Pensée du vendredi 2 mars 2012.


« Pour ne pas tomber dans les pièges que la vie nous tend
inévitablement à un moment ou à un autre, nous devons
développer principalement deux qualités : le discernement et
l’humilité. Le discernement est une qualité de l’intellect,
et l’humilité une qualité du cœur.
Le discernement nous permet en toute circonstance de distinguer
le vrai du faux, la réalité des apparences ; il nous indique
la direction à suivre et les faux pas à éviter, il nous met à
l’abri des erreurs et des illusions. Quant à l’humilité,
qui est une qualité tellement négligée, méprisée même, on
ne peut en mesurer la valeur que si on comprend combien son
opposé, l’orgueil, est une attitude dangereuse. L’orgueil
ferme l’homme au monde divin, il coupe les courants qui lui
apportent l’eau vivante du Ciel. C’est pourquoi, en même
temps que nous devons cultiver le discernement qui nous indique
le chemin à suivre, nous devons aussi cultiver l’humilité qui
nous ouvre aux courants du monde divin, car ces courants sont des
viatiques pour avancer sur ce chemin. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Microsoft dévoile Windows 8, espérant regagner du terrain dans les mobiles


 

Windows et son logo sur des écrans dans un salon consacré au numérique, à Las Vegas aux Etats-Unis, en janvier 2012 (Photo David Becker/Getty Images/AFP/Archives)

Mercredi 29 février 2012, 18h12

Le géant américain Microsoft a dévoilé mercredi son système d’exploitation Windows 8, lors du Congrès mondial du mobile à Barcelone, pour tenter de regagner du terrain face aux deux leaders, Apple et Google, tandis que d’autres tentent aussi leur chance, comme Mozilla.

Les systèmes d’exploitation sont un élément essentiel des smartphones, car ils permettent de surfer sur internet et donnent accès à tout un univers d’applications, point fort d’Android de Google et de iOS d’Apple.

Au Congrès de Barcelone, rendez-vous annuel du secteur qui se déroule en l’absence d’Apple, la forte montée en puissance de Google s’est d’ailleurs fait sentir: la grande majorité des nouveaux téléphones présentés à cette occasion fonctionnent sous Android.

En dévoilant à la presse comme aux développeurs une version expérimentale de son nouveau système d’exploitation, Windows 8, adaptée à tous les appareils, des tablettes tactiles au PC de bureau, Microsoft fait le pari d’emporter leur adhésion pour ce système d’exploitation qui n’a jusqu’ici pas réussi à percer.

Windows 8 « permet un changement de génération tant sur le design que sur les fonctionnalités » grâce à une « expérience d’exploitation unifiée », a indiqué le président de Windows, Steven Sinofsky.

Il a particulièrement insisté sur la « fluidité et la facilité » avec laquelle le système s’adapte à un écran tactile, smartphone ou tablette, comme à un ordinateur de bureau muni d’une souris et d’un clavier.

Le sujet n’est pas neutre, car le groupe est très présent dans le monde de l’entreprise, encore réfractaire à l’entrée des smartphones.

« On a une carte à jouer sur ce sujet car nous sommes très présents dans les systèmes informatiques des entreprises » et elles « réalisent qu’il leur fournit la meilleure intégration et la meilleure expérience. Le marché des entreprises se met à Windows Phone », a expliqué à l’AFP le directeur de la division Opérateurs et mobilité de Microsoft, Laurent Schloesser.

Steven Sinofsky a également annoncé l’ouverture mercredi de la version test d’une boutique en ligne d’applications conçues sur mesure pour ce programme, le Windows Store.

Le groupe revendique 65.000 applications, contre seulement 7.000 à la même époque l’an dernier, et « le rythme s’accélère avec 300 nouvelles applications par jour », selon M. Schloesser.

Du côté des développeurs, 100.000 sont enregistrés et trois millions d’outils de développement ont été téléchargés, a-t-il ajouté.

L’intérêt du géant américain serait de « convaincre des communautés de développeurs [d’applications] avec un portefeuille de terminaux suffisamment large pour permettre à Windows de devenir la fameuse troisième plate-forme tant attendue », estime Thomas Husson, du cabinet Forrester.

Car en attendant, d’autres tentent leur chance comme Mozilla, le créateur de Firefox, un navigateur gratuit qui se présente comme l’option alternative à l’hégémonie d’Internet Explorer. Il a annoncé lors du salon qu’il souhaitait refaire la même opération pour les utilisateurs de mobiles, avec un nouveau système d’exploitation ouvert dont le but est de faire baisser les prix des smartphones.

L’idée est que la plate-forme soit complètement intégrée au web, c’est-à-dire que toutes les capacités du téléphone, y compris passer des appels et envoyer des SMS, passent par internet, afin de réduire les coûts, selon Mozilla.

Il a choisi comme partenaire Telefonica, le géant espagnol ayant pour objectif de lancer des smartphones fonctionnant avec ce nouveau système cette année.

Pour Carlos Domingo, directeur du développement numérique de Telefonica, le projet est appelé à un développement massif en Amérique Latine, où les smartphones n’ont pas connu le succès en raison de leur prix prohibitif.

Kenya – La révolte des hommes battus par leurs femmes | Slate Afrique


 

Ils ne veulent plus se laisser faire à la maison. Victimes de violences dans leur propre foyer au Kenya, certains hommes ont vécu de véritables drames personnels qui ont alimenté la rubrique des faits divers.

Daily Nation, le journal de Nairobi, la capitale du Kenya, rapportait récemment l’histoire d’un homme lacéré au visage par sa femme pendant qu’il dormait. Elle l’avait ensuite enfermé dans la maison et laissé pour mort. Un autre a lui reçu de l’eau bouillante, également dans son sommeil.

Pour lutter contre ces violences conjugales, l’association kényanne Maendeleo Ya Wanaume appelle les hommes à boycotter les repas cuisinés par leur femme ou leur partenaire, rapporte BBC News.

Maendeleo Ya Wanaume —ce qui signifie Développement pour les hommes— a été créé pour encourager les Kényans à témoigner, dans une société qui considère que les hommes victimes de violences domestiques sont faibles.

L’association appelle les hommes victimes d’abus à manger ensemble à l’extérieur de leur maison et à partager les violences qu’ils ont subies.

Au Kenya, la plupart des repas sont cuisinés par des femmes, et culturellement, il est important pour les hommes de manger à la maison pour montrer à leur femme qu’ils apprécient leur nourriture.

La violence domestique est un fléau qui progresse au Kenya. De plus en plus de femmes sont indépendantes. On assiste à un bouleversement des statuts de l’homme et de la femme dans la famille traditionnelle.

En 2011, l’association a mené une enquête dans les provinces du Centre et de Nairobi. Dans ces deux régions 460.000 hommes ont affirmé avoir été victimes de violences domestiques.

Cette initiative, menée par le porte-parole de l’association, Ndiritu Njoka, ne plaît pas à tout le monde. Dans une tribune, Macharia Gaitho critique fermement Maendeleo Ya Wanaume et minimise l’importance de cette association. Selon lui, les hommes victimes de violences conjugales préfèrent «soufrir en silence» plutôt que partager leur malheur.

Pamela Anyango, une lectrice du Daily Nation, affirme que la violence faite aux femmes n’est pas moins importante:

«Les femmes sont les vrais victimes de violence conjugale, mais leur visage cabossé ne font jamais la une des journaux».

Lu sur Daily Nation, BBC News

L’amour immobile – Chapitre 3 – (3)


 

by petale

La lettre – Henri Lerolle

L’amour immobile – Chapitre 3 – (3)

Le dernier incident s’était quelque peu estompé et les jours s’égrenaient au rythme de Mimi, de ce qu’il racontait de sa vie de tous les jours, de ses démêlés avec son père concernant Maddy, avec son frère aussi, bref tout cela n’était que la vie normale d’un entourage familial. Il était parfois malade, une mauvaise grippe, alors Maddy avait très peur, sachant qu’une infection peut vite se transformer en pneumonie et être fatale.

Tout le groupe se mobilisait virtuellement et à distance attendait son retour. Il y avait les anciens ceux qui le connaissait bien avant l’arrivée de Maddy, et puis d’autres. Il existait ainsi sur la toile une solidarité qu’elle trouvait unique et extraordinaire. L’aide des uns et des autres continuaient. Entre-temps le groupe s’était divisé en deux, d’un côté pour les problèmes sérieux, et de l’autre pour les bavardages et amusements multiples tout cela dans le but de distraire Mimi et de le faire rire.

Un jour Mimi annonça à Maddy qu’il devait absolument lui écrire quelque chose d’important et que ce courrier via mail lui serait envoyé le même jour.

Lorsque Maddy ouvrit le courrier, elle se demanda bien ce qu’il pouvait contenir.

Mamour,

Tu es pour moi la femme que j’aime et avec qui je voudrais passer le restant de mes jours. Tu es tout pour moi, et je sais que les mots que je vais écrire sont cruels. Je ne suis pas bien du tout ces derniers temps, tant cette situation me met dans tous mes états. Je suis tiraillé entre papa et toi, et je ne sais plus quoi faire. Papa est là pour moi depuis si longtemps et a laissé son travail pour s’occuper entièrement de moi.

Je lui suis redevable de tant de choses, de ce que je suis encore en vie aujourd’hui, même si ce n’est pas rose tous les jours. Je me vois mal dire à papa, voilà Maddy vient s’installer ici. Il ne le supportera pas et comme je le connais voudra partir. Ce que je ne souhaite pas.

Je sais que je te fais beaucoup de peine. Mais j’ai réfléchi, énormément et il me semble que la seule solution acceptable, c’est de nous voir encore si tu le désires encore après ce courrier, mais t’épouser cela n’est pas possible.

Avant de t’écrire ces mots j’ai beaucoup réfléchi, mon coeur est torturé d’avoir à faire ce choix bien difficile. Te connaissant je sais que tu ne l’accepteras pas. Mais essaie au nom de nous deux de comprendre ce que je ressens. Essaie Mamour.

Ensuite tu as voulu diriger ma vie, prendre les choses en mains, et je sais que tu l’as fait pour moi, mais tout cela était trop tôt, si vite. Je n’ai pas pu supporter tous ces projets.

Tu es toute ma vie, je t’aime, mais jamais nous ne pourrons vivre ensemble, telle est ma décision. J’ai retourné ce sujet dans tous les sens, me suis beaucoup torturé, et je n’ai plus envie de vivre tous les jours dans cet état d’esprit. Je ne veux pas que papa soit mis à la porte de l’appartement. Je ne veux pas qu’il se sente exclus. Je ne veux pas le faire souffrir, il ne le mérite pas après tout ce qu’il a fait pour moi, et surtout depuis que ma maman n’est plus là. Je me sens si responsable de son départ. Papa compte sur moi si fort.

Voilà ce que j’avais à t’écrire de si difficile, c’est dit. Je ne sais pas ce que tu me diras, ni quelle sera ta réaction, mais sache que je t’aimerai toujours.

Ton Mimi .

Maddy restait les yeux rivés sur l’écran, relisant ligne après ligne, ce qui était écrit et fermant à jamais tout ce en quoi elle avait rêvé, ce en quoi elle avait cru.

Les mots petit à petit ont eu accès à son coeur, à son corps tout entier, et là elle su que jamais ils ne vivraient ensemble, qu’elle ne l’épouserait pas. Elle ferma l’ordinateur, se mit sur son lit et éclata en pleurs.

Le lendemain, elle se leva, emplie d’une telle tristesse. Elle se sentait rejetée et incomprise. Les coups de fils se succédèrent et Mimi essaya de lui expliquer avec toute la gentillesse dont il était capable, malgré la dureté de ses propos ce que lui ressentait aussi, que c’était la meilleure des solutions et que depuis qu’il lui avait écrit cette lettre il se sentait tellement mieux.

Maddy atteinte d’un second degré d’incompréhension écoutait, enregistrait et avait tellement mal. Pourquoi ne pourraient-ils pas vivre tous les trois ensemble se disait-elle ? Il n’y avait pas de trop de deux bras supplémentaires.

Ce n’étaient que de fausses idées qu’elle se faisait. Elle dû petit à petit constater mais pas pour autant accepter.

Les visites mensuelles continuèrent et elle se permit même de se rendre à l’étranger revoir son ancien petit ami. Mimi était au courant et ne demandait qu’une seule chose, c’est qu’elle se change les idées.

Maddy voulait oublier non pas Mimi, mais ces soucis là du moins temporairement. Alors ce furent quelques aller-retour entre les deux pays. Elle se confiait à Mimi, ne lui cachait rien de ce qu’elle vivait. Elle avançait et continuait envers et contre tout dans l’existence ne sachant plus trop bien ce qu’elle devait faire, ou était sa place.

Elle l’aimait tellement. Dans cet autre ailleurs, elle était bien accueillie. Elle songeait même s’y établir en y cherchant du travail. Mais ce fut peine perdue, pas de place pour elle. Trop vieille déjà.

Elle revenait dans son appartement après son bol d’air, quelque peu égoïste sur ce coup là, pensait-elle. Elle allait voir Mimi, lui racontait son voyage. D’ailleurs là-bas, elle était constamment en ligne avec lui. Elle lui racontait la plage, la mer, ce qu’elle faisait. Et ainsi il voyageait avec elle. Petit à petit s’était installé une forme d’autre entente entre eux, ou la pensée de ne jamais vivre ensemble s’était insidieusement placée, comme un contrat tacite sans reconduction possible, illimité dans le temps. Ce qui restait bien réels, étaient les sentiments qu’ils éprouvaient. Rien ne changeait. Pour Maddy cela lui semblait impossible et revoir son ancien ami n’avait plus rien à avoir avec ce qui avait été vécu auparavant.

Elle restait toutefois dans la colère et l’incompréhension. Il en fallu des semaines pour arriver à comprendre que finalement Mimi avait pris la bonne résolution.

Au cours de nombreux contacts téléphoniques et de conversations via Internet, elle finit par comprendre avec l’amour dans son cœur, qu’il était préférable pour lui de rester avec son papa.

Petit à petit elle ouvrit les yeux sur la difficulté qu’il avait dû avoir de prendre une telle décision. De son courage aussi, et de se rendre compte combien il avait dû être tiraillé entre son père et elle-même. Elle ne ressentit aucune culpabilité, bien au contraire, mais un amour encore plus grand pour cet homme qui dans l’état où il se trouvait ne méritait pas de souffrir dans son cœur de cet amour qu’il devrait garder ainsi intact pour eux deux. Platonique. Mais tellement fort. C’est ainsi qu’ils le ressentaient tous les deux. Ils n’en finissaient pas d’en parler.

Personne dans l’entourage de Maddy était au courant. Elle taisait cet amour pour le protéger d’après elle. Elle ressentait que d’autres auraient pu porter atteintes à ce qu’elle ressentait vis à vis de Mimi. Sa façon à elle de vouloir les garder dans un cocon personnel. Malgré la présence de papa. Maddy ne savait pas si tout ce que Mimi lui racontait concernant son père ainsi que les décisions que Mimi avait prises étaient vraies. Quoi qu’il en soit, elle se devait de les accepter comme telles. Ou alors rien du tout et puis ne plus le voir, ne plus l’entendre.

De toute manière elle l’aimait, le choix était rapide et vite fait. Pour l’aimer, autant lui prouver par les actes qu’il pouvait compter sur elle du mieux qu’elle pouvait. Et les mois ainsi durant cette année là s’écoulèrent jusqu’à l’année suivante au début du printemps.

FIN DU TROISIEME CHAPITRE

Le test des 3 passoires, ou comment faire cesser une rumeur. – Sources d’Optimisme et de Réflexions Positives


Mercredi 29 février 2012329/02/Fév/201223:30

Le test des 3 passoires, ou comment faire cesser une rumeur.

 

Personne n’est à l’abri des rumeurs, de la médisance et de la calomnie. Souvent nourries par la jalousie, la convoitise, la vengeance, ou tout autre chose, elles peuvent nous blesser, voire détruire une vie, une réputation.

J’ai conscience que, moi aussi, je peux déranger ou qu’on me juge. Au fond, je ne peux pas plaire à tout le monde, n’est-ce pas ? Je l’accepte et puis c’est vrai : on ne peut pas plaire ou se faire aimer de tous, et c’est tant mieux, cela prouve nos diversités et cela fait toute la richesse de l’Humanité.

Tout comme vous, je ne suis pas à l’abri des ragots. En revanche, s’il y a bien une chose qui m’affecte particulièrement, c’est de voir comment une rumeur, telle une tâche d’huile, peut se disperser à grande vitesse, d’autant plus qu’aujourd’hui, à l’ère de la communication instantanée, et détruire des années de travail ou de conduite « exemplaire ». Et comme une tâche d’huile, il est difficile, voire impossible de la nettoyer complètement. Et le plus fou dans ce processus, c’est que ceux qui écoutent et intègrent ces rumeurs comme étant des « vérités », les acceptent sans aucune autre forme de procès, sans prendre la peine de vérivier la teneur de ces histoires, on se contente de penser que tout simplement parce que la personne « est digne de confiance ».

Mais que savons-nous sur les intentions de cette soit-disant personne « digne de confiance » ?

Qu’est-ce qui anime les rumeurs et les avivent tels de grands feux de forêts dévastateurs ?

Oh bien sûr il existe autant de raisons qu’il y a de personnalités. Et à les entendre, il y a toujours une « bonne raison » pour détruire l’autre et se trouver des excuses pour diffuser à grande échelle une rumeur. La pire des excuses est : « je tiens à te mettre en garde contre ceci ou celà ou celui-ci ».

Que faire ?

Comment agir ?

C’est alors que je puise inspiration et courage d’une des histoires que nous est contée par Socrate qui, dans sa sagesse légendaire, avait « inventé » le test des trois passoires :

Dans la Grèce antique, nous savons tous que Socrate était doté d’une grande sagesse.

Un jour, une de ses connaissance est venu trouver le grand philosophe et lui dit :

– Sais-tu ce que je viens d’apprendre au sujet de ton ami ?

– Un instant, répondit Socrate. Avant que tu ne me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des trois passoires.

– Les trois passoires ? Répliqua son interlocuteur.

– Oui, reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires.

La première passoire est celle de la Vérité.

As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?

– Non, j’en ai seulement entendu parler…

– Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Essayons de filtrer autrement en utilisant une seconde passoire,

celle de la Bonté.

Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?

– Ah non ! Au contraire !

– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur mon ami et tu n’es même pas sûr qu’elles soient vraies…

Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une troisième passoire, celle de l’Utilité.

Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

– Non, pas vraiment… hésita l’ami.

– Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

Que dois-je ajouter de plus après une telle sagesse ?

Les rumeur… Ne les tranmettez pas, elles font tellement de mal et le comble c’est que nous en avons tous horreur et nous avons conscience de leurs effets sur notre propre vie !

A méditer et surtout… APPLIQUER !

Votre partenaire dans l’optimisme,

Michel POULAERT.

 

Il est l’homme le plus petit au monde jamais répertorié !


 

photo-afp.jpg

Il est l’homme le plus petit au monde jamais répertorié !

 

Du haut de ses 54,6 cm, un Népalais de 72 ans, né dans une vallée reculée du sud-ouest de ce pays, a été déclaré aujourd’hui l’homme le plus petit jamais répertorié par le livre Guiness des records.

Chandra Bahadur Dangi mesure exactement 54,6 cm, soit 5,3 cm de moins que le Philippin Junrey Balawing, désigné en juin comme l’homme le plus petit du monde.

«S’il a réellement 72 ans, il est de loin la personne la plus âgée à être désignée comme la plus petite du monde depuis la création du Guiness des records il y a 57 ans», a déclaré le rédacteur en chef de la publication.

Chandra Bahadur Dangi est également la personne la plus petite du monde jamais répertoriée par le Guiness. Un Indien, Gul Mohammed, mort à l’âge de 40 ans en 1997, mesurait 57 cm.

Le recordman, qui pèse 12 kg, estime que cette «reconnaissance» compenserait d’une certaine manière des années de souffrance. Orphelin à 12 ans, il a été recueilli par des membres de sa famille qui l’exposaient pendant des foires comme phénomène et qui empochaient l’argent.

Il a ensuite gagné sa vie, chichement, en tissant des bandeaux de jute et n’a quitté qu’une poignée de fois son village, situé dans une zone très pauvre du Népal, la région de Dang, à 350 km de Katmandou. Chandra Bahadur Dangi s’est rendu dans la capitale népalaise pour la première fois, dans le cadre des cérémonies pour le Guinness.

photo-afp.jpg

 

Les causes de la très petite taille restent un mystère mais la plupart des hommes ou femmes désignés comme les plus petites personnes du monde souffrent de «nanisme primordial».

leprogres.fr

Frederic Chopin » Ma Planète


Frederic Chopin

Ajouté le 02/29/2012 14:16:37 par lazar_adriana
http://www.musicologie.org
 
 
Chopin, dessin de Maria Wodzińska.

Frédéric Chopin est né « officiellement » le 22 février 1810 à Zelazowa-Wola (près de Varsovie) mais en réalité il est né le 1er mars 1810 (voir lettre sur site des amis de George Sand (paragraphe en savoir plus)). Son père était français et sa mère polonaise. Il commenca très jeune l’étude du piano et se révèla rapidement un enfant prodige : à 8 ans, soit un an après sa première leçon avec Wojciech Zywny(qui était violoniste!), il donna déjà son premier « concert officiel »…au Palais Radziwill.

Tout en poursuivant ses études au lycée de Varsovie, Frédéric Chopin continua de travailler le piano puis il entra au conservatoire de Varsovie en 1826 jusqu’en 1829. C’est pendant cette période qu’il composa ses premiers chefs d’oeuvres et effectua ses premiers voyages hors de Pologne. En 1829 le directeur du conservatoire de Varsovie, Joseph Elsner, écrit dans un rapport: «Chopin, Fryderyk, étudiant de 3è année, talent exceptionnel, génie musical».

Frédéric Chopin quitta définitivement Varsovie pour Vienne fin 1830 , peu de temps avant l’insurrection polonaise. Installé à Paris, il y eut des débuts difficiles mais il connut un rapide succés auprès de l’aristocratie. La réputation de Chopin grandit rapidement. Les lettres de recommandation que le compositeur a apportées de Vienne lui permettent de joindre le milieu musical local qui l’accueille cordialement. Il devint un ami de Liszt, Mendelssohn, Ferdinand Hiller, Berlioz et Auguste Franchomme. Plus tard, en 1835, à Leipzig, il rencontra Schumann qui tient ses oeuvres en haute estime et qui a écrit des articles enthousiastes à son propos. Devenu professeur recherché, il continua simultanément son activité de compositeur.

Malade dès 1835, sa liaison avec George Sand (de 1838 à 1847) arracha Frédéric Chopin à la vie parisienne (séjours à Nohant, Majorque) . C’est à cette période que ses compositions furent les plus abouties.
En 1848, il donna un dernier concert parisien chez Pleyel le 16 février et réalisa une dernière tournée en Angleterre et en Ecosse d’où il revint épuisé.
Frédéric Chopin meurt emporté par la tuberculose le 17 octobre 1849 à Paris. Il est enterré au cimetière Père-Lachaise à Paris. Toutefois, pour respecter son testament, son coeur, retiré de son corps après sa mort, fut apporté par sa soeur à Varsovie où il fut placé dans une urne et installé sur un pillier dans l’église Sainte-Croix à Krakowskie Pezedmiscie

Frédéric Chopin a essentiellement composé pour le piano seul. Il cultiva le piano sous les formes les plus variées : polonaises, valses, mazurkas, préludes, nocturnes, ballades, impromptus, scherzos, rondos, variations.
Formé à Mozart et à Bach, dont l’influence est évidente et qu’il travaillait quotidiennement, Frédéric Chopin apparaît comme un esprit classique dans une âme romantique. Une des caractéristiques de son jeu était le rubato.
Frédéric Chopin s’attacha à donner une autonomie à chacun de ses doigts afin que chacun conserve une autonomie. Admirez la finesse de ses doigts sur la reproduction du moulage en plâtre de sa main gauche (réalisé par Clésinger).

Une des théories de Frédéric Chopin dans le domaine de l’interprétation reposait sur l’analogie de la musique et du langage, et son grand art fut de transposer au piano la tradition vocale italienne. »Il vous faut chanter si vous voulez jouer du piano » conseillait-il à ses élèves…

Mots-clés: ADRIANA Commemoration

L’insolite histoire de Desiré Wilson, femme pilote !


 

Desiré Wilson.jpg

L’insolite histoire de Desiré Wilson, femme pilote !

 

La Formule 1 est un sport de macho ? Non pas que les femmes n’y soient pas tolérées, mais il n’est pas aisé pour elles d’y accéder. Pourtant, quelques unes y sont parvenues, et parmi elles, la plus insolite de par son histoire, la Sud-Africaine Desiré Wilson.

 

c-sutton-tyrrel-wilson.jpg

Inconnue du grand public et même de la plupart des fins connaisseurs de ce sport, Desiré Wilson a pourtant couru pour Tyrrell et Williams, et a même remporté un Grand Prix.

Mais il faut connaitre son histoire pour comprendre pourquoi ses faits d’armes ne sont pas inscrits dans les pages statistiques des livres d’histoire de ce sport.

 

Pourtant, Desiré Wilson peut être considérée comme la seule femme à avoir remporté une course au volant d’une Formule 1. Cela n’était certes pas dans le cadre du championnat officiel, mais lors d’une course du « Championnat de Grande Bretagne de Formule 1 », une discipline qui réunissait des monoplaces de F1 des années précédentes sur le sol britannique et dont Wilson a remporté la course de Brands Hatch en 1980.

 

C’est sur ce même circuit, également en 1980, que la jeune pilote a tenté de se qualifier pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, officiel cette fois-ci, au volant d’une Williams privée, engagée par l’équipe Brands Hatch Racing.

Sa performance en qualification ne lui permettra pas de participer à la course puisque, à cette époque, les pilotes n’ayant pas atteint un certain temps au tour lors des essais n’étaient pas autorisés à concourir le dimanche.

Wilson se retrouvait donc sur la touche aux côtés de Jan Lammers et de Keke Rosberg, pourtant futur champion du monde en 1982, qui courrait alors sur une erratique Fittipaldi-Ford.

 

Mais elle réussit néanmoins à se qualifier la saison suivante sur une Tyrrell, à seulement six dixièmes d’Eddie Cheever son coéquipier, lors du Grand Prix d’Afrique du Sud 1981. Après un départ catastrophique, elle fit une belle remontée en course en dépassant notamment des pilotes établis comme Nigel Mansell, mais elle dut renoncer à quelques tours de l’arrivée suite à une sortie de route qui avait endommagé son aileron arrière. Comble de malchance, cette course tristement célèbre pour l’affrontement politique entre les deux instances dirigeantes, FISA et FOCA, a été purement rayée du championnat officiel et n’a jamais été reconnue pour la saison 1981.

 

Mais cette expérience malheureuse dans la discipline reine du sport automobile n’aura pas mis un terme à la carrière de la sud-africaine. Elle réussit même à impressionner Ken Tyrrell par ses prouesses, mais les financements de Riccardo Zunino et Michele Alboreto auront décidé à eux seul du duo de pilotes de l’équipe britannique pour le reste de la saison…

 

Consciente de la difficulté de se faire une place au sein d’un milieu dominé par les hommes, et à une époque où il était bien moins courant de voir un pilote de la gente féminine concourir dans des disciplines de hauts niveaux du sport automobile (comme Danica Patrick ou Sara Fisher récemment en IndyCar), Desiré Wilson s’est tournée vers les courses d’endurance avec succès. Elle remportera notamment les très prisés 1 000 Km de Monza et les 6H de Daytona toujours lors de la saison 1980. Elle tenta aussi de se qualifier pour les 500 Miles d’Indianapolis, mais sans y parvenir. Ces quelques victoires font penser qu’elle aurait peut être pu faire des résultats intéressants en Formule 1 si on lui en avait laissé le temps et l’opportunité.

 

Après tout, les quelques femmes qui ont participé à des Grands Prix n’ont pas été ridicules. La première d’entre elles, Maria Teresa de Fillipis, aurait bien pu marquer des points lors de la course en Italie en 1958 où elle dut abandonner sur problème mécanique alors qu’elle tenait fermement position à la cinquième place. Mais elle abandonna la compétition trop tôt pour pouvoir prétendre à confirmer son talent.

On pourrait également parler de Lella Lombardi, qui elle, est inscrite dans les livres d’histoire de la Formule 1 à jamais grâce au demi-point qu’elle a marqué lors du Grand Prix d’Espagne 1975.

 

Mais la plus insolite est aussi la plus méconnue et la seule victorieuse. Car Desiré Wilson est bien la seule femme à avoir gagné une course au volant d’une monoplace de Formule 1. Elle n’a jamais vraiment quitté le monde de la course puisque depuis qu’elle a raccroché son casque, elle s’est tournée, avec son mari au sein de l’entreprise Wilson Motorsport Inc, dans l’élaboration et la conception de pistes destinées à la course automobile.

 

fan-f1

L’EAU DANS LE FOUR MICRO-ONDE » Ma Planète


 

Ajouté le 02/26/2012 15:11:38 par Jacqueline_Blais

A lire absolument ….

L’EAU DANS LE FOUR MICRO-ONDE

Il faut absolument se donner 3 secondes pour lire ce qui suit…

TRÈS IMPORTANT: Plusieurs personnes ne sont pas au courant…

Il y a environ cinq jours, mon  fils de 26 ans a décidé de prendre un café instant.


Il a pris une tasse d’eau et l’a mise dans le four micro-onde pour la réchauffer  (chose qu’il a fait à maintes reprises).  Je ne suis pas certaine combien de temps il a mis sur la minuterie mais il m’a dit qu’il voulait l’amener à ébullition.

 

 

Lorsque la minuterie a arrêté, il a enlevé la tasse du four. En la prenant, il a noté que l’eau ne bouillait pas. Soudainement l’eau dans la tasse lui a ‘explosé’ au visage. La tasse est demeurée intacte jusqu’à ce qu’il la jette hors de ses mains, mais tout l’eau lui a éclaté au visage dû à une accumulation d’énergie.

Il a des cloques partout dans le visage et a subi des brûlures au premier et deuxième degré Il restera possiblement marqué.

De plus, il a possiblement perdu partiellement la vue à son ½il gauche.


Lorsqu’il est arrivé à l’hôpital, le médecin qui le traitait a mentionné que c’est un fait courant et que l’eau seule ne devrait JAMAIS être réchauffée au four micro-onde.  Si l’eau est pour être réchauffée de cette manière, quelque chose devrait y être introduit dans la tasse, tel un bâton de bois ou une poche de thé sans agrafe afin de diffuser l’énergie.

 


Voici ce que notre professeur de science avait à dire sur le sujet: : « J’ai déjà constaté ce genre d’événement dans le passé. Ceci est causé par un phénomène connu sous le nom de sur-échauffement.  Ça se produit lorsque l’eau est chauffée et plus particulièrement lorsque le contenant est neuf. »

 


Le phénomène, c’est que l’eau se réchauffe plus rapidement que les bulles de vapeurs peuvent se produire.  Considérant que les bulles ne peuvent se former et dégager la chaleur accumulée, le liquide ne bout pas et dépasse son point d’ébullition.

 

 

Lorsque l’eau est déplacée soudainement, il se produit un choc suffisant pour causer la création rapide de bulles qui expulsent l’eau chaude.

La formation rapide de bulles est également la raison pour laquelle les liquides carbonisés (coke, champagne) se déversent lorsque brassés avant de les ouvrir.


Prière de faire circuler ces informations aux personnes que vous connaissez afin de prévenir les blessures graves et la souffrance aux autres.

 


Francine  Infirmière, B.Sc.

Assistante-recherche clinique en pneumologie Hôpital Laval, Sainte-Foy

(Québec)

Mendiant …….Exigeant


 images drôles exit

Il était une fois un mendiant qui recevait chaque jour 25 Euros d’un passant.

Et cela dura plusieurs années, jusqu’à ce qu’un beau jour, le passant ne lui donna que 18 Euros.

Etonné le mendiant se consola en se disant que 18 Euros ce n’était pas si mal.

Un an plus tard soudainement, le mendiant ne reçut plus que 15 Euros, et il se dit qu’il allait demander au passant pourquoi recevant d’abord 25 Euros, il ne recevait ensuite plus que 18 et maintenant seulement 15 Euros.

L’homme lui répondit :

– Oui, je sais, mais la vie devient de plus en plus chère et l’an passé, mon aîné est entré à l’université et cela coûte très cher. Donc je ne vous ai plus donné que 18. Et maintenant, c’est ma fille qui entre à l’université et cela me coûte donc encore plus !

Le mendiant lui demande :

– Et combien d’enfants avez-vous ?

L’homme lui répond fièrement :

– Quatre adorables enfants !

Le mendiant s’inquiète :

– Et vous comptez les faire étudier tous à mes frais?