Pensée du samedi 4 février 2012.


« Qu’est-ce qu’on découvrirait si on pouvait pénétrer dans
le cœur des hommes et des femmes ! Il y aurait de quoi rire…
et certainement aussi de quoi pleurer. Mon Dieu, les désirs des
humains ! Tout ce qui peut satisfaire leur égoïsme, leur
vanité, leur sensualité, leur besoin de possession, de
domination, ils ne voient rien au-delà… Et vous, que
désirez-vous ? Étudiez ce que vous demandez vraiment, et sans
doute serez-vous étonné vous-même de la petitesse de votre
idéal.
Combien viennent dans une École initiatique dans l’espoir que
toutes leurs difficultés vont disparaître comme par
enchantement et qu’ils deviendront riches, influents,
puissants, glorieux, etc. Eh non, avec de telles illusions ils
ne peuvent rencontrer que des difficultés et des échecs, et
même des difficultés et des échecs plus grands que s’ils
n’avaient jamais mis les pieds dans l’École initiatique ;
car on ne doit jamais utiliser les vérités qui y sont
enseignées dans des buts personnels, égoïstes. Les seuls qui
gagneront vraiment quelque chose sont ceux qui ont pour principal désir de s’exercer, de faire des efforts, de se perfectionner, d’aider les autres. Dans toutes les conditions de la vie ils trouveront les meilleures occasions pour leur avancement. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les photos perdues qui auraient changé l’Histoire | Slate


 600px-aldrin_apollo_11[1]

La CIA a-t-elle tué Robert Kennedy? Pourquoi le film original du premier pas sur la Lune a-t-il été supprimé? Qui aurait eu intérêt à étouffer le 1er vol motorisé de l’histoire de l’aviation?

Evan Symon de Cracked revient sur l’histoire de cinq photos ou vidéos qui auraient pu renverser le cours de l’Histoire… Si elles n’avaient pas disparu.

Parmi elles, le film des premiers pas sur la Lune, qui font déjà l’objet de nombreuses suspicions. «Je sais ce que vous pensez, avertit Evan Symon. On a tous vu le film de l’atterrissage sur la Lune. Comment peut-il être perdu? Eh bien la version que nous avons est une copie vraiment pourrie, comme si la seule copie de Star Wars qui subsistait était un enregistrement VHS minable de la version télé. La version originale en haute qualité est perdue pour toujours

Dans la catégorie des photos qui auraient pu changer l’histoire si elles avaient existé, Evan Symon mentionne celle qu’ont peut-être pris les britanniques George Mallory et Andrew Irvine en haut de l’Everest, vingt-neuf ans avant la première ascension officielle. Des témoins ont déclaré avoir vu deux points noirs au sommet de la montagne, dont ils ne sont jamais redescendus. Seul le corps de Mallory a été retrouvé… C’est malheureusement Irvine qui portait l’appareil photo.

Autre disparition notoire, celle d’une photo de l’assassinat de Robert Francis Kennedy (frère de JFK), après sa victoire à l’investiture démocrate en Californie, en 1968. Le seul photographe à avoir capturé l’instant précis où les coups de feu fatals ont été tirés était un jeune garçon de 15 ans, Jamie Scott Enyart. Dans le chaos qui a suivi la scène, la pellicule lui a été confisquée par la police de Los Angeles pour être mise sous scellés, avec d’autres preuves matérielles, pendant vingt ans. Passé ce délai, Scott Enyart demande à avoir accès à ses clichés, qu’il n’a jamais vus.  Les responsables de archives déclarent d’abord qu’elles ont été détruites par erreur. Elles sont finalement retrouvées, envoyées au photographe par un transporteur… Qui se fait voler la malette dans laquelle elles se trouvaient.

Autre Kennedy, même mystère: on a récemment appris qu’un enregistrement révélant des conversations tenues dans l’avion qui a ramené le corps de JFK après la fusillade de Dallas avait été découvert, et qu’il pourrait contenir de quoi alimenter encore et encore les meilleures théories complotistes.

Photo: Buzz Aldrin sur la lune’>Buzz Aldrin sur la lune / Wikimedia commons

Un site d’aide aux amours secrètes va droit au coeur des Chiliens


 

Des couples discutent dans un parc à Santiago le 26 janvier 2012 (Photo Claudio Santana/AFP)

Mardi 31 janvier 2012, 09h25

« Découvrez si vous êtes l’amour secret de votre amour secret… » Eternel rêve, mission impossible: un réseau social chilien fait fureur en facilitant le premier pas des timides qui se connaissent, en toute confidentialité.

« Ce n’est pas un site de rencontres », explique d’emblée à l’AFP Sebastian Arteaga, un des associés-fondateurs de Huntcha (dérivé de « Hunt you » – Je te traque). « C’est un réseau pour que des personnes qui se plaisent et n’ont pas osé déclarer leur flamme, puissent se le dirent en sécurité ».

A 27 ans, Natalia Rojas avait eu divers partenaires depuis des années, mais n’avait jamais franchi le pas avec son amour platonique Javier Alvarez, l’ami d’un ami. Des rencontres en soirée, un bonjour, quelques mots, rien de plus. « Pendant dix ans comme ça », soupire-t-elle.

Puis elle a essayé http://www.huntcha.com, lancé une bouteille à la mer, et avoué au site, à lui seul, ce qu’elle ressentait pour Javier. Là, surprise de sa vie: Javier avait également confié à Huntcha en pincer pour Natalia.

« Cela fait presque quatre mois qu’on est ensemble. Je sais qu’on dirait une blague, mais c’est la relation la plus sûre que j’ai eue de ma vie », assure à l’AFP Natalia, qui peine encore à croire que c’est un réseau social qui les a réunis.

Derrière le phénomène Huntcha, qui, en quatre mois d’existence, a aimanté 30.000 usagers, se trouvent des jumeaux de 31 ans, Cristobal et Sebastian Zegers, que la presse assimile déjà à des « Zuckerberg chiliens », en référence au créateur de Facebook.

De fait, les Zegers se trouvent actuellement en tournée pour développer leur site aux Etats-Unis puis en Europe. Première étape: la Silicon Valley.

Dans la vidéo promotionnelle de Huntcha, diffusée pour coïncider avec la tournée, Cristobal Zegers, un jeune publicitaire, explique que l’idée a germé lors d’une réflexion sur les raisons du succès de Facebook.

« On s’est dit: faisons un site sur lequel tu peux inscrire le nom d’une personne recherchée, mais qui ne saura jamais que tu la recherches… sauf si elle te recherche aussi », explique Cristobal.

« Si quelqu’un que tu mets dans ta liste t’a mis dans la sienne, à ce moment se produit un +match+, et un message s’envoie à ces deux personnes, à elles seules, disant +vous vous plaisez+ », poursuit-il. Et s’ouvre alors un espace de contact en direct.

Un jeune femme regarde le site de rencontres « Huntcha » le 26 janvier 2012 à Santiago (Photo Claudio Santana/AFP)

Il faut s’inscrire à partir de son compte Facebook. Une fois le compte Huntcha créé, la quête peut être lancée: neuf amours platoniques au maximum.

« Ca marche pour déclarer sa flamme à un ami, un professeur, un voisin, l’ami(e) d’un frère ou d’une soeur, mais pas avec des gens comme Angelina Jolie », croit bon de préciser M. Arteaga.

Pour Natalia, la confidentialité est la vertu clé de Huntcha, avec le fait que seul un « match » produit un contact, évitant des déconvenues blessantes. « Si ton amour platonique ne te met pas dans sa liste, pas de problème, il ne saura jamais que tu l’as mis dans la tienne ».

En quatre mois, Huntcha a déjà produit 1.500 « matches ». Et selon les statistiques informatiques du site, des tendances se dégagent déjà: les femmes ne citent plutôt qu’un ou deux amours platoniques dans leur liste, les hommes davantage. Et ils changent plus souvent.

Huntcha est opérationnel en espagnol et en anglais. Les Zegers lancent bientôt au Chili une application pour téléphone portable.

« Je ne sais plus quel gourou a dit que le prochain réseau social viendrait d’Amérique latine… », dit M. Arteaga en plaisantant à moitié, et soulignant pourquoi Huntcha touche droit aux coeurs, et pourrait exploser: « en amour, il y a beaucoup plus d’histoires de rencontres manquées que de rencontres réussies ».

Le conte de la femme en marche vers sa propre vie – Sources d’Optimisme et de Réflexions Positives


Il était une fois une femme qui, après avoir traversé toute une vie de femme, habitée par différents amours, puis pas une relation essentielle avec un homme qui fut son mari, après avoir porté et élevé des enfants et exercé une profession passionnante, se retrouva au bord de l’existence, devant l’immense vide de sa solitude, celle de sa rencontre manquée avec elle-même.

Comment est-ce possible ? Comment se retrouver ainsi en solitude au mitan de sa vie, vide de projets, dévitalisée d’avoir trop donné, dépossédée de tous ses rêves car ils avaient été déposés en vain et à fonds perdus chez ceux qu’elle avait tant aimés ?

Comment continuer le chemin en se sentant habitée par une immense fatigue d’être, une profonde lassitude à simplement se réveiller le matin, à ouvrir les yeux, à respirer, se laver, s’habiller, affronter le regard aveugle de tant d’inconnus ? Comment avoir l’énergie d’esquisser des gestes qui n’ont plus de sens, de commencer quelques phrases avortées en imaginant tout de suite que demain est déjà périmé ?

Cela est plus fréquent qu’on ne peut l’imaginer dans le monde des femmes et des hommes d’aujourd’hui.

Au début elle manqua de vaciller devant la béance du désert de sa vie, la violence de la solitude, le vide de l’incompréhension qu’elle sentait tout autour d’elle. Souvent par la suite elle désespéra, quand des pensées malignes infectaient son corps, quand des douleurs tenaillaient son dos, déchiraient son ventre, harcelaient son cœur, quand son mal-être était si fort qu’elle imaginait ne pouvoir tenir debout, qu’elle aspirait à se coucher et mourir de lassitude et de désespoir de vivre.

Elle ne savait pas encore que sa vie n’attendait que ce moment pour se rappeler à elle. Une émotion, qui contenait tout un monde à elle seule, s’éveilla, remonta, chemina par des chemins secrets de sa sensibilité, jusqu’à sa conscience, vint éclore dans ses pensées pour devenir lueur, lumière, soleil avant de se transformer en énergie vivifiante.

Un matin, une petite phrase scintilla dans sa tête, dansa sous ses paupières, fredonna à ses oreilles : « Prends soin de ta vie, prends soin de ta vie, prends soin de ta vie… »

Mais d’autres voix, celles des vieux démons, des habitudes anciennes, vexées de se voir délogées par un courant de vie nouveau, tentèrent de prendre le dessus, de recouvrir la petite phrase par leur propre rengaine.
– Fais attention, en osant t’aventure sur le chemin de tes désirs, en voulant te découvrir toute seule, tu prends le risque de te perdre, de révéler des aspects de toi inacceptables.

-Tes désirs sont trompeurs.

– Tu crois avoir tout, tu n’as rien, tu n’es rien, tu n’as pas été capable de retenir ton mari, de garder tes enfants près de toi, de maintenir ton statut de femme aimée…

– Tu es en transformation, chantait la petite voix du début.

– Tu es affabulation, répétaient les voix d’une ancienne vie.

– Je peux m’aimer et me respecter.

– Pas du tout, tu as besoin d’être aimée, tu ne dois donner ton amour que si tu es aimée en retour !

– Je sens que je peux m’aimer et aimer sans avoir nécessairement un retour… pour le plaisir d’être.

– Non, ton cœur n’est pas suffisamment ouvert pour aimer, simplement aimer. Réfléchis bien, tu sais combien ton égo ne supporte pas de vivre le seul bien-être, le plaisir partagé. Il te faut ses sentiments, des serments, du solide, du durable à toute épreuve…

– Je ne suis ni dans le manque, ni dans le besoin, je suis dans le plein !

– Tu te montes la tête et bientôt tu regretteras, tu verras.

– Je suis musique, je recherche et je trouve mes accords.

– Tout est dérisoire, temps perdu, illusions trompeuses. Ne recommence pas à espérer ce que tu n’atteindras jamais.

– J’existe, j’existe enfin pour moi.

– Non, tu survis, tu végètes. Accepte ton sort sans révolte, sans rêve inutile, tu es sur la pente descendante de ta vie, reste tranquille ! Tout est joué, tu as perdu, tu mérites le repos.

– Je me rencontre… J’ai lâché le superflu.

– Tu vas manquer de l’essentiel : la sécurité !

Face à l’impuissance j’apprivoise des forces secrètes, face à l’urgence je fais confiance à mes états intérieurs, face au chaos j’écoute ma propre voix. Je suis sur ce chemin là.

Etonnée, elle n’entendit plus les autres voix, alors elle décida de s’écouter. A partir de ce jour-là, elle ne fut plus seule. Le dialogue qui l’accompagna l’ouvrit à de multiples rencontres.

Extrait de « Contes à aimer. Contes à s’aimer » de Jacques Salomé (Edit. Albin Michel)

La Scientologie condamnée pour escroquerie en appel, une première en France


 

La façade de l’Eglise de scientologie à Paris, le 8 février 2010 (Photo Loic Venance/AFP/Archives)

Jeudi 02 février 2012, 18h36

Les deux principales structures françaises de l’Eglise de scientologie ont vu jeudi leur condamnation pour « escroquerie en bande organisée » confirmée, une décision de cour d’appel qui constitue une « première » dans l’Hexagone.

La justice a confirmé les amendes respectives de 400.000 et 200.000 euros aux deux structures parisiennes, le Celebrity Centre et sa librairie SEL.

La cour d’appel de Paris a en outre confirmé ou alourdi les peines prononcées en 2009 à l’encontre de cinq scientologues.

La plus faible (10.000 euros d’amende) a été infligée à Aline Fabre pour « exercice illégal de la pharmacie ». Alain Rosenberg, « dirigeant de fait » de la Scientologie parisienne, et Sabine Jacquart, une ex-présidente du Celebrity Centre, reconnus coupables d’escroquerie en bande organisée, ont écopé de deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende.

Cet arrêt devra être publié dans cinq quotidiens.

Me Olivier Morice, avocat de l’Unadfi, association de lutte contre les dérives sectaires, le 3 novembre 2011 au palais de justice de Paris (Photo Fred Dufour/AFP/Archives)

« C’est une décision historique », s’est réjoui Me Olivier Morice. L’Unadfi, l’association de lutte contre les dérives sectaires que défend l’avocat, a vu sa constitution de partie civile de nouveau rejetée.

« C’est la première fois en France que la scientologie est condamnée en tant que personne morale pour escroquerie en bande organisée », a-t-il dit, parlant de « très bonne nouvelle pour ceux qui luttent contre les sectes » et de « défaite sévère de l’Eglise de scientologie ».

Georges Fenech, président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) a estimé que les jours de la scientologie « sont désormais comptés » en France, et qu' »en cas de prochaine condamnation, elle encourt quasi automatiquement la dissolution ».

« objectif uniquement financier »

Un membre de l’Eglise de scientologie manifeste devant le Palais de justice de Paris, le 24 novembre 2011 (Photo Joel Saget/AFP/Archives)

A l’extérieur de la salle, trois personnes se présentant comme des hackers informatiques membres des « Anonymous », dont l’un portant leur masque noir et blanc, ont salué la décision, la qualifiant d' »historique ».

Les prévenus et leurs avocats, qui avaient quitté le procès au bout de deux semaines après le rejet de tous les points de procédure soulevés, n’ont pas assisté à la lecture de l’arrêt.

Le Celebrity Centre a qualifié la décision de « totalement faussée et inéquitable », affirmant qu' »elle est le résultat d?une sorte de procès fantôme, où de nombreuses irrégularités et violations des droits fondamentaux des scientologues se sont succédé ».

L’association a annoncé qu’elle allait « immédiatement » se pourvoir en cassation. Si elle n’obtenait pas gain de cause, elle est prête à aller devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, a assuré l’un de ses avocats, Me Michel de Guillenchmidt.

A la mi-journée, environ 250 scientologues se sont rassemblés plus d’une heure devant le Palais de Justice, arborant des pancartes proclamant « J’ai droit à ma religion » ou « Non à un procès en hérésie ».

La justice reproche aux prévenus d’avoir profité de la vulnérabilité d’anciens adeptes pour leur soutirer de fortes sommes d’argent.

Le test de personnalité proposé pour les attirer « ne présente aucune valeur scientifique », écrit la cour dans son arrêt. Les prestations proposées à ces personnes à la suite de leurs tests, interprétés par la scientologie comme « extrêmement négatifs », s’inscrivaient dans « un objectif uniquement financier », et les sommes demandées étaient « sans commune mesure » avec leurs ressources.

Classé parmi les sectes dans plusieurs rapports parlementaires français, le mouvement fondé en 1954 par l’écrivain américain de science-fiction Ron Hubbard est considéré comme une religion aux Etats-Unis et dans quelques pays européens. Il revendique plus de 10 millions d’adeptes dans le monde et 45.000 dans l’Hexagone.

Moov, pour recharger son mobile en courant !


 

moov-shoes-jogging-.jpg

Moov, pour recharger son mobile en courant !

Faire du sport et exploiter l’énergie cinétique qui en dégage, voilà une idée qui est très prisée chez les designers soucieux de l’écologie.

 

De conception brésilienne, Moov est une paire de chaussures de jogging qui fait également office de chargeur d’appareils mobiles. Sous la semelle, l’une des chaussures embarque tout un système permettant d’exploiter l’énergie cinétique fournie à chaque foulée. Grâce au générateur d’énergie, cette énergie cinétique est transformée en courant électrique. Ainsi, le système est capable de recharger la batterie de tout appareil portatif branché aux baskets. La chaussure dissimule une entrée USB au niveau du dos du pied. Moov est également fourni avec une bande conçue spécialement pour fixer le smartphone au niveau de la jambe.

 

moov-shoes-jogging-2.jpg

Moov est le fruit de l’imagination du designer João Paolo Lammoglia. Le concept a été dévoilé lors du 24ème concours Prêmio Design Museu da Casa Brasileira, à São Paolo.

 

tomsguide

Est-ce que Facebook signifie la fin de Google? » Ma Planète


Est-ce que Facebook signifie la fin de Google?

Ajouté le 02/02/2012 03:52:17 par lazar_adriana
Voici une superbe animation de 2 minutes 13 secondes qui retrace les principaux moments de l’histoire de Google. Elle débute en 1995, avec la rencontre de Larry Page et Sergey Brin et se termine sur des images de Wave et de l’OS de Google.[youtube http://www.youtube.com/watch?v=EjN5avRvApk]

Behttp://www.express.be/business/frnoit Descary

Est-ce que Facebook signifie la fin de Google?

Dans Techcrunch, Ben Elowitz, co-fondateur et CEO de Wetpaint, un site qui reçoit 10 millions de visiteurs uniques par mois, explique qu’il a été surpris par la récente déclaration d’Eric Schmidt, qui dirigeait Google jusqu’à récemment, et qui exprimait le regret d’avoir raté l’opportunité des réseaux sociaux.

Google a fourni l’algorithme le plus sophistiqué, qui s’adresse à des milliards d’utilisateurs, exprimant leur intérêt, et à plus d’un million de publicitaires qui cherchent à atteindre les consommateurs au bon moment. Grâce à un enregistrement, ils peuvent atteindre la plus grande partie de la population. Et Google a ainsi bâti un monopole, et a remporté toutes les guerres de la concurrence menées par des outsiders comme Yahoo ou Microsoft.

Mais ce temps est peut-être révolu, estime-t-il, parce que le modèle de Facebook peut mettre Google à mal. Car les informations de Google ont beau être rafraichies au rythme des mises à jour des pages des annonceurs, les données qu’il remonte sont déjà mortes, parce que le web est incroyablement animé et vivant. Et cette vie, elle ne s’exprime nulle part ailleurs mieux que sur les réseaux sociaux. En se concentrant sur les relations sociales entre les gens, Facebook a créé une plateforme qui connait presque 700 millions de personnes, avec leur identité, leurs intérêts, et leurs activités. Les utilisateurs sont suivis sur Facebook, et sur les autres sites. Tandis que Google manipule des données qui sont déjà des reliques, Facebook a accès à de l’information dynamique, les liens en temps réel entre les gens et le web.

Facebook ne permet pas seulement de conjecturer ce que les utilisateurs pourraient aimer en fonction d’indices glanés sur le web : il sait ce qui les intéresse vraiment, spécifiquement, et directement, et il connait chacun des comportements individuels et collectifs pour prédire ce que nous pourrions aimer avant même que cela nous soit soumis.

Récemment, Google a manifesté de l’intérêt pour les réseaux sociaux : il vient de créer un bouton « +1 » , et a annoncé en interne que les bonus de ses employés seraient liés au succès sur les réseaux sociaux. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?



P.s

Je ne crois pas qu`un motor de recherche si complexe va disparaitre,car il y en a stoquees de multiples informations:maps,sciences,literature,art,actualite:la plus diversifiee et vaste bibliotheque.

Mots-clés: ADRIANA Internet

Alzheimer: une nouvelle étude entrouvre la voie à des traitements sur les humains


 

Alzheimer le 21 septembre 2009 dans une maison de retraite à Lutterbach (Photo Sebastien Bozon/AFP/Archives)

Jeudi 02 février 2012, 11h44

Alzheimer se propagerait d’une zone à l’autre du cerveau en suivant les branchements entre les cellules cérébrales comme une infection révèlent une étude américaine sur des souris publiée mercredi qui pourrait déboucher sur des traitements pour les humains permettant d’enrayer la maladie à ses débuts.

Ces travaux qui paraissent en ligne dans la revue PloS One confirment une nouvelle hypothèse d’évolution d’Alzheimer selon laquelle cette maladie se développe à partir d’une seule zone du cerveau.

Mais dans ce cas il ne s’agit pas d’un agent infectieux mais d’une protéine anormale appelée tau dont l’agrégation sous forme de filament étouffe et détruit progressivement l’ensemble des cellules nerveuses ou neurones. Cette découverte laisse penser que bloquer ce processus suffisamment tôt pourrait empêcher la propagation de cette maladie dévastatrice et incurable.

« Des recherches précédentes dont celles conduites avec des IRM (imagerie pas résonance magnétique) sur des humains avaient déjà révélé ce type de propagation de la maladie », souligne le Dr Scott Small, professeur de neurologie à la faculté de médecine de l’Université Columbia à New York, co-auteur de l’étude. « Mais ces différentes recherches ne permettaient pas de montrer avec certitude qu’Alzheimer se propage directement d’une région du cerveau à l’autre », ajoute-t-il dans un communiqué.

Pour ce faire, ces chercheurs ont développé des souris transgéniques porteuses du gène produisant une forme anormale de la protéine humaine tau dans le cortex entorhinal, important pour la mémoire. Les cerveaux de ces souris ont été analysés à différents moments au cours d’une période de 22 mois pour établir la carte de la progression de la protéine tau.

Une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer à la recherche de souvenirs sur des photos le 18 mars 2011 dans une maison de retraite à Angervilliers (Photo Sebastien Bozon/AFP/Archives)

Ils ont constaté qu’au fur et à mesure que ces souris vieillissaient, cette protéine se propageait le long d’un passage anatomique depuis le cortex entorhinal jusqu’à l’hippocampe puis au néocortex. « Cette progression est très similaire à ce que nous voyons aux premiers stades de la maladie d’Alzheimer chez les humains », explique le Dr Karen Duff, professeur de pathologie en psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université Columbia, principal auteur de cette communication. Ces chercheurs ont aussi trouvé des indications laissant penser que la protéine tau se déplaçait d’un neurone à l’autre via les synapses, sorte de lien entre ces cellules cérébrales que celles-ci utilisent pour communiquer entre elles.

Cette étude apporte de nouveaux éclairages qui devraient permettre une plus grande compréhension d’Alzheimer et d’autres maladies neurologiques, ouvrant ainsi la voie au développement de traitements capable d’arrêter sa progression, estime le Dr Duff.

Alzheimer, forme la plus fréquente de démence chez les personnes âgées, se caractérise par une accumulation de plaques de bêta-amyloïde –forme de protéine– dans le cerveau et l’agrégation fibreuse formée de la protéine tau dans les neurones.

« La meilleure façon de soigner Alzheimer pourrait être de l’identifier et de la traiter tout au début pour bloquer sa progression car aux premiers stades la maladie est le plus sensible aux thérapies », relève le Dr Small qui voit poindre à l’horizon « des traitements cliniques prometteurs » ciblant surtout la protéine tau.

« Si nous trouvons le mécanisme par lequel tau se propage d’un neurone à l’autre on pourra potentiellement empécher cette protéine anormale de passer d’une cellule nerveuse à l’autre via les synapses en recourant peut-être à une forme d’immunothérapie », juge le Dr Duff. Ainsi « la maladie ne se répandrait pas aux autres régions du cerveau ce qui est lié à des formes plus graves de démence », ajoute-t-elle.

Les agents utilisés actuellement dans les scanners ne permettent pas de voir la protéine tau mais seulement les plaques de bêta-amyloïde seule également à être ciblées par les traitements actuels. Alzheimer provoque la perte progressive et irréversible des facultés intellectuelles. La maladie touchait près de 36 millions de personnes dans le monde en 2010.

UN POLICIER AGGRESSIF…


Un jour, un automobiliste franchit un panneau ‘Stop’, sans s’arrêter.

Un motard de la police la poursuit et la fait se ranger sur le côté.

– L’agent : « Carte d’identité et papiers du véhicule, s.v.p. »

– La personne : « Mais pourquoi ? »

– L’agent : « Parce que vous ne vous êtes pas arrêté au signal Stop. Carte d’identité et papiers du véhicule, s.v.p… »

– La personne : « Mais j’ai ralenti ! Et puis, il n’y avait personne en vue. »

– L’agent : « Vous deviez vous ARRÊTER et vous ne l’avez pas fait. CARTE IDENTITÉ ET PAPIERS DU VÉHICULE !! »

– La personne : « Bof ! S’arrêter ou ralentir, je ne vois pas la différence… »

– L’agent : « Descendez de votre véhicule. »

Tandis que la personne descend de sa voiture, l’agent sort sa matraque et d’un bon coup sur la tête, il la met à terre.

Ensuite il continue à la frapper un petit moment.

Puis il demande d’un ton sarcastique à la personne :

« Je m’arrête ou je ralentis ? »

(merci à RIGOLUS MAN pour cette farce)