Pensée du samedi 22 juin 2013.


« Maintenant qu’à toutes les heures du jour et de la nuit des
nouvelles catastrophiques parviennent du monde entier, c’est
vrai qu’on peut avoir continuellement des raisons d’être
triste. Mais à quoi sert cette tristesse ? Elle n’aidera
personne. Il vaut mieux l’utiliser comme un stimulant pour
trouver les moyens de se rendre utile.
Et pour trouver les moyens de se rendre utile, chacun devrait
déjà commencer par se débarrasser de ses soucis personnels
dans lesquels il s’enferme comme dans une prison. L’état
naturel de l’être humain doit être la joie, une joie dans
laquelle il est en réalité plus sérieux, plus profond que ceux
qui portent continuellement sur leur visage la trace de leurs
préoccupations les plus légitimes soient-elles. Car pour
arriver à cette joie il faut avoir appris, compris, que loin des
désordres et des tribulations de la terre, il existe en nous une
région où règnent la lumière, l’amour et la liberté. Et
c’est en restant en contact avec cette région qu’on sera
utile aux autres. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le centenaire du poète Aimé Césaire fêté à travers le monde


L’Orient-Le Jour

Martiniquais mais universel, révolté mais humaniste, homme politique mais toujours libre: le centenaire de la naissance d’Aimé Césaire, le 26 juin, donne lieu à des hommages à travers le monde pour saluer le poète mort en 2008 dont l’aura ne cesse de croître.

«Aimé Césaire nous aide à penser les nouvelles formes de colonialisme: le déni de la personne, l’écrasement des peuples», dit à l’AFP Françoise Vergès, coauteur du documentaire télévisé Aimé Césaire face aux révoltés du monde.

En Martinique, la ville de Fort-de-France inaugure mercredi prochain l’«Espace muséal Ancien Bureau d’Aimé Césaire», tandis qu’à Bruxelles un hommage a lieu le même soir avec l’écrivain congolais Antoine Tshitungu Kongolo et son confrère belge Joris Note.

 

Deux ans après son entrée symbolique au Panthéon, l’Assemblée nationale française doit adopter dès lundi une résolution «en hommage à Aimé Césaire», député de 1945 à 1993.

Un film, Césaire, le prix de la liberté, sera diffusé en avant-première au Parlement dans la foulée. En même temps, un débat international aura lieu à Londres.

Il y a eu la tournée du Cahier d’un retour au pays natal aux Caraïbes, un récital de poésie à New York, une rencontre à Dakar et il y aura des hommages au Festival d’Avignon, à Baden-Baden (Allemagne), Washington…

Cinq ans après sa mort, Aimé Césaire demeure

incontournable.

«Césaire a été celui qui a déchiré la carte postale» des colonies, dit l’écrivain antillais Raphaël Confiant.

«Il a dit attention, ce n’est pas parce que l’abolition de l’esclavage s’est produite que les choses ont changé!» s’exclame-t-il dans le documentaire diffusé mercredi par France Ô.

Le terme de «Négritude», forgé dans les années 1930, vise à retrouver «la conscience d’être noir». C’est aussi la révélation de l’Afrique, qu’il aura à Paris en rencontrant Léopold Sedar Senghor, futur président sénégalais.

Son Cahier d’un retour au pays natal, publié en 1939, devient un classique, considéré par André Breton comme «le plus grand poème lyrique de notre temps».

Dans son Discours sur le colonialisme (1950), il s’en prend au «bourgeois du XXe siècle», qui «ne pardonne pas à Hitler (…) d’avoir appliqué à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde et les nègres d’Afrique».

Mais pour le fondateur de la revue Tropiques, la Négritude est un projet d’abord culturel.

«La Négritude est un cri de protestation et, en même temps, un cri d’humanité», résume l’historien Alain Ruscio dans Aimé Césaire face aux révoltés du monde.

Césaire démissionne du groupe communiste à l’Assemblée le 24 octobre 1956 pour dénoncer une tutelle de l’URSS «dont nous ne voulons plus».

Dix ans auparavant, il a obtenu la «départementalisation» de la Martinique. Une «égalité» qui a ses limites: «l’acculturation issue de l’assimilation», relève Françoise Vergès.

Or pour Césaire, auteur des pièces La tragédie du roi Christophe et Une saison au Congo, les mouvements de libération «c’est épique, mais les lendemains sont tragiques». «Son humanisme le pacifie», souligne Françoise Vergès.

Trop humaniste pour prendre la tête d’un mouvement de libération nationale, Césaire sera une conscience.

Sur le site

http://www.hommage-cesaire.net les messages affluent: «Merci Aimé de m’avoir donné une identité», «Je suis fier d’être appelé Nègre grâce à vous», «Brave lutteur sans armes». On lui dit aussi: «Que la terre te soit légère.»

Sa terre, il la parcourait inlassablement à la fin de sa vie, selon ses proches, des petits bouts de papier dans ses poches. Prêt à surprendre la beauté d’un paysage et à griffonner un dernier poème.

Deux Ovnis photographiés dans le ciel de Grande-Bretagne


A Bracknell en Grande-Bretagne, deux ovnis ont été aperçus dans le ciel vendredi 14 juin. Les objets lumineux ont été pris en photo par un témoin.

.Ces OVNIS ont été photographiés à Bracknell, en Grande-Bretagne

Vendredi dernier aux alentours de 20 heures, le Britannique Steve Lambert a découvert deux objets volants dans le ciel de la ville de Bracknell, située au Royaume-Uni. Il a juste eu le temps de photographier les deux disques avant que ceux-ci ne disparaissent totalement.

Les spécialistes saluent la qualité de l’image

Steve Lambert était dans le pub Running Horse quand il est simplement sorti téléphoner. En apercevant ces deux points lumineux dans le ciel, il a eu la bonne idée de photographier la scène avec son smartphone. Il garde ainsi la seule preuve de ces objets lumineux dans le ciel. D’après Nick Pope, un spécialiste des ovnis qui a travaillé pour le ministère de la Défense du pays relayé par le Telegraph, il s’agit-là d’une des meilleures images jamais capturées d’objets volants non-identifiés.

A présent, Steve Lambert attend que sa photo corrobore avec d’autres témoignages. Après avoir photographié la scène, Steve Lambert a diffusé l’image sur le réseau social Facebook afin de recueillir d’autres informations pouvant valider la véracité de la scène qu’il a photographiée.

D’autres OVNIS ont été aperçu dans cette région

Steve Lambert explique ainsi que cette scène a duré moins de 5 secondes. Il a eu le réflexe de capturer la scène car il a pris l’habitude de faire des photos de tout ce qui lui semblait sortir de l’ordinaire. En réalisant ce cliché, Steve Lambert vient ajouter encore plus de mystère sur le fait d’être seuls dans l’univers. Le doute plane encore et récemment, les indices semblent se multiplier dans cette région.

En effet, en février dernier, un homme affirmait avoir vu un objet lumineux de couleur orange, jaune et rouge briller dans le ciel à Bracknell. Dans le même esprit, au début du mois de juin, trois passagers d’un avion ont également affirmé avoir repéré un OVNI au-dessus du siège de la Scientologie en Grande-Bretagne.

Une mère tente de passer un oral du bac à la place de sa fille


Publié le 19 juin 2013- 34 lectures

E-mailImprimer

PARIS – Une quinquagénaire a été prise en flagrant délit mercredi après-midi alors qu’elle tentait de prendre la place de sa fille lors d’une épreuve d’anglais du baccalauréat dans un lycée parisien…

Vers 15h30 , le proviseur de ce lycée parisien situé dans le Xe arrondissement de Paris prévient les policiers «d’une tricherie en cours» lors d’une épreuve du baccalauréat qui se dispute dans son établissement, a appris l’AFP de source policière.

La femme de 52 ans, qui essayait de remplacer sa fille pour une épreuve d’anglais, a été repérée par une surveillante qui avait vu le vrai visage de la lycéenne lors d’une épreuve de philosophie dans l’établissement quelques jours plus tôt. «Elle s’est vite rendue compte que ce n’était pas la même», a raconté la source.

Les policiers ont donc conduit la mère au commissariat où elle a été «entendue librement», selon cette source.

Source : AFP via 20 Minutes

Histoire inspirante : Ce qu’un simple geste peut faire…


shutterstock_93752743

Un jour, alors que j’étais à ma première année du secondaire, j’ai vu un gars de ma classe marcher pour retourner chez lui après l’école.

Il s’appelait Etienne.

Il était chargé, il semblait transporter tous, mais vraiment tous ses livres.

Je me suis dit :

« Qui peut bien ramener tous ses livres chez lui, un vendredi ? Quel idiot ! »

J’avais un week-end très chargé avec mes amis. Donc, je haussai les épaules et continuai mon chemin.

Tout en marchant, j’ai vu une bande de jeunes courir vers Etienne.

Ils l’ont rejoint, lui ont fait tomber tous ses livres. Ils lui ont fait perdre l’équilibre et Etienne est tombé dans la boue, perdant ses lunettes.

Ces dernières sont tombées à environ 3 mètres de lui.

Etienne s’est relevé tranquillement et j’ai pu voir la terrible tristesse dans ses yeux.

Témoin de la scène, j’ai senti mon cœur se serrer et j’avais un nœud dans la gorge. J’ai donc couru le rejoindre.

Il cherchait ses lunettes et j’ai vu une larme couler sur sa joue.

J’ai ramassé ses lunettes et lui ai dit :

« Ces gars là sont vraiment des cons de la pire espèce. Ils devraient être punis pour ce qu’ils ont fait. »

Il m’a regardé et m’a dit : « Ah, merci ! »

Il avait un large sourire sur les lèvres.

C’était un de ces sourires qui vous montrent de la gratitude sincère. Je l’ai aidé à ramasser ses livres et je lui ai demandé où il habitait. Je me suis rendu compte qu’on habitait sur la même rue.

Alors, je lui ai demandé pourquoi je ne l’avais jamais vu avant :

« C’est parce qu’avant j’allais dans une école privée. »

Auparavant, je n’aurais jamais accepté de parler avec quelqu’un qui fréquente l’école privée.

Nous avons discuté sur tout le chemin du retour à la maison et j’ai transporté quelques uns de ses livres.

Je me suis rendu compte qu’il était vraiment gentil.

Je l’ai invité à venir jouer au foot avec mes amis le lendemain et il a accepté. Nous avons donc passé le week-end ensemble.

Plus j’apprenais à le connaître, plus je l’appréciais et mes amis aussi apprirent à l’aimer.

Le lundi matin, sur le chemin de l’école, j’ai aperçu Etienne, encore une fois avec tous ses livres en main.

Je l’ai rejoint et lui ai demandé : « Waw, tu vas te faire des super muscles à transporter tous tes livres comme ça chaque jour ! »

Il m’a sourit et m’a donné la moitié de ses livres.

Après 4 ans, Etienne et moi sommes devenu les meilleurs amis du monde.

En fin de cycle secondaire, on planifiait nos études universitaires.

Etienne se dirigeait pour des études de médecine et moi, pour du sport-étude en football.

Etienne était la « tête » de la classe et moi je passais mon temps à le traiter de bouffon ! Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans mon ami.

Pour la remise des diplômes, il avait préparé un « speech ».

Il était un de ceux qui s’étaient trouvés et affirmés pendant le secondaire.

Il avait pris sa place et donnait bonne impression, il semblait épanoui.

Il avait maintenant plus de rendez-vous que moi avec les filles. Elles l’aimaient et j’étais un peu jaloux !

Aujourd’hui, il était très nerveux d’avoir à faire ce « speech ».

Je lui ai donné une tape d’encouragement dans le dos et lui ai dit :

« Hé, le grand, tu vas être parfait ! »

Il m’a regardé et m’a lancé un de ces regards (vraiment sincère)

et m’a dit : « Merci ! »

Il a commencé son discours, s’est arrêté pour s’éclaircir la voix, puis a lancé :

« La remise des diplômes est un moment important pour remercier ceux qui vous ont aidé à passer au travers de durs moments, vos parents, vos professeurs, peut être votre entraîneur, mais plus particulièrement vos amis. Je suis ici pour vous dire qu’être l’ami de quelqu’un, c’est de lui donner le plus beau des cadeaux.

Je vais vous raconter une histoire à ce sujet. »

J’ai regardé Etienne avec stupéfaction lorsqu’il raconta la première journée où on s’est connu.

Il avait planifié de se suicider ce week-end là.

Il raconta qu’il avait vidé son casier pour éviter à sa mère d’avoir à le faire. C’est pour ça qu’il trimballait tous ces livres ! Je ne m’en suis jamais douté !

Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a sourit.

« Merci de m’avoir sauvé!, mon ami m’a protégé et empêché de faire une énorme bêtise ! »

La foule avait le souffle coupé.

Tout le monde est resté bouche bée lorsque Etienne, le gars le plus beau et le plus populaire de l’école, a raconté ses souvenirs les plus tristes.

J’ai aperçu ses parents en train de me regarder avec ce même sourire de gratitude qu’Etienne avait.

C’est à ce moment que j’ai réalisé toute la tristesse qu’il avait ce jour où l’on s’est rencontré.

Ce n’était pas seulement à cause des jeunes malfaiteurs !

Ne sous-estimez jamais le pouvoir de vos actions.

Avec un petit geste, vous pouvez changer l’existence de quelqu’un, pour le meilleur ou pour le pire.

Ce sont parfois les choses les plus simples qui produisent les plus grands effets !

Auteur inconnu.

Google Maps : Découvrez des photos de la fin du Monde sur Google Street View


Le point commun entre toutes ces images est qu’elles annoncent toutes la fin d’un voyage. En effet, après avoir capturé ces photos, les équipes de Google Street View ont toutes dû faire demi-tour.

Une jetée des îles Midway sur Google Street View

L’internaute Ian Taylor, contributeur du site The Atlantic, s’est amusé à sélectionner toutes les images qui annonçaient la fin du voyage pour l’équipe de Google Street View. Que ce soit pour des raisons pratiques, géographiques ou politiques, ces photos sont les dernières qui ont été capturées par les observateurs dans chacune de ces régions.

Découvrez les dernières photos capturées par Google Street View

Une route qui s’arrête, une frontière à franchir, voici quelques-unes des raisons qui ont poussé les observateurs de Google Street View à rebrousser chemin. Parfois, ces images qui marquent la fin de leur voyage sont composées de paysages exquis. Quand l’équipe de Google photographie une jetée au large de Sand Island sur une des îles Midway dans le Pacifique, elle nous permet de profiter d’une vue exceptionnelle. La vue sur le temple de Kun Iam Ton de Macao fait également partie d’une des dernières images photographiées par l’équipe de Google.

Il a fallu un travail titanesque à Ian Taylor avant de réaliser cette magnifique compilation.A travers l’application de Google, il a ainsi voyagé aux extrémités du monde. Il nous fait partager les images qui l’ont le plus marqué à travers ces images. Plus que le voyage en lui-même, c’est la manière dont il se termine qui passionne cet internaute. Il constate ainsi que les frontières, les contraintes géographiques sont les principaux éléments qui poussent les photographes de Google Street View à faire demi-tour.

Ce projet fou a été inspiré du jeu GeoGuessr

Sans jamais quitter son ordinateur, Ian Taylor nous fait découvrir les plus beaux paysages visibles sur la carte interactive du moteur de recherche. L’idée de ce projet incroyable lui a été inspirée, en partie, par le jeu  GeoGuessr. En utilisant les images Google Street View, les internautes peuvent réaliser un voyage à l’autre bout du monde sans jamais sortir de chez eux. En effet, dans ce jeu, l’internaute est téléporté dans une région du monde, le but étant de reconnaître l’endroit où l’on se trouve en s’aidant uniquement des indices présents sur les photos.

Marre du froid ? Partez en Laponie !


 

Marre du froid.jpgMarre du froid ? Partez en Laponie !

 

La Laponie, dans l’extrême Nord de l’Europe, a battu jeudi des records de chaleur, avec des températures aux alentours des 29 degrés Celsius au moment où des régions bien plus méridionales se plaignaient du froid.

 

En Norvège, l’institut météorologique national a relevé 29,1 °C en fin d’après-midi à la station de Nyrud, coincée entre Russie et Finlande, à plus de 250 kilomètres au nord du Cercle polaire.

 

En Suède, le mercure est monté jusqu’à 28,7 °C à Överkalix, à environ 800 kilomètres au nord de Stockholm, a relevé l’Institut météorologique national (SMHI). «Demain également (vendredi), la partie la plus septentrionale de notre pays se dirige vers des températures semblables et un grand soleil», a-t-il prédit.

 

En Finlande, la ville d’Inari, à près de 1 000 kilomètres au nord de la capitale Helsinki, a connu un record historique pour un mois de mai, avec 28,9 °C, a rapporté la télévision publique Yle. «Cette situation est tout à fait exceptionnelle», a déclaré le météorologiste Asko Hutila.

 

lessentiel.lu

Le « French kiss » entre dans le dico


 

1.French kiss.jpgLe « French kiss » entre dans le dico

 

Un verbe qui désigne le French kiss entre officiellement dans la langue française, rapporte une dépêche d’Associated Press (AP) reprise par les grands titres de la presse anglaise et américaine. Le verbe « galocher », s’embrasser avec la langue (se rouler une pelle, se rouler un patin, se rouler une galoche…) se trouve dans l’édition 2014 du Petit Robert (en librairie début juin). 

Cette technique française du baiser aurait été importée après la Première Guerre mondiale par des soldats américains, précise la dépêche. « Tout comme French toast [pain perdu], French braids [tresses] et French fries [frites], écrit le site du Time, le French kiss est une expression consacrée chez les Anglo-Saxons. » 

« Avec leurs célèbres plages de nudistes, leurs premiers top-modèles, les Français ne sont pas des timides. Et pourtant le French kiss entre seulement maintenant officiellement dans la langue française (…) Il est vrai que la France vient de vivre des moments passionnels : l’histoire d’un amour lesbien dans La Vie d’Adèle, le film qui a remporté la Palme d’or au Festival de Cannes 2013, et la légalisation du mariage gay après une âpre bataille politique », conclut le journal américain.

 

courrierinternational

Le plus haut mur d’escalade au monde


 

The-Excalibur_1.jpgLe plus haut mur d’escalade au monde

 

Baptisé « L’Excalibur », le plus haut mur d’escalade au monde se trouve à Groningen, aux Pays-Bas…

Avec ses 37 mètres de hauteur, le mur d’escalade en plein air du Bjoeks Climb Center de Groningen (Pays-Bas) constitue une référence en la matière pour l’entraînement des alpinistes amateurs ou professionnels.

En outre, le mur record tente par sa forme de reproduire les difficultés d’une paroi rocheuse naturelle. Une courbe s’accentue progressivement à partir de dix mètres et complique une ascension malgré tout adaptée à tous les niveaux en fonction des parcours empruntés (prises rouges, blanches, etc.).

La nature du défi réside cependant dans la gestion des hauteurs. L’aspect insolite du mur, haut, étroit et érigé au milieu d’un paysage complètement plat, expose en effet l’alpiniste à des sensations rarement éprouvées…

Pour découvrir d’autres photos, cliquez ici ou visitez le site officiel du club(néerlandais, allemand, anglais).

7sur7

Quoi de neuf docteur ? L’Orient- Le Jour


Médéa AZOURI | 01/06/2013

UN PEU PLUS DE… S2al mjareb wou ma tes2al 7akim. Au sens propre du terme. Vous pouvez demander à n’importe quel Libanais quoi prendre en cas de petit pépin de santé, il répondra: Khod Panadol.

Tout le monde a des connaissances médicales au Liban. De grandes connaissances très souvent. Parce qu’au Liban, on sait tout sur tout et, en matière de médecine, on sait de quoi on parle. Nous sommes les rois de l’automédication parce que personne ne comprend un Libanais mieux que lui-même. Parce qu’il est un cas unique. Parce qu’il est gheir chi. C’est pourquoi d’ailleurs, il ne répond à aucune loi. Parce qu’aucune loi n’est faite pour lui. Alors n’essayons même pas avec un quelconque traitement.

Le rapport du Libanais avec sa santé est assez étonnant. Au-delà de l’unicité de chaque individu, il y a également la pagaille liée en majeure partie à la guerre où l’automédication était de rigueur. Et comme le Libanais n’a pas vraiment besoin d’une daffé pour danser quand il s’agit de bordel, il adore. Tel un poisson dans l’eau, il se meut avec une aisance hors du commun dans n’importe quel milieu anarchique. Surtout dans le milieu médical. Donc pas besoin de «rachetta» pour prescrire un Lexo à sa voisine quand elle a un coup de blues, quand elle est en PMS, ou qu’elle n’a pas été invitée à la soirée de Leyla de chez Khoury en face. Kheddé Lexo en cas de dépressurisation et une semaine d’Augmentin pour soigner un petit rhume. Pas besoin de faire 8 ou 12 ans d’études, on sait tous ce que l’on doit prendre, comme si on avait le Vidal greffé sur notre Smartphone ou un caducée collé au pare-brise. Tu as le côlon irritable to2briné, prend du Buscopan ou du Spasfon. Tu as tellement bu hier que c’est normal que tu aies la nausée et ce sacré hangover. Aslan tu aurais dû prendre deux Solpadéine avant de dormir, mais bon, la7i2 7alak et prend Motilium trois fois par jour et tu verras, ça ira mieux. Ya khayyé, c’est juste un coup de vent (oui, oui, la mythique saf2ét hawa), Cataflam, bass avec les repas et demain tu me remercieras. Walaw, qui t’a sauvé la vie quand tu as abusé de la kebbé nayyeh la dernière fois en te refilant un Maalox ? Je te jure ça va aller, ma fi métel Déanxit pendant quelque temps, tu ne sentiras plus ta boule dans le battoun. Et que celui qui n’a jamais, mais jamais, ouvert une boîte à chaussure, une trousse ou son sac à main pour refiler un Aerius à cause de ce satané pollen, jette la première pierre à son voisin, spécialiste de la gastro et principal pourvoyeur de Normix.

 

Nous sommes tous médecins au Liban. Comme si la médecine n’était pas prise au sérieux ou comme si le diagnostic ne nous satisfaisait jamais. Il ne doit pas être aisé d’être docteur au pays du Cèdre. Tout d’abord parce qu’on doit dealer avec les symptômes de nos compatriotes, ensuite parce que la plupart du temps on est obligé d’expliquer à nos patients qu’une migraine ne se soigne pas au téléphone un samedi midi, ni un psoriasis un dimanche à la plage. Ah, pour enquiquiner un médecin, on ne fait pas mieux qu’un patient libanais zélé. Mazélak hon (hon étant un dîner entre potes, une soirée mondaine, un concert, un coin de parasol au Sporting, une tête de gondole au TSC), je voudrais te montrer en vrac, mon ongle incarné, ma gorge enflammée, mon ventre noué ou mon dos bloqué. Et comme je t’ai sous la main, je vais en profiter pour te sortir mon cahier de doléances et faire une auscultation gratuite pour moi et tout aussi chiante pour toi. Mais ça on s’en fout. Un oto-rhino ne doit pas faire la sourde oreille, un dermato ne doit pas avoir les poils qui se hérissent, un plasticien doit faire le beau et un ophtalmo doit avoir les yeux bien en face des trous. On se fiche bien de savoir que ce n’est ni le lieu ni le moment pour se faire examiner. Ce qui importe le plus c’est qu’on a sorti nos jérémiades en s’excusant fréquemment de ne pas vouloir importuner le gardien du serment d’Hypocrate. Parce qu’une fois le dos tourné, on hochera la tête en levant les yeux au ciel. Tssk tssk ma féhim chi. Je sais très bien ce que j’ai. Eh non, je ne suis pas hypocondriaque. Juste un peu stressé. 7abbet Xanax, ça passera. Xanax? Wlak eh, c’est comme le Prozac.

La mémoire est une faculté qui oublie


FRUITS DE SAISON.. bien en mains..

Un couple de 80 ans avait des problèmes pour se souvenir de certaines choses. Le couple décida donc de visiter leur médecin.

 

Après un exament physique, le docteur dit au couple que chacun est en très bonne santé pour des gens de leur âge. Toutefois, il leur suggéra d’écrire des notes, afin de les aider à se souvenir.

Le couple remercia le docteur et parti.

Plus tard ce soir-là, alors qu’ils écoutaient la télévision, le vieux monsieur se leva de sa chaise et sa femme lui demanda où il allait.

Il répliqua :

– À la cuisine.

– Peux-tu me rapporter un bol de crème glacée ?

– Certainement !

– Ne crois-tu pas qu’il faudrait que tu l’inscrives sur une feuille de papier pour t’en souvenir ?

– Non, non ! Je peux me souvenir de ça !

– Alors je voudrais également des fraises sur le dessus. Tu devrais l’écrire parce que tu ne t’en souviendras pas.

– Je vais m’en souvenir. Tu veux un bol de crème glacée avec des fraises dessus.

– Oui, mais je voudrais aussi de la crème fouettée par dessus les fraises. Je sais que tu oublieras. Tu ferais mieux de l’écrire.

Avec de l’irritation dans sa voix, il dit :

– Je n’ai pas besoin d’écrire cela sur une feuille de papier ! Je peux me souvenir de la crème glacée, avec les fraises et la crème fouettée !

Il se dirigea vers la cuisine. 20 minutes plus tard, il revint de la cuisine et sert à sa femme un plat d’oeufs et de bacon.

Elle regarda le plat pour un moment, le regarda d’un regard accusateur et lui dit :

– Tu as oublié mon pain !