Pensée du mercredi 16 juillet 2014.


« Pour beaucoup de gens, la pureté est un état merveilleux dont
ils ont la nostalgie parce qu’ils l’associent à l’enfance,
à cette innocence perdue qu’ils ne retrouveront plus jamais ;
et puisqu’elle est définitivement perdue, ils se disent que
ça ne vaut pas la peine d’y penser. Eh bien, si, au contraire,
ça vaut la peine d’y penser, car en réalité la pureté est
bien autre chose qu’une vertu de l’enfance. Est pur tout ce
qui est inspiré par notre nature supérieure ; est impur tout
ce qui est inspiré par notre nature inférieure. La nature
inférieure, alimentée par des désirs égocentriques,
grossiers, pousse les êtres à prendre des décisions, des
orientations qui nuisent aux autres et à lui-même aussi.
L’impureté est là, inutile d’aller la chercher ailleurs. La
pureté et l’impureté sont donc avant tout une question
d’intention, de but. Ce sont les intentions et les buts qui
rendent les actes purs ou impurs. Celui qui travaille dans un but
désintéressé, qui dans ce qu’il entreprend cherche
l’intérêt de tous, celui-là est pur. Donc, si vous
recherchez sincèrement la pureté, demandez-vous comment vous
pouvez favoriser les manifestations de votre nature supérieure. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

L’incroyable transformation d’une femme en mygale géante !


 

L'incroyable transformation d'une femme en mygale géante.jpgL’incroyable transformation d’une femme en mygale géante !

 

Que les arachnophobes se rassurent, ceci n’est pas une terrifiante mygale.

 

À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit là d’une mygale géante mais il ne s’agit en fait que d’une femme transformée de la sorte par la reine du bodypainting, l’artiste Emma Fay qui offre là « une ode à la nature sous toutes ses facettes ». 

Il aura fallu pas moins de cinq heures pour que l’acrobate Lowri Thomas soit métamorphosée de la sorte. Le résultat est là.

L-incroyable-transformation-d-une-femme-en-mygale-geante

Spielberg « tueur de dinosaure »: la photo qui fait jaser !


 

1.1.Spielberg.jpgSpielberg « tueur de dinosaure »: la photo qui fait jaser !

 

L’humoriste Jay Branscomb a provoqué l’ire de nombreux internautes en diffusant cette photographie de Steven Spielberg lors du tournage du film « Jurassic Park ». Ce qui n’était supposé être qu’une petite blague a fini en une avalanche d’insultes à l’encontre du réalisateur américain qualifié par quelques naïfs de « tueur d’animaux ».

« La photo scandaleuse d’un chasseur posant joyeusement à côté du triceratops qu’il vient d’abattre. S’il vous plaît partagez afin que le monde puisse faire honte à cet homme méprisable », avait inscrit le satiriste sous cette photo de Steven Spielberg sur le tournage de son film à gros succès sorti en 1993 et publiée ce dimanche sur la page Facebook de l’humoriste.

 

1.1.Spielberg 1.jpg

Il n’en fallait pas plus pour faire bondir certains internautes. En quelques minutes seulement le cliché a fait le tour du net et de nombreux commentaires haineux à l’encontre de Steven Spielberg se sont mis à affluer sur la toile.

« Steven Spielberg, vous me décevez. Je ne regarderai plus aucun de vos films espèce de tueur d’animaux », a lancé un internaute qui s’est laissé berner par Jay Branscomb. « Il devrait aller en prison », a également inscrit un autre ingénu. D’autres ont bien évidemment compris la farce et n’ont pas manqué de le faire savoir aux internautes tombés dans le panneau.

Extrêmement surpris en voyant l’ampleur qu’avait pris son canular, Jay Branscomb en a remis une couche en publiant une autre photo de Spielberg installé sur la maquette représentant le requin qui avait servi lors du tournage des « Dents de la mer ». « Nous avons besoin de votre aide pour identifier ce vicieux tueur de requin qui pose sur sa proie illégale », s’est-il à nouveau amusé.

 

1.1.Spielberg 2.jpg

Spielberg-tueur-de-dinosaure-la-photo-qui-fait-jaser

Histoire inspirante : Il a pu dire au revoir à sa mère mourante


Grâce à la compagnie aérienne américaine United Airlines, qui a retardé volontairement un vol, un passager a pu dire adieu à sa mère agonisante, raconte sur son site l’avocat et journaliste Christopher Elliott et relayé par CNN.

 

Voici une histoire de solidarité humaine bouleversante :

Kerry Drake travaille pour le gouvernement fédéral à San Francisco, explique Elliott. Sa mère souffrait depuis plusieurs années de polyarthrite rhumatoïde, une maladie dégénérative qui détruit les articulations.

Au matin du 24 janvier 2013, Kerry Drake reçoit un appel de son frère, qui lui annonce que leur mère est mourante. L’homme achète immédiatement un billet d’avion pour rejoindre Lubbock (Texas) le plus rapidement possible.

Le premier avion en partance de San Francisco, le vol 667 de United Airlines, est à destination de Houston. De là, Kerry Drake prévoit de prendre un second avion pour Lubbock afin d’arriver à temps pour voir une dernière fois sa mère.

«Je savais que cet itinéraire était risqué à cause de l’escale de seulement quarante minute à Houston, explique-t-il à Elliott. Et l’avion que je devais prendre là bas était le dernier de la journée pour Lubbock. Mais je devais y être aussi vite que possible, alors j’ai pris le risque.»

A San Francisco, son premier vol est retardé. Kerry Drake est alors persuadé qu’il ne reverra pas sa mère avant qu’elle ne meure, et raconte son histoire à deux membres de l’équipage, qui lui offrent de quoi sécher ses larmes et lui assurent qu’ils feront tout pour l’aider. L’un d’entre eux se renseigne sur le numéro du second vol et transmet l’information au pilote.

Mais lorsque l’avion atterrit enfin à Houston, les portes d’embarquement du vol à destination de Lubbock sont déjà closes, Kerry Drake raconte :

«Alors que je courrais vers la porte d’embarquement, l’agent m’a vu arriver et a crié “Monsieur Drake ? Nous vous attendions.” C’est là que j’ai compris qu’ils avaient tous conspiré pour m’aider. Elle m’a indiqué le chemin jusqu’à l’avion sans même regarder mon billet.»

Le pilote du vol 667 avait contacté la tour de contrôle, qui a relayé l’information au pilote du second vol. Les bagages de Kerry Drake ont également été chargés dans l’avion pour Lubbock en urgence. Grâce aux efforts de United Airlines, il est arrivé à temps à l’hôpital où sa mère était hospitalisée.

«A un moment, elle a ouvert les yeux et je pense qu’elle m’a reconnu, explique-t-il à CNN. Vers quatre heures du matin, elle a eu un réel moment de cohérence, un dernier échange, même si nous ne le savions pas à ce moment là. Ce fut la dernière fois.»

Elle mourru le lendemain matin.

Dans un courrier, l’homme a remercié tous les membres de la compagnie. «Nos employés ont travaillé ensemble ce jour-là pour aider ce passager», note la porte-parole de United, dont les propos sont rapportés par la chaîne américaine.

«Si j’avais raté mon vol pour Lubbock, je n’aurais pas pu dire adieu à ma mère, affirme Kerry Drake à Elliott. Lorsqu’elle est morte, j’ai réalisé que je séchais mes larmes avec une serviette de la compagnie.»

Tous les employés de la compagnie auraient pu penser « au diable, cela ne ma regarde pas », mais ils ont fait le bon choix et prouvé que l’entraide et le travail d’éuipe peut produire de merveilleuses histoires qui font du bien à l’âme.

Je vous souhaite une merveilleuse journée.

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel POULAERT.

Un hacker recrée les outils d’espionnage de la NSA !


 

Hacker-Computer.jpgUn hacker recrée les outils d’espionnage de la NSA !

 

Grâce aux documents diffusés l’an dernier par Edward Snowden et mis à disposition récemment sur le web, un hacker est parvenu à recréer les outils d’espionnage de la NSA.

 

Michael Ossmann est expert en sécurité et créateur d’une petite carte dédiée au piratage des données et intitulée HackRF One. Ce n’est donc pas un inconnu dans le monde du hacking. En utilisant les documents révélés par Edward Snowden et avec une bonne dose de reverse engineering, il est parvenu à comprendre le fonctionnent des outils utilisés par la NSA pour espionner le monde entier. Les appareils en question se relient par exemple à l’écran d’un ordinateur pour effectuer des captures, ou se connectent au clavier pour intercepter les pressions sur les touches du clavier. La technologie employée repose sur des « retro reflectors », dont seule la NSA et ses partenaires détenaient jusqu’à présent les secrets.

Si Michael Ossmann n’a pas encore révélé tous les détails concernant ces retro reflectors, leurs implications dans le cyberespionnage sont énormes. Il présentera le fruit de son travail en août lors de la prochaine Defcon, une convention dédiée au hacking et se tenant chaque année à Las Vegas. Pour l’occasion, d’autres chercheurs/hackers ont également prévu de montrer leurs découvertes, toujours liées à la NSA. L’un d’entre eux mettra par exemple en avant un petit appareil qui permet de réactiver un malware, même lorsqu’un antivirus l’a traité.

 

outil-espionnage-nsa-reverse-engineering

Une entreprise russe livre des pizzas par drone !


drone.jpg

Une entreprise russe livre des pizzas par drone !

 

Lancé cette semaine, la nouvelle méthode de livraison inhabituelle délivre aux clients leurs commandes par des drones qui font descendre les pizzas au sol à l’aide d’une corde.

 

La chaîne de restauration rapide, implantée dans la ville de Syktyvar (nord-ouest), affirme qu’elle a devancé les géants du secteur dans la livraison de pizzas par drone, diffusant sur internet une vidéo de ses premières commandes et jurant qu’il ne s’agissait pas d’un simple coup de publicité sans avenir. «Nous avons déjà vendu six pizzas en une heure et demi en utilisant un drone. Il s’agit d’un vrai modèle de marché», a affirmé le directeur de la chaîne Ilya Farafonov. «Vous auriez dû voir les têtes des clients lorsque leur pizza est arrivée depuis le ciel!», a-t-il plaisanté.

 

Dans la vidéo, un employé en costume orange est montré enregistrant les commandes de plusieurs étudiants dans un parc, avant qu’apparaisse un petit hélicoptère transportant les cartons de pizzas. L’employé remet les commandes aux clients et encaisse le paiement. Cette méthode de livraison n’est possible que dans de grands espaces ouverts comme les parcs. L’entreprise entend étendre le dispositif aux plages et au campus de l’université locale.

 

Bientôt dans 18 villes

 

L’inconvénient de cette méthode reste «la sécurité et la législation», explique M. Farafonov. Le parcours et les points de livraison des drones ont néanmoins été soumis aux autorités locales. Des tentatives de livraison de pizza par drone ont déjà été testées au Royaume-Uni par la branche locale de l’américain Domino’s Pizza, ainsi que par une entreprise indienne, selon M. Farafonov qui affirme cependant qu’il ne s’agissait que de «marketing» jamais transformé en «réelles livraisons».

 

L’entreprise russe prévoit d’étendre éventuellement la livraison par drone aux 18 villes où elle est implantée. Le géant de la vente sur internet Amazon a annoncé l’année dernière qu’il cherchait à développer la livraison de ses produits par drone, alors que plusieurs entreprises utilisent déjà des avions sans pilotes pour distribuer leurs produits.

 

Une-entreprise-russe-livre-des-pizzas-par-drone

Des robots androïdes plus vrais que nature !


 

Des robots androïdes plus vrais que nature pt.jpgDes robots androïdes plus vrais que nature !

 

Elle s’appelle « Kodomoroid », un mix du mot japonais « kodomo » (qui signifie « enfant ») et d' »androïde ». Devant des journalistes médusés, elle a lu mardi des infos comme une vraie présentatrice télé lors d’une étonnante session au Musée national des sciences et de la technologie de Tokyo.

 

Après avoir donné les dernières nouvelles sur un séisme et un raid du FBI, Kodomoroid s’est même mise à charrier son « papa », le spécialiste de la robotique Hiroshi Ishiguro: « Tu commences toi-même à ressembler à un robot! ».

 

Trac

Kodomoroid a partagé la vedette avec un autre robot femelle, baptisé lui « Otonaroid », un composite de « otona » (« adulte ») et d' »androïde », qui de façon étonnamment humaine a eu l’air d’avoir le trac au moment de se présenter. « Je suis un peu nerveuse », a-t-elle concédé.

 

Des robots androïdes plus vrais que nature gr.jpg

Réactions

Au-delà de l’effet -garanti- et de la prouesse, les deux androïdes ont une mission bien précise: Kodomoroid et Otonaroid vont toutes deux travailler au Musée au contact des visiteurs pour recueillir de précieuses informations sur les réactions des humains face à la machine, données qui seront ensuite analysées par le professeur Ishiguro.

 

Des « enfants » si pratiques

« Cela va nous fournir un important retour d’informations alors que nous explorons la question fondamentale de ce que c’est d’être humain. Et nous voulons que les robots deviennent toujours plus intelligents », a ajouté le scientifique d’une cinquantaine d’années. « Nous aurons de plus en plus de robots dans notre vie future », a dit ce dernier, tout en vantant le côté pratique de ses « enfants »: « Vous pouvez les emmener en avion, le torse en soute, la tête en cabine ».

 

Frontière floue

M. Ishiguro ajoute qu’il a créé son propre double, version androïde, et l’envoie donner des conférences à l’étranger: « Ca m’évite trop de voyages ». Pour brouiller encore un peu plus la frontière entre l’homme et la machine, la « journaliste » robotique a même bafouillé, pour le plus grand plaisir de ses collègues… en chair et en os.

Des-robots-androides-plus-vrais-que-nature

«The TaTa Top», le maillot seins nus pour ennuyer Facebook


 

facebook sein.jpg«The TaTa Top», le maillot seins nus pour ennuyer Facebook

 

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir » est un peu le credo des réseaux sociaux. Une marque de bikini a voulu titiller Facebook en proposant maillot « seins nus ».

 

Non, ces femmes ne sont pas topless… Elles portent un bikini de la marque « The TaTa Top ». Une marque qui risque bien de faire parler d’elle cet été. Celle-ci est spécialement conçue pour ennuyer les réseaux sociaux. On le sait, Facebook ou Instagram n’apprécient pas vraiment de voir des bouts de seins sur les photos postées… Ils vont avoir du fil à retordre.

Car c’est vraiment dans ce sens que ce maillot ressemblant à des seins a été conçu. Il est dans la lignée du mouvement #freethenipple, « téton libre », qui lutte contre la pudeur des réseaux sociaux,rapporte le Huffington Post. Sur le site de la marque, on peut y lire que c’est une pièce qu’on peut porter pour n’importe quelle occasion. Il permet aux femmes de pouvoir montrer leurs seins comme bon leur semble et de ce dire « ce ne sont que des seins ». La marque aide aussi une fondation de recherche contre le cancer.

 

facebook sein 1.jpg

Un bikini original qui coûte 28 dollars, à découvrir sur le site de la marque.

 

the-tata-top-le-maillot-seins-nus-pour-ennuyer-facebook

L’étude santé du jour : tous les bébés devraient mesurer dans les 49 cm


MIS À JOUR : 11-07-2014 11:54

-CRÉÉ : 11-07-2014 10:52

SANTÉ – Une étude menée par l’Université d’Oxford (Angleterre) révèle que les mères en bonne santé accouchent de bébés quasiment de la même taille.

 

 

Nouveau né

Un nouveau-né devrait mesurer près de 49,4 cm à la naissance gage de bonne santé de la mère.Photo : SIPA

Peu importe l’origine, ni semble-t-il la « carrure » de la maman. Quel que soit le continent de naissance, les bébés ont presque tous la même taille à la naissance si la mère est en bonne santé. C’est ce que révèle une vaste étude menée par l’Université d’Oxford. Cette dernière dirigée par le professeur Jose Villar et publiée dans la revue scientifique The Lancet a été réalisée sur 60 000 grossesses dans huit pays (Brésil, Royaume-Uni, Oman, Italie, Kenya, Etats-Unis, Chine et Inde). Dans chaque pays, 300 professionnels de santé ont été mobilisés et plus de 200 chercheurs et cliniciens ont contribué aux conclusions.

Sur ces 60 000 femmes, les chercheurs ont observé une croissance similaire entre tous les bébés, quand les mères sont bien alimentées pendant la gestation, en bonne santé et bien informées. Les disparités mondiales en termes de taille, constatées à la naissance, résulteraient ainsi plus des différences économiques et de santé que de l’appartenance ethnique.

4 % des disparités résultent des origines ethniques

Les chercheurs ont eu recours à la même technologie et aux mêmes outils dans les huit pays concernés. Ils ont mesuré la croissance osseuse des fœtus grâce à des échographies et ont relevé des similarités frappantes entre tous les groupes raciaux et ethniques. A une condition : que les mères soient éduquées et en bonne santé.

La taille moyenne des nouveau-nés à la naissance était de 49,4 cm, avec une marge d’erreur de plus ou moins 1,9 cm. Seules 4 % des disparités de taille résultent des origines ethniques. « Ne nous dites pas qu’il n’y a rien à faire. Ne dites pas que les femmes dans certains pays du monde ont des petits bébés parce qu’elles y sont prédestinées. C’est tout simplement faux » a souligné le professeur Villar. Les chercheurs espèrent que les résultats de cette étude encourageront les autorités de santé du monde à prendre plus soin des femmes et de leur santé lors de la grossesse.

L’odeur du caoutchouc brûlé !


juste un truc pour les tirs au but

à essayer

juste un truc pour les tirs au but à essayer

Un belle jeune fille arriviste de 23 ans avait envie de devenir riche très vite. Elle décide d’épouser un homme de 73 ans, milliardaire, en se promettant de le baiser à mort dès la nuit de noces.

La cérémonie est grandiose, avec tout le gratin naturellement. Puis vient la première nuit: La jeune fille se déshabille et attend son mari de 73 ans sur le lit, nue. Lorsque le mari sort de la salle de bain, il est nu lui aussi et la mariée découvre avec stupéfaction que son mari est en érection, que sa bite fait bien 25 cm de long, et qu’il l’a déjà coiffée d’un préservatif. En plus de ce tableau incroyable, elle constate que son mari a dans les mains des boules Quiès et un pince-nez.

Évidemment, elle lui demande:

– Chéri, qu’est-ce que tu vas faire avec ça?

Et le mari répond:

– Il y a deux choses que je ne peux pas supporter dans la vie: Le bruit d’une femme qui hurle, et l’odeur du caoutchouc brûlé !