Pensée du mardi 11 juin 2013.


« La vie humaine est comme une pelote de fil qui se déroule, et
au début le fil est solide ; mais au fur et à mesure du temps
il s’amincit jusqu’à se rompre, et c’est la fin. Cette
fin, chacun doit s’y préparer pour ne pas être effrayé le
jour où l’ange de la mort viendra le prendre par la main, en
lui disant : « Sors de cette prison où tu étais enfermé. Va
maintenant, tu es libre ».
Mais il ne suffit pas de quitter son corps physique pour être
libre. La mort n’est une véritable libération que pour celui
qui, pendant son séjour sur la terre, a su faire un travail
intérieur pour se débarrasser de ses faiblesses physiques et
psychiques. Si vous êtes sur la terre, c’est justement pour
travailler à votre libération, c’est-à-dire pour donner à
votre âme et à votre esprit de plus en plus de possibilités de
se manifester. Quand viendra la mort, vous partirez avec la
conscience de vous en aller vivre dans un autre monde… Puis,
après un certain laps de temps, vous reviendrez pour continuer
votre travail. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Et si vous achetiez un village en Espagne?


 

achetiez-un-village-en-espagne-.jpgEt si vous achetiez un village en Espagne?

 

Que diriez-vous d’acquérir un petit hameau de 14 maisons, avec 80 hectares de terrain, dans la province espagnole de Tarragone? L’ancien village d’Esblada est l’un des nombreux villages ou hameaux présentement à vendre en Espagne, parfois à des prix bien inférieurs à celui d’une seule demeure à Madrid ou Barcelone

L’Institut National de Statistiques recense quelques 3000 hameaux abandonnés en Espagne. Généralement complètement désertés, ils ont été victimes de l’exode des jeunes, de la disparition des habitants âgés, de l’abandon des activités qui les faisaient vivre, notamment l’agriculture, et de l’absence de moyens de communication et de services de base. Principalement situés dans le Nord du pays, en Galice, dans les Asturies et en Catalogne, ils dépérissent, souvent depuis plusieurs décennies.

À lire : Espagne : achetez une maison, recevez un permis de séjour en prime!

Regain d’intérêt

Après avoir été abandonnés par leur premiers occupants, voici pourtant que ces hameaux pourraient avoir une seconde vie. Ils suscitent en effet l’intérêt de nouveaux acheteurs, principalement étrangers. Depuis 2011, les ventes de ce type de lieux ont augmenté de près de 20 %. Il faut dire que les prix de vente dans l’immobilier chutent d’année en année en Espagne depuis l’éclatement de la bulle en 2008. Sur un site comme www.aldeasabandonadas.com, on retrouve des centaines d’annonces alléchantes, comme un hameau de trois maisons près des plages de la Corogne pour 80 000 dollars, voire tout un ensemble de 150 hectares, situé à 30 minutes de voiture de Barcelone, à vendre pour 1,5 million de dollars.

 

Les acheteurs se partagent en deux groupes : ceux qui y voient une occasion d’affaires, principalement dans le tourisme, et ceux qui saisissent la chance d’acquérir un lieu paisible où passer leur retraite. Dans les deux cas, le prix d’achat n’est que la première dépense, puisque la remise en état des habitations représente des investissements fort importants. Dans un article publié récemment dans le Courrier international, le porte-parole de l’agence http://www.aldeasabandonadas.com, Rafael Canales, estimait que ces rénovations coûtaient généralement entre 800 000 et 1,3 millions de dollars.

 

nouvelles

Un robot-réveil qui donne de la personnalité à l’iPhone


 

alarm-clock-iphone-robot-wake-up,L-5-385673-13.jpgUn robot-réveil qui donne de la personnalité à l’iPhone

 

Un duo de designers s’est penché sur la fonction réveil du smartphone. Leur concept est un robot réveille-matin qui utilise l’iPhone en guise de tête. Le projet a été mis sur KickStarter. Son financement est fixé à 150 000 dollars.

Tim-E est donc un dock iPhone monté sur le corps d’un petit robot. L’utilisateur peut personnaliser son réveil pendant que le téléphone est en charge. Le robot peut alors danser et chanter.  Parmi les options, on a droit aux alarmes standards et aux choix de sa musique préférée depuis l’iPhone. Le réveil peut également s’accompagner de prévisions météorologiques, des  rapports de trafic ou encore de petits mémos. 

alarm-clock-iphone-robot-wake-up,K-Z-385667-13.jpg


Pour parfaire sa fonctionnalité première, à savoir le réveil, il est possible de le programmer pour proposer un jeu tout simple afin de s’assurer que son utilisateur est bien réveillé. Enfin, on peut changer son visage bleu contre le portrait de la personne voulue.

 

alarm-clock-iphone-robot-wake-up,L-0-385668-13.jpg

alarm-clock-iphone-robot-wake-up,L-2-385670-13.jpg

robot-reveil

Nous sommes maîtres de nos perceptions.


cric

« Rien n’a de pouvoir sur moi que ce que je crée par une réflexion consciente ».

 

Anthony Robbins

Après une longue et dure journée de travail en plein mois de juillet, un représentant crève un pneu en rase campagne.

Contrarié, il ouvre son coffre, soulève la trappe pour y sortir la roue de secours, mais… malheur : il ne trouve pas de cric.

Après avoir mis son coffre s’en dessus dessous, il conclu qu’il a dû oublier de l’y remettre lorsqu’il avait rendu service à un autre automobiliste, quelques semaines auparavant.

En pleine saison estivale, perdu sur une petite route de campagne, il se dit que personne ne passera pour lui prêter main forte.

Convaincu de cette idée, il décide de se rendre au village le plus proche dont il aperçoit le clocher au loin. Il espère alors trouver un villageois qui pourra lui prêter un cric.

Pendant sa longue marche, alors que le soleil tape de tous ses rayons, en dialogue interne et se dit :

« Est-ce que je vais trouver une personne qui m’ouvrira ? »

« Et puis, est-ce qu’ils vont avoir un cric ? »

« Et s’ils ne veulent pas me le prêter, je ferai quoi ? »

Tout en continuant sa marche, lente et longue, transpirant il continue :

« J’ai entendu parler des gens du coin, ils n’aiment pas les étrangers, ça va être dur ! »

Ses épaules se baisent sous le poids des pensées catastrophiques, sa démarche perd de l’assurance :

« Personne ne me connaît, je suis sûr qu’ils ne me prêteront pas de cric ! »

Et ainsi, chaque pas semble peser de plus en plus lourd, le village lui semble déjà bien hostile, les villageois lui sont de plus antipathiques.

Convaincu que personne ne voudra l’accueillir et lui prêter de cric, les pires scénarios commencent à trotter dans sa tête pour progressivement le mettre dans un état de colère. Lorsqu’il arrive sur la place du village, il regarde autour de lui et, énervé il se met à hurler :

« Eh bien, puisque c’est comme ça, vous pouvez vous l’garder votre cric ! »

Nous vivons, percevons tous ce monde avec nos cinq sens sous la forme de sensations visuelles, auditives, kinesthésiques, gustatives et olfactives. Le monde que nous nous représentons est le fruit de nos perceptions. C’est votre « carte du monde » personnelle, c’est votre façon d’interpréter tout ce qui vous entoure et d’y donner sens.

Ces représentations sont des regroupements de la façon dont nous formons nos représentations internes. Ces représentations internes créent des états internes qui motivent vos actions, vos paroles, vos décisions. Nous sommes tous maîtres de nos représentations internes : nous décidons du cours de nos pensées qui influenceront nos perceptions. Dès lors, lorsqu’on comprend cela (et, bien entendu, c’est de la théorie pour certains, de l’acquis pour d’autres, néanmoins pas impossible à réaliser), il devient facile de changer ses perceptions en changeant ses états internes. Pensez encore à cette histoire. Ce représentant n’avait encore rencontré personne qu’il les haïssait déjà. Comment en est-il arrivé là ?

La seule chose dont nous pouvons être sûr, c’est que nous ne savons pas exactement de quoi est fait le monde en réalité objective. Nous ne maîtrisons pas notre entourage ni les événements. En revanche, la seule chose que vous avez en main, c’est vous.  Nous ne connaissons que la représentation que nous nous faisons du monde, ce qui ne veut pas dire que c’est le reflet du monde proprement dit.

Si donc, nous nous représentons que des images négatives, il est inévitable que votre monde sera sombre, négatif, hostile et peu encourageant. A l’inverse, nous pouvons aussi décider de donner du sens à ce que nous vivons et la démarche est alors bien différente, plus positive et enthousiasmante.

Poussez la réflexion un peu plus loin : vos décisions sont toutes influencées par vos états dans lesquels vous vous trouvez. A quoi ressemblent vos actions, dans une même situation, si vous êtes en colère, déçu, apeuré, fatigué, triste, joyeux, trop joyeux, amoureux, ému, énergique, motivé, confiant, reconnaissant,… Si vous passez par ces différentes représentations, vous constaterez vite que cela influe vos états et votre perception pour finalement vous pousser à prendre une décision. D’où l’importance capitale de prendre conscience de l’état dans lequel vous vous trouvez avant de faire, dire ou penser quelque chose. Cela sera toujours différent si vous êtes en colère ou si vous êtes amoureux. Alors que la situation, elle, est exactement identique…

Vous pourriez mettre dix personnes face à un problème identique et vous constaterez que vous aurez très probablement dix approches différentes parce qu’elles le vivent avec leurs perceptions individuelles.

Pourtant le problème, lui, est le même pour tout le monde.

Je le démontre lors de jeux métaphoriques lors de mes interventions de motivation en entreprise.

Dans une même situation, certains se mettent en colère, alors que d’autres restent calmes, ou d’autres encore en rient pendant que d’autres méditent en silence pour trouver une solution où d’autres passent leur temps à comprendre ce qui a causé le problème, alors que l’un reste paralysé par la peur pendant que l’autre a déjà imaginé comment s’en sortir avec enthousiasme et créativité. Toutefois… dans l’absolu, la situation est la même.

Nos perceptions et nos états internes ont de l’influence sur ce que nous allons ressentir ou vivre.

Efforcez-vous à chercher les états internes fertiles et constructifs. Prenez une situation vécue ou fictive et faites l’exercice en les imaginant à chaque fois différemment. Vous verrez que cela influencera vos états, vos émotions, que vous passerez par diverses émotions différentes. Retenez celles qui construisent et appliquez-les à l’avenir ! Cela pourrait changer votre perception du monde radicalement et votre relation envers les autres et… vous-même !

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel Poulaert.

Une statue du pape François dans un champ de pommes de terre !


 

1.françois pape.jpgUne statue du pape François dans un champ de pommes de terre !

 

Une première statue du pape François a été inaugurée dimanche à Cicciano, près de Naples, dans le sud de l’Italie, avec à ses pieds des pommes de terre disséminées dans un petit champ, pour symboliser les origines piémontaises de sa famille paternelle.

 

L’acteur italien Barbato De Stefano a imaginé et financé cet hommage à la simplicité du nouveau chef de l’Eglise catholique. L’oeuvre, qui semble être la première au monde du genre, a été réalisée par le maître artisan napolitain Giuseppe Imperatore.

 

La statue entend restituer son apparition à la loggia de la basilique Saint-Pierre (après son élection le 13 mars) « où il n’a eu besoin que de quelques instants pour pénétrer le coeur des gens », dans « un bain de normalité sans apparats ni préjugés », a commenté Barbato De Stefano.

 

L’oeuvre qui a été seulement exposée une journée, devrait être remise au pape en juin. Exposée avec en fond une photographie de la basilique Saint-Pierre, elle reproduit dans le moindre détail la première apparition du pape argentin d’une manière un peu naïve.

 

« La pauvreté de mon village, a raconté Barbato De Stefano, est la richesse même de la communauté dans laquelle je suis né et j’ai grandi. En parcourant le monde, j’ai eu tant d’occasions de comprendre que malheureusement la richesse est la pauvreté de l’homme ».

 

L’oeuvre a été apportée sur un char intitulé « La pauvreté est la richesse de l’homme » avec la reproduction d’un des tableaux préférés de Jorge Mario Bergoglio, « La crucifixion blanche » de Marc Chagall (1938).

 

Les ancêtres Bergoglio cultivaient notamment la pomme de terre, ressource agricole du Piémont. Les parents du pape, né en 1936, avaient émigré vers l’Argentine dans l’entre-deux-guerres.

 

AFP/directmatin

Bras-serpents et jambes en cristaux : les prothèses du futur !


 

Bras-serpents-et-jambes-en-cristaux-les-protheses-du-futur_.jpgBras-serpents et jambes en cristaux : les prothèses du futur !

 

Sophie Oliveira Barata a désigné des prothèses lookées, aux antipodes des membres réalistes fabriqués à la chaîne.

 

Les prothèses deviendront bientôt des objets esthétiques. C’est le pari de Sophie Oliveira Barata, à la tête du Alternative limb project.

 

Bras-serpents et jambes en cristaux1.jpg

Bras-serpents et jambes en cristaux2.jpg

Dans son catalogue, jambes en cristaux et bras-serpents sortis de films de science-fiction ringardisent les appuis traditionnels. En tout, trois types de prothèses sont proposées : réelles, surréelles et irréelles. Diplomée de l’école des Arts de Londres, où elle a étudié les effets spéciaux prothétiques pour le cinéma, Sophie Oliveira Barata souhaite « attirer l’attention des valides sur les amputés, de manière positive.« 

 

Bras-serpents et jambes en cristaux victoria modesta.jpg

Pour les J.O paralympiques de Londres 2012, le mannequin Viktoria Modesta a défilé avec une jambe aux motifs bioniques incluant un dispositif audio. La Britannique avait raconté son expérience : « La première fois que j’ai porté un membre avec un design complètement bionique, je me suis sentie unique, délicieusement mutante.

C’était fascinant d’observer les réactions des gens lorsqu’ils me voyaient. Ils étaient bouche-bée. » 

 

Bras-serpents et jambes en cristaux3.jpg

Bras-serpents et jambes en cristaux4.jpg

Le prix des prothèses varie entre 4600 et 21000 dollars pièce.

Bras-serpents et jambes en cristaux5.jpg

Bras-serpents et jambes en cristaux6.jpg

Bras-serpents et jambes en cristaux7.jpg

Bras-serpents et jambes en cristaux8.jpg

 

fluctuat

Ce que ça fait d’être mangé par un ours ! Vidéo.


 

2.Ours.jpgVidéo GoPro : Ce que ça fait d’être mangé par un ours

 

Envie de sensations fortes? Ou du moins d’une expérience insolite? Vous allez enfin pouvoir connaître ce que vivent les poissons quelques secondes avant de se faire manger par un ours.

 

Avant cela, il faut se mettre en condition. Vous êtes un poisson, en train de batifoler joyeusement et innocemment dans les eaux d’une rivière en Alaska. Soudain, un grizzli -de la famille des ours bruns- vous repère. La peur vous saisit et la dernière chose que vous allez voir n’est qu’une immense mâchoire baveuse, à moins que ce ne soit une patte qui vous assomme d’un coup violent.

 

Vous avez du mal à vous imaginer? Alors regardez la vidéo ci-dessus intitulée « un grizzli a mangé ma GoPro », réalisée par Brad Josephs, un spécialiste des ours, avecNatural Habitat Adventures, en Alaska.

 

Brad Josephs utilisait une caméra GoPro afin de réaliser un documentaire intituléGreat Bear Stakeout pour la chaîne BBC, qui montre les ours dans leur habitat naturel. La caméra avait été attachée à un rocher avec du caoutchouc et n’aurait dû subir aucun dégât!

 

Selon National Geographic, les ours grizzlis se nourrissent de noix, de baies, de fruits, de feuilles et de racines. Cette espèce est désormais considérée comme menacée. On compte environ 1000 ours aux Etats-Unis.

 

Espérons que cette vidéo sensibilise la population.

huffingtonpost