Pensée du mardi 8 mai 2012.


« Combien de gens seraient étonnés si on leur disait qu’à travers tout ce à quoi ils aspirent : l’amour, les richesses, la gloire, au fond, c’est Dieu qu’ils cherchent. Oui, parce qu’en réalité rien ni personne ne peut leur donner une vraie joie, un véritable émerveillement en dehors de Dieu. Sous une forme ou sous une autre, c’est toujours Lui qu’ils recherchent : ils veulent retourner vers la Source, retrouver cette vie du Paradis dans laquelle ils ont leur origine. Mais les pauvres, comme ils ne sont pas éclairés, ils passent par des chemins boueux où ils ne font que patauger et s’enliser. Puisque Dieu a introduit une particule de sa quintessence dans chaque chose et dans chaque être, il est possible de Le trouver partout. Mais en se dispersant à droite et à gauche comme ils le font, la plupart des humains ne Le trouveront pas avant des milliards d’années. Pour commencer à Le trouver dès maintenant, nous devons Le chercher à travers la pureté, à travers la lumière. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Des pénis et des vagins en tissu au cours d’éducation sexuelle


 

education sexuelle.jpg

Des pénis et des vagins en tissu au cours d’éducation sexuelle

 

Des éducateurs sexuels à Berne font usage de pénis et de vagins en tissu pour illustrer leurs cours, rapporte 20 minutes. Utilisés à partir de la 6e primaire, ils rencontrent un franc succès parmi les élèves.

 

« Nous avons beaucoup rigolé parce que ces objets en tissu sont vraiment drôles », raconte un élève de 16 ans qui a suivi ces leçons proposées en option des cours d’éducation sexuelle classiques. Tout professeur intéressé peut y envoyer sa classe. Comme dans la plupart des cours d’éducation sexuelle, on y parle de règles, de grossesse ou encore d’érection. Le matériel permet d’illustrer dans le détail le propos de l’éducateur: le vagin est ainsi équipé d’un faux utérus, de trompes et d’ovules.

 

En mai dernier, de faux organes sexuels en peluche et en bois destinés aux écoles primaires avaient provoqué un certain malaise à Bâle. Dans ce kit baptisé « Sex-Box » -pouvant selon ses concepteurs être utilisé dès le jardin d’enfant- une notice encourageait les puéricultrices à montrer aux enfants les plaisirs de se masser mutuellement.

 

Après s’être insurgé contre la « Sex-Box », un membre de l’UDC a qualifié de « déplacé » l’usage en école primaire des faux organes en tissu. « Ils sont aussi peu utiles en école secondaire. Le matériel traditionnel suffit largement, » a défendu le conservateur Ulrich Schlüer.

 

7sur7

Hergé, ses couvertures de Tintin valent de l’or !


 

tintin.jpg

Hergé, ses couvertures de Tintin valent de l’or !

 

Tintin n’en finit plus de battre des records. Le dernier en date: celui de la couverture de bande-dessinée la plus chère au monde. Elle revient à Tintin en Amérique qui doit être vendue aux enchères début juin au prix de départ de 760000 euros. Avant de connaître une nouvelle envolée.

Tout ce qui est lié à l’univers de Tintin vaut de l’or. La célèbre bande-dessinée créée par Hergé dans les années 20-30, en plus de continuer à battre des records de vente partout à travers le monde, est devenue l’objet de nombreuses collections en tout genre: albums originaux, dessins exclusifs d’Hergé, personnages en résine, etc. Les couvertures d’albums ne sont pas en reste et l’une d’entre elle notamment a le privilège d’être la plus chère au monde.

 

En effet, la couverture de Tintin en Amérique vaut actuellement la modique somme de 760000 euros. Son propriétaire avait déboursé 764218 euros en 2008 pour l’acquérir. Aujourd’hui, il a décidé de s’en séparer dans une vente aux enchères au cours de laquelle son prix de départ sera fixé à 760000 euros, mais dont la valeur devrait une fois de plus s’envoler tant cette couverture est un objet unique. Elle a été réalisée par Hergé pour la première édition de Tintin en Amérique, en 1932. Il n’en existe que cinq exemplaires gouachés (dessinés à l’encre de Chine pour les contours et colorée à la gouache) de couvertures des aventures de Tintin. Seules deux sont encore en circulation et figurent dans des collections privées. Les autres appartiennent à la fondation Moulinsart.

 

Artcurial qui organise la vente aux enchères affirme que «cette oeuvre mythique dépasse de loin les frontières du 9e Art pour (…) prétendre au titre de patrimoine mondial», c’est dire l’enjeu et l’attente autour de cette couverture de Tintin en Amérique. Elle sera bien évidemment la plus belle pièce de la vente qui se déroulera le 2 juin prochain et qui comprendra près de 300 objets dérivés de la BD et une collection d’environ 80 albums de Tintin, dont certains en tirage de tête et d’autres signés «Tintin et Milou», c’est-à-dire Hergé lui-même et sa première épouse, Germaine Kieckens. L’ensemble devrait à coup sûr battre des records. De quoi inspirer une nouvelle histoire des aventures du petit reporter: Tintin et la mine d’or.

gala

Contes Courts…En Inde


 

En Inde, dans une région proche du Tibet, il était une fois un maître et son élève.

Quand le maître et l’élève eurent débattu des conditions pratiques d’usage,

le maître commença son enseignement. Il dit à son élève :

-Tu dois être fort. Va chercher qui tu es.

L’élève partit chercher la force et un an plus tard il revint voir son maître et lui dit :

-Je suis fort.

Pour montrer sa force, il prit un roc qu’il aurait été incapable de déplacer auparavant, le leva au-dessus de sa tête et le fracassa en mille morceaux sur le sol.

-Très bien, dit le maître, tu es fort.

Maintenant, tu doit être intelligent, va chercher qui tu es.

L’élève partit chercher l’intelligence et trois ans plus tard il revint voir son maître et lui dit :

-Je suis intelligent.

Le maître lui donna un texte très volumineux

-Tu viens m’en parler dans trois heures

Ce temps écoulé, le maître et l’élève parlèrent de l’ouvrage, d’égal à égal, jusqu’au lever du jour.

Le maître à ce moment-là dit :

-Tu dois être sensible. Va chercher qui tu es…

L’élève partit et son absence dura dix ans.

A son retour il montra au maître toute sa sensibilité.

-Très bien dit le maître, tu es fort, intelligent, sensible, tu dois aussi être rigoureux…

L’élève lui coupa la parole et poursuivit :

-Je suis qui je suis.

-Je n’ai plus rien à t’apprendre, répondit le maître. Va, ton chemin est bien le tien. »

Inspiré d’un vieux conte hindou.


Extrait du livre de J.Salomé: « Contes à guérir, contes à grandir »

8 mai : Journée Mondiale de La Croix Rouge


8 mai : Journée Mondiale de La Croix Rouge

8 mai : Journée Mondiale de La Croix RougeLe choix du 8 mai pour la journée mondiale de la croix rouge est dû à l’anniversaire de la naissance d’Henry Dunant, fondateur en 1863 de la Croix-Rouge internationale et des Conventions de Genève

Naissance d’un mouvement

A Solferino (dans la Province de Mantoue, au nord de l’Italie). L’Empereur Napoléon III, à la tête d’une armée franco-piémontaise, écrase les Autrichiens dans une bataille extrêmement meurtrière. Des milliers de blessés agonisent faute de soins. Des appels aux secours restent sans réponse. Témoin de cette tragédie, un citoyen suisse, Henry Dunant, improvise des secours avec le concours des populations civiles locales. Il assiste sans discrimination les soldats des deux camps. Fortement ébranlé par ce qu’il vient de voir, Henry Dunant publiera à son retour l’un des premiers reportages de guerre : «Un Souvenir de Solférino» dans lequel il dénonce les horreurs des combats.

A partir de ce jour, des milliers d’hommes, de civils, de soldats, de prisonniers auront droit à ces gestes fraternels qui rendent moins cruelles les heures d’épreuve et de souffrance. 5 ans après Solférino, l’idée d’Henry Dunant a fait son chemin. Un comité de 5 personnes s’est constitué à Genève afin d’examiner les moyens à mettre en œuvre pour protéger les blessés sur les champs de bataille.

Une conférence internationale se réunit à Genève. Seize nations y participent, dont la France. Ils décident de créer, dans chaque pays, des comités de secours et choisissent un emblème : une croix rouge sur fond blanc. Les Etats adoptent des règles internationales définissant le sort des personnes aux mains de l’ennemi et qui ne participent pas au combat : ce sont les Conventions de Genève dont la première vit le jour le 22 août 1864.

La croix rouge de nos jour

Regroupant 97 millions d’hommes et de femmes, On compte maintenant des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans 176 pays du monde.

Le Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge contribue à l’extension et à la promotion du Droit International Humanitaire (DIH). En assurant sa diffusion, en exerçant une action constante auprès des Etats, il s’efforce d’en faire respecter les principes et l’application lors des conflits. Il met également tout en œuvre pour favoriser l’adoption de règles toujours plus protectrices. Ainsi, la Croix-Rouge, en témoignant de son action constante en faveur des victimes, et en diffusant son éthique de tolérance et de dialogue contribue à la prévention des conflits et des tensions

Une semaine nationale pour la France

Une journée, c’est court… aussi la Croix-Rouge Française organise-t-elle ses Journées Nationales entre le 5 et le 11 juin. Bon, si Adriana revient, nous, on est pour !

La Victoire du 8 mai 1945

Il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire.Winston Churchill

La signification de la Victoire 1945

Le jour férié du 8 mai correspond à la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale (3 septembre 1939 / 8 mai 1945). La capitulation allemande fut signée à Berlin par le maréchal Keitel dans la nuit du 8 au 9 mai 1945 et mit fin à une guerre qui a duré plus de cinq ans. Le général de Lattre de Tassigny y représenta la République française, aux côtés des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Union soviétique.

La date de la Victoire 1945

La loi du 20 mars 1953 instaura le 8 Mai comme une fête légale et un jour férié. Le général de Gaulle supprima le jour férié en 1961 et fixa la commémoration de la victoire au deuxième dimanche du mois de mai. Le 8 mai 1975, le président Valéry Giscard d’Estaing décida de supprimer toute commémoration pour ne célébrer qu’une seule date commérant toutes les guerres : le 11 Novembre. La célébration du 8 mai 1945, ainsi que le jour férié, furent rétablis par le président François Mitterrand par la loi du 2 octobre 1981.

Le jour « J » de la Victoire 1945

Des cérémonies officielles de commémoration sont organisées dans de nombreuses communes. Les personnes méritantes de la commune sont traditionnellement honorées au cours d’une réception. La journée du 8 mai représente surtout, pour beaucoup de Français, un jour de détente en famille et/ou entre amis.

Le magasin de meubles se volatilise laissant pour seule trace un film X !


 

FILM PORNO.jpg

Un magasin de meubles se volatilise laissant pour seule trace un film X !

 

Un magasin de meubles surgi à Lannemezan (Hautes-Pyrénées) il y a deux mois sous l’enseigne Home Deco a déjà disparu, ne laissant derrière lui qu’un film X tourné parmi les canapés et diffusé sur un site spécialisé dans les productions pornographiques amateurs.

 

Avant d’entrer en action avec ses amies Leeloo et Vanessa, l’acteur vedette, Niko, explique au début de la vidéo diffusée sur le net: « Nous sommes à Lannemezan, une petite bourgade provinciale, pas loin de Tarbes. Home Déco, qui commercialise des canapés à 8.500 euros, nous a invités car l’un des vendeurs est adepte du site ».

 

L’acte entre adultes consentants n’est pas pénalement répréhensible, pour peu que l’exploitant ait été informé de ce qui se tramait et que les ébats n’aient pas de témoins involontaires.

 

Les gérants, disparus depuis le début de la semaine, n’ont pu être interrogés pour dire s’ils étaient pleinement éclairés. Sur le site du Nouvel Observateur, un correspondant se présentant comme Niko assure que le tournage s’est fait « en présence de tous les responsables, après les heures d’ouverture ».

 

Selon des sources concordantes, les exploitants avaient un bail de deux mois expirant fin avril, une pratique légale mais régulièrement dénoncée par la fédération de l’ameublement (FNAEM) car propice aux pratiques commerciales déloyales.

 

De son côté, l’un des propriétaires des murs a dit au quotidien la Dépêche, qui a révélé l’affaire mercredi: « Nous n’étions pas informés qu’un tel film serait tourné dans les locaux loués à Home Deco. Nous avons demandé des explications à celui à qui nous avons loué les locaux ».

 

lavenir

Les choses à ne pas dire à une jeune maman – Famille – 7s7


//

Avoir un premier enfant, ça change une vie. Ca attire des regards de l’entourage, tout comme les petits conseils et les mots gentils. Mais, parfois, certaines personnes auraient mieux fait de se taire.

Parce qu’il faut savoir que pour une maman, même si elle ne le crie pas sur tous les toits, son enfant, c’est le plus beau. Le meilleur. Et, que, parfois fatiguée par des nuits stressantes (poussées dentaires, maladies…), elle peut être plus irritable que d’habitude, mieux faut faire attention à ce qu’on dit.

– « Je ne savais pas que tu étais encore enceinte! » Vous avez accouché il y a six mois et vous n’avez pas perdu tous vos kilos de grossesse. Vous avez encore un petit ventre rond, d’accord. Mais la personne qui a sorti la phrase assassine est définitivement rayée de votre carnet d’adresse. Elle ne pouvait pas faire preuve d’un peu de délicatesse? La prochaine fois, au lieu d’être vexée, jouez la carte de l’humour et faites croire que vous attendez des triplés et que vous ne savez pas comment vous allez faire avec quatre petits en bas-âge…

– « Comme il est beau! Il ne te ressemble pas tellement, je trouve. » Ca part d’une bonne intention mais cette tournure de phrase est terriblement vexante.

– « Allo? Comment va la petite? » au téléphone. Sans même qu’on vous demande comment vous allez, VOUS. Car, une fois que le divin enfant a débarqué dans la famille, les parents passent au second plan.

– « Quelle belle petite fille! » Euh, c’est un petit garçon. Il a un pantalon bleu foncé, une chemise à carreaux de la même couleur et un pull avec des pirates dessinés dessus…

– « Oh! Le pauvre! A la crèche? A deux mois et demi? C’est tôt, non? » Déjà que ça vous arrache le coeur de vous séparer du lutin, si en plus les gens commencent à vous culpabiliser, ça va finir en crises de larmes.

– « Moi, le mien, il marche déjà! » On n’est pas dans une compétition. Chaque enfant a son rythme.

– « Tu crois que ta fille est normale? Elle joue bizarrement… » Un bébé, souvent, ça joue avec n’importe quoi et ça donne une autre vie aux objets… Tant que le pédiatre ne dit rien, tout roule.

– « Et le deuxième, c’est pour quand? » D’abord vous vous débrouillez avec le premier et essayez de jongler entre la vie de famille, la vie de couple et le boulot. Et puis le premier n’a que quatre mois…

– « Il pleure souvent, non? » C’est vrai qu’il a tendance à se faire entendre. Mais bon, c’est pas le moment de le faire remarquer.

– « Ton petit bouchon n’est pas un peu trop gros/petit/mince/pâle? »

L.C.C.

22/10/11 08h30

Napoléon et la Révolution française – Histoire de France. Le Blog La France pittoresque


Bonaparte, visitant un jour le tombeau de Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville, — alors propriété du comte Stanislas de Girardin, qui rapporte la chose dans son Journal et Souvenirs (Voir la Revue bleue, 8 mai 1875, p. 1075 ; et 26 janvier 1878, p. 711), fit soudain cette remarque :

« Il aurait mieux valu, pour le repos de la France, que cet homme-là n’eût jamais existé.

— Et pourquoi, citoyen consul ? lui dis-je.

— C’est lui qui a préparé la Révolution française.

— Je croyais, citoyen consul, que ce n’était pas à vous à vous plaindre de la Révolution.

— Eh bien, répliqua-t-il, l’avenir apprendra s’il n’eût pas mieux valu, pour le repos de la terre, que ni Rousseau ni moi n’eussions jamais existé.

…Et il reprit d’un air rêveur sa promenade. »

Selon Rousseau, la nature est souillée par… la pharmacie ! – Histoire de France. Le Blog La France pittoresque

D’après « Revue d’histoire de la pharmacie », paru en 1956

On peut lire dans Les Rêveries du promeneur solitaire, Septième Promenade, de Rousseau, que les « idées « médicinales ne sont assurément guère propres à rendre agréable l’étude de la botanique ; elles flétrissent l’émail des prés, l’éclat des fleurs, dessèchent la fraîcheur des bocages, rendent la verdure et les ombrages insipides et dégoûtants ». Plus loin : « Toute cette pharmacie ne souillait point mes images champêtres ; rien n’en était plus éloigné que des tisanes et des emplâtres. »

Plus loin encore : « Je sens même que le plaisir que je prends à parcourir les bocages serait empoisonné par le sentiment des infirmités humaines s’il me laissait penser à la fièvre, à la pierre, à la goutte et au mal caduc. (…) Du reste, je ne disputerai point aux végétaux les grandes vertus qu’on leur attribue ; je dirai seulement qu’en supposant ces vertus réelles, c’est malice pure aux malades de continuer à l’être ; car, de tant de maladies que les hommes se donnent, il n’y en a pas une seule dont vingt herbes ne guérissent radicalement. »

On pourrait penser, en lisant ces quelques réflexions, à « l’ironie fanfaronne du bien-portant ». Mais le scepticisme de Jean-Jacques Rousseau vis-à-vis de la médecine et de la pharmacie (scepticisme bien fréquent d’ailleurs, chez beaucoup de grands noms de la littérature française) s’explique mieux sans doute par l’impuissance de la thérapeutique vis-à-vis de ses propres souffrances, puisqu’il fut lui-même un grand malade tout au long de sa vie. Pourtant, sa façon de voir la nature, — souillée par la pharmacie — , ne manque pas d’originalité.

Un chat sud-africain survit à une machine à laver !


 

1chate-noire.jpg

Un chat sud-africain survit à une machine à laver !

 

Un chat sud-africain a survécu sans dommage à un passage de deux heures dans une machine à laver à Johannesburg, en Afrique du Sud, a rapporté ce vendredi le quotidien The Star.

 

Après avoir mis son linge dans la machine à laver, Karin Bennett, 63 ans, a cherché en vain chez elle et chez la voisine sa petite chatte noire, Tabitha. Entendant des miaulements répétés, elle a enfin vu le minet à travers le hublot de la machine, qui tournait depuis 1 h 45.

 

Une fois l’électricité coupée et après s’être battue avec la porte de la machine qui refusait de s’ouvrir, la sexagénaire a amené l’animal chez le vétérinaire. Lavée et rincée (mais pas essorée), la chatte Tabitha souffrait d’hypothermie et avait de l’eau dans les poumons. Mais elle a pu rentrer chez elle cinq heures plus tard, selon The Star.

 

Sauvé par l’eau froide

 

« Le vétérinaire m’a dit qu’elle avait perdu sept de ses neuf vies ! », a raconté Karin Bennett au journal. Selon elle, Tabitha a survécu parce qu’elle ne fait plus sa lessive qu’à l’eau froide pour faire des économies.

 

Après avoir ostensiblement fait part de sa mauvaise humeur, la chatte noire semble avoir rapidement oublié sa mésaventure, et se cache à nouveau dans les endroits les plus incongrus, selon sa maîtresse.

ouest-france.fr

En Limousin, un programme original pour prévenir l’alcoolisation des jeunes – News Santé – Doctissimo


 

vendredi 23 mars 2012


L’opération pilote ESPACE, lancée en 2009 auprès des collégiens du Limousin pour prévenir  l’alcoolisation précoce, montre à mi-parcours un impact positif sur l’estime de soi et la capacité à résister à la pression du groupe, deux compétences psychosociales importantes pour retarder l’alcoolisation.

 

 

Le programme ESPACE vise à prévenir l'alcoolisation précoce en renforcement l'estime de soi des jeunes.

Le Limousin mène une expérience pilote originale, ESPACE, pour reculer l’âge des expérimentations régulières d’alcool.

Prévenir l’alcoolisation précoce en renforçant l’estime de soi ? Tel est le pari de Jean Bertsch, recteur de l’Académie de Limoges, pilote d’une initiative originale au sein des collèges du Limousin. Avec le soutien de l’association Entreprise & Prévention, le programme ESPACE (Éducation, Sensibilisation, Prévention Alcool au Collège avec l’appui de l’Environnement), qui a reçu le feu vert de l’Éducation nationale, est fondé sur le rôle que jouent les compétences psychosociales, autrement dit les habiletés relationnelles, dans les comportements de consommation d’alcool et plus généralement dans les conduites à risque.

Objectif : faire reculer l’âge de l’expérimentation régulière d’alcool

« Nous sommes partis du constat que les comportements à risque augmentent chez les jeunes. L’enquête ESCAPAD montre qu’à 17 ans, plus de 10 % des jeunes ont des ivresses régulières« , a rappelé Alexis Capitant, directeur général d’Entreprises & Prévention, lors de la présentation à la presse des résultats à mi-parcours de l’opération pilote. Si les jeunes de Corrèze, de Creuse ou de Haute-Vienne ont sensiblement les mêmes comportements que ceux des autres départements français, « les comportements d’ivresses régulières semblent plus habituels qu’ailleurs« , a souligné Jean Bertsch pour justifier le lancement de l’étude en Limousin.

Au total, 30 collèges participent au programme (soit 1/3 des collèges du Limousin), ce qui représente près de 2 300 élèves. La moitié d’entre eux fait partie des « collèges action », l’autre sert de témoin. Le programme est mené de la 6ème (à cet âge, les ¾ des enfants ont déjà expérimenté l’alcool une à deux fois dans leur vie) à la fin de la 3ème, avec pour double objectif de « faire reculer l’âge de l’expérimentation régulière d’alcool et de prévenir les comportements de recherche de l’ivresse« , a expliqué Alexis Capitant. L’analyse de la littérature a montré que ce type d’intervention devait perdurer dans le temps pour être efficace. « Les actions ponctuelles sont au mieux inutiles, au pire délétères car elles attisent la curiosité des jeunes envers les produits dont on parle, a souligné le Pr Daniel Bailly, pédopsychiatre à Marseille, spécialiste des conduites addictives et des relations parents-enfants. Idéalement, on aurait voulu le commencer en primaire et le poursuivre au lycée, mais cela exposait à des problèmes de suivi des élèves« , a-t-il ajouté.

Rendre les jeunes capables de résister aux pressions extérieures

Le Dr Corinne Roehrig, médecin de santé publique et thérapeute familiale, a développé un programme de promotion de la santé mentale spécifiquement pour le programme ESPACE. Tout au long de leur cursus au collège, les élèves devront participer à des modules visant au développement de l’estime de soi et à l’acquisition de compétences psychosociales : il s’agit d’exercices simples et de jeux de rôle qui visent à aider l’élève de 6ème à identifier ses qualités et ses ressources, celui de 5ème à gérer ses émotions et à résoudre des conflits, et celui de 4ème à améliorer ses capacités de communication, à développer son esprit critique ou encore à s’affirmer, a expliqué le Dr Roehrig. « L’objectif général est de renforcer la sécurité intérieure des enfants pour qu’ils soient mieux capables de résister à toutes les pressions extérieures« . Parallèlement aux actions sur le développement des compétences psychosociales, deux sessions d’informations sur les risques liés à la consommation d’alcool ont été intégrées aux cours de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT).

Si les équipes éducatives, qui ont dû suivre une formation pour s’approprier les outils développés par la spécialiste, se sont montrées très enthousiastes, on ne peut pas en dire autant des parents, dont l’implication est pourtant un facteur clé de réussite de ce type de programme. « On a rencontré beaucoup de résistances de la part des parents, très peu nombreux à assister aux réunions d’information« , a déploré le Dr Bailly. Espérons toutefois qu’ils utilisent les outils mis à leur disposition, comme le journal d’information sur les conduites à risque, le contenu des actions ou des conseils pour gérer des situations avec leur enfant, ou le site Internet www.espace-limousin.com.

Un bilan encourageant à mi-parcours

Alors que le programme se poursuit, ses auteurs tirent un bilan assez positif des deux premières années d’expérimentation. « Les résultats sont encourageants. On sent des frémissements qui demandent à être confirmés« , a indiqué le Dr Jean-Pierre Ferley, directeur de l’Observatoire Régional de Santé du Limousin, en charge de l’évaluation du programme ESPACE. S’il y a un impact évident sur le niveau de connaissances des jeunes en matière de boissons alcooliques (équivalence entre un verre de whisky et un verre de bière, l’alcool fait grossir, etc.), il reste pour l’instant limité sur les représentations, positives ou négatives, de l’alcool. « C’est normal, c’est surtout en 4ème que les représentations vont être abordées« , a souligné le Dr Ferley. Même constat en ce qui concerne la consommation d’alcool, « un indicateur peu pertinent à cet âge où l’augmentation des expérimentations reste modérée« .

Les résultats définitifs, attendus en 2013, devraient donc être plus probants. En revanche, l’impact sur l’estime de soi semble très positif, puisqu’aux dires des élèves, 45 % se sentent plus sûrs, 40 % disent mieux se connaître, et plus de la moitié estiment désormais mieux accepter les opinions des autres et mieux reconnaître leurs qualités. Surtout, ils pensent être davantage capables de refuser des demandes et osent plus que les autres être différents, « ce qui laisse espérer, à terme, un impact sur le recours aux substances psychoactives, dont l’alcool« .

Amélie Pelletier

Source :

Programme ESPACE, Conférence de presse, 22 mars 2012, en présence de Marie Choquet, épidémiologiste sur la santé mentale des adolescents à l’Inserm (U669), du Dr Corinne Roehrig, médecin de santé publique, chargée de mission conduites addictives et conduites à risques, du Dr Daniel Bailly, pédopsychiatre, praticien hospitalier et professeur de psychiatrie à l’université Aix-Marseille et Jean-Pierre Ferley, directeur de l’ORS du Limousin.

« Chez TROISGROS à Roanne ».


images drôles 36

Hier soir je suis allé manger « Chez TROISGROS à Roanne ».
Avec des potes, on a remarqué un truc bizarre. Tous les serveurs et serveuses avaient une petite cuillère dans la poche de leur chemisette. Aussi quand le serveur est venu prendre la commande, j’ai demandé :
– Pourquoi portez-vous tous une petite cuillère ?
Il m’expliqua que Mme TROISGROS avait demandé conseil à Andersen Consulting qui, après des mois d’analyses, a conclu que la petite cuillère était le couvert qui tombait le plus souvent, à une fréquence de 3 cuillères/table/heure ! Depuis, ils n’ont plus besoin de courir à la cuisine pour chercher une nouvelle cuillère.
L’économie de rendement en temps de travail est estimée à 5,21 %. L’indice de satisfaction du client se trouve également accru de 3,75%.
Deux minutes plus tard, je faisais tomber ma petite cuillère et ça n’a pas manqué : le serveur m’a aussitôt apporté sa cuillère en me disant qu’il en prendrait une autre à son prochain passage en cuisine. Bravo Andersen !
Mais, plus curieux, les serveurs avaient tous une ficelle qui dépassait un petit peu de leur braguette. Quand il nous a apporté l’addition, j’ai demandé au serveur à quoi servait cette ficelle.
– Bien observé, me dit-il en baissant la voix. Andersen Consulting a aussi vu que nous pouvions gagner du temps dans les toilettes. La ficelle est attachée autour du pénis, on peut donc le sortir sans le toucher et éviter d’avoir à se laver les mains, ce qui représente une économie d’eau, et le temps passé aux toilettes est réduit d’environ 7,39 %.
– Après l’avoir sorti, comment le remettez-vous dedans sans le toucher, demandai-je ? »
– Eh bien, me dit-il en chuchotant, je ne sais pas pour les autres… Mais moi je me sers de la petite cuillère…