Pensée du vendredi 17 février 2012.


« Par ignorance de ce qu’un Maître peut représenter pour eux,
certains disciples ne trouvent pas quel comportement adopter
vis-à-vis de lui. Ils l’empêchent donc de leur être utile
autant qu’il le pourrait, autant qu’il le voudrait, et ils
entravent ainsi leur propre avancement. C’est au disciple de
découvrir ce que doivent être ses relations avec son Maître,
comment le considérer et se conduire avec lui. Ce n’est pas au
Maître de lui faire des recommandations à ce sujet.
Un vrai Maître se contente de donner son enseignement et il
laisse ses disciples libres. Il ne leur dira jamais : vous devez
me respecter, m’admirer, m’obéir… jamais. D’abord parce
que c’est inutile : on n’impose jamais vraiment le respect,
l’admiration ou l’obéissance. Ensuite, parce que le Maître
n’en a pas besoin : il a d’autres sources de joie et de
satisfaction. Ce sont les disciples qui, pour leur évolution,
doivent trouver la meilleure attitude à avoir envers leur
Maître, qu’il soit encore sur la terre ou dans l’autre
monde. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov
 

ALIENS » Ma Planète


ALIENS

Ajouté le 02/15/2012 03:36:25 par lazar_adriana
Aliens 


autopsie Roswell
http://www.ovni.ch/conspira/preside.htm#eisen

Eisenhower

Source:: Daily Mail

Dwight Eisenhower, le président qui déclara, le 16 décembre 1954, que « les soucoupes volantes n’existent que dans l’imagination de ceux qui les voient », aurait-il pu rencontrer, en personne, sur le tarmac d’une base de l’Air Force, des occupants d’un vaisseau extraterrestre, et avoir avec eux une conversation substantielle?
L’événement aurait eu lieu le 20 février de la même année, selon des sources réputées sérieuses, comme le comte de Clancarty, honorable membre du parlement britannique, plus connu des ufologues sous le nom de Brinsley Le Poer Trench.
Eisenhower était en vacances à Palm Springs quand il fut appelé à la base aérienne de Muroc (appelée plus tard Edwards Air Force Base). Le président devait avoir une conférence de presse ce jour-là, mais n’y parut pas. Il était officiellement chez le dentiste… bien qu’aucun journaliste ne parvint à savoir quel dentiste le traita ce 20 février 1954.
Selon Lord Clancarty, l’affaire lui a été rapportée par un ancien pilote d’essai de l’Air Force, qui faisait partie des six personnes qui rencontrèrent les extraterrestres avec Eisenhower. Sa présence avait été requise en raison de sa réputation et de ses capacités de pilote d’essai, comme conseiller technique.Le pilote raconta à Lord Clancarty: « Cinq vaisseaux extraterrestres différents atterrirent sur la base. Trois étaient des soucoupes et deux avaient une forme de cigare… et comme Eisenhower et son petit groupe regardaient, les aliens débarquèrent et s’approchèrent. Ils avaient l’air d’être humains, mais pas tout à fait… »
D’après le pilote d’essai, ces êtres avaient un aspect humain, mais ils étaient disproportionnés. Ils avaient cependant les mêmes taille et poids apparents qu’un humain ordinaire, et pouvaient respirer sans l’aide d’un masque ou d’un casque.
Le pilote dit qu’ils parlaient anglais et qu’ils demandèrent à Eisenhower d’entreprendre un programme d’éducation pour le peuple des Etats-Unis, et par la suite pour le monde entier.
Eisenhower, paraît-il, répliqua qu’il ne pensait pas que le monde fût prêt pour cela. Il dit que son souci était que l’annonce de l’arrivée d’extraterrestres sur notre planète ne causât une panique.
Les aliens se rangèrent à cet avis, disant qu’ils continueraient à contacter des personnes isolées jusqu’à ce que les habitants de la Terre se fussent habitués à leur présence.
D’après le pilote d’essai : « Ils firent une démonstration de leurs vaisseaux spatiaux au Président. Ils lui montrèrent aussi comment ils pouvaient se rendre invisibles.
« Ceci mit le Président mal à l’aise, parce qu’aucun de nous ne pouvait les voir, alors que nous savions qu’ils étaient toujours là. Ensuite, les extraterrestres remontèrent dans leurs appareils et s’en allèrent. »
Le pilote dit encore à Lord Clancarty que jamais il n’avait parlé de cette rencontre à personne, et que tous les autres témoins de ces événements étaient morts à ce jour. (Timothy Green Beckley, Ufos Among the Stars)
Il existe d’autres versions de cette histoire. Jacques Vallée, dans son ouvrage OVNI: la Grande Manipulation, mentionne (avec des pincettes) un certain Gerald Light, selon lequel Eisenhower aurait fait cette expédition à Muroc une nuit d’avril 1954. Ce même Light aurait lui-même visité la base aérienne en question, en compagnie de Franklin Allen (des journaux Hearst), d’Edwin Nourse (de l’Institut Brookings), et de l’évêque MacIntyre, de Los Angeles. On l’avait autorisé, affirme-t-il, à entrer dans la section secrète, et à s’y promener pendant deux jours; il déclara avoir vu cinq vaisseaux spatiaux de types divers « que les officiers de l’armée de l’air touchaient et examinaient avec le concours et l’autorisation des Ethériens ».
William Milton Cooper, pour sa part, prétend que cette rencontre fut en fait la deuxième – une précédente visite de ces éclaireurs en provenance d’une planète orbitant autour de Bételgeuse, s’étant déjà produite à Holloman Air Force Base. Au cours de cette seconde entrevue, Cooper dit qu’un traité fut signé, établissant les modalités d’une présence et d’une collaboration secrète des aliens avec le gouvernement américain. Le crédit de W. M. Cooper dans les milieux ufologiques n’est cependant pas très solide.
Mots-clés: ADRIANA Ufologie

Un ex-directeur de prison jugé pour sa liaison avec une détenue, appât du "gang des barbares"


 

Un gardien de prison (Photo Jean-Pierre Clatot/AFP/Archives)

Mercredi 15 février 2012, 09h41

Correspondance illicite, trafic de puces téléphoniques: un ex-directeur de prison comparaît mercredi aux côtés de la jeune femme qui était l’appât du « gang des barbares », avec laquelle il a entretenu pendant près d’un an une liaison interdite, derrière les barreaux.

Révoqué depuis juin de l’administration pénitentiaire pour avoir entretenu une relation intime avec une détenue, Florent Gonçalves, 42 ans, est poursuivi pénalement pour avoir correspondu et remis des puces téléphoniques, en 2009 et 2010, à Emma S., aujourd’hui âgée de 23 ans. Il encourt une peine maximale de trois ans de prison ferme et 45.000 euros d’amende.

La jeune femme, connue pour avoir attiré Ilan Halimi dans un guet-apens mortel en janvier 2006 à Sceaux (Hauts-de-Seine), doit comparaître pour recel.

Elle avait écopé de neuf ans de réclusion aux assises et en appel pour l’affaire Halimi.

Un surveillant de 37 ans, qui avait tissé des liens amicaux avec la détenue, est également poursuivi pour une remise de puce téléphonique et de courriers en 2010.

La relation entre M. Gonçalves et Emma avait débuté en décembre 2009 à la maison d’arrêt pour femmes de Versailles. Au cours de l’instruction, ils ont reconnu avoir eu deux relations sexuelles au sein de l’établissement pénitentiaire.

La justice avait été alertée en novembre 2010 par le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, lui-même averti par deux détenues.

L’ancien directeur de l’établissement pénitentiaire a dit avoir agi par amour, estimant ne pas avoir été manipulé.

Il a également réfuté avoir accordé un traitement de faveur à la jeune femme.

Un point de vue partagé par l’avocate d’Emma, Me Dominique Attias: « Quel traitement de faveur? Des recels de puces de portable en détention, il doit y en avoir des milliers par jour. En général, ce n’est pas poursuivi et au pire, c’est un avertissement ».

Dans un livre à paraître jeudi (« Défense d’aimer », Presses de la cité), M. Gonçalves estime que « malgré toutes les souffrances et les dégâts qu’elle a provoqués », il ne « regrette pas » cette histoire « passionnelle » et « chaotique ».

Emma a recouvré la liberté en septembre, en conditionnelle, mais leur relation n’a pas perduré hors des murs de la prison. « En l’espace d’une poignée d’heures, j’ai réalisé que ma vie entière avait basculé pour un rêve, que j’avais attendu sept mois pour m’apercevoir que nous n’avions pas d’avenir », écrit M. Gonçalves.

Le Bonheur » Ma Planète


 

Le Bonheur…! ( Monick52 )

Ajouté le 02/15/2012 00:00:38 par monick52

325791111_ab3f53f4

Si tu ne trouves pas le bonheur,


C’est peut-être que tu le cherches ailleurs,

Ailleurs que dans tes souliers…

Ailleurs que dans ton foyer.

 

 

Selon toi, les autres sont plus heureux,


Mais toi, tu ne vis pas chez eux…,

Tu oublies que chacun a ses tracas,

Tu n’aimeras sûrement pas mieux son cas.

 

 

Comment peux-tu aimer la vie,


Si ton coeur est plein d’envies ?

Si tu ne t’aimes pas,

Si tu ne t’acceptes pas?

 

 

Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute,


C’est de rêver d’un bonheur trop grand,

Sachons cueillir le bonheur au compte-gouttes,

Ce sont les plus petites gouttes qui font les océans.

 

 

Ne cherchons pas le bonheur dans nos souvenirs,


Ne le cherchons pas non plus dans l’avenir.

Cherchons le bonheur dans le présent,

C’est là et là seulement qu’il nous attend.

 

 

Le bonheur ce n’est pas un objet


Que l’on peut trouver quelque part hors de nous.

Le bonheur ce n’est qu’un projet

Qui part de nous et se réalise en nous.

 

 

Il n’existe pas de marchands de bonheur…


Il n’existe pas de machine à bonheur…

Il existe des gens qui croient au bonheur.

Ce sont des gens qui font eux-mêmes leur bonheur.

 

 

Si dans votre miroir votre figure vous déplaît,


A quoi ça sert de briser le miroir…?

Ce n’est pas lui qu’il faut casser !

C’est vous qu’il faut changer.

 

 

%2521cid%255F009b01c5af34%252431b98850%2524a7020d0a%2540usuariom85qrmu

Les toutous aussi défilent au carnaval de Rio !


 

Les toutous aussi défilent au carnaval de Rio.jpgLes toutous aussi défilent au carnaval de Rio !

 

Samba, déguisements… et aboiements de toutes sortes: les toutous aussi ont défilé à Rio de Janeiro à l’approche du carnaval et ils ont envahi la fameuse plage de Copacabana avec leurs maîtres.

 

 

 

Les toutous aussi défilent au carnaval de Rio2.jpgDes familles entières sont venues dimanche sur le bord de mer avec leur chien. De race, taille et couleur diverses, ils avaient en commun d’être tous déguisés pour ce « défilé des animaux ». Ca et là un chat ou un oiseau en cage participaient au défilé, mais la gente canine était majorité écrasante.

 

« Chien carioca, maître carioca, impossible de ne pas aimer le carnaval », a déclaré tout sourire Mario Porto, 47 ans, avec Tati, une petite yorkshire déguisée en danseuse, dans les bras. « Je viens depuis six ans (à ce défilé). C’est différent, créatif et je m’amuse bien », a-t-il dit alors que d’autres participants prenaient Tati en photo.

A quelque mètres de là, dans une poussette « en raison du goudron trop chaud pour ses petites pattes », le caniche Dick paradait déguisé en lutin tandis que Lady Katy, un bichon maltais, était déguisée en fée. « Je les amène tous les ans et leur mets toujours un costume différent. J’adore! », explique leur maîtresse Rosa Faguri, 43 ans.

Les toutous aussi défilent au carnaval de Rio1.jpg

Un des organisateurs, Felipe Moreira, a expliqué que le « bloco » (carnaval de rue) des animaux en était à sa dixième édition. « Les animaux font partie de la famille, et pour eux c’est une fête, ils sont en contact avec d’autres animaux et ils adorent », a-t-il affirmé.

 

Comme dans tout le Brésil, à Rio de Janeiro la passion du foot est infinie et beaucoup de toutous revêtent les maillots de l’équipe de coeur de leur maîtres: Flamengo aux couleurs rouge et noir, le tricolore (grenat, vert et blanc) de Fluminense, ou encore Vasco (noir et blanc avec la croix de Malte).

 

Le « bloco » des animaux est l’un des centaines de défilés populaires organisés dans les rues de la ville avant le carnaval dont l’apothéose sont les luxueux défilés de écoles de samba sur le Sambodrome.

 

Et en images c’est ici :Carnaval des chiens à Rio

 

(afp/7sur7)

Un trésor de 700.000 euros découvert dans une maison


 

TRESORen pièces d'or.jpgUn trésor de 700.000 euros découvert dans une maison de Champagne…

 

C’est une info qui en fera rêver plus d’un : un trésor de pièces d’or estimé à 700.000 euros a été mis au jour par des ouvriers la semaine passée dans une maison de champagne du groupe Lanson dans le cru des Riceys, au sud de la Champagne-Ardenne (nord-est).

 

Des ouvriers de la maison de champagne Alexandre Bonnet, en plein travaux de rénovation, ont eu jeudi la surprise de voir des petits sacs tomber du plafond. Cachés entre les solives, des pièces de charpente horizontales dont les extrémités sont encastrées dans les murs, ils contenaient chacun 50 pièces d’or de 20 dollars.

 

Au total, 497 pièces ont été trouvées, soit 17 kilos d’or, pour une valeur de plus de 700.000 euros, précise le communiqué.

 

Les pièces sont « bien connues des collectionneurs » et ont été frappées entre 1851 et 1928, « ce qui laisse supposer que le trésor pourrait dater des années 1930 », explique le groupe.

 

« Peut-être est-il lié aux exportations vers les USA sous la prohibition, dont on peut imaginer qu’elles étaient payées +en espèces+ du fait de cette interdiction de l’importation de vins et autres boissons alcoolisées », a déclaré Philippe Baijot, le PDG d’Alexandre Bonnet, qui fait partie du Groupe Lanson-BCC, cité dans le communiqué.

 

« Trésor caché »

 

Le trésor a été immédiatement transféré dans la chambre forte d’une banque. Il pourrait revenir pour moitié à l’équipe d’ouvriers qui l’a découvert et pour moitié à la maison Alexandre Bonnet, propriétaire du bâtiment depuis 1981.

 

La maison de champagne, qui cherchait d’ailleurs un nom pour sa dernière cuvée spéciale pourrait pencher, à la suite de cette découverte, pour « Trésor Caché », dans la ligne droite de la tradition champenoise où les cuvées spéciales commémorent les événements exceptionnels, a indiqué M. Baijot.

 

lavenir

Un Thaïlandais et sa collection de 10 000 petites culottes : INSOLITE.CA


 panties1 Thai Man Found with 10,000 Pairs of Women’s Underwear picture

 

En Thaïlande, la police a procédé à l’arrestation d’un pervers et de son complice après qu’ils aient tenté d’entrer par infraction dans un bâtiment du Chinatown à Bangkok. Un des deux hommes âgé de 48 ans avait en sa possession 1000 petites culottes dans son camion. L’enquête mena les autorités à son domicile où 10 000 autres sous-vêtements féminins ont été découverts.man steals panties Thai Man Found with 10,000 Pairs of Women’s Underwear picture

Le suspect avoua aux policiers qu’il volait des petites culottes depuis trente ans. Le sergent Saroj Promcharoen a décrit à quel point son fétiche était grave : « Il ne cessait de renifler cette lingerie, même lorsqu’il conduisait ». L’homme, dont l’identité n’a pas été divulguée, a été arrêté pour son entrée par infraction, mais aucun recours légal ne sera intenté contre lui en l’absence de plaintes concernant les petites culottes volées.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=SC7LAIwZoKc&w=560&h=315]

Source : http://www.weirdasianews.com/2012/02/14/thai-man-10000-pairs-womens-underwear/

Vidéo des policiers anversois,qui devait rester confidentielle !


 

anvers policiers.jpgLes policiers anversois font les fous dans une vidéo qui devait rester confidentielle !

 

Petit scandale à la police d’Anvers. Il est provoqué par une vidéo tournée par les policiers en pleine détente. Ils se sont filmés en plein délire dans le bureau de police de la métropole. La vidéo n’était pas destinée au grand public, mais on sait comment ça va dans ces cas-là. Elle va sûrement faire le tour du pays… et d’ailleurs.

 

Les Flamands, réputés tellement sérieux et travailleurs, savent prendre des moments de détente. Ils savent faire les fous, comme on le voit sur cette vidéo.

 

Les autorités anversoises ont froncé les sourcils et ont demandé à leurs policiers d’être plus attentifs, à l’avenir, à leur utilisation des réseaux sociaux.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xolxpf

sudpresse.be

Interruption médicale de grossesse – Doctissimo


 

Interruption médicale de grossesse

Epreuve difficile, l’interruption médicale de grossesse (IMG) peut être pratiquée en France jusqu’au terme de la grossesse, à la demande des parents et après acceptation de l’équipe médicale en fonction de l’état de santé de l’enfant à naître. Un acte qui se décide étape par étape…

A la différence de l’IVG (interruption volontaire de grossesse), l’IMG (interruption médicale de grossesse) peut être pratiquée en France jusqu’au terme de la grossesse. Environ 7 000 interruptions médicales de grossesse sont réalisées chaque année sur notre territoire.

Santé de la femme et viabilité de l’enfant à naître

IMGL’interruption médicale de grossesse désigne une interruption pratiquée volontairement lorsque la poursuite de la grossesse met gravement en péril la santé de la femme (pathologie maternelle cancéreuse, cardiaque ou psychiatrique) ou lorsqu’il existe une forte probabilité que l’enfant à naître soit atteint d’une affection d’une particulière gravité, reconnue comme incurable au moment du diagnostic (malformation ou syndrome malformatif, anomalie chromosomique).

Décider d’une IMG : une concertation essentielle

Après plusieurs examens réalisés, les parents ont un délai de réflexion (7 jours sont recommandés1) afin de décider s’ils souhaitent poursuivre ou non la grossesse. « La demande de recours à une IMG émane systématiquement de la femme. Elle fait l’objet d’une évaluation par une équipe pluridisciplinaire, qui peut l’accepter ou la refuser », explique le Dr Jocelyne Attia, médecin coordonnateur du Centre de Diagnostic Prénatal au Centre hospitalier Lyon Sud.

En 2006, les 48 centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal (CPDPN) ont délivré près de 6 800 attestations en vue d’une IMG, 43 % pour syndromes malformatifs ou associations malformatives et 36 % pour indications chromosomiques2.

L’IMG avant 14 semaines d’aménorrhée

Les modalités d’interruption médicale de grossesse diffèrent en fonction du stade de la grossesse mais la prise en charge de la douleur physique et de la détresse morale est assurée quelles qu’en soient les modalités. Avant 14 semaines d’aménorrhée, l’IMG se pratique sous anesthésie générale et le médecin procède à une aspiration par curetage. La femme peut alors sortir le soir-même ou le lendemain.

L’IMG par accouchement

Après 14 semaines d’aménorrhée, l’aspiration par curetage n’est plus possible. L’accouchement est alors déclenché à l’aide d’un produit favorisant les contractions.

Au-delà de 23/24 semaines d’aménorrhée, après déclenchement de l’accouchement, le foetus peut naître vivant. L’IMG comporte alors une étape supplémentaire, le foeticide, qui consiste in utero à endormir l’enfant et arrêter son coeur par voie médicamenteuse. Le foetus naît donc sans vie au moment de l’expulsion. « Le foeticide répond à une obligation légale (demande d’IMG pour une pathologie non curable mais viable et infanticide puni par la loi) et éthique (éviter au foetus de souffrir et au soignant d’accompagner un décès plus ou moins rapide) », poursuit le Dr Attia.

Faire le deuil

Depuis 2008, il est possible d’établir un acte d’enfant né sans vie pour les embryons dès 14 semaines d’aménorrhée. Ce dernier permet d’inscrire l’enfant sur les registres de décès de l’état civil. Il est ainsi possible d’attribuer des prénoms à l’enfant (mais pas un nom), de désigner ses parents (mais pas d’établir un lien de filiation), de l’inscrire sur le livret de famille à titre de simple mention administrative, d’avoir accès à certains droits sociaux (comme le congé maternité). Enfin, il donne la possibilité aux parents d’organiser des funérailles.

« Le travail de deuil est différent pour chaque cas. Parfois, les parents souhaitent voir le bébé après l’IMG, l’habiller et prendre des photos. Certains essaient rapidement de refaire un enfant, d’autres attendent. Il n’y a pas de règle, mais un suivi psychologique peut être utile pour traverser cette période difficile qui inspire souvent aux parents un sentiment de culpabilité et d’échec », précise le Dr Attia. Généralement, la grande majorité des parents gardent espoir et essaient à nouveau de donner la vie.

Delphine Bourdet, janvier 2011.

Sources :

– Entretien téléphonique avec le Dr Jocelyne Attia, Médecin coordonnateur du Centre de Diagnostic Prénatal, Centre hospitalier  Lyon Sud. 16/01/2012

– « Recommandations en matière d’accompagnement du deuil périnatal » (Annexe 1 de la circulaire interministérielle d’application DHOS/DGS/DACS/ DGCL/2009 du 19 juin 2009)

La perte du bébé pendant la grossesse, fiche pour les professionnels de la santé – Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

1. « Hors urgence médicale, la femme se voit proposer un délai de réflexion d’au moins une semaine avant de décider d’interrompre ou de poursuivre sa grossesse ». Article 26 de la Loi 2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique.

2. Agence de la biomédecine. Bilan des activités de procréation et génétique humaines en France Agence de la biomédecine, 2006 (accessible en ligne).

La neige et la blonde‏


 images drôles 4

C’ est un gars au lit qui écoute la radio avec sa femme.

Un matin ils entendent :

« Nous annonçons 10 cm de neige aujourd’hui alors veuillez mettre vos voitures du côté pairde la rue pour le déneigement ! »

La femme se lève, s’habille précipitamment et va placer l’auto du côté pair.

> Le lendemain, ils écoutent encore la radio qui dit :

« Nous annonçons 15 cm de neige aujourd’hui alors veuillez mettre vos voitures du côté impair de la rue pour le déneigement ! »

La femme se lève, se dépêche et va placer l’auto du côté impair.


> Le lendemain, ils écoutent encore la radio :

 

 

« Nous annonçons 30 cm de neige aujourd’hui alors veuillez mettre vos voitures krrrrrrrrhhhrrrrrrr……….. »Et une panne d’électricité interrompt l’émission.

La femme perplexe regarde son mari et lui dit :« Qu’est-ce que je vais faire, il n’a pas dit de quel côté mettre l’auto ? »

L’homme la regarde et lui dit alors, avec beaucoup de compassion, mais alors avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de compassion :

Pourquoi tu ne la laisserais pas dans le garage aujourd’hui ?