Pensée du vendredi 3 février 2012.


« Notre époque est, paraît-il, celle du progrès. Du progrès
technique, oui ; là, c’est vrai, on voit se réaliser des
merveilles. Mais qu’est-ce que le progrès technique ? Une
victoire sur la matière physique. Alors, que font les humains ?
Tellement contents et fiers d’avoir réussi à fabriquer toutes
sortes d’appareils et de produits qui leur facilitent la vie,
ils ne se rendent pas compte qu’ils les utilisent pour
alimenter leur nature inférieure : satisfaire leur égoïsme,
leur paresse, leur sensualité, leur agressivité. Eh bien, ce
n’est pas un progrès, mais une régression.
Essayez de vous analyser : observez comment vous utilisez tout
ce que le progrès technique a mis à votre disposition, vous
découvrirez que c’est rarement, très rarement pour votre
évolution spirituelle et le bien des autres. Pourquoi ? Parce
que, pour pouvoir utiliser bénéfiquement toutes les richesses
que nous donne la matière physique, il faut avoir préalablement
travaillé sur la matière psychique en soi-même. Le progrès
technique ne sera un véritable progrès que si l’être humain
l’accompagne d’un effort dans la voie de la spiritualité. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Une troupe de babouins détrousse les voyageurs entre le Zimbabwe et la Zambie – Le Point


 

Une troupe de babouins détrousseurs de sacs et pilleurs de camions menace la sécurité des voyageurs à l'un des postes-frontière entre le Zimbabwe et la Zambie, rapporte mardi le quotidien d'Harare Daily News.

Une troupe de babouins détrousseurs de sacs et pilleurs de camions menace la sécurité des voyageurs à l’un des postes-frontière entre le Zimbabwe et la Zambie, rapporte mardi le quotidien d’Harare Daily News.

Une troupe de babouins détrousseurs de sacs et pilleurs de camions menace la sécurité des voyageurs à l’un des postes-frontière entre le Zimbabwe et la Zambie, rapporte mardi le quotidien d’Harare Daily News.

« Les babouins sont un problème qu’il faut traiter, parce qu’ils détruisent les biens des voyageurs », déclare au Daily News Tichaona Phiri, chef du poste-frontière de Chirundu, au nord du lac Kariba.

« Il leur arrive de mordre ou de frapper les gens au visage, si on essaie de défendre ses biens. Ils peuvent aussi arracher les sacs des femmes et même détruire des voitures lorsqu’ils sont à la recherche de nourriture », ajoute ce responsable local.

Les singes savent également dérober des sacs de maïs sur les camions qui s’arrêtent au poste-frontière. « Compte tenu de leur nombre, il est très difficile de les contrôler », ajoute M. Phiri, « et ils se comportent comme des humains, ils savent très bien tricher et dissimuler ».

Les babouins, des singes qui peuvent atteindre 40 kg, peuvent devenir agressifs avec les humains dès lors qu’ils sont à la recherche de nourriture.

Vieillir à deux, l’ultime défi? | LeFigaro.fr


© Francois Lenoir / Reuters/REUTERS

Entre 75 et 79 ans, environ trois hommes sur quatre vivent en couple, contre seulement une femme sur trois .

Par figaro icon Pascale Senk – le 26/01/2012

L’entrée en retraite constitue l’une des crises du couple qui dure, car elle conduit souvent à la désidéalisation de l’autre.

Scène de la vie quotidienne de deux octogénaires: il s’apprêtait à préparer une soupe, elle déboule dans la cuisine en réclamant plutôt des légumes sautés. Ils se houspillent. Quelques heures plus tard, on les voit se promener le long d’un chemin de campagne, puis s’allonger au pied d’un arbre pour observer au soleil la danse aérienne d’abeilles en train de faire leur miel. Soudain, la complicité de ces vieux partenaires crève l’écran.

En quelques minutes, le magnifique film documentaire de Ludovic Virot sur Le Sens de l’âge nous offre les deux images le plus souvent associées au couple vieillissant et qui signent son paradoxe: d’un côté, le quotidien répétitif, enfermant, souvent conflictuel; de l’autre, la plénitude d’avoir vécu tant d’années ensemble…

» INTERVIEW – «L’attention à l’autre, le secret pour vieillir à deux»

Cette traversée du couple âgé est plus fréquente qu’on ne le croit souvent: la dernière étude (à l’échelle européenne) prouve qu’entre 75 et 79 ans, environ trois hommes sur quatre vivent en couple, contre seulement une femme sur trois (35 %), une différence qui s’explique évidemment par le veuvage plus fréquent chez les femmes (source Ined 2006). Ils sont donc encore nombreux ceux qui se coltinent cette aventure exigeante de «rester ensemble». Quels sont les obstacles qu’ils ont à dépasser pour y parvenir?

Retraite à risque

Pour Anne Husser, psychologue clinicienne et thérapeute de couple, l’une des plus grandes crises intervient actuellement avec l’arrivée de la retraite. «S’impose alors une réalité inédite: le fait de vivre 24 heures sur 24 ensemble! C’est un état de fait sans précédent pour la majorité de ces unions, estime-t-elle. Une situation à risque, car elle réactive le lien primaire (celui que tout humain a eu, bébé, avec sa mère ou tout adulte qui le maternait au quotidien). La retraite soumet ainsi chacun des partenaires à une problématique essentielle: va-t-il réussir à être dans une symbiose parfaite ou va-t-il se sentir étouffer?»

Annie de Butler, thérapeute psychanalytique de couple, confirme: «Les demandes de divorce chez les couples à l’âge de la retraite sont de plus en plus fréquentes», écrit-elle dans un numéro de la revue Dialogue (no 188) consacré à ce thème.

Oui, mais s’ils en sont à cette crise, c’est bien qu’ils ont su dépasser toutes les autres, les précédentes? «En effet, observe Anne Husser, l’épreuve qui se présente régulièrement à toute personne vivant en couple est celle de la désidéalisation: l’autre n’est plusun objet unique, tout suffisant, de qui je dois tout attendre.» 

Et cette nécessité de renoncer à l’image si puissante de l’«âme sœur» arrive dès les débuts du couple amoureux avec les premiers conflits, puis avec la naissance des enfants, la nécessité de conjuguer carrière, famille et épanouissement de soi, plus tard encore s’il y a infidélité… Enfin avec la vieillesse des corps, la diminution des facultés psychiques, la fréquence des maladies, cet enjeu «des petits deuils au quotidien» s’intensifie.

«Le couple qui reste soudé est celui qui sait traverser tous ces deuils et s’en relever, estime Annie de Butler. En fait, l’amour initial qui a structuré le couple doit évoluer et se transformer, un peu comme un enfant que la vie pousse à grandir pour mieux s’épanouir.» Et la psychanalyste de constater que ce sont le plus souvent les personnalités rigides qui rompent quand l’autre n’est pas comme elles le voulaient. «Quand on a eu la chance d’être dans un couple qui a survécu aux crises, on a envie de vieillir en couple, ajoute-t-elle… D’ailleurs, toutes les études le confirment: on vieillit mieux et plus longtemps quand on est à deux!» Le couple longue durée est donc un duo qui s’est «musclé».

Idéaux partagés

Pour y parvenir, il y a heureusement de «vrais ciments» pour les partenaires: leurs valeurs communes. «Ce sont ces idéaux partagés qui font tenir ensemble: pratique d’une activité artistique, goût des voyages, de la marche… peu importe, estime Anne Husser. L’important, c’est qu’ils aient pris le temps de découvrir ce socle commun.»

Ces ressources laissent à penser que l’aventure d’une vie à deux reste à explorer, mais de manière renouvelée et contemporaine. Annie de Butler remarque que les couples actuels peuvent tout à fait partager des valeurs communes sans être empêtrés dans des questions de moralité comme l’étaient les générations antérieures.«Aujourd’hui, on peut rester ensemble grâce à des valeurs qu’on s’est vraiment choisies.» Le couple a alors tout pour vieillir au mieux. Parmi ses mannes, il y a le souvenir: «On garde dans sa mémoire que l’autre vous a connu(e) jeune et séduisant(e), et a fait de vous un être de chair et de plaisir»,affirme la psychanalyste. Ainsi, la sexualité, même tarie, reste virtuellement une source à laquelle continuer de s’abreuver.

Indiens isolés du Pérou » Ma Planète


 

Ajouté le 02/01/2012 02:59:25 par lazar_adriana

De nouvelles photos spectaculaires d’Indiens isolés du Pérou 31 Janvier

 LDes photos des Indiens isolés que nous diffusons aujourd’hui n’ont jamais été aussi précises.

© D.Cortijo/www.survivalfrance.org

Survival International vient de se procurer des photos extrêmement précises d’un groupe d’Indiens isolés, un an après la diffusion de photos aériennes d’Indiens isolés du Brésil qui avaient fait la une des médias dans le monde entier.

Les nouvelles photos prises au sud-est du Pérou montrent une famille isolée de la tribu mascho-piro.

Les Mascho-Piro vivent dans une région reculée du parc national de Manú, mais ces derniers mois, ils ont anormalement été aperçus à plusieurs reprises.

On estime que c’est l’exploitation forestière illégale dans le parc et à proximité de celui-ci ainsi que le survol à basse altitude d’hélicoptères des concessions pétrolières et gazières voisines qui forcent les Indiens à fuir.

Les Mascho-Piro sont l’un des cent peuples isolés du monde.

Il y a exactement un an, la diffusion par Survival de photos d’une communauté prospère d’Indiens isolés au Brésil avait été relayée par les médias du monde entier.

Les photos diffusées aujourd’hui sont les plus précises qui n’ont encore jamais été prises.

Gros plan sur les Mascho-Piro.

© D.Cortijo/www.survivalfrance.org

Les dangers du contact avec ces peuples qui ont choisi de vivre dans l’isolement viennent d’être réaffirmés par la mort récente d’un Indien matsiguenga.

Nicolás ‘Shaco’ Flores a succombé à ses blessures après avoir reçu une flèche d’un Indien isolé près du parc national de Manú. Depuis plus de 20 ans, il avait l’habitude de déposer près de chez lui de la nourriture et des cadeaux pour un petit groupe isolé d’Indiens mascho-piro.

Glenn Shepard, anthropologue et ami de la victime, a écrit dans son blog et dans Anthropology News : ‘La mort de Shaco est une tragédie : il était un homme bienveillant, courageux et intelligent. Il pensait aider les Mascho-Piro. Et malheureusement, dans ce tragique incident, les Mashco-Piro ont exprimé leur farouche désir de rester isolés’.

 Nicolás “Shaco” Flores a été tué par des Indiens isolés après avoir tenté d’entrer en contact avec eux

© Survival

Beatriz Huertas, spécialiste péruvienne des Indiens isolés, a assuré à Survival qu’un tel cas était ‘inhabituel, complexe et extrêmement délicat’ et que ‘le contact avec ces Indiens peut désormais se produire à tout moment. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures préventives et mettre d’urgence en place un plan de contingence avec les autorités locales afin de prévenir tout autre incident de ce genre’.

L’an dernier, Survival avait interpellé le Service national des aires protégées (SERNANP), dépendant du ministère de l’Environnement péruvien, à propos d’une vidéo montrant des touristes déposant des vêtements sur les berges d’une rivière pour attirer les Indiens isolés.

Suite à notre intervention, la région avait été interdite aux touristes et la population locale avait été avertie des dangers que représentait le contact avec ces Indiens isolés.

On estime que c’est l’exploitation forestière illégale qui force les Indiens à fuir.

© G. Galli/www.survivalfrance.org

Le département des affaires indigènes (INDEPA) projette d’établir un poste de surveillance dans cette région reculée pour protéger les populations locales et les groupes isolés.

Stephen Corry, directeur de Survival international, a déclaré aujourd’hui : ‘Un an après, la diffusion de ces nouvelles photos apporte des preuves supplémentaires de la présence d’Indiens isolés dans cette région. Il est intolérable que les gouvernements, les compagnies ou des anthropologues puissent encore nier cette évidence. Le premier contact avec des Indiens isolés est toujours dangereux et peut souvent s’avérer fatal – aussi bien pour la tribu que pour ceux qui tentent d’entrer en contact avec elle. La volonté des Indiens de rester isolés doit être respectée’.

Details:

Indiens Isolés du Pérou – Survival International

Mots-clés: ADRIANA Traditions

Le loup blanc » Ma Planète


 

Le loup blanc

Ajouté le 02/01/2012 14:54:41 par marcheuse

Le loup blanc

Le loup blanc, celui qui est si rare qu’il est assimilé à un mythe. Et pourtant …

Il était une fois une famille qui vivait dans une cabane à l’orée de la forêt. Les parents et leur deux fils y menaient une vie rude, dont ils ne se plaignaient pas.

Ils étaient à l’abri et si leur nourriture était frugale, du moins ne souffraient-ils pas de la faim

Une fois les hommes partis au travail, la mère s’inquiétait, redoutant les accidents assez fréquents parmi les bûcherons.

Elle ne se détendait qu’en entendant les voix des hommes rentrant au coucher du soleil.

Parfois, ils chantaient ou sifflaient sur le chemin, alors elle souriait car elle savait que la journée avait été bonne.

Un jour, après le départ des hommes, on gratta à la porte.

La femme ouvrit : à quelques mètres, un loup blanc était assis sur son arrière-train, un loup blanc qui la regardait intensément.

Effrayée, elle referma l’huis et verrouilla la porte.

Quand les hommes rentrèrent, le père s’étonna devant la porte fermée.

« Eh ! Quoi femme, c’est une nouvelle manie ? » dit-il.

« Tantôt, un loup blanc est venu gratter à la porte et j’ai eu peur, alors je l’ai verrouillée. »

Le mari s’esclaffa : « Elle est bien bonne celle-là. Les loups blancs n’existent pas.

Mon père et mon grand-père ont travaillé toute leur vie dans la forêt et jamais, vous m’entendez, jamais n’en ont vu. »

Le souper achevé, il sortit et alla inspecter les environs.

On n’est jamais trop prudent.

Il rentra.

« Femme, tu as rêvé, il n’y a aucune trace de loup près de la maison. »

Le lendemain, à la même heure, on gratta à la porte.

Malgré ses bonnes résolutions, curieuse, elle entrebâilla la porte. Il était bien là, assis à la même place. Vite, elle referma la porte.

Un peu plus tard, elle n’y tint plus et entrouvrit la porte, rien qu’une fente, juste assez pour voir.

Il était toujours là.

Elle n’osa rien dire à son mari par crainte de ses moqueries.

Les jours passèrent et régulièrement, le loup blanc, après avoir gratté à la porte, s’installait à proximité.

Petit à petit, la femme s’accoutuma à sa présence et alla même jusqu’à laisser la porte entrouverte mais le loup ne bougeait pas.

Un jour, il ne vint pas, la femme s’inquiéta ; à plusieurs reprises, alla voir sur le seuil et finalement se sentit déçue sans trop savoir pourquoi.

Le lendemain, quand elle entendit un grattement à la porte, son cœur fit un bond de joie et elle se précipita pour ouvrir. Le loup se leva, fit quelques pas, s’éloignant, s’arrêtant, se retournant, l’invitant par son attitude à le suivre.

Comme il semblait inoffensif, elle sortit, le suivant à distance.

Arrivé aux premiers arbres de la forêt, il s’arrêta de nouveau.

Elle fit encore quelques pas, puis un reste de prudence l’arrêta.

Elle n’allait quand même pas suivre un loup, même blanc, dans la forêt !

Le loup revint sur ses pas et lentement, prudemment, se coucha à ses pieds.

Ce geste de soumission la toucha jusqu’aux larmes et imperceptiblement, elle se pencha, avançant la main pour caresser la toison immaculée.

Alors que sa main l’atteignait, l’animal disparut et la main ne rencontra que le vide.

Interdite, elle demeura immobile un long moment puis, à pas pesants, regagna la cabane.

Le jour suivant, à l’endroit où le loup s’asseyait, une grosse touffe de perce-neige fleurissait.

La femme s’en approcha et, tendrement, du bout des doigts, effleura les corolles blanches.

Y avait-il un loup ?

Qui sait ?

Bien des choses ne laissent pas de trace tangible et existent pourtant, n’en déplaise aux matérialistes.

 

Marcelle Gerday

 

Mots-clés: Marcheuse Légendes

Astrologie Chinoise » Ma Planète


 

 

Ajouté le 02/01/2012 16:26:05 par Jacqueline_Blais

Voici une belle page que je voulais partager avec vous.

 

L’astrologie  Chinoise

 


http://cartespostales.chezmaya.com/v2/component/zoo/item/astrologie-chinoise.html

Une tondeuse à gazon télécommandée et solaire


 

Une tondeuse à gazon télécommandée et solaire.jpgUne tondeuse à gazon télécommandée et solaire

 

Le créatif Robert Smith vient de présenter un prototype de tondeuse à gazon des plus pratiques. Nommé SCRCELM, l’appareil possède deux arguments de poids : il est à la fois télécommandé et solaire.

 

Actuellement, le marché regorge de tondeuses commandées à distance et des tondeuses solaires, mais rarement un modèle combine ces deux propriétés à la fois. SCRCELM est en fait un modèle DIY, réalisé par Robert Smith lui-même. L’homme a expliqué sur son site comment reproduire son prototype.

http://www.robert-smith.net/my-projects/how-to-build-a-rc-lawn-mower/

Tout un chacun devrait être capable de répliquer son modèle puisque tous les détails et toutes les étapes à suivre sont énumérées. Le fabricant a utilisé à la base une tondeuse électrique Black & Decker CM1836, deux panneaux solaires 20W et deux batteries 12V.

 

tondeuse-solaire

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=xYoxCsltIqc]

 

19:11 Écrit par Yes

Vidéo :Des hommes volants au-dessus de New York !


 

hommes volants.jpgVidéo :Des hommes volants au-dessus de New York !

 

Quelques chanceux passants ont pu admirer dans le ciel de New York un spectacle grandiose pour quelques minutes: trois formes humaines volant dans le ciel de Big Apple.

 

Il ne s’agissait évidemment pas de véritables « hommes volants » mais d’appareils télécommandés humanoïdes, conçus dans le cadre d’une opération virale orchestrée notamment par la Fox pour la promotion du film « Chronicles », qui suit trois personnages ayant la capacité de voler.

 

Le coup marketing est déjà un succès puisqu’en à peine une journée de présence sur YouTube, la vidéo a déjà été vue plus de 400.000 fois.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=dcDN409ZBv4]

(mdv/7sur7)

La Joconde a une soeur jumelle | Slate


 joconde[1]

A défaut d’avoir retrouvé la dépouille de la supposée Joconde, le musée du Prado à Madrid a authentifié une réplique de son fameux portrait peint par Léonard de Vinci au 16ème sicèle.

Longtemps considérée comme étant une énième copie de l’oeuvre originale, ce tableau a été exposé sur les murs du Prado sans que l’on sache qui en était l’auteur, avant d’être stocké dans la réserve du musée. The Art Newspaper révèle qu’il s’agit en fait d’une oeuvre réalisée par un élève de Léonard de Vinci, en même temps que la version mondialement connue.

Le site Internet Redigitaltv explique que c’est en nettoyant le fond noir de la toile que l’on a découvert le même paysage, celui de la Toscane, dessiné par Leonard de Vinci derrière La Joconde exposée au Louvre. C’est une des indications qui a conduit les expert à penser qu’il s’agissait d’une oeuvre contemporaine du peintre italien, et non d’une oeuvre postérieure exécutée par un artiste d’une école flamande, comme on l’a toujours supposé.

On ne sait pas si, tout comme le maître, l’élève peignait avec les doigts, mais la toile que l’on surnomme déjà «La nouvelle Joconde du Prado», n’a manifestement rien a envier à l’originale, une idée confirmée par The Art Newspaper:

«Le vernis jauni minutieusement enlevé du visage de la Joconde donne une impression beaucoup plus vive de ses yeux alléchants et de son sourire énigmatique».

Toujours selon ce site, la copie a même permis aux experts de faire de nouvelles découvertes sur la façon de travailler du peintre italien et sur l’oeuvre originale en elle-même:

«La production d’une deuxième version, peinte aux côtés de l’original, est intrigante. Elle ajoute du crédit à la théorie de Martin Kemp selon laquelle Léonard aurait eu un coup de main pour la réalisation des deux versions de La Vierge au Yarnwinder, de 1501 à 1507. […] Mais le plus excitant à propos de la réplique du Prado, c’est ce qu’elle révèle sur les originaux de Léonard de Vinci. Dans l’exemplaire de Madrid, il y a des zones qui sont mieux préservées que dans celui du Louvre. La réplique nous donne plus de détails sur les broches de la chaise, le jabot sur le bord du tissu au niveau de la poitrine de Mona Lisa et le voile semi-transparent autour de son épaule, le bras gauche et le coude».

El Paísrévèle par ailleurs que la direction du Prado avait prévu de présenter cette découverte à la fin du mois mais qu’une présentation effectuée il y a deux semaines lors d’une conférence à Londres avait précipité l’annonce. L’oeuvre devrait rejoindre le Louvre pendant quelques temps, pour partager le haut de l’affiche avec sa grande soeur.

Photo: MonaLisaen el Louvre por Leonardo da Vinci/ Proyecto

Oui aux fritures… Mais à l’huile d’olive et de tournesol ! – News Nutrition – Doctissimo


 

jeudi 26 janvier 2012


Les aliments frits ne sont pas forcément mauvais pour la santé cardio-vasculaire, du moment qu’on emploie de l’huile olive ou de tournesol, d’après une étude espagnole publiée mardi 24 janvier dans la revue British Journal of Medicine.

 

 

fritures et maladies cardiovasculaires

Des chercheurs ont démontré qu’il n’y avait pas de relations entre fritures et maladies cardiaques

Les scientifiques de l’Université autonome de Madrid ont suivi 40 757 adultes sur une période de 11 ans, en les interrogeant fréquemment sur leurs habitudes alimentaires. L’étude montre qu’il n’y a aucun lien entre les aliments frits et les maladies cardiaques.

« Avant de tous nous ruer sur les poêles à frire, il est important de se rappeler que les sujets de cette étude suivaient un régime méditerranéen et non le régime britannique à base de fish and chips« , note Victoria Taylor de la British Heart Foundation dans un entretien avec la BBC.

Les vertus du régime méditerranéen (ou crétois) pour la santé sont connues depuis longtemps. Il privilégie les fruits et légumes frais, l’huile d’olive, le poisson, et autorise un verre de vin de temps en temps.

Les professionnels de la santé sont unanimes : les aliments gras peuvent augmenter la tension artérielle et le taux de cholestérol, et peuvent entraîner une prise de poids. « Quelle que soit la méthode de cuisson, consommer des aliments gras signifie plus de calories dans l’organisme« , ajoute Victoria Taylor. « La meilleure solution pour avoir un coeur en bonne santé est un régime équilibré, avec beaucoup de fruits et de légumes, et des aliments très gras en petite quantité« .

Relaxnews

UN ANGLAIS, UN AMÉRICAIN ET UN NEWFIE DANS UN BAR…


 

Décolleté très révélateur sur cette jolie femme

Un anglais, un Américain et un Newfie sont dans un bar.

Ils discutent, s’amusent et sont tout à fait d’accord pour souligner que l’endroit est très agréable.

Alors, l’Anglais dit :

« C’est bien fun ici, mais à London, j’en connais un bien meilleur qui s’appelle « Chez Andrew », là tu achètes ta première bière, tu achètes ta deuxième bière, et Andrew en personne te paye ta troisième bière ! »

L’Américain réplique :

« J’ veux pas vous embêter, mais je connais encore mieux ! Y a un bar à New-York qui s’appelle « Chez John ». Tu achètes une première bière, et John t’offre la deuxième. Tu achètes une troisième et John te paye la quatrième…»

Et là, le Newfie le coupe :

« Écoutez-moi bien çà, chez nous, il y a un bar qui s’appelle « Chez Vanderbrul » ! »

« Vous ne me croirez pas, mais monsieur Vanderbrul te paye une première bière, te paye une deuxième bière, te paye une troisième bière, te paye une quatrième bière, et là, tu peux aller au deuxième étage dans une chambre, pour baiser ! »

« Incroyable ! répondent les deux autres. Est-ce que cela t’es réellement arrivé à toi ? »

« Non, répond le Newfie, mais c’est arrivé à ma sœur.»

(merci à RIGOLUS MAN pour cette farce)