Pensée du jeudi 20 juin 2013.


« Le sang a la propriété de dégager des effluves dont se
nourrissent les entités du monde invisible. C’est pourquoi,
depuis la plus haute Antiquité, les prêtres se servaient du
sang des victimes offertes en sacrifice aux dieux pour évoquer
des entités célestes ou infernales. Même la littérature
rapporte de tels faits : on peut en lire le récit chez Homère
dans l’Odyssée, ou chez Virgile dans l’Enéide.
De nos jours, dans tous les pays du monde, des sacrifices
semblables sont encore pratiqués et particulièrement par les
sorciers et les magiciens noirs. Les mages blancs, eux, ne
sacrifient pas les animaux innocents pour donner leur sang en
pâture aux entités du monde invisible. Mais il est important de
connaître ce pouvoir magique du sang. Puisqu’il contient
beaucoup de matières précieuses qui peuvent servir de
nourriture à toutes sortes d’esprits, il faut prendre
certaines précautions. Si vous perdez du sang de quelque façon
que ce soit, il vaut mieux ne pas le laisser sécher ni vous en
débarrasser avant de l’avoir consacré par la pensée à une
cause bénéfique. Vous vous protégez ainsi des agissements des
entités ténébreuses du plan astral, car ces entités
n’attendent que d’être nourries par ces émanations pour se
renforcer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

A 11 ans, un Neo-Zélandais fait un enfant avec une femme de 36 ans


La Justice néo-zélandaise veut changer la loi concernant l'accusation des femmes pour viol

A Auckland, en Nouvelle-Zélande, un adolescent âgé de 11 ans vit un véritable calvaire. La mère de l’un de ses amis aurait abusé de lui sexuellement après lui avoir donné de l’alcool. Aujourd’hui, cette femme est enceinte et c’est lui qui serait le père de cet enfant.

. En Nouvelle-Zélande, une femme de 36 ans est actuellement soupçonnée d’avoir eu une relation sexuelle avec un enfant de 11 ans. Un fait d’autant plus grave que cette dernière est aujourd’hui enceinte. Cette paternité prématurée relève selon la Justice d’un viol sur mineur. Cependant, la loi néo-zélandaise indique que les femmes ne peuvent pas être accusées de viol… C’est le garçon lui-même qui a alerté le proviseur de son établissement scolaire situé dans le Sud d’Auckland, capitale de la Nouvelle-Zélande. La femme enceinte est tout simplement la mère d’un des meilleurs amis de l’enfant, et c’est à partir du mois d’avril de l’année dernière que la trentenaire a commencé ses abus sexuels sur ce dernier, explique Associated Press. Alors que l’adolescent se trouvait chez son ami un jour où il  n’y avait pas école, la mère de ce copain l’a incité à boire quelques bières. Ivre et non-maître de ses gestes et émotions, l’adolescent a été forcé d’avoir des relations sexuelles avec la mère de son ami. Et ceci s’est répété durant des mois. Un jour, cette femme est tombée enceinte. L’adolescent sera âgé de 12 ans à la naissance du bébé. Changer la loi  Alors qu’en Nouvelle-Zélande, aucune loi n’existe sur l’accusation de femmes pour viol, ce cas a réveillé le Gouvernement et une réforme devrait rapidement être mise en place sur ce sujet. Cependant, la femme enceinte de l’adolescente n’est pas mise en cause par la loi, même si son enfant et le bébé qu’elle attend seront placés.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour requérir ce changement de loi » a déclaré Judith Collins, Ministre de la Justice, relayée par The Daily Mail.

En attendant, la seule preuve d’un viol sur mineur est la voix de l’enfant. En effet, la trentenaire nie tout abus et tout contact sexuel. Mais si l’enquête des policiers et de la Justice prouve que cette femme est bien coupable des allégations que porte le jeune homme sur elle, elle pourrait subir une peine de prison et serait donc à l’origine de la réforme.

La Police appelée parce que la prostituée n’était pas assez belle


Publié le 14 juin 2013- 263 lectures

E-mailImprimer

SOLIHULL – Un Britannique en colère a appelé les services de police pour se plaindre du physique de la prostituée qu’il avait rencontrée car « elle était moins belle que ce qu’elle ne prétendait »…

Un porte-parole de la police du West-Middlands a confirmé l’information au Mirror : « Un appel au 999 a été reçu par la police aux alentours de 19h30, mardi soir, d’un homme qui désirait se plaindre d’une prostituée qu’il avait rencontrée sur le parking de l’hôtel. L’appelant a indiqué que la femme était moins belle que ce qu’elle ne prétendait. »

Le policier continue: « Quand il a discuté de cela avec la travailleuse, elle aurait pris les clés de voiture du plaignant, se serait enfuie de la voiture, lui aurait jeté les clés et aurait contraint l’homme à appeler la police. »

Il a déclaré à l’interlocuteur: « Je me suis arrangé pour la rencontrer, mais, auparavant, je lui ai demandé de se décrire: « Donnez-moi une description honnête sinon, sur place, je n’utiliserai pas vos services » Elle était en colère ».

Jerome Moran, sergent de police, a rappelé le plaignant. « C’était incroyable, il croyait sincèrement n’avoir rien fait de mal et pensait vraiment que la femme aurait été interpellée par la police pour publicité mensongère. Je lui ai dit qu’elle n’avait commis aucune infraction et qu’en réalité, ce sont ses actes à lui, sollicitant les services d’une prostituée, qui étaient illégaux. »

Source : 7sur7

Texte inspirant : "Commencez par vous-même"


Westminster

Ce qui suit se trouve sur la tombe d’un évêque anglican (1100 ap. J.-C.) dans les cryptes de l’Abbaye de Westminster :

Quand j’étais jeune et libre et doté d’une imagination sans frein, je rêvais de changer le monde. Devenu plus sage avec les années, je compris que le monde ne changerait pas, alors je réduisis quelque peu mes visées et décidai de ne changer que mon pays.

Mais lui aussi semblait immuable.

En approchant de la vieillesse, suprême et désespérée tentative, je décidai de ne changer que ma famille, ceux dont j’étais le plus proche, hélas ! Ils ne voulaient rien entendre.

Et maintenant, étendu sur mon lit de mort, je comprends soudain : Si seulement je m’étais Changé moi-même, alors à mon exemple ma famille aurait aussi changé.

De leur inspiration et de leur encouragement, j’aurais tiré la force d’améliorer mon pays et, qui sait, j’aurai peut-être même changé le monde.

Anonyme.

Naomi Watts en Lady Di, étonnante ressemblance !


 

diana naomi-watts2.jpgNaomi Watts en Lady Di, étonnante ressemblance !

 

A quelques mois de la sortie de Diana, le biopic consacré à la princesse de Galles, les premières photos commencent à nous parvenir. Et l’on moins que l’on puisse dire c’est que la ressemblance entre Naomi Watts et Lady Di est frappante.

Les biopics de femmes d’exception n’en finissent plus. En attendant de savoir si Scarlett Johansson jouera bien dans celui consacré à Hillary Clinton, les premières images du film sur Lady Di commencent à filtrer. Avec Naomi Watts dans le rôle-titre, le long-métrage, intitulé tout simplement Diana, est l’un des projets les plus attendus de cette année 2013.

Les clichés montrent l’actrice australienne plus vraie que nature dans la peau de la princesse de Galles. Un résultat obtenu grâce à un travail sur le maquillage, la coiffure et le look. Le talent de Naomi Watts fera le reste, mais il va falloir attendre le mois d’octobre prochain, date de sa sortie en France, pour s’en rendre compte.

 

Le film Diana est réalisé par Oliver Hirschbiegel, à qui l’on doit un autre film, historique celui-là, qui s’intéressait à un personnage ayant existé, Hitler dans La chute. L’histoire n’a pas pour ambition de couvrir toute la -courte- vie de Lady Di mais juste ses deux dernières années, avant le drame du pont de l’Alma, lorsqu’elle avait une liaison avec un docteur pakistanais, Hasnat Kahn, dont on dit qu’il était « l’amour de sa vie ». Ce dernier l’a pourtant quittée, ce qui expliquerait qu’elle était avec Dodi Al Fayed, son nouveau compagnon, au moment de l’accident qui lui a coûté la vie.

 

diana naomis-watts2_.jpg

Avec ce biopic à tendance mélodramatique, les producteurs visent les Oscars. Diana est le film parfait pour concourir à la célèbre cérémonie, tant on sait les Américains friands de ce genre de performance ; ce n’est pas Marion Cotillard qui dira le contraire.

 

gala.fr

Transformer le guidon du vélo en gadget high-tech !


 

 

 

smart-bike-helios-bar-bicycle,1.jpgTransformer le guidon du vélo en gadget high-tech !

 

Et si le guidon du vélo n’était plus réduit à ses fonctionnalités basiques ? Avec un brin de technologie, il permettrait d’augmenter la sécurité du cycliste durant ses déplacements. Parmi ses options embarquées, on a droit à un système d’éclairage, un GPS intégré et une connectivité Bluetooth.

 

Helios Bar est un « smart guidon » qui remet le cyclisme à un tout autre niveau. En effet, il dispose d’un certain nombre de fonctions indispensables. Faisant partie intégrante du cadre, un phare puissant de 500 Lumens est placé à l’avant. Sur chaque extrémité, on a droit à des clignotants LEDs que le pilote peut activer par un bouton tactile de part et d’autre. Il est aussi équipé d’une lumière de proximité capable de détecter la présence d’une personne ainsi que d’un podomètre. La lumière peut donc varier en fonction de la vitesse.

 

Quant au GPS intégré, il facilite la localisation du vélo en cas de vol et son propriétaire pourra recevoir la position Google Maps et les coordonnées sur son smartphone. Fabriqué en aluminium et orientable, le guidon est alimenté par une batterie rechargeable avec une autonomie de sept heures.

 

smart-bike-helios-bar-bicycle,2.jpg

smart-bike-helios-bar-bicycle,3.jpg

Projet présenté sur Kickstarter, Helios Bar pourrait équiper nos vélos prochainement.

 

smart-bike-helios-bar-bicycle,4.jpg

tomsguide.fr

Des familles entassées dans 4 m² !


 

Des familles entassées dans 4 m² !.jpgDes familles entassées dans 4 m² !

 

La pénurie de logements prend une ampleur alarmante à Hong Kong. Des milliers de Hong-Kongais vivent dans des « box » de 4m2, faute de pouvoir s’offrir un appartement normal. 

 

Ils seraient ainsi quelque 171 300 – des immigrants ou des Hongkongais à très bas revenus – à vivre dans 66 900 box. Ce qui signifie que certains y vivent à plusieurs, parfois en famille. Les plus petits de ces box sont loués pour 200 dollars de Hong Kong le mois, soit 20 euros.

 

Ces chiffres ahurissants proviennent d’une étude réalisée par un cabinet d’études pour le compte du gouvernement hongkongais. Ils sont trois fois plus élevés que les estimations réalisées précédemment, qui faisaient état de 64 900 personnes vivant dans ce type de logement.

 

La situation est prise au sérieux par les autorités, qui ont souligné l’extrême précarité dans laquelle vivent les habitants des « box ». « Environ 30 600 de ces unités ne disposent pas de cuisine, de toilettes ou d’eau courante », a déclaré Anthony Cheung, secrétaire aux Transports et au Logement.

 

En place depuis un an, le chef du gouvernement local, Leung Chun-ying, a fait du logement sa « priorité première », promettant notamment qu’il allait augmenter l’offre.

 

En raison du manque de logements, mais aussi de la spéculation des riches Chinois du continent, les prix des loyers hongkongais figurent parmi les plus élevés de la planète.

 

Il faut y débourser en moyenne 4. 238 euros par mois pour se loger, ce qui en fait la quatrième ville la plus chère du monde. Les prix seraient ainsi surévalués de 81%, selon une étude récente de The Economist

 

directmatin

Robert 2014 : ‘bombasse’, ‘chelou’, ‘choupinet’ entrent dans le dico


 

petit robert.jpgRobert 2014 : ‘bombasse’, ‘chelou’, ‘choupinet’ entrent dans le dico

 

Plusieurs centaines de nouveaux mots font leur apparition cette année dans la nouvelle édition du Petit Robert de la langue française, à paraître le 6 juin

 

Le Petit Robert 2014 va accueillir les « bombasses » « cheloues » qui en « font des caisses ». Même si elles portent des « bas-culottes » et qu’elles sont du genre à « psychoter ». Le tout est juste de savoir si ce savant mélange ne va pas « clasher ». Il va falloir vous y habituer : tout ces mots – plus où moins mélodieux à l’oreille – font désormais officiellement partie de la langue française. Disponible le 6 juin, le Petit Robert « reflète les besoins et les richesses de l’actualité et donne au lecteur les moyens d’exprimer le monde actuel », explique sa maison d’édition. Florilège.

 

High tech : Les mots « texter » (écrire des SMS) et « microblog » font leur apparition.

 

Les mots inspirés par l’actualité : « Boson de Higgs », « triple A » ou encore « fadette » (qui désigne le relevé des échanges téléphoniques lors de l’instruction de l’affaire Bettencourt)… le Robert 2014 fait la part belle aux mots qui ont fait l’actualité de l’année.

 

Les noms propres : Côté écrivains, Jonathan Littell, Alice Munro ou encore Olivier Adam entrent dans le Petit Robert. Tout comme les cinéastes Michel Hazanavicius et Jafar Panahi. L’artiste Ai Weiwei, le créateur de mode Jean-Paul Gaultier et la musicienne Carla Bley déboulent aussi dans le dictionnaire.

 

Francophonie : Les mots québecois comme « bas-culotte » (collant), « bourrasser » (malmener) et « cadran » (réveil) ont trouvé leur place, tout comme le terme « arcade » (local commercial) pour les Suisses.

 

Les morts régionaux : Vous saurez dorénavant qu’une « kriek » est une bière belge aromatisée à la cerise et que la « fricadelle » est une saucisse panée consommée dans le Nord de la France.

 

Langage familier : Les mots « bombasse » (femme très sexy), « chelou » (louche, bizarre), « hénaurme » (variante de énorme), « clasher » (donner lieu à un conflit), « choupinet » (mignon) ou encore… « plan cul » sont désormais consacrés !

 

Il faudra aussi compter avec les expressions « bien-pensance », « transgénérationnel », « agender …

 

atlantico.fr

JIM – Faire du sport avec un défibrillateur implantable : sans danger ?


Les sociétés savantes en cardiologie, américaines et européennes, ont émis un avis défavorable quant à la possibilité de pratiquer un sport (autre que le bowling ou le golf…) pour les patients porteurs d’un défibrillateur implantable (DI). Pour autant une étude rétrospective menée auprès de cardiologues membres de la Heart Rhythm Society a montré en 2006 que plus de 40 % des ces praticiens avaient dans leur patientèle au moins un patient avec un DI pratiquant un sport « vigoureux » ou engagé dans des compétitions sportives en dépit des recommnadations. Cela a incité à mettre en place en 2006 un registre prospectif pour identifier et quantifier les risques associés au sport pour les sujets avec DI.

Depuis 2006, 372 patients âgés de 10 à 60 ans (56 basketteurs, 52 footballeurs, 39 cyclistes, …) ont été enrôlés dans ce registre à partir de 41 sites nord-américains et 18 centres européens. Tous devaient appeler le centre d’étude s’ils avaient reçu un choc et étaient rappelés systématiquement tous les 6 mois. La survenue de divers événements était recherchée : troubles du rythme du fait d’un échec de la défibrillation, blessures résultant du choc etc…

La grande majorité des patients (n=328) prenaient part à une activité organisée et 44 s’adonnaient à des activités dites à risque comme le ski, où toute perte de conscience, même de très courte durée, peut entraîner des blessures sérieuses.

Sur un suivi médian de 31 mois, les résultats sont très rassurants, puisque aucun événement délétère (décès, réanimation cardio-circulatoire, arythmie sévère, choc) n’a été enregistré en relation avec l’exercice.

Soixante-dix-sept (21 %) participants ont eu des chocs (total 121). Quarante-hui (13 %) ont eu au moins un choc approprié et 40 (11 %) au moins un choc inapproprié. A peu près la moitié de ces athlètes (n=36, soit 10 % de la population étudiée) a eu des chocs au cours de l’entraînement ou la pratique du sport (47 chocs au total), 29 (39 chocs) ont eu des chocs durant une activité autre que leur sport et 23 (33 chocs) des chocs au repos.

La proportion des sujets ayant eu un choc durant une activité sportive ou non est supérieure à la proportion de ceux ayant eu un choc au repos : 16 % contre 6 %, p<0,0001). En revanche il n’y a pas de différence significative entre les nombres de chocs reçus en cours de pratique sportive et au cours d’une autre activité. Ce sont plus souvent les athlètes âgés de 20 ans ou plus, engagés dans une compétition ou un entraînement, et ceux qui présentaient une dysplasie arythmogène du ventricule droit (plutôt qu’une cardiomyopathie hypertrophique ou un syndrome du QT long)) qui ont reçu des chocs appropriés.

Ces observations suggèrent qu’interdire unanimement les sports de compétition aux porteurs de DI n’est pas vraiment justifié mais que la prudence reste de mise pour certains patients.



Dr Dominique-Jean Bouilliez

Lampert R et coll. : Safety of sports for athletes with implantable cardioverter-defibrillators: Results of a prospective, multinational registry. Circulation. 2013; 127: 2021-30.

Le petit-fils


MOULAGE Une couleur attirante !

Pour l’anniversaire de son petit-fils de trois ans,  un grand-père décide de passer quelques jours chez sa fille. Il arrive le premier soir sur le coup des 21 heures, embrasse sa fille, son gendre, et s’enquiert de la santé du petit.

– Tu sais, papa, répond sa fille, il vient juste de monter se coucher, tu peux aller le voir si tu veux.

Le grand-père monte dans la chambre du petit, ouvre la porte et voit le garçonnet derrière le lit, la tête baissée, les mains jointes appuyées sur la couverture. Ne voulant pas le déranger durant la prière du soir, il s’agenouille de l’autre côté du lit et commence à prier.

– Dis pépé, qu’est-ce que tu fais ?

– La même chose que toi, mon petit

– Mais… y’a pas de pot de ton côté!!!