Pensée du jeudi 15 mars 2012.


« Efforcez-vous de donner la première place au Seigneur. Mettez-Le au-dessus de tous vos désirs, de tous vos intérêts personnels : vous sentirez beaucoup de transformations bénéfiques se produire en vous, et surtout vous deviendrez un monde organisé. Donner la première place au Seigneur, Le mettre à la tête de son être, c’est trouver un point d’équilibre inébranlable. Quand on a solidement accroché un objet, on peut l’agiter dans tous les sens, il revient automatiquement à sa position d’équilibre, alors que s’il n’est pas solidement accroché, il tombe. Il en va de même pour nous, les humains. Tant que nous n’avons pas fortement établi notre point d’appui en Dieu, n’importe quel petit bouleversement survenant dans notre existence peut nous déséquilibrer. Mais le jour où nous apprenons à mettre tout notre amour, notre foi et notre espoir dans le Créateur, quoi qu’il nous arrive, nous restons solides et résistants. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Nagui blessé par un cambrioleur


 

nagui.jpg

L’animateur a mis l’intrus en fuite !

 

Dans la nuit de mardi à mercredi, Nagui a été victime d’un cambriolage. Sauf que l’animateur, qui était chez lui au moment des faits, a surpris le voleur et s’est bagarré avec lui. Bilan : une blessure à l’arcade sourcilière et des points de sutures.

 

Tout le monde veut prendre sa place, sauf peut-être aujourd’hui où Nagui a dû se faire poser quelques points de sutures sur l’arcade sourcilière. Le résultat d’une bagarre qui a opposé l’animateur à un homme qui s’était introduit chez lui.

 

Selon Europe 1 qui révèle l’information, les faits ce sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi. Un cambrioleur s’est introduit dans la maison qu’occupe Nagui près de la pittoresque place du Tertre, sur la butte Montmartre dans le 18e arrondissement de Paris. L’homme s’est hissé jusqu’au 4e étage pour pénétrer par un balcon dans la demeure de l’animateur de France 2. Sauf que pendant qu’il commettait ses méfaits, le voleur est tombé nez à nez avec le propriétaire des lieux, Nagui en personne. Ce dernier n’a même pas eu le temps de lui dire «Taratata» que les deux hommes en sont venus aux mains aux cris de «Que le meilleur gagne!». Et le meilleur c’était Nagui puisqu’au terme de la bagarre, l’intrus a pris la fuite, laissant son butin derrière lui.

 

Nagui peut donc se féliciter d’avoir empêché le cambriolage même s’il en sort avec une arcade entaillée et des points de suture. Le moral a l’air plutôt bon puisqu’il a répondu à une journaliste d’Europe 1 qui relayait l’info: «Merci oui tout va bien! Bonne journée sous le soleil;)». On lui souhaite de vite se remettre de ses émotions afin qu’il reprenne le chemin des studios pour assurer la présentation de ses émissions.

 

gala

Accident de car : "c’est au-delà de ce qu’on peut imaginer" » Ma Planète


 

Le chef des secours du canton de Valais, premier sur les lieux du drame mardi soir, a indiqué qu’il ne pouvait « pas décrire » l’horreur à laquelle il a été confronté. « Ce qu’on entend d’abord, ce sont les cris des enfants », a-t-il raconté.

Le car qui transportait 47 Britanniques de retour de vacances au ski

Le car qui transportait 47 Britanniques de retour de vacances au ski « C’est une vision qu’on n’a pas l’habitude de voir et pourtant ça fait 20 ans que je fais ce travail« . Là, ça dépassait tout ce qu’on pouvait imaginer« . Au lendemain du drame, Alain Rittemer, responsable des secours du canton de Valais, manquait encore de mots pour décrire ce qu’il avait vu. Prenant la parole peu avant la conférence de presse de la police, mercredi, il a déclaré aux journalistes qu’il ne pouvait « pas décrire » la situation.

  • Le véhicule, qui transportait 52 personnes en provenance de Belgique, ne roulait pas trop vite selon les premières constations de l’enquête qui privilégie trois pistes. Les familles des victimes, dont 22 enfants, sont arrivées sur place où elles devront procéder à des identifications.

    Accident de car : la vitesse n'est pas en cause

  • Accident de car : un jour de deuil national décrété en Belgique

    Les proches des victimes sont arrivés sur les lieux du drame, en Suisse, dans l’après-midi, où elles devront procéder à des identifications. Dans les écoles primaires d’Heverlee et de Lommel, on était « sans nouvelles » de huit et dix-sept enfants. La Belgique a décrété un jour de deuil national.

    Accident de car : un jour de deuil national décrété en Belgique

  • Un car percute un tunnel en Suisse : 28 morts, la Belgique abasourdie

    L’autocar accidenté dans le Canton du Valais transportait 52 personnes en provenance de Belgique. Parmi les victimes, il y a 22 enfants. Le premier ministre belge évoque un « jour tragique pour toute la Belgique ».

    Un car percute un tunnel en Suisse : 28 morts, la Belgique abasourdie

Plus d’infos

« En entendant les cris, les sauveteurs ont eu un choc. Ils sont aguerris mais c’est au-delà de ce qu’on peut imaginer« , a-t-il expliqué. Car plus de la moitié des passagers étaient des enfants. « C’est la situation la plus horrible qu’on peut trouver, parce que souvent vous avez vous-mêmes des enfants à la maison et vous faites une translation entre ce qui est arrivé à ces pauvres enfants et vous imaginez que ce sont les vôtres« , a-t-il poursuivi. Les sauveteurs sont entrés par l’arrière du véhicule, l’avant ayant presque complètement été détruit dans le choc. Tous voulaient avant tout « dégager ces enfants qui pour la plupart ne pouvaient pas bouger car ils étaient incarcérés« .

Un « débriefing » obligatoire pour les sauveteurs

Des enfants qui étaient sous le choc, incapables de parler. Le rôle des sauveteurs a alors été de les rassurer. Et pour cela, les mots sont superflus. « On n’a qu’à se regarder dans les yeux et se tenir la main. C’est ce que font la plupart des sauveteurs« , a déclaré Alain Rittemer, « vous leur donnez le même amour, le même contact, les mêmes soins qu’on aimerait que nos enfants puissent avoir dans une telle situation« .

Le dernier blessé a été dégagé du véhicule « deux heures après » l’arrivée des secours sur les lieux, 20 minutes après l’accident survenu à 21h15. Le dernier corps sans vie, celui du second chauffeur, a lui été sorti à 4h15. Les sauveteurs ayant participé aux opérations, « pour la plupart des volontaires« ,  ont été particulièrement éprouvés, a expliqué leur responsable, qui a précisé qu’un « débriefing » sera obligatoire pour eux.

le 14 mars 2012

15 mars : Journée Internationale des droits des consommateurs


15 mars : Journée Internationale des droits des consommateurs

15 mars : Journée Internationale des droits des consommateurs

Depuis 1983, l’association internationale des consommateurs « Consumer

international » célèbre la journée mondiale des droits des

consommateurs le 15 mars. Dans un discours devant le Congrès américain, le 15 mars 1962, le président américain J.F. Kennedy avait énoncé les quatre droits fondamentaux du consommateur : droit à la sécurité, droit à l’information, droit de choisir et droit d’être entendu.

En France, la « défense du consommateur » est relayée par de nombreuses associations et une revue telle que « 60 millions de consommateurs », réalisée par des journalistes professionnels travaillant en étroite collaboration avec les experts de l’INC assure une mission de service public en totale indépendance vis-à-vis des fabricants et des distributeurs.

Au secours, mon patron me drague ! – Terrafemina


 

C’est toujours agréable de se faire draguer. Sauf lorsque le dragueur en question n’est autre que son patron. Tout à coup, cela devient rudement plus délicat à gérer. Si vous hésitez encore, voici 10 signes qui ne trompent pas.

Au secours, mon patron me drague !


1. Il vous invite à déjeuner

 

 

Un peu de mémoire. En l’espace d’un mois, vous avez déjeuné une dizaine de fois avec votre boss. Parfois sur le pouce entre deux réunions, mais bien souvent au restaurant avec entrée plat dessert, franche rigolade et sourires complices entre chaque verre. Lui, que toute la boîte redoute, se mue en petit agneau quand il se retrouve seul avec vous à l’italien du coin.


2. Il rôde tous le temps autour de votre bureau

 

 

C’est incroyable mais depuis quelques semaines il ne se passe pas une heure sans que vous ne croisiez votre patron. A la photocopieuse, à la machine à café, à la cantine…, il n’est jamais bien loin de vous, alors que tout le monde se plaint de ne jamais le croiser.

3. D’ailleurs, il s’est mis à la piscine… comme vous

Quand il vous a croisé la dernière fois, avec votre gros sac de sport et vos cheveux mouillés au vent, il y a eu comme une étincelle dans ses yeux. « Mais où étiez-vous ? », a-t-il lancé. « A la piscine qui se trouve juste là », avez-vous répondu fièrement, comme pour montrer qu’en plus d’être ultra compétente, vous étiez sportive. Mais depuis, votre patron s’est pris aussi d’une passion pour les longueurs. Et là franchement, ça commence à vous mettre mal à l’aise.

4. Il vous offre des cadeaux disproportionnés

Pour votre anniversaire, il vous a offert un tour en hélicoptère. Aussitôt vous avez refusé arguant que vous aviez une peur bleue de ce genre d’engin. Le mois d’après le jour de votre fête, vous avez eu droit à un stylo de luxe.  Un peu disproportionnés tous ces cadeaux. Refusez la prochaine fois.

5. Il complimente plus votre physique que votre travail

Il ne se passe pas une semaine sans que  votre patron vous complimente sur votre « petite robe », vos « charmants souliers », cette « magnifique coiffure ». Tout devient prétexte à la flatterie. Et cela vous agace un petit peu. Vous préféreriez qu’il  s’attarde sur vos compétences plutôt que sur votre dernier haut Sandro.

6. Il vous met sur un piédestal

Dans un autre registre, votre patron passe son temps à saluer votre travail. « On n’aurait jamais bouclé ce dossier sans vous », « Vous avez vraiment assuré », « Là vous m’avez épaté avec votre réactivité », « Vous êtes une perle rare, comment l’entreprise ferait sans vous ?»… La liste est longue. Certes vous êtes très compétente mais là c’est un peu exagéré.

7. Il vous fait des confidences  sur son couple qui bat de l’aile

Pauvre Jean-Claude, sa femme a l’air d’être un vrai tyran à l’écouter. Si votre patron se fait passer pour l’homme idéal malmené par une méchante épouse, ne soyez pas naïve, c’est une technique pour vous séduire.

8. Il est devenu prévenant

Prévenant, ce n’est pas vraiment le terme qui caractérise un patron. Encore plus lorsqu’il est à la tête d’une entreprise de cent personnes. Pourtant avec vous, votre boss est tellement attentionné que cela en devient suspect. L’autre jour, il a traversé tous les étages pour vous dégoter un parapluie car il pleuvait trois gouttes dehors. Et il vous demande même de lui raconter en détails la gastro de votre fille. Trop attentionné pour être vraiment sincère…


9. Vos collègues gloussent quand vous arrivez dans une pièce

 

 

Ce n’est un secret pour personne, les rumeurs dans les entreprises se répandent à toute allure.  Depuis quelque temps, vous essuyez des remarques du type « Tu t’entends bien avec Jean-Claude, dis », ou « Va lui demander, toi il ne peut rien te refuser ». Parfois même, lorsque vous arrivez à la machine à café, vos collègues ricanent et vous dévisagent. Comme si il se passait quelque chose dans votre dos.  Sans blague.

10. Il vous envoie des mails pour parler de trucs perso

Le mail, quel brillant outil pour démarrer  incognito une liaison virtuelle. Votre boss vous bombarde de mails perso « Avez-vous passé un bon weekend ? »,  « Libre pour le déjeuner ? ». Et il devient soudain tout timide lorsque vous vous trouvez devant lui.  Oui il est sous le charme.

Crédit photo : Stockbyte

Chatel veut "sauver" le bac et accélérer les sanctions contre les fraudeurs


 

Le ministre de l’Education nationale Luc Chatel le 12 mars 2012 (Photo Fred Dufour/AFP)

Lundi 12 mars 2012, 19h22

Le ministre de l’Education nationale Luc Chatel a souhaité lundi une accélération des sanctions contre les fraudeurs au baccalauréat et a présenté les pistes pour réformer un examen qu’il juge « à bout de souffle », relançant notamment l’idée controversée de notes éliminatoires.

M. Chatel a détaillé lors d’une conférence de presse les mesures de sécurisation du bac, qui avaient été dévoilées à la fin août, à l’occasion d’un premier rapport après une fraude lors d’une épreuve de maths du bac 2011 de la série scientifique.

Le ministre va présenter un décret le 22 mars au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) pour que les sanctions, qui seront « plus efficaces et plus dissuasives », soient prises en juillet et non en septembre comme c’est le cas aujourd’hui.

Ce décret prévoit la création d’une commission pilotée par le recteur, qui se réunira « dès la fin des épreuves du bac, avant le 15 juillet ». Actuellement, les commissions se réunissent au sein des universités.

Cette décision a de nouveau été dénoncée lundi, cette fois-ci par la quasi-totalité des syndicats d’enseignants, ainsi que les lycéens de l’UNL, les parents de la FCPE et les étudiants de l’Unef qui y voient « un tribunal d’exception ».

Les autres mesures qui seront applicables dès la session 2012 sont entre autres « l’amélioration de la sûreté des locaux » ou encore « la sécurité informatique » (généralisation des clés USB codées, etc.), a dit le ministre, qui a souligné que « le fonctionnement du bac relève chaque année du quasi-miracle ».

« Aujourd’hui, 70% d’une classe d’âge accèdent au bac contre 20% il y a 25 ans et nous avons aujourd’hui une complexité dans l’organisation (4.600 sujets, de nombreuses disciplines et options…) », a-t-il rappelé.

« Se poser la question des notes éliminatoires »

Le ministre a par ailleurs présenté les « pistes les plus intéressantes » pour « réfléchir à l’avenir », à partir de la session 2014, de cette institution qu’est le baccalauréat, créé par Napoléon Ier en 1808. L’examen du bac, qui est « aujourd’hui à bout de souffle », « nécessite une réforme en profondeur » si « on veut le sauver », a-t-il estimé.

Le ministre de l’Education nationale Luc Chatel le 12 mars 2012 à Paris (Photo Fred Dufour/AFP)

Agrandir la photo

« Ma conviction, qui est celle du président de la République, est que si nous continuons dans cette voie, nous allons

définitivement dévaloriser le baccalauréat », a ajouté M. Chatel, en présentant un rapport sur le bac.

Il faut « se poser la question des notes éliminatoires » dans les disciplines fondamentales, a-t-il jugé. « Est-il logique que dans une série importante dans son orientation, on ait systématiquement des notes très inférieures à la moyenne, et malgré cela, on obtienne son baccalauréat? » s’est interrogé le ministre.

L’UNL critique une « hiérarchisation des disciplines ». « En créant des notes éliminatoires, la considération de +matières

fondamentales+ revoit le jour », estime son président Victor Colombani.

« L’absence d’épreuve suffisamment discriminante au sein de la filière littéraire a permis à 37,2% des bacheliers de cette série d’être diplômés malgré une note inférieure ou égale à 8 dans l’une des trois principales épreuves », lors du bac 2010, selon le rapport.

M. Chatel estime qu' »il faudra à l’avenir un baccalauréat qui soit recentré sur l’essentiel », « concentré sur moins d’épreuves, avec moins d’options facultatives, moins d’épreuves facultatives, sans doute un recours plus important à des contrôles continus ».

« Est-il normal qu’un quart des élèves qui ont une mention +très bien+ l’ont exclusivement grâce à des notes dans leurs disciplines optionnelles? », « est-il logique que l’on continue à avoir des élèves qui ont 21/20 au baccalauréat (grâce au) jeu des options? » a demandé M. Chatel.

Ces axes avaient été suggérés par Nicolas Sarkozy dans son discours sur l’éducation à la fin février, à Montpellier.

Rechargez votre téléphone avec votre souffle – 7SUR7.be


Par:Céline Bayet

12/03/12 – 16h33

Un inventeur brésilien a mis au point un chargeur de GSM pas comme les autres. Celui-ci fonctionne grâce au souffle humain.

Le principe de cet Air-Masker est simple. Il vous suffit de mettre ce masque branché à votre téléphone portable ou à tout autre appareil électronique sur votre visage. Le reste se fait naturellement grâce à votre souffle qui actionne des turbines qui produisent l’électricité nécessaire pour recharger votre appareil.

« Le Air-Masker peut être utilisé à l’intérieur ou à l’extérieur pendant que vous dormez, que vous marchez que vous courez ou même pendant que vous lisez un livre », explique Joco Paulo Lammoglia, l’inventeur de ce chargeur particulier. Selon lui, ce principe est très intéressant car il est respectueux de l’environnement.

Mais ce n’est pas tout. Pour Joco Paulo Lammoglia, cette invention est également bénéfique pour l’être humain qui est, de la sorte, encouragé à faire de l’exercice physique. En outre, cela permet de charger son GSM n’importe où. « L’énergie est disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept ».

Elle ne peut s’empêcher de boire de l’essence – 7SUR7.be


Par:Céline Bayet

12/03/12 – 13h03

Une jeune Britannique a confié son étrange addiction à l’essence dans une émission télévisée.

Certaines personnes ont de drôles d’envies alimentaires. Alors que nous vous parlions, il y a peu, d’une jeune fille qui ne pouvait résister à l’envie de manger des éponges et du savon, une autre adolescente vient de se confier sur son addiction à l’essence.

C’est dans une émission télévisée intitulée « Mon étrange addiction » diffusée sur la chaîne britannique TLC que la jeune femme a accepté de se confier. Selon elle, elle boit environ 12 cuillères à soupe de carburant par jour. « Ca picote un petit peu au début », indique-t-elle. « Ensuite, ça me brûle la gorge ». Pourtant, malgré ces importants désagréments, Shannon ne parvient pas à résister à cette drôle d’envie. « Même si ça me fait mal, ça me fait du bien », dit-elle.

Boire de l’essence peut causer de graves lésions au système nerveux mais cela peut également endommager le coeur, le foie, les reins, les poumons ainsi que la moëlle osseuse.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel cas se présente au Royaume-Uni. En 2005, un jeune homme avait reçu une injonction du juge lui interdisant d’approcher une pompe à essence, nous rappelle The Sun. Celui-ci ne pouvait s’empêcher de boire l’essence directement à la pompe.

3 000 dollars la maison


vendredi 9 mars 2012 à 17h56

logo-small[1]

3 000 dollars la maison. Ce n’est pas un rêve, c’est le prix auquel se sont vendues à l’unité une cinquantaine de maisons aux États-Unis. Si le marché immobilier continue à faire des victimes outre-Atlantique, certains n’hésitent pas à en profiter…

Les maisons les moins chères du monde, aux USA ?Les maisons les moins chères du monde, aux USA ? (©dr)

Verra-t-on un jour en France des agents immobiliers proposer des maisons « en gros » dans les quartiers périphériques des grandes villes ? Aux États-Unis, cela ne relève plus du mythe. La dernière transaction qui fera sans doute date a vu s’ « écouler » quelque 49 maisons pour… 3 000 euros chacune, rapporte l’agence Reuters. 144 000 dollars en tout, soit 109 000 euros. Dans les villes les plus touchées par la crise immobilière, comme Cleveland, Chicago, Atlanta ou Detroit, des investisseurs profitent de la baisse spectaculaire des prix pour acquérir des maisons dont la valeur ne dépasse pas celle d’un ordinateur Mac dernier cri.

Supermarchés de logements

Le marché immobilier nord-américain est en phase de liquidation, et l’achat en gros y est devenu monnaie courante. Certaines zones sont même tellement touchées par la crise que les investisseurs y font leur marché : ils achètent des maisons à prix défiant toute concurrence, dépensent très peu d’argent pour les réparations et les remettent ensuite sur le marché en location. Le retour sur investissement est immédiat, parfois il a même lieu dans la journée, rapporte Reuters.

Un danger pour les propriétaires

Warren Buffet, troisième homme le plus riche de la planète selon le dernier classement Bloomberg, avait déclaré sur NBC il y a quelques jours vouloir « acheter un lot de 200 maisons ». L’exemple frappe, mais il est loin d’être isolé. « C’est frénétique, ils sont en train de tout rafler », s’alarme Kyra Pych, agent immobilier à Oak Park dans l’Illinois, citée par l’agence de presse. Cinq de ses clients sont en train de s’offrir un complexe résidentiel à Forest Park, dans la banlieue de Chicago. Des maisons qui partaient pour 180 000 dollars pendant les années fastes et qui s’achètent aujourd’hui à moins de 15 000 dollars, soit près de 11 000 euros.

« Les prix continueront de baisser »

Selon Laurie Goodman, analyste chez Amherst Securities, les pronostics sont clairs.« Les prix continueront de baisser. C’est le seul moyen de nettoyer le marché du nombre de maisons saisies », déclare-t-elle à Reuters. Le marché américain, autrefois prohibitif, figure aujourd’hui à la 24e place du classement des marchés mondiaux les plus accessibles, selon l’étude Demographia’s 2012 International Housing Affordability Survey citée par l’agence. Le rêve américain est maintenant, plus que jamais, abordable.

Son chat détecte son cancer et lui sauve la vie !


 

chat.jpg

Son chat détecte son cancer et lui sauve la vie !

 

Nos fidèles animaux de compagnie auraient-ils un 6e sens qui leur permet de ressentir nos soucis de santé? Plusieurs histoires abondent en tout cas en ce sens. Comme celle de Wendy Humphreys, une maman britannique de deux enfants et propriétaire de Fidge, une femelle blanche tachetée de noir de 10 mois.

 

Wendy a commencé à se poser des questions quand son chat s’est mis à sauter sur son sein droit et a continué pendant deux semaines avec insistance. La femme de 52 ans s’est alors rendue chez un médecin, qui a découvert une tumeur cancéreuse de la taille d’un pois dans le sein droit. Une tumeur qui aurait pu tuer Wendy si elle n’avait pas été diagnostiquée.

 

« Je ne pouvais pas y croire, je ne pensais pas que les chats étaient capables de faire ça, je pensais que c’était seulement les chiens », confie Wendy au Daily Mail. Plusieurs études démontrent en effet que les chiens peuvent être entraînés à sentir certaines formes de cancer.

 

Par: Catherine Delvaux

7sur7

Dépistage tuberculose – Doctissimo


 

Le point sur le dépistage de la tuberculose

La recherche permet aujourd’hui de dépister avec plus de précision les personnes touchées par l’infection tuberculeuse latente (ITL), le terme médical pour nommer la phase précédant la tuberculose active. Le point sur ces nouvelles méthodes de dépistage et les personnes concernées.

En France, la tuberculose n’a pas disparu et l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) estime à 5 276 le nombre de cas déclarés en 2009, dont 1 848 pour la seule région Ile-de-France. A l’échelle mondiale, la tuberculose est l’une des maladies les plus meurtrières : selon l’Organisation Mondiale de la Santé, une personne en meurt toutes les 17 secondes. Les méthodes de dépistage sont donc essentielles pour combattre cette infection.

L’infection tuberculeuse latente et la tuberculose maladie

Dépistage tuberculoseUne personne peut être infectée par la bactérie responsable de la tuberculose (Mycobacterium tuberculosis, plus connue sous le nom de Bacille de Koch) pendant des années sans être malade. La grande majorité des infections tuberculeuses (environ 90 % selon les estimations) n’évoluent d’ailleurs pas vers la maladie ; on parle alors d’infection tuberculeuse latente (ITL). Néanmoins, toutes les personnes infectées sont susceptibles de développer une tuberculose active, appelée tuberculose-maladie (TM), dès lors que leur système immunitaire s’affaiblit.

Le dépistage ciblé de l’infection tuberculeuse latente et son traitement potentiel constituent donc un enjeu majeur de santé publique. En effet, en diminuant le nombre d’ITL, on réduit le nombre de personnes susceptibles de développer une tuberculose-maladie qui pourraient alors transmettre la bactérie à leur entourage. Les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement visés, avec 40 % de risque de voir évoluer une infection tuberculeuse latente vers la tuberculose-maladie.

Les personnes concernées par le dépistage de la tuberculose

En France, il n’existe pas de stratégie de dépistage généralisé de la tuberculose. Des recommandations de dépistage de l’infection tuberculeuse latente et de la tuberculose-maladie sont néanmoins en vigueur pour certaines populations considérées à risque d’être infectées, malades et/ou contagieuses. Il s’agit des populations migrantes originaires de pays d’endémie, des patients avant mise sous traitement par anti-TNF alpha (les traitements par anti-TNF alpha sont associés à un risque de TM multiplié par 20 par rapport à la population générale), des personnes infectées par le VIH ou encore des personnes en contact avec des patients atteints de la tuberculose (personnel médical, proches…).

Les différents tests de dépistage de la tuberculose

Il n’existe pas de test parfait pour le diagnostic de l’ITL. Celui-ci peut s’effectuer à l’aide d’un test réalisé par voie cutanée appelé IDR (Intradermoréaction à la tuberculine). Remboursé par la Sécurité Sociale, son principal inconvénient est son manque de sensibilité, en particulier parmi les populations vaccinées par le BCG.

C’est pourquoi, pour les populations à risque telles que les personnes âgées, les patients porteurs du VIH et les patients avant la mise sous traitement par anti-TNF alpha, un test IGRA (interferon gamma release assay) est préféré en remplacement de l’IDR*. Il s’agit d’un test sanguin simple et précis dont les avantages sont liés à sa technique. Comme il ne nécessite qu’un simple prélèvement veineux, une seule visite suffit. En outre, la méthode d’analyse est standardisée avec un contrôle positif du fonctionnement du système immunitaire. Enfin, ce test est spécifique du bacille de Koch, ce qui le rend indépendant d’une vaccination par le BCG. « Les tests IGRA limitent également les faux diagnostics d’ITL et les traitements non nécessaires », ajoute le Pr Bertrand Dautzenberg, chef du service de pneumologie et réanimation au groupe hospitalier de la Pitié Salpêtrière à Paris, également responsable du DU Tuberculose.

Ces tests sanguins ne sont cependant pas remboursés par la Sécurité Sociale, car non-inscrits à la nomenclature. La Haute Autorité de Santé a pourtant émis un avis positif en 2006, ce qui aurait pour conséquence de réduire le coût du test en ville et permettrait sa facturation par les hôpitaux…

Delphine Bourdet, le 16 février 2012

Sources :

– Conférence de presse « Lutte contre la Tuberculose : une nouvelle avancée vers l’éradication de la maladie ? » et Communiqué de presse QIAGEN « Lutte contre la tuberculose : Une nouvelle avancée dans la prise en charge de l’Infection Tuberculeuse Latente (ITL) ». 10 Février 2012

– Entretien avec le Pr Bertrand Dautzenberg, Service de pneumologie et réanimation – Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière – responsable du DU Tuberculose.

* Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) « Tuberculose et test de détection de l’interféron gamma » juillet 2011

LES PERFORMANCES SEXUELLES DU COQ…


images drôles dans le bus

Un adolescent va voir sa mère et lui raconte sa journée :

– Aujourd’hui avec la classe on a visité une ferme, et tu sais quoi, on a vu un coq il a niké 10 fois de suite !

– Va plutôt raconter ça à ton père, il comprendra.

L’adolescent va voir son père et lui raconte :

– Papa aujourd’hui avec la classe on a visité une ferme, et tu sais quoi, on a vu un coq il a niké 10 fois de suite, maman m’a dit te le dire, elle m’a dit que tu comprendrais.

– Mais dis moi, les dix fois du coq c’était avec la même poule ?

– Non avec des poules différentes.

– Bah va le dire à ta mère, elle comprendra.

(merci à LOUIS GIRARD pour cette blague)