Pensée du lund 7 juillet 2014.


« Le Maître Peter Deunov disait : « Si vous nourrissez en vous
l’idée de l’amour sous sa forme la plus sublime, vous
obtiendrez l’aide de milliers et de milliers d’âmes
aimantes, car l’amour sous-entend le travail collectif d’une
multitude d’âmes liées entre elles par cette idée de
l’amour. L’amour divin est la plus grande force qui existe.
Ne doutez jamais de cette vérité, tâchez de la rendre vivante
en vous, afin d’attirer les âmes qui travaillent en son nom et
que ces âmes demeurent pour toujours près de vous. »
De telles paroles méritent d’être longuement méditées, car
elles nous ouvrent d’immenses horizons. Quand nous parviendrons
à faire nôtre cette conception divine de l’amour, nous
attirerons d’en haut des milliers d’âmes qui nous rempliront
de leur présence. Le langage humain est faible pour dire la joie
de ceux qui ont reçu la visite d’un tel amour et qui ont été
capables de le retenir. Il leur suffit ensuite d’apercevoir en
passant des visages d’hommes et de femmes, même inconnus, pour
se sentir dans la plénitude. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Elle se promène seins nus dans la rue avec un t-shirt en body painting !(vidéo)


 

seins_nus.jpgElle se promène seins nus dans la rue avec un t-shirt en body painting !

 

Une jeune Danoise se balade topless dans les rues de Copenhague avec l’image d’un t-shirt peinte sur le corps.

 

Une belle femme blonde arpente les rues de la capitale du Danemark, seins nus, avec des écouteurs sur les oreilles, comme si de rien n’était. 

Un t-shirt de peinture est censé faire illusion mais, à voir la réaction des passants, le trompe l’œil ne fonctionne pas vraiment… Et quand elle s’assoit à la terrasse d’un café, les regards de ces messieurs se font de plus en plus insistants !

 

elle-se-promene-seins-nus-dans-la-rue-avec-un-t-shirt-en-body-painting

Dimanche 6 juillet: journée des bisous‏


Journée internationale du baiser

Le baiser serait-il devenu une cause à défendre ou une pratique en voie de disparition ? Pas vraiment. Et pourtant, depuis les années 90, le baiser a sa journée internationale rien qu’à lui, le 6 juillet. S’il a obtenu sa journée de promotion, c’est tout simplement parce qu’il est très méritoire. Jugez-en plutôt !

Le baiser est bon pour la santé

Si on vous dit qu’un enfant régulièrement embrassé sera en meilleure forme psychique et physique qu’un enfant relégué au grenier, il n’y aura là pas de quoi vous surprendre. Mais quittons les généralités pour nous intéresser aux effets du baiser qui ont pu être quantifiés et mesurés. Saviez-vous par exemple que le baiser des amoureux fait travailler 34 muscles ? Délaisser la pratique sportive pour s’intéresser davantage à son partenaire peut donc s’avérer payant, d’autant plus que le baiser a plus d’une flèche à son arc. Il stimule le système immunitaire et contribue donc à une meilleure résistance aux infections mais aussi aux allergies. Ce n’est pas tout : en stimulant la production d’endorphine mais aussi d’ocytocine, le baiser apaise, stabilise le rythme cardiaque et améliore le bien-être.

Le baiser renseigne utilement

Le baiser affectueux que l’on échange au quotidien a une fonction non négligeable : il nous apporte de précieux renseignements. C’est grâce à lui que la maman sait que son enfant n’est pas fiévreux. C’est grâce à lui que les célibataires recueillent des informations olfactives sur les partenaires potentiels qu’ils croisent au quotidien. Car la compatibilité amoureuse que le bisou sur la joue permet d’entrevoir serait d’une importance capitale dans la constitution des couples.

Le baiser renforce l’attachement

Lorsqu’on parle d’attachement et de baiser, il nous semble normal que les deux soient liés puisque le baiser découle de l’attachement et en apporte la preuve. Mais ce n’est pas si simple ! L’amour peut aussi naitre à partir des baisers échangés. En effet, le baiser favorise la sécrétion des hormones de l’attachement. L’amour grandit donc au fur et à mesure des baisers échangés. Une information à ne pas négliger pour raviver la flamme dans son couple ou raffermir les liens d’affections entre membres d’une même famille. S’embrasser, même après des années passées à se fréquenter, fait partie des moyens les plus sûrs de consolider des relations auxquelles on tient !

Quelques petites choses amusantes à propos du baiser

– Le baiser ne permet pas seulement le partage d’émotion mais aussi celui de nombreuses bactéries : 50 millions de bactéries échangées lors d’un french kiss en moyenne.

– La diversification alimentaire façon époque cro-magnon serait à l’origine du baiser sensuel et amoureux ! En effet, le baiser avec la langue est probablement une survivance de l’époque préhistorique où les mamans mâchouillaient les aliments avant de les glisser entre les lèvres de leur bébé.

– Deux tiers des amoureux penchent la tête à droite pour s’embrasser. La plupart ferment les yeux pour mieux savourer l’instant.

– Le film qui détient le record du nombre de baiser est un film de 1926, Don Juan dans lequel les protagonistes échangent pas moins de 127 baisers ! Tout cela à une époque où les baisers de cinéma étaient minutés en respect d’une règlementation hollywoodienne appelée code Hays.

Course en talons à la Gay Pride de Madrid !


 

Course en talons à la Gay Pride de Madrid.jpgCourse en talons à la Gay Pride de Madrid !

 

Portant talons vertigineux solidement fixés avec de l’adhésif orange, et des robes en dentelles ou drapeau arc-en-ciel très décolletées, 14 hommes se sont élancés jeudi soir pour la traditionnelle course en talons, un des temps forts de la Gay Pride de Madrid.

 

Dans une joyeuse cohue, les coureurs ont parcouru la rue Pelayo, berceau de la Gay Pride au coeur de la capitale espagnole, encouragés par des centaines de personnes vaguement retenues par un ruban en plastique.

 

Compte tenu de l’étroitesse de la rue, les organisateurs ont prévu une finale de sept coureurs après deux «demi-finales». Les candidats ont du parcourir les centaines de mètres en enfilant une robe, une perruque fluorescente et pour finir en récupérant un sac avec des briques. Le tout sous les rires et acclamations de la foule où circulait une drag Queen Batman et une autre en bustier à dentelles roses.

 

Les trois vainqueurs se sont hissés sur une estrade une perruque vissée sur la tête, pour recevoir leurs prix des mains d’une Drag Queen aux jambières et bustier en jean’s, surnommée «La Plexy» et qui avait animé la course.

 

«Je ne suis pas homosexuel mais cela me semble bien de participer à la défense de l’égalité pour tous», a affirmé à l’AFP le gagnant de la course, Antonio Benito Lopez, 19 ans, venu avec un ami de Ciutad Real, à environ 200 km au sud de Madrid.

 

La Gay Pride de Madrid a débuté pour quatre jours mercredi soir en présence de la chanteuse travestie autrichienne Conchita Wurst, lauréate du prix de l’Eurovision en mai dernier. Cette fête culminera samedi avec le défilé de chars musicaux, l’un des plus importants d’Europe, sous le slogan «Pour ceux qui ne peuvent pas», et pour lequel les organisateurs attendent plus d’un million de personnes.

 

course-en-talons-a-la-gay-pride-de-madrid

Mes pierres d’achoppements, mes malheurs, je ne m’en sors pas !


« Nous pouvons jeter des pierres, nous plaindre d’elles, trébucher dessus, les escalader, ou les utiliser pour construire. »

 

William Arthur Ward

 

 

Voici l’un des principes de base de la réussite ou survie émotionnelle face aux épreuves de la vie. La manière dont nous considérons ces « pierres » métaphoriques fait toute la différence !

Voyons-nous la pierre qui nous fait tomber et qui nous brise les orteils, celle qu’on nous lance en pleine figure ou la pierre que nous pouvons prendre pour construire ?

La nature de l’homme tente à chercher la facilité : il est toujours plus facile de se plaindre que de faire preuve de créativité pour transformer ce qui agace en quelque chose de constructif. Et puis, cela nous semble donner de la consistance à nos discours… Du moins, c’est ce que certains pensent… Je ne partage pas cette vision de la chose.

Les problèmes ne sont pas la cause de nos humeurs et nos états. Oui, vous lisez bien !

Ce sont les interprétations que nous donnons à ces problèmes qui alimentent nos humeurs ! Notre façon de les voir, de les vivre, de les amplifier, de se plaindre ou d’en faire de nouvelles opportunités,… Bien entendu, notre perception est liée à l’état d’âme dans lequel nous nous trouvons. Si nous sommes dans une période émotionnelle « creuse », il est clair qu’une épreuve supplémentaire n’est pas aidante.

Et pourtant…

Tout ceci est une question d’attitude face aux épreuves.

L’attitude que nous adoptons s’est construite année par année, expérience après expérience. Progressivement jusqu’à devenir une habitude inconsciente et faire partie de notre caractère.

Vivons-nous les « problèmes » comme des pierres d’achoppements et éléments destructeurs ou comme des éléments de construction et des défis de vie à surmonter ?

Notre société est orientée en « résolutions problèmes », nous lui ressemblons beaucoup. Beaucoup de gens se contentent de médiocrité parce que c’est plus facile (même dans le monde de l’entreprise). Cette approche laisse des traces sur chaque individu. Elle sabote notre perception de la vie. Elle attire notre regard sur ce qui détruit et tire vers le bas plutot que sur ce qui construit. Sans parler des stéréotypes qu’elle entretien, qui, eux aussi, vont déformer le prisme de nos émotions.

En fait, il n’y a que des solutions !

En faisant preuve de créativité, vous verrez que c’est vrai !

Mais pour faire preuve de créativité : ça demande de l’effort…

Cette attitude positive est accessible à tous. Non, non, cessez de penser « facile à dire », vous accepteriez déjà que vous n’y arriverez pas ! Facile à dire ne veut pas dire impossible, ne l’oubliez pas !

Comme tous les entraînements mentaux, physiques et émotionnels, cela demande de la patience et de la persévérance. Comme toutes les choses que nous avons apprises dans notre vie, elles sont le résultat de répétitions. Le cerveau crée à chaque nouvelle expérience un réseau neural qui devient de plus en plus large et remplace les anciens modèles destructeurs et négatifs.

Après chaque nouvelle expérience, le cerveau crée un nouveau petit sentier neural. C’est ce qui fait que nous nous en souvenons à chaque fois que nous la revivons. Plus cette expérience est réitérée, plus large se fait le sentier qui devient successivement un chemin, pour devenir une route et peut-être même une « autoroute neuronale ». Arrivé à ce dernier stade, on parle d’habitudes et de grands automatismes ! Cette route peut devenir tellement large, qu’elle fera oublier l’ancienne qui nous rendait si dépressifs ou qui décourageait. On n’oublie pas, mais l’expérience positive prend alors tellement plus de place que la destructrice qu’elle commence à changer votre vie : vous vous sentez plus épanoui et surtout… libéré de ce blocage qui vous paralysait si longtemps !

La persévérance sous entend que l’on ne succombe pas à l’un des plus grands ennemis de la progression : le découragement !

C’est l’une des plus graves contraintes émotionnelles qui existent : elle contribue à ce qu’on appelle l’auto-sabotage de nos projets, de nos besoins, de notre vision. Le découragement tue l’espoir et la foi ! C’est un poison émotionnel.

C’est pour cette raison que vous devez entretenir votre vision de votre (vos) objectif(s).

Si vous ne le(s) visualisez pas, si vous n’y croyez pas ou plus, vous laisserez progressivement place à la défaite, la déception, la honte et une mauvaise estime de vous. Il se peut même que cela vienne confirmer que vous n’êtes finalement qu’u incapable…

Rien de bon pour l’âme donc. A nouveau, les perceptions et votre attitude fait toute la différence !

Rester positif est une chose, croire en soi en est une autre, mais entretenir sa vision est probablement le plus difficile.

Comment alors créer une nouvelle habitude ?

Comment apprendre à désapprendre nos anciens modèles de pensées et croyances qui nous limitent et nous auto-sabotent ?

En créant cette fameuse autoroute neurale justement. Passons de la « théorie » aux exemples pratiques :

Fixez-vous des objectifs clairs et précis ! Le plus précis possible ! Plus c’est clair dans votre esprit, plus votre cerveau mobilisera les ressources et la vigilance indispensables qui vous serviront à saisir les opportunités qui se présentent à vous pour y arriver.

Ecrivez vos objectifs, toujours ! Mettez cette liste en évidence quelque part où vous allez le voir au moins une fois par jour (sur le frigo, dans votre chambre à coucher, dans la salle de bains, n’importe où).

Vous pouvez vraiment changer vos anciennes habitudes et même vos croyances limitantes et sabotantes en les remplaçant par de nouvelles : lisez votre objectif tous les jours et soyez convaincus que c’est bien ce que vous désirez. Visualisez votre objectif comme s’il était déjà atteind : à quoi ressemberait votre vie si vous imaginez y être arrivé ?

Faites-vous la réflexion positive que vous allez tout mettre en œuvre pour y arriver parce que vous avez visualisé ce changement dans votre esprit, vous conditionnez votre cerveau à cette image !

Faites-le. Sans cela, ce sentier neural restera un tout petit sentier qui risque d’être envahit par des mauvaises herbes et passer aux oubliettes. Si vous n’êtes pas convaincu que votre objectif est réalisable, il est alors encore temps de le revoir et de le réévaluer ! Assurez-vous qu’il est réalisable. Fixez-vous une date butoir. Vous devez absolument vous imaginer le réaliser et le vivre intérieurement! C’est ce qui va alimenter votre foi et exacerber votre attention !

La répétition incessante engendrera de nouvelles habitudes qui deviendront de nouveaux automatismes ! Le cerveau est beaucoup plus flexible que vous ne vous l’imaginez ! Les psycho-neurologues et psychologues comportementalistes en sont de plus en plus convaincus et les dernières recherches prouvent que ça marche !

Si la route vous paraît encore trop rude, n’hésitez pas à en parler à un professionnel !

Vous pouvez y arriver ! Personne ne naît avec une prédisposition à l’échec ! Cette pensée a été créée par d’autres ou des expériences limitantes qui ont créé un ancrage négatif en vous !

Vous avez le pouvoir de changer cet ancrage !

Tout le monde a le potentiel de réussite en lui !

Je vous souhaite une belle journée optimiste et constructive !

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel POULAERT.

Un restaurant ambulant pour chiens sillonne la République tchèque !


 

Un restaurant ambulant pour chiens sillonne la République tchèque.jpgUn restaurant ambulant pour chiens sillonne la République tchèque !

 

Bessie renifle brièvement dans le menu et choisit le lapin. Puis, elle lèche un petit échantillon tout en remuant frénétiquement la queue, dans l’attente des choses délicieuses à venir.

 

La serveuse de ce nouveau restaurant ambulant pour chiens, expérimenté en République tchèque, pose le plat choisi par Bessie sur une table basse, à côté d’un bol d’eau. Le bichon bolonais le dévore en un clin d’oeil.

« Pestaurace » – un néologisme créé des mots « pes » (« chien » en tchèque) et « restaurace » (« restaurant ») – est géré par la branche tchèque de Dibaq, une chaîne espagnole spécialisée dans la nutrition animale.

 

Cette version tchèque est le dernier avatar d’une série d’initiatives pour restaurer nos amis à quatre pattes, depuis la livraison de repas de luxe en Inde, les « Happy Hour » pour chiens aux Etats-Unis ou un vrai restaurant en Allemagne, où les chats sont aussi les bienvenus.

 

La filiale tchèque a lancé cette idée cette année, sous forme d’une double tente, et prévoit une tournée pour le mois de juillet, à travers une douzaine de villes.

 

« L’année dernière, nous avons fait un tour des parcs pour distribuer des échantillons d’aliments pour chiens et nous avons été épatés par l’intérêt des gens », dit Tamara Simkova, directrice du marketing de la compagnie à l’origine de l’idée.

 

« Ils étaient heureux que quelqu’un soit venu les voir au parc pour parler de chiens et d’aliments pour chiens, nous avons donc décidé de lancer le projet ».

 

Cette fois-ci, la tente est plantée dans une exposition canine à Pardubice, (centre). La bergère alsacienne Nutty ne met que quelques secondes à dévorer une assiette d’agneau, choisie dans un menu comportant cinq plats.

 

« Elle fait souvent la fine bouche, donc je suis contente qu’elle mange et qu’elle puisse choisir », dit la propriétaire de Nutty, Pavla Sykorova, au milieu d’un choeur d’aboiements et de hurlements.

 

– Gratuit –

Ce restaurant ambulant se compose de deux tentes, abritant chacune une table noire, plusieurs couvertures et coussins verts, ainsi qu’un siège destiné au maître de l’animal.

 

Dans un coin, il y a le menu offrant du poulet aux légumes, du saumon aux pommes de terre, de l’agneau au riz et à la glace, du lapin au riz et des boulettes de viande à la graisse de volaille.

 

Pour le dessert, les toutous peuvent choisir parmi quatre saveurs de biscuits: gibier, agneau, veau et volaille. Pour faire leur choix, les cabots reniflent des échantillons.

 

« Nous ne cuisinons pas, nous servons tout simplement nos produits pour que les chiens puissent les tester », dit Mme Simkova. Les restes peuvent être emportés dans un « doggy bag ».

 

Pour faire connaître les produits de la marque, tout est gratuit, et c’est ce qui a attiré Katerina Doubravova, une jeune femme au chômage, maîtresse d’un setter anglais nommée Ashley.

 

« C’est une bonne idée, même un chien peut aller au restaurant. Quand elle y va avec nous, elle se couche sur le plancher et nous attend. Maintenant, nos rôles sont inversés », dit-elle.

« J’aimerais bien aller à un endroit comme cela une fois par semaine, avec des amis », ajoute-t-elle.

 

Tous les bipèdes ne sont pas enthousiasmés par l’idée d’un restaurant canin.

« Je ne suis pas partisane de restaurants pour chiens. Un chien peut manger plus tranquillement à la maison, et se reposer après », dit Martina Mikova. Mais son berger belge, Axim, ne semble pas du même avis: il avale son lapin et se précipite derrière les tentes à la recherche des restes.

 

article/detail

La super lettre d’une fillette au patron de son papa


La super lettre d'une fillette au patron de son papa.jpg

La super lettre d’une fillette au patron de son papa

 

Une fillette a écrit une lettre au patron de son papa, travaillant chez Google. Elle lui demande d’autoriser son père à avoir un jour de congé pour célébrer son propre anniversaire.

 

« Cher travailleur de Google », écrit la petite Katie. « Pouvez-vous s’il vous plaît faire en sorte que mon papa ait congé mercredi. Parce que papa n’a congé que le samedi. » Elle précise en post-scriptum: « C’est l’anniversaire de papa. » Et ajoute: « PPS: C’est l’été, vous savez. »

 

La super lettre d'une fillette au patron de son papa 1.jpg

Son message a été entendu. Daniel Shiplacoff, le patron de son père, lui a répondu: « Chère Katie, merci pour ta demande réfléchie. Ton papa a conçu de très belles choses pour Google et des millions de gens à travers le monde. A l’occasion de son anniversaire, et reconnaissant le fait que c’est important d’avoir quelques mercredis de congé pendant l’été, je lui donne congé toute la première semaine de juillet. Profitez-en bien! »

 

Certains internautes ont cru à une publicité pour Google mais le géant informatique a confirmé la véracité de l’histoire.

 

La-super-lettre-d-une-fillette-au-patron-de-son-papa

« Under the Pole II »: plongées à hauts risques dans les abysses du Groënland !


 

Under the Pole II 1.jpg« Under the Pole II »: plongées à hauts risques dans les abysses du Groënland !

 

Pour observer les cétacés et les requins, explorer la biodiversité sous-marine du grand Nord arctique, tester la résistance humaine dans une eau glacée, ils plongent depuis 4 mois dans les fjords du Groënland, sous les icebergs et la banquise.

 

Les plongeurs de l’expédition française « Under the pole II » (« Sous le pôle II »), partis en janvier dernier de Concarneau, à bord de la goélette « Why », écument depuis mars le rivage occidental du Groënland et explorer la face immergée de cette région polaire. Des plongées jusqu’à 100 m de profondeur, sans précédent dans cette partie du monde au climat extrême.

 

Cette expédition est la continuité de « Under the pole I » menée en 2010, une série de plongées sous la banquise en plein Arctique, qui a donné lieu au film éponyme avec ses images rares et captivantes de la vie sous-marine de ce désert blanc.

 

Mais si la première expédition n’avait duré que quelques semaines, ils se sont embarqués cette fois pour 18 mois et un cycle saisonnier complet en Arctique, avec hivernage à bord de la goélette prise dans les glaces dès octobre prochain au Nord du Groënland.

 

Après quelque 400 plongées, ils entendent ramener deux films de 52 minutes et des images inédites, fruits de leurs observations tant pendant l’été et le jour permanent que pendant l’hiver et la nuit constante.

 

– Eau à -1,8 degré –

Comme la précédente, cette expédition est dirigée par Ghislain Bardout, 33 ans, ancien compère de Jean-Louis Etienne, qui lui donna le virus du grand Nord, et déjà chef et organisateur de la première expédition polaire de 2010.

« Nous avons chaque jour le sentiment d’écrire une page nouvelle de l’histoire de la plongée sous-marine en conditions extrêmes, de défricher un terrain nouveau », a déclaré jeudi par téléphone à l’AFP depuis le port groenlandais d’Uummannaq, le plongeur-explorateur.

 

Under the Pole II 2.jpg

« Nous avons commencé l’expédition par des plongées à une vingtaine de mètres. Nous descendons maintenant à près d’une centaine de mètres de profondeur. C’est à ma connaissance sans précédent dans cette région avec une eau entre -1,8°C et +1°C dans laquelle nous restons en moyenne deux heures et demi ». 

« Nous plongeons dans les fjords, en lisière de côte, sous des icebergs géants et sous la banquise au large. C’est très éprouvant physiquement, a-t-il poursuivi, mais nous découvrons des paysages fascinants, toute une vie palpitante dans les craquements de la banquise et les sculptures glacées dans les grottes naturellement creusées par la houle dans la partie immergée des icebergs ».

 

– Labyrinthes glacés –

En restant 20 à 25 minutes autour de 100 m de profondeur, les plongeurs doivent remonter lentement en observant des paliers de décompression pendant plus d’une heure dans l’eau glacée. Ils sont équipés de sous-combinaisons chauffantes et de scaphandres recycleurs (oxygène, hélium et azote) qui ne produisent pas de bulles. 

Chaque plongée est soigneusement préparée techniquement et physiquement, avec un soin tout particulier apporté à la physiologie des plongeurs en eau très froide qui fait l’objet d’une étude pendant l’expédition.

C’est toujours avec un petit serrement de coeur que les équipiers du « Why » voient disparaître de la surface des flots Ghislain Bardout et son complice Martin Mellet, en dépit de leur grande expérience et professionnalisme sous-marin.

« Nous avons arrêté il y a quelques jours d’entrer dans les labyrinthes et les grottes glacées des icebergs, cela devenait trop dangereux. Ca cassait et craquait de partout. Mais nous avons fait des images formidables que le public n’a jamais vues », dit le chef d’expédition. 

« Under the pole II » va se poursuivre jusqu’en juin 2015 et prendre fin à l’extrême Nord du Groënland, une région quasi désertique où les plongeurs s’aventureront dans les abysses d’une mer quasi inexplorée.

under-the-pole-ii-plongees-a-hauts-risques-dans-les-abyss…

Un monstre marin géant enfin identifié ! VIDÉO


 

Un monstre marin géant enfin identifié.jpgUn monstre marin géant enfin identifié ! VIDÉO 

 

Les experts mettent un terme à deux ans de mystère.

Les profondeurs océaniques abritent de nombreuses créatures surprenantes. Et parfois inconnues. Il aura fallu deux ans aux scientifiques pour identifier un « monstre marin géant » apparu sur une caméra d’observation le 25 avril 2012, à 1.500 mètres de profondeur. 

Après deux ans de débats, les scientifiques ont la certitude qu’il s’agit d’une méduse particulière (« Placental jellyfish »), mieux connue sous le nom scientifique « Deepstaria Enigmatica ». Les biologistes du Monterey Bay Aquarium Research Centre en sont venus à ces conclusions en étudiant les marques visibles de l’animal, essentiellement les nervures de l’animal et ses déplacements.

Un-monstre-marin-geant-enfin-identifie

5 bonnes raisons de manger des tomates


Par Marie-Ève Laforte

Paru le 8 juillet, 2013

 5 bonnes raisons de manger des tomates

Les tomates sont très polyvalentes: on les mangent crues ou cuites, autant pour se rafraîchir l’été (dans un bonne salade) que pour se réchauffer l’hiver (dans une bonne soupe ou une sauce pour pâtes!) Vous les aimez probablement, mais saviez-vous à quel point elles sont également bonnes pour la santé?

1. Pour les vitamines

Les tomates ont un «CV» très impressionnant : elles sont riches en vitamine A, B6, C, K, en acide folique, et en potassium. Mais ce n’est pas tout! Elles contiennent aussi de la thiamine (vitamine B1), de la niacine (vitamine B3), du magnésium, du phosphore et du cuivre. Tous ces éléments sont essentiels pour maintenir une bonne santé.

2. Pour les antioxydants

Les tomates offrent deux sources d’antioxydants puissants, qui nous proviennent de sa belle couleur rouge (plus un fruit ou un légume est coloré, et plus il y en a). Il y d’abord la béta-carotène, qui protège la peau des rayons du soleil (dans une certaine mesure!) Il y a, peut-être encore plus connu, le lycopène. Cet antioxydant a une particularité bien intéressante : alors que la plupart des propriétés nutritives diminuent à la cuisson, celui-ci augmente dans le cas des tomates cuites. À quantité égale, la tomate cuite a 3 fois plus de lycopène que la tomate fraîche! Alors on ne se gène pas pour manger de la sauce marinara, de la crème de tomates, de la pizza avec beaucoup de sauce, de la ratatouille, de la salsa, etc.

3. Pour la santé de nos os

Certains aliments sont particulièrement efficaces pour renforcer nos os et maintenir ceux-ci en bonne santé. Les scientifiques croient que la synergie entre la vitamine K et le calcium peut augmenter la masse osseuse, ce qui est très important pour lutter contre l’ostéoporose.

4. Contre le cancer

Le cocktail de vitamines et d’antioxydants est un moyen de prévention efficace contre de nombreux cancers, par exemple : de la prostate, du col de l’utérus, de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, du pharynx, de l’estomac, du colon, de l’anus, et des ovaires. Quelle liste n’est-ce pas? Juste pour ça, ça donne envie d’en manger à tous les jours… Ces nutriments permettent de lutter contre les radicaux libres, qui endommagent les cellules et peuvent favoriser le développement des tumeurs.

5. Pour nos yeux

La vitamine A contenue dans les tomates peut améliorer la vision et empêcher le développement de la cécité nocturne. Selon des études récentes, manger régulièrement des tomates pourrait aider à prévenir l’apparition d’une maladie grave et irréversible, la dégénérescence maculaire.

Comment neutraliser l’acidité des tomates

Certaines personnes ont de la difficulté à manger des tomates à cause de leur acidité, qui cause des problèmes de digestion et des brûlements d’estomac. Voici quelques trucs pour rendre les tomates plus faciles à manger.

  • Les peler avant de les manger. La pelure des tomates est beaucoup plus acide que leur chair.

  • Lorsqu’on les fait cuire, ajouter 1/4 de cuillère à thé de bicarbonate de soude pour chaque 6 tomates de grosseur moyenne.

  • On peut également ajouter 1 à 2 cuillères à thé de sucre dans une sauce tomate.

  • Ajouter 1/4 de cuillère à thé de cannelle à une sauce (assaisonnement à la marocaine).

  • Des conserves de tomates

    À la fin de l’été, lorsque les tomates sont abondantes et pas chères, c’est le moment de les mettre en conserve! Vous pourrez alors les déguster tout l’hiver, et croyez-moi, elle seront incroyablement plus savoureuses que celles du commerce. Consultez notre billet sur les conserves!

Ça se passe sur un chantier.


 

Pile ou face? le choix vous appartient

Pile ou face?

le choix vous appartient

Ça se passe sur un chantier. Le gars qui est un excellent ouvrier a les bottines usées à la corde. Le contremaitre lui lance :

– Hey Joe! Tes bottines sont finies. Ma maison est juste là à côté. Monte au deuxième, dans ma chambre, et enfile ma paire de bottines de rechange. Ça sera moins dangereux pour toi.

Joe monte au deuxième et rencontre deux superbes jeunes filles, les filles du contremaitre.

– Bonjour! Votre père m’envoie pour vous faire l’amour.

Les filles ne le croient pas. Alors le gars se penche à la fenêtre et crie:

– O.K. patron, je les ai trouvées. Qu’est-ce que je fais?

– Arrête de perdre ton temps pis enfile-les toutes les deux!