neuf kilos chacune. Comparées aux autres, elles ont eu une baisse de 63% des bouffées de chaleur (28% chez les autres). Selon eux, la corrélation est évidente et le régime est une solution efficace. A la fin de l’étude, les femmes ayant suivi le régime ont indiqué une satisfaction du résultat de 93%. Si suivre un régime drastique est difficile, savoir que cela peut réduire les bouffées de chaleur peut renforcer la motivation.

Source : Behavioral weight loss for the management of menopausal hot flashes: a pilot study, The journal of the North American Menopause Society, 23 juin 2014.

Publié par Bénédicte Demmer, rédactrice santé le Mardi 15 Juillet 2014 à 16h01

Un perroquet sur un perchoir.


 

Et ma main?

non, Emma Watson!

Et ma main? non, Emma Watson!

 

Un coiffeur, a installé à l’entrée de son salon, un perroquet très coloré sur un perchoir.

 

À chaque fois que Magalie, jeune fille du quartier, passe devant le salon, le perroquet s’écrie :

 

 

– Eh, la pute !

Un jour, excédée, la jeune fille entre dans le salon et se plaint au propriétaire qui promet de faire le nécessaire….

 

Il se décide à teindre le plumage du perroquet en noir pour le punir.

 


… Quelques jours plus tard, la jeune Magalie passe devant le salon de coiffure et le perroquet reste muet.

 


La jeune fille très étonnée s’arrête, le regarde et lui dit :

 


– Alors tu ne dis plus rien maintenant, hein ?

 

 

Et le perroquet s’écrie :

 

– Quand je suis en smoking, je ne parle pas aux putes !!!