Pensée du vendredi 7 juin 2013.


« Les humains se laissent entraîner dans le tourbillon de la vie
ambiante, qui présente tellement de tentations. Et il n’y a
personne pour les mettre en garde contre le danger que
présentent tant de sollicitations. Au contraire même, on leur
fait croire que la satisfaction de tous les désirs qui
s’éveillent alors en eux contribue à leur épanouissement,
qu’elle est une condition de leur enrichissement intérieur. Eh
bien, non, ce n’est pas la multiplication de tous ces désirs
à satisfaire qui les enrichira, car c’est là qu’ils
éparpillent leurs énergies. Et si dans la vie pratique, ils ont
à mener de front différentes activités, ils ne le feront de
façon constructive que s’ils conservent une pensée
directrice, un souhait fondamental qui nourrit et renforce tous
leurs autres projets.
Combien de gens se plaignent de la situation déplorable de la
société ! Pourquoi cette situation déplorable ? Parce que
ceux qui veulent le bien et qui seraient capables de le réaliser
s’éparpillent dans des activités qui n’ont aucun rapport
avec ce bien. Et ils laissent la place aux insensés, aux
ambitieux qui, eux, savent concentrer toutes leurs énergies dans
leurs entreprises coupables. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Vladimir Poutine annonce son divorce


Ajouté le 06/06/2013 15:56:57 par lazar_adriana

Le président russe Vladimir Poutine

et son épouse Lioudmila ont annoncé jeudi 6 juin leur divorce dans une

interview à la télévision russe Rossia-24, contrôlée par l’Etat, après

la présentation du ballet La Esmeralda, de Cesare Pugni au Grand Palais du Kremlin, à laquelle ils avaient assisté ensemble.

« Ça a été une décision commune, notre union est terminée, a expliqué Lioudmila Poutine. On peut dire qu’il s’agit d’un divorce civilisé. »

Issue d’un milieu modeste et diplômée en lettres, aspirant à devenir

actrice, Lioudmila Poutine est devenue hôtesse de l’air et a rencontré

son mari en 1982. Le couple, marié depuis 1983, a eu deux filles : Maria

et Ekaterina.

Lire : Qui est vraiment Lioudmila Poutine ?

En 2008, la vie conjugale du couple avait fait l’objet d’une adaptation romancée dans le film Kiss Me Off the Record.

Lire aussi : Les frasques extraconjugales de l’espion Poutine

.http://www.lemonde.fr

Dallas nouvelle génération» arrive sur TF1 le 22 juin


 

1.Dallas.jpg«Dallas nouvelle génération» arrive sur TF1 le 22 juin

 

Nostalgiques de la série « Dallas », à vos agendas ! Et les curieux qui veulent la découvrir aussi.

La saison 2 de « Dallas nouvelle génération » arrive sur les petits écrans dès le 22 juin. 

La série américaine qui avait fait un tabac dans les années 80 arrive sur TF1, nous annonce jeanmarcmorandini.com. Il s’agit de la saison 2 de cette nouvelle série.

Aux Etats-Unis, elle a déjà été saluée par les téléspectateurs de la TNTet la saison 3 est commandée.

 

La mort de Larry Hagman alias JR, qui est survenue entre-temps, a été intégrée au scénario.

 

On découvrira les enfants de Sue Ellen, JR et Bobby.

 

Le premier épisode sera diffusé le 22 juin à 20h50. Il y aura 3 épisodes par semaine

 

tele

Greffe d’une trachée sur une enfant de deux ans, une première mondiale


 

2 ans trachee.jpegGreffe d’une trachée sur une enfant de deux ans, une première mondiale

 

Le 9 avril dernier, une équipe de chirurgiens a pour la première fois au monde greffé sur une fillette de deux ans une trachée-artère en utilisant ces cellules souches. Avant cela, elle ne pouvait pas vivre sans l’aide d’un dispositif médical.

 

Hannah Warren peut de nouveau manger, boire et même respirer sans assistance. Jusqu’au mois dernier cette petite sud-coréenne de deux ans avait passé toute sa vie dans un hôpital de Séoul car elle n’avait pas de trachée, un organe qui se situe au niveau du cou et qui permet de conduire l’air. Quand elle est née, elle était bleue, et les médecins ne lui donnaient aucune chance de survie : Hannah ne vivait que grâce à un tube inséré dans sa gorge.

 

Mais, des chirurgiens de l’hôpital pour enfants de Peoria, dans l’Illinois (nord des États-Unis) ont réussi une opération exceptionnelle. Une première mondiale chez un enfant. Dans un communiqué, l’hôpital vient d’annoncer que les médecins ont pu lui « fabriquer » une trachée de remplacement en utilisant des cellules souches prélevées de sa moelle osseuse et cultivées ensuite sur un tube spécial en plastique.

 

Une technique viable pour d’autres organes

 

Les cellules se sont multipliées rapidement en laboratoire formant une nouvelle trachée de 7,62 centimètres de longueur en moins d’une semaine. La procédure, qui s’est déroulée avec succès, a duré pas moins de neuf heures et élimine pratiquement tout risque de rejet par le système immunitaire puisque l’organe en question ne venait pas d’un donneur extérieur mais bel et bien des cellules de la petite fille.

 

La petite fille devrait pouvoir rentrer chez elle rapidement et vivre tout à fait normalement. « Le plus étonnant, c’est que cette greffe lui a non seulement sauvé la vie mais finira par lui permettre de parler comme tout autre enfant normal », a déclaré le docteur Paolo Macchiarini, chef de l’équipe de chirurgiens. Le procédé utilisé laisse entrevoir beaucoup d’espoirs. Les médecins espèrent ainsi utiliser les cellules souches pour créer d’autres organes comme un foie ou un rein.

 

metronews.a-deux-ans

Les Mayas utilisaient aussi le chocolat comme une épice » Ma Planète


Ajouté le 06/05/2013 06:23:17 par lazar_adriana

Les archéologues savaient de longue date que les Mayastransformaient les fèves de cacao pour en faire un breuvage chocolaté, une boisson réservée alors à l’élite. Selon de nouvelles découvertes par des archéologues mexicains, les Mayas utilisaient aussi le chocolat comme une épice.

 

Les archéologues sont arrivés à cette conclusion grâce à la découverte de traces de chocolat sur une assiette vieille de 2 500 ans retrouvée dans la péninsule du Yucatan, au sud-est du Mexique en 2001. Des traces de chocolat avaient déjà été découvertes dans un tasse mais c’est la première fois qu’un résidu de chocolat aussi ancien est découvert dans un plat.

Les historiens ont longtemps pensé que les fèves et cosses de cacao étaient utilisées dans les cultures pré-hispaniques en tant que breuvage pour les élites. Cette boisson aurait été réalisée en écrasant les fèves, puis en mélangeant avec des liquides ou en fermentant la pulpe entourant les fèves dans les cosses. Cette nouvelle découverte permet d’en connaitre un peu plus sur l’usage du chocolat dans l’ancien Mexique.

Des traces de substances chimiques considérées comme des « marqueurs » du chocolat ont été retrouvées sur des fragments d’assiettes découverts sur le site archéologique de Paso del Macho à Yucatan en 2001. La trouvaille suggère ainsi qu’il y existerait d’anciennes racines aux mets traditionnels mangés de nos jours au Mexique, comme la sauce à base de chocolat, souvent servie avec les plats.

« C’est la première fois que cela a été trouvé sur un plat utilisé pour servir de la nourriture »,

confirme l’archéologue Tomas Gallareta.

Les fragments ont été analysés aux Etats-Unis, au Millsaps College de Jackson dans le Mississippi. Les tests ont révélé un ratio de composés à base de théobromine et de caféine, ce qui est une indication très forte d’usage de cacao.

John Henderson, professeur d’anthropologie à la Cornell University, qui n’a pas participé à l’étude mais est expert du chocolat ancien, déclare ainsi :

« Ce sont certainement des résultats intéressants mais la présence des résidus de cacao sur les assiettes est encore plus intéressante… la chose importante est que c’était sur un récipient plat de service, et ainsi présenté ou servi d’une autre manière qu’en breuvage. En déduire que le cacao était utilisé dans une sauce est probablement correcte, mais on peut imaginer d’autres possibilités, telle l’addition à une boisson (à base de cacao ou autre), le condiment ou la garniture ».

Les fragments d’assiettes datent d’environ 500 ans avant J.C. et ont donc aux alentours de 2 500 ans. Des traces de chocolat plus anciennes, datant de 3 500 ans, ont été trouvées à Mexico. Elles ont été découvertes sur des récipients à boisson dans des excavations des sites de la culture Olmec, à l’ouest du Yucatan, et d’autres sites au sud, à Chiapas

http://vulgariz.com

Des plantes capables de générer de la lumière !


 

Des plantes capables de générer de la lumière 1.jpgDes plantes capables de générer de la lumière !

 

Un projet en quête de financement sur Kickstarter pourrait changer la façon dont nous produisons de l’éclairage. Avec un coup de pouce technologique, une équipe de biologistes et d’ingénieurs est en mesure de créer des plantes génératrices de lumière.

 

Glowing Plants est un concept brillant qui propose un éclairage durable, une alternative naturelle à l’électricité. Ces plantes lumineuses résultent de la biologie synthétique et d’un logiciel spécifique appelé Genome Compiler.

 

Des plantes capables de générer de la lumière 2.jpg

S’inspirant de l’ADN des lucioles, la conception de plante génétiquement modifiée se focalise sur la lumière émise par les bactéries marines. Le principe consiste donc à injecter un gène fluorescent dans une graine de sorte qu’elle s’illumine au fur et à mesure de sa croissance et ce, sans l’endommager. Dans leur essai, les chercheurs ont introduit le gène dans l’Arabidospsis, une plante s’apparentant à la moutarde. Les tests incluent la manipulation sur logiciel et les traitements en laboratoire avant d’arriver au résultat final.

 

Des plantes capables de générer de la lumière.jpg

L’objectif de 65.000 Dollars étant nettement dépassé, il ne reste plus qu’à attendre l’aboutissement de la recherche dans la vie quotidienne.

 

tomsguide.fr

Vidéo : un monstre marin retrouvé échoué en Nouvelle-Zélande


 

1.monstre_4.jpgVidéo : un monstre marin retrouvé échoué en Nouvelle-Zélande

 

La carcasse d’un animal doté de dents effrayantes a été récemment retrouvée sur une plage de la baie de l’Abondance, au nord de la Nouvelle-Zélande. Des analyses sont en cours pour identifier celui que l’on surnomme déjà le « monstre marin ».

La cadavre de cet animal non identifié, long de près de neuf mètres, a été retrouvé par une certaine Elizabeth Ann sur la plage paradisiaque de Pukehina, dans la baie d’Abondance, au nord de la Nouvelle-Zélande.

 

La trouvaille a été faite peu après les violentes tempêtes qui ont affecté la région d’Auckland à la mi-avril. La charogne, fortement dégradée présente une tête proéminente doté d’une mâchoire impressionnante.

 

De la partie inférieure du corps, il ne reste presque plus rien, probablement du fait d’un séjour prolongé dans l’eau ou de l’appétit de poissons plus classiques, attirés par l’aubaine alimentaire.

 

Une vidéo de cet énigmatique cadavre a été diffusée sur YouTube sous la forme d’un appel à témoins. Objectif : identifier l’animal malgré son apparence aussi informe qu’impressionnante.

Plusieurs hypothèses ont d’ores et déjà été avancées. On a évoqué une murène géante, un crocodile marin, un dauphin ou même un animal préhistorique venu des abysses.

 

Selon un scientifique, interrogé par les médias néo-zélandais, il pourrait ne s’agir « que » d’un orque ou baleine tueuse, une espèce que l’on peut rencontrer au large de la baie d’Abondance ou dans les îles Fidji.

 

directmatin.fr

Elle survit à un harpon de pêche planté dans le cou


 

1. survit à un harpon de pêche planté dans le cou.jpgElle survit à un harpon de pêche planté dans le cou

 

Une Brésilienne de 28 ans atteinte accidentellement par un harpon de pêche sous-marine entré par sa bouche et resté planté dans son cou se remettait jeudi de sa blessure après le retrait de l’arme qui a failli la tuer.

« On peut dire qu’elle a ressuscité. Elle a eu beaucoup de chance car il y a des artères qui passent dans cette zone. Il a fallu très bien planifier le retrait du harpon » qui lui a traversé la bouche et s’est logé dans la première vertèbre cervicale, a déclaré le chirurgien plastique qui l’a opérée pendant deux heures, Marcelo Amaral, à la TV Globo news.

 

Elisangela Borborema Rosa a été atteinte par le harpon chez elle mardi dans la ville balnéaire d’Arraial do Cabo (Etat de Rio de Janeiro). Le harpon est parti accidentellement alors que son mari nettoyait son arme de pêche sous-marine.

 

« L’arme a traversé le pharynx, lui a cassé deux molaires et s’est logée dans la première vertèbre cervicale; à quelques millimètres près elle serait restée tétraplégique ou serait morte », a souligné le chirurgien qui a reçu l’aide d’une équipe médicale pour retirer le harpon.

 

Jeudi, Elisangela était lucide et a commencé à s’alimenter par voie orale. Elle respire sans l’aide d’appareils et bouge les parties supérieures et inférieures du corps.

 

7sur7

Prendre la nourriture en photo pourrait être la manifestation d’un véritable problème psychologique !


r-NOURRITURE-INSTAGRAM-large570.jpg

Prendre la nourriture en photo pourrait être la manifestation d’un véritable problème psychologique !

 

Vos contacts qui postent des photos de chacun de leurs repas sur Instagram ou Twitter ne sont pas seulement pénibles — pour vous comme pour certains restaurants qui ont décidé d’interdire à leurs clients de prendre des photos des assiettes —, ils pourraient bien avoir un véritable problème.

 

C’est en effet l’analyse de Valerie Taylor, chef du service de psychiatrie au Women’s College Hospital à l’université de Toronto, pour qui communiquer de façon obsessive sur ses repas pourrait être la traduction d’un trouble alimentaire.

« J’ai des patients pour qui la nourriture est devenue problématique et il leur est difficile de sortir sans parler d’autre chose que de ce qu’il mange, quand il mange, le moment où ils vont de nouveau passer à table », a confié ce médecin à nos collègues américains du HuffPost.

 

Valerie Taylor, qui a participé au sommet canadien sur l’obésité à Vancouver la semaine dernière, a reconnu que prendre des photos de plats puis de les poster sur les réseaux sociaux était une pratique relativement courante mais elle a fait remarquer que dans certains cas cela pouvait devenir une obsession.

 

« La nourriture n’est plus une simple source d’énergie »

 

« Cela devient un problème quand tout ce qu’ils font est d’envoyer des photos de nourriture », a expliqué Taylor au HuffPost. « On prend des photos de ce qui est important pour nous et pour certaines personnes la nourriture devient centrale et tout le reste — le lieu, les personnes, etc. — ne fait plus que partie du décor ».

 

Si pour le docteur Taylor ces photographies peuvent être synonymes d’une préoccupation inquiétante causée par la nourriture, d’autres font un lien avec les troubles du comportement alimentaire et la prise de poids. Un présentateur télé américain, Mehmet Oz, a par exemple parlé, lors d’une de ses émissions, de « porno nourriture » qui engraisserait la société avec les photos sur papier glacé que l’on trouve dans les magazines spécialisés.

 

Et attention, d’après Valerie Taylor, les comportements problématiques ne s’arrêtent pas à Instagram et Twitter: se faire dessiner un tatouage représentant de la nourriture serait tout aussi inquiétant. « Je pense que cela met en lumière à quel point la nourriture est devenue importante pour certains », estime cette dernière.

« C’est comme le fait que les tatouages ‘McDonalds je t’aime’ gagnent en popularité face au classique ‘Maman je t’aime’. La nourriture prend une place de plus en plus importante. Ce n’est plus une simple source d’énergie ».

 

huffingtonpost.fr

JIM – Toxicité des AINS : les anciens comme les modernes


On sait que la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), à savoir les AINS traditionnels et les inhibiteurs sélectifs de la Cox- 2 (coxibs) s’accompagne d’un risque accru d’événements cardiovasculaires (CV) et de complications au niveau du tractus gastro-intestinal supérieur. Cependant, une incertitude persiste quant à la nature précise et à l’amplitude de ce risque et quant à la relative sécurité d’emploi des différents AINS notamment chez les patients à haut risque coronaire.

Méta-analyse sur plus de 700 essais

C’est la raison pour laquelle le groupe CNT (Coxib and traditional NSAID Trialists) a effectué une méta-analyse portant sur un peu plus de 350 000 patients inclus dans plus de 700 essais, à savoir280 essais où les AINS ont été comparés à un placebo (124 513 participants, soit 68 342 personne/années) et dans 474 essais où un AINS était comparé à un autre AINS (229 296 participants, soit 165 456 personne/années).

Les critères principaux de l’étude incluaient : les événements CV majeurs (infarctus du myocarde non-fatal, accident vasculaire cérébral [AVC] non-fatal, décès vasculaire) ; les événements coronaires majeurs (infarctus du myocarde non-fatal ou décès d’origine coronaire) ; les AVC ; la mortalité ; l’insuffisance cardiaque et les complications survenues au niveau du tractus digestif supérieur (perforation, occlusion, ou saignement).

Les résultats montrent que sous coxib ou diclofénac, l’incidence des événements CV majeurs augmente d’environ 30 % (coxib : rate ratio [RR] 1,37 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 1,14–1,66 ; p=0,0009 ; diclofénac : RR 1,41 ; IC 95 % : 1,12–1,78 ; p=0,0036), essentiellement en raison d’une augmentation significative de l’incidence des événements coronaires majeurs (coxibs : RR 1,76 ; IC 95 % : 1,31–2,37 ; p=0,0001; diclofénac : RR 1,70 ; IC 95 % : 1,19–2,41; p=0,0032).

L’ibuprofène est aussi significativement associé avec un accroissement de l’incidence des événements coronaires majeurs (RR 2,22 ; IC 95 % : 1,10–4,48 ; p=0,0253) mais pas de celle des événements CV majeurs (RR 1,44 ; IC 95 % : 0,89–2,33).

Trois événements CV de plus pour 1 000 patients traités par coxibs ou diclofénac pendant un an

Comparée à celle d’un placebo, la prise de coxibs ou de diclofénac, s’est accompagnée, pour 1 000 patients traités pendant un an, de 3 événements CV majeurs supplémentaires dont 1 a été fatal. Le naproxène n’a pas augmenté significativement l’incidence des événements CV majeurs (RR 0,93 ; IC 95 % : 0,69–1,27).

La prise de coxibs ou de diclofénac a augmenté significativement l’incidence des décès CV (coxibs : RR 1,58 ; IC 99 % : 1,00–2,49 ; p=0,0103 ; diclofénac : RR 1,65 ; IC 99 % : 0,95–2,85 ; p=0,0187). Avec l’ibuprofène, on note seulement une tendance à une incidence plus élevée de ce paramètre (RR 1,90 ; IC 95 % : 0,56–6,41 ; p=0,17) et le naproxène n’a pas eu d’effet sur lui (RR 1,08 ; IC 95% : 0,48–2,47 ; p=0,80).

L’effet proportionnel des AINS et des coxibs sur les événements CV majeurs est apparu indépendant des caractéristiques des patients à l’état basal et notamment de leur niveau de risque CV.

Tous les AINS ont pratiquement doublé le risque de survenue d’une insuffisance cardiaque

Effets secondaires gastro-intestinaux avec tous les AINS

Enfin, tous les AINS ont augmenté significativement le taux de complications gastro-intestinales (coxibs : RR 1,81 ; IC 95 % : 1,17–2,81 ; p=0,0070 ; diclofénac : RR 1,89 ; IC 95 % : 1,16–3,09 ; p=0,0106 ; ibuprofène : RR 3,97 ; IC 95 % : 2,22–7,10 ; p<0,0001; naproxène : RR 4,22 ; IC 95 % : 2,71–6,56 ; p<0,0001).

En conclusion, le risque CV inhérent à de fortes doses de diclofénac et possiblement d’ibuprofène, est comparable à celui des coxibs. Ce risque est le plus faible sous naproxène comparé aux autres AINS.

Bien que les AINS augmentent tous le risque de complications gastro-intestinales, on peut prédire son importance dans la mesure où il est le plus bas sous coxibs ou diclofénac et le plus élevé sous naproxène.



Dr Robert Haïat

Coxib and traditional NSAIDTrialists’ (CNT) Collaboration.Vascular and upper gastrointestinal effects of non-steroidal anti-inflammatory drugs: meta-analyses of individual participant data from randomised trials. Lancer 2013; publication avancée en ligne le 30 mai. http://dx.doi.org/10.1016/ S0140-6736(13)60900-9

Mr le Curé et la bicyclette.


C'est pas la pêche, non ?

> Dans une petite ville de province, deux Curés se croisent tous les dimanches à

> bicyclette, quand ils vont dire la messe dans leurs paroisses respectives.

> Mais, un jour, le Père Joseph croise son confrère à pied. Surpris, il lui

> demande :- Où est votre bicyclette, Père Jean ?

> – On me l’a volée, répond le Curé, juste devant l’église . . .

> – C’est insensé, dit le Curé encore cycliste.

> Mais j’ai une idée pour confondre le voleur :- À l’heure du sermon, vous citez les 10

> commandements.

> Quand vous arrivez au passage « tu ne voleras point », vous faites une pause et vous

> parcourez les fidèles d’un regard accusateur. C’est sûr que le coupable va se dénoncer . . .

> Le dimanche suivant, les deux Curés se croisent à nouveau, tous deux à bicyclette !

> – Je vois que mon idée a porté ses fruits, dit le Père Joseph !

> – Plus ou moins, dit le père Jean.

C’est bien grâce aux dix commandements que j’’ai

> retrouvé ma bicyclette. Mais, c’est quand je suis arrivé à « tu ne convoiteras pas la

> femme de ton prochain » que je me suis subitement souvenu où j’avais laissé ma bicyclette