Pensée du vendredi 4 juillet 2014.


« Vous aimez la nature, vous découvrez en elle des spectacles
toujours nouveaux que vous ne vous lassez pas d’admirer. Mais
ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que par votre
pensée, par votre amour vous pouvez aussi entrer en relation
avec elle afin qu’elle s’ouvre à vous.
Vous vous approchez d’une rivière, d’un lac, d’une forêt,
d’une montagne, arrêtez-vous un moment et adressez-leur un
signe de la main. À leur manière ils répondront à votre salut
et vous sentirez que quelque chose en vous s’harmonise,
s’éclaire et s’allège, tout simplement parce que vous avez
décidé de saluer la nature vivante et les créatures qui
l’habitent. Et maintenant ramassez une pierre sur le chemin et
caressez-la avec amour : l’entité qui l’habite acceptera
votre amour, elle vibrera à l’unisson avec vous, et elle vous
aimera elle aussi.
Il ne suffit pas de dire que la nature est vivante, il faut aussi
apprendre ce que vous devez faire pour que cette vie devienne une
réalité en vous. Le jour où vous saurez entretenir une
relation consciente avec la création, vous ne vous sentirez plus
ni seul ni pauvre, car c’est la vie divine qui viendra vous
remplir de ses bénédictions. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Une ville du Dakota du Sud en vente pour 400 000 $


Une ville du Dakota du Sud en vente pour 400 000 $.jpg

Une ville du Dakota du Sud en vente pour 400 000 $

 

Un homme d’affaires a mis en vente sa petite ville du Dakota du Sud au coût de 400 000 $.

 

Lance Benson est l’unique propriétaire de Swett, un hameau non constitué qui se trouve dans le comté de Bennett, dans le sud-est de l’État. Le village a été mis en vente la semaine dernière.

 

En entrevue avec le Rapid City Journal, M. Benson a affirmé que la population de Swett s’établissait à 40 personnes il y a plusieurs décennies. On y trouvait un bureau de poste, quelques résidences et un supermarché.

 

De nos jours, il ne reste plus qu’une maison, une taverne, un atelier et trois roulottes dans la ville. L’homme d’affaires et son épouse y habitent toujours.

 

Lance Benson a acheté la ville en 1998.

 

une-ville-du-dakota-du-sud-en-vente-pour-400-000

Des milliers de litres de vin pour une «bataille» festive en Espagne !


 

Des milliers de litres de vin pour une «bataille» festive en Espagne.jpgDes milliers de litres de vin pour une «bataille» festive en Espagne !

 

S’aspergeant à coups de pistolets en plastique ou versant des seaux entiers maculant leurs t-shirts blancs, des milliers de personnes se sont affrontés dimanche dans la traditionnelle «bataille du vin» de Haro, petite commune de La Rioja, région vinicole du nord de l’Espagne.

 

Protégés par des lunettes de soleil ou de plongée, le visage dégoulinant, buvant goulûment le précieux breuvage, les participants ont bataillé au milieu des vignobles et sous le feuillage vert vif du paysage escarpé qui borde la commune de Haro.

 

«Toutes les armes sont bonnes pour cette bataille qui n’est pas sanglante, des outres et même des pulvérisateurs servant à lancer des milliers de litres de vin qui transforment les rochers en un spectacle impressionnant», écrit la mairie de Haro sur son site.

 

Déclarée fête d’intérêt touristique, la bataille du vin de Haro marque depuis au moins un siècle tous les 29 juin la Saint Pierre dans cette province verdoyante de La Rioja, région espagnole mondialement célèbre pour son vin.

 

Les participants grimpent jusqu’à un ermitage, datant du 5e siècle, où une messe est célébrée avant la bataille. Une lutte «pacifique», selon la mairie, «durant laquelle les deux camps, à condition qu’ils parviennent à comprendre à quel camp ils appartiennent, se lancent du vin sans répit».

 

des-milliers-de-litres-de-vin-pour-une-bataille-festive-e…

Une sacrée histoire. Conte de Gascogne.


Ajouté le 05/28/2014 17:04:20 par willow84

IUne sacrée histoire. Conte de Gascogne.

l est parfois bien difficile de dire ce qui est vrai et juste. Ecoute cette curieuse aventure et tu parleras après.

A l’auberge de madame Lahitte, on était sûr de manger du magret, des pommes farcies et même des demoiselles(1). Monsieur le juge le savait bien. Il s’invitait chez l’aubergiste au moins deux fois par semaine.

 

Tout contre le feu qui brûlait dans la cheminée, il attendait, ce jour-là, béatement, que le repas fût prêt, lorsque la porte s’ouvrit brusquement et qu’un paysan nommé Hougueras apparut.

– Tiens, s’exclama le juge, Hougueras, d’où sors-tu comme ça ?

– Monsieur le juge, il vient de m’arriver une sacrée histoire. J’en tremble encore et je vais vous la raconter.

– Attends un peu. Je vais te commander un apéritif, cela te remettra.

Ils burent en silence un petit blanc de Jurançon, puis Hougueras commença son histoire.

– J’ai été attaqué !

– Où donc ?

– Dans le bois d’Orthe. Vous savez que c’était aujourd’hui le marché à Peyrehorade ? J’y suis allé vendre une paire de boeufs et je l’ai, ma foi, bien vendue.

– Tant mieux pour toi !

– Content de moi, ayant l’argent dans la poche, je suis rentré à la maison. En traversant le bois, j’ai vu surgir devant moi une sorte de gringalet qui m’a barré le passage et dit : « Donne-moi ta galette ou je te brûle »

– Diable, fit le juge, et tu étais seul ?

– Oui.

– C’est bien imprudent lorsque l’on a de l’argent !

– Bien sûr, mais cela fait belle lurette que personne n’a été attaqué dans le bois d’Orthe. Enfin voilà, j’ai dû lui remettre l’argent…

– Tout ? Et tu n’as rien gardé ?

– Non, le diable semblait être bien informé. Il connaissait le prix de la vente de mes boeufs et puis, vous savez, je tiens à ma peau… Je ne pouvais pas appeler au secours…

– Alors, il t’a tout pris…

– Tout… mais attendez, Monsieur le juge, que je vous raconte tout. Vous pouvez me croire, j’étais intérieurement très en colère. S’il n’avait pas eu de pistolet, je n’aurais fait qu’une bouchée de ce petit bandit. Alors, j’ai brusquement fait celui qui avait peur de rentrer chez lui… « Que va dire ma femme ? ai-je dit. Elle ne va pas croire que j’ai été attaqué. Elle va dire que je suis allé au café et que sais-je encore ! Elle ne me croira pas, elle dira que j’ai menti. Hé ! le bandit, ne pouvez-vous pas me donner un coup de couteau à travers la veste ou, mieux encore, tirer un coup de pistolet à travers le chapeau ? » Mon voleur se met à rire et s’en va dans les buissons en m’affirmant que son pistolet n’était pas chargé. Je l’entends rire dans l’ombre. Mon sang ne fait qu’un tour. Je bondis sur lui et l’aplatis tout à fait, et je lui reprends tout mon argent.

– Tout ?

– Tout.

– Bravo, Hougueras !

– Mais voilà, Monsieur le juge, je ne me suis pas contenté de reprendre mon argent. J’ai découvert une poche où il y en avait d’autre et je l’ai pris aussi. Il ne pouvait pas trop se défendre, le pauvre bandit !

– Tu t’es approprié son argent ? demanda le juge.

– Comprenez-moi, j’ai tout pris, comme pour lui donner une leçon. Ai-je mal fait, Monsieur le juge ?

– C’est bien délicat. Diable ! Diable ! N’est-ce pas toi le voleur en fin de compte ?

– Voyons, Monsieur le juge, en votre âme et conscience ?

Le juge fut dérangé par madame Lahitte qui portait le repas.

– Nous en reparlerons la semaine prochaine. Viens me voir ici et je te dirai ce que j’en pense…

 

 

Hougueras alla voir madame Lahitte quelques jours plus tard.

 

– Voyons, Madame l’aubergiste, j’aimerais du bon foie gras de Mauvezin, un pavé de boeuf cuit à point, des bécassines si vous n’avez pas d’ortolans, du vin de Bordeaux et de la belle eau de vie d’Armagnac.

– Mais Hougueras, cela va te coûter plus de cinq cents francs !

– C’est ce que je veux… J’invite le juge de paix.

Le repas en effet fut très bon. Le juge de paix se montra ravi. À la fin de ce banquet, le juge regarda Hougueras dans les yeux :

– Es-tu bien sûr qu’il ne restait pas dans les poches du voleur de quoi payer les cigares ?

 

 

(1) Demoiselle : Carcasse de canard.

LE CHÂTEAU DE TARASCON, CHEF-D’ŒUVRE DU PATRIMOINE EUROPÉEN » Ma Planète


LE CHATEAU DU ROY RENE A TARASCON

Un premier château

À cet emplacement s’élevait un premier château qui fut occupé au milieu du xiiie siècle par Charles d’Anjoucomte de Provence et frère de Saint-Louis, roi de France. Ce château est agrandi par son fils Charles II dit « le boiteux ». En 1367 le duc Louis d’Anjou, gouverneur du Languedoc et frère du roi de France Charles V, veut profiter de l’éloignement du pape Urbain V qui s’était rendu à Rome et de l’absence de la reine Jeanne, comtesse de Provence, pour substituer son pouvoir à celui de la reine. Cette entreprise était une nouvelle manifestation de l’ambition française sur la Provence. Le duc d’Anjou trouve un capitaine en la personne de Bertrand Du Guesclin qui vient d’être libéré en décembre 1367 après sa capture à la bataille de Nájera. Du Guesclin se met en marche le26 février 1368 avec 2 000 hommes et met le siège devant Tarascon le 4 mars 1368. La ville est bloquée de toute part. Les trébuchets font plusieurs victimes dont le clavaire Martin Champsaur2. La ville de Tarascon capitule le 20 ou 22 mars 1368, mais sera reprise en septembre 1368.

Le château actuel

À son retour d’Italie Louis II d’Anjou, comte de Provence, fait entreprendre le 27 novembre 1400 la reconstruction du château à l’emplacement qu’il occupait. Les travaux avancent rapidement, mais sont interrompus quelques années plus tard et sont repris de 1428 à 1435 par son fils Louis III d’Anjou.

L’architecte était Jean Robert auquel furent adjoints les sculpteurs Simon de Beaujeu et Jacques Morel. Les matériaux furent empruntés à des carrières de Beaucaire. Le roi René n’y apporta que de petites modifications de 1447 à 1449  , afin de le rendre plus habitable et fit placer son buste et celui de la reine Jeanne de Laval dans une niche de la cour d’honneur. À la fin de son règne le roi René fit de 1476 à 1479 entreprendre encore quelques travaux tels que le remplacement du pont-levis par un pont fixe.

photo de Tarascon

Après 1481 le château ne sert qu’occasionnellement aux agents du roi. Du xviiie siècle à 1926, le château sert de prison, notamment pour des marins ennemis. Les déprédations causées par cette utilisation sont réparées par les architectes Henri Antoine Révoil et Jean Camille Formigé ; c’est au cours de ces restaurations que le crénelage est rétabli.

Le château est bâti sur un îlot rocheux en bordure du Rhône qui le longe d’un côté tandis qu’un fossé taillé dans le roc pouvant recevoir les eaux du Rhône le sépare de la ville. Il se compose de deux parties bien distinctes : au nord la basse-cour réservée aux communs et aux hommes d’armes, et au sud le logis proprement dit. On pénètre dans le château par une porte ouverte entre la première tour carrée de la basse-cour et la tour ronde dite de l’Horloge ; on accède ainsi à une cour fermée située entre la basse-cour et le château seigneurial, ce qui constitue une véritable souricière en cas d’attaque.

Le logis seigneurial

C’est le château proprement dit constitué d’une muraille de 3 à 4 mètresd’épaisseur et de 45 m de haut avec deux tours rondes (tour de l’Horloge et tour des Chapelles) à l’est et deux tours carrées à l’ouest côté Rhône. 

Au centre du château proprement dit se trouve la cour d’honneur sur laquelle donnent les bâtiments d’habitation qui comportent trois étages dont les deux premiers sont plafonnés à la française, le dernier étant voûté. Ils sont desservis par des escaliers à vis dont le principal se trouve incorporé dans une tourelle en saillie bien visible sur la façade orientale de la cour intérieure. Cette dernière est relativement petite par rapport à la hauteur des bâtiments qui l’entourent. Sur le côté oriental de cette cour, se trouve l’escalier polygonal et sur la façade sud la niche abritant les bustes du roi René et de la reine Jeanne.

 UN MONUMENT HISTORIQUE CLASSÉ 

Le château de Tarascon est inscrit en 1840 sur la première liste de protection  des monuments historiques français.

Les premiers travaux de restauration sont conduits à la fin du XIXesiècle. Plusieurs architecte en chef des monuments historiques ont particpé à la resturation du château : Henri Révoil, Jean Camille et Jules Formigé, Jean Saunier, Jean-Pierre Dufoix, François Botton.

Le dimanche 12 mars 1933, le château est ouvert à la visite. Depuis le 1er janvier 2008, le château, service public culturel, est redevenu la propriété de la Ville de Tarascon.

https://www.youtube.com/watch?v=LuJYKbIg8EU

Quel est le secret minceur de Kate Middelton ?


Quelques mois seulement après son accouchement, Kate Middleton a retrouvé sa taille de guêpe. Son secret ? Des aliments crus.

kate middleton, régime, aliments crus, dailymail

©AbacaPress

D’une taille 38 à l’Université, elle est passée au 36 quand elle est devenue Duchesse et affiche aujourd’hui un petit 34 alors qu’elle vient d’être maman. Comment fait Kate Middleton pour être aussi mince ? Selon le site britannique Dailymail, elle serait  adepte du crudivorisme. En clair, elle se nourrirait de tout ce qui est cru ! Jus d’herbes, baies de goji, quinoa… Elle privilégie des aliments riches en fibres et protéines qui provoquent un effet de satiété.

Un régime qui favorise la fertilité ?

« Kate a déjà une silhouette idéale mais son objectif est d’obtenir une peau lumineuse », aurait confié un proche de la Duchesse de Cambridge au Dailymail. Non seulement son régime lui permettrait de rester mince mais les experts nutritionnels interrogés par les journalistes anglais confirment ses effets bénéfiques sur les cheveux, les ongles et la peau. Pour cause, les aliments crus conservent mieux les vitamines. Enfin, ce régime très sain favoriserait la fertilité. Un deuxième bébé serait-il prévu ?

Le fantôme d’Alcatraz apparaît sur la photo d’une touriste !


 

alcatraz.jpgLe fantôme d’Alcatraz apparaît sur la photo d’une touriste !

 

Une couple de Britanniques a ramené de sa visite de l’ancienne prison d’Alcatraz un cliché tout à fait particulier. Celui du « fantôme d’une femme », apparu dans une cellule vide.

 

Sheila Sillery-Walsh et son époux ont, comme de nombreux touristes, visité The Rock, la prisond’Alcatraz, située sur un îlot de la baie de San Francisco. Depuis, Sheila affirme avoir pris une photo avec son téléphone portable sur laquelle elle voit apparaître un fantôme.

« Quand j’ai regardé la photo sur mon portable, j’ai vu cette figure féminine sombre. J’ai regardé par la fenêtre et il n’y avait personne dans la salle », a-t-elle déclaré à l’édition britannique de Metro.

Intriguée par le cliché, elle a montré la photo au personnel de l’établissement qui n’a reconnu aucune personne travaillant sur le site.

 

Mystérieuse femme

« Je suis curieuse de savoir qui elle pourrait être. Peut-être était-ce une femme qui visitait un prévenu et qui continue à venir ? J’aimerais savoir pourquoi elle se montre sur ma photo », ajoute-t-elle.

 

alcatraz1.jpg

alcatraz2.jpg

Un des responsables de la prison devenue musée, M. Rice, s’interroge également : « Les cheveux et la tenue de la femme sont d’une autre époque. On dirait qu’elle sort des années 30 ou 40. Je n’ai aucune explication logique pour expliquer la présence de cette femme sur la photo. Je suis perplexe. D’autant qu’elle regarde droit vers l’appareil photo, avec un regard entendu. »

Canular, reflet d’une touriste dans la glace, effet d’optique ? Rien ne permet évidemment aujourd’hui d’affirmer qu’il s’agit d’un fantôme.

Pourtant, selon les amateurs de paranormal, la prison d’Alcatraz serait l’un des lieux les plus hantés des Etats-Unis.

 

le-fantome-dalcatraz-apparait-sur-la-photo-dune-touriste

Des glaces « goût crocodile » pour cet été ?


 

crocodile.jpgDes glaces « goût crocodile » pour cet été ?

 

« Une boule de fraise et une boule de crocodile, SVP ». Cette demande d’apparence incongrue n’a désormais plus rien de surréaliste aux Philippines où un commerçant développe d’improbables saveurs.

 

La glace « goût croco » n’est pas élaborée à partir de célèbres bonbons gélifiés, mais bel et bien à partir du célèbre saurien. Un restaurant de la ville de Davao, aux Philippines, a en effet imaginé de préparer ses glaces avec les oeufs du reptile.

Sweet Spot, c’est le nom de l’enseigne, vante en effet les vertus nutritives et gustatives de l’oeuf de crocodile, tout en rassurant les défenseurs de la nature : ce ne sont que les oeufs en surplus qui sont prélevés dans un élevage voisin.

 

Argument marketing

Mélangés au sucre, au lait et aux fruits, les oeufs de crocodiles forment une préparation savoureuse, assure les propriétaires du magasin qui n’ont pas hésité à faire de leur création un argumentpublicitaire.

 

crocodile 1.jpg

Pour le moment, les glaces au crocodile sont proposées avec deux saveurs principale : croco-fruit du dragon et croco-pandanus. Toutes les dernières créations sont à découvrir sur la page facebook de l’enseigne.

 

des-glaces-gout-crocodile-pour-cet-ete

Phytostérols : plus mauvais que bon pour le coeur


Utilisés dans les margarines et yaourts pour leurs effets anticholestérol, les phytostérols n’auraient pas de bienfaits sur la santé cardiovasculaire. Au contraire, ils pourraient même la mettre en danger.

Vous faites partie des amateurs de margarines ou produits laitiers spécial cholestérol ? Les conclusions de l’étude Inca 2 menée par l’Anses vont vous intéresser. Après avoir été interpellée par l’association de consommateurs UCF-Que-Choisir, l’agence a en effet décidé de se pencher sur les vrais effets des phytostérols. Ces composés naturels présents dans les plantes sont utilisés par les industriels de la grande distribution parce qu’ils ont une structure proche du cholestérol et limitent son absorption.

Des risques « pas connus » ou augmentés

D’après ses recherches, l’Anses conclut que « si les phytostérols contribuent à une réduction moyenne d’environ 10 % de la cholestérolémie totale et de la teneur en LDL-Cholestérol (mauvais cholestérol) […] la consommation d’aliments enrichis en phytostérols entraîne une augmentation des concentrations plasmatiques dont les conséquences sur le risque cardiovasculaire ne sont pas connues ». De plus, consommer ce type d’aliments peut faire baisser la concentration plasmatique en beta-carotène, « ce qui est susceptible d’augmenter le risque cardiovasculaire ».

L’Anses recommande aux consommateurs de produits enrichis en phytostérols de veiller à atteindre a minima les recommandations du PNNS en fruits et légumes afin de compenser la baisse de beta-carotène, et d’éviter leur consommation par les enfants, les femmes enceintes et allaitantes.

Un vieux se désole de ne plus avoir d’érections.


 

Un vieux se désole de ne plus avoir d’érections. Un copain lui dit :

– Mange du pain, beaucoup de pain ! C’est formidable pour le sexe. Le pain ça contient plein d’amidon, tu vas voir le résultat…

L’autre se précipite à la boulangerie et demande dix baguettes.

– Vous avez des invités, Monsieur Marcel ? Interroge la boulangère.

– Non c’est pour moi…

– Alors là, je vous le dis, ça va durcir !

– Ah fait le vieux, je vois que vous êtes au courant…