Pensée du samedi 21 janvier 2012.


« Combien de gens pris dans le tourbillon de leurs activités
quotidiennes ne pensent pas qu’à chaque instant ils peuvent
perdre la vie ! Ou même s’ils y pensent, la mort reste pour
eux un mot vide de tout contenu. Alors, quand le moment de
quitter la terre approche, il se fait en eux une prise de
conscience terrible, et le remords s’empare d’eux, car ils
ont la sensation d’être passés à côté de tout ce qui fait
le prix de l’existence.
Même si le remords n’efface rien, il est bon de regretter ses
fautes et le temps perdu. Mais pour que ces regrets ne soient pas
stériles, il faut en même temps se lier à la lumière, car
elle est notre seul salut. Où que nous allions, c’est la
lumière qui nous conduit, et elle est aussi pour nous une
nourriture. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov
 

LA GENTILLESSE S’APPREND TOUS LES JOURS… » Ma Planète


LA GENTILLESSE S’APPREND TOUS LES JOURS…

Ajouté le 11/13/2011 10:51:14 par NOEMIE

« La gentillesse s’apprend tous les jours, à l’école mais aussi en dehors »

Pour Béatrice Di Mascio, pédiatre, l’école a son rôle à jouer pour éduquer à la gentillesse.

L’école est un lieu de concurrence, de compétition. La gentillesse des enfants peut-elle s’y exprimer?
Bien sûr. La gentillesse, le respect, le fairplay ne sont pas incompatibles avec le fait de réussir dans la vie et à l’école.

 
La gentillesse s’acquiert-elle ou un enfant est-il naturellement gentil ?
Un enfant n’a pas de malignité naturelle. Mais c’est une petite graine qui mérite d’être entretenue. Bien sûr, l’enfant va passer par des phases de colère, d’opposition, indispensables à sa construction. Ces moments difficiles doivent être entourés de beaucoup de gentillesse de la part des adultes pour faire comprendre à l’enfant non pas qu’il est méchant ou « pas gentil », mais que ce n’est pas comme cela qu’on agit, en lui expliquant pourquoi. La gentillesse est le fruit d’une éducation. Quelqu’un de gentil est bien élevé, il aime faire plaisir. Un enfant qui grandit dans une famille plutôt douce et sereine sera plus enclin à la gentillesse qu’un enfant qui vit dans une famille où règne la violence. C’est là que l’Education nationale a un rôle à jouer.
 
Justement, quel est le rôle de l’école dans l’éducation à a gentillesse?
C’est de montrer l’exemple, mais c’est un rôle complémentaire et indissociable de celui des parents. La solidarité, l’entraide, la gentillesse s’apprennent tous les jours, à l’école mais aussi en dehors.
 
Comment expliquer que les enfants soient cruels entre eux?
Plus la famille dans laquelle l’enfant évolue est à l’écoute, plus l’enfant sera respectueux. Mais les enfants cherchent à être chef de meute, à commander, à dominer. Dans la cour des écoles, c’est souvent la loi du plus fort. Il faut comprendre que le petit enfant est au centre de toutes les attentions. Tout est pour lui. C’est ce qu’on appelle la « toute puissance infantile ». C’est cette position dominante qu’il essaie de conserver à l’école. Il n’en est pas méchant pour autant. Mais quand un enfant tape, c’est le rôle des professeurs de se demander pourquoi. Et d’essayer de faire évoluer les choses.
 

« On vit les uns avec les autres, alors autant être sympa »

Atanase Périfan est président de la Fédération Européenne des Solidarités de Proximité et créateur de la « Fête des voisins »

 
 
0
Comment peut-on manifester sa gentillesse à ses voisins ?
De mille manières. Etre gentil, c’est se préoccuper de celui qui est à côté, c’est lui montrer qu’il a sa place et sa valeur, qu’il existe. C’est le reconnaître. Quand nous avons fait un sondage sur le voisin idéal il y a deux ans, 73% des Français ont répondu « c’est celui qu’on ne voit jamais ». C’est triste! Etre gentil, c’est être attentif, dire bonjour, avoir des petits gestes, proposer des services.

La gentillesse peut être très concrète: j’ai prêté ma perceuse à mon voisin. Une semaine après, il me l’a rendue avec trois chocolats dans la boite. J’ai eu une bouffée d’empathie à ce moment-là! Quand on commence à être sympa avec les autres, ils le sont de plus en plus avec nous, et ça se passe beaucoup mieux. La gentillesse est pro-active. Mais attention, l’escalade se fait dans les deux sens: quand on n’est pas sympa, c’est de pire en pire.
 
Le voisinage, c’est la bonne échelle pour exercer sa gentillesse ?
Plein de gens vivent très bien sans se préoccuper de leurs voisins. Mais on vit les uns avec les autres, alors autant être sympa, se rendre des petits services. C’est cette logique de petits gestes qui font que la gentillesse facilite vraiment la vie au quotidien. Il suffit de mettre le doigt dans l’engrenage et après ça vient tout seul. Cela nécessite bien sûr d’aller vers l’autre, de briser la glace, et avec le sourire. C’est du lien, du liant.

 
Quels conseils donneriez-vous à ceux qui n’ont jamais parlé à leurs voisins et qui voudraient se montrer gentils envers eux ?
Il n’y a pas de mode d’emploi. On peut déjà participer à la Fête des voisins, à organiser quand on veut. Mais on peut aussi simplement dire « bonjour, comment allez-vous, je me présente, on se croise de temps en temps… » Voilà, des choses simples et pas engageantes. Car aujourd’hui, être gentil est suspect. C’est un vrai frein.
On se dit mais qu’est-ce qu’il veut celui là? Qu’est-ce que ça cache? Il faut donc parfois insister pour que les gens acceptent un geste sympa et désintéressé. Car il plus difficile de recevoir et tellement plus gratifiant de donner. C’est pour cela qu’il faut que ce soit un échange réciproque et pourquoi la gentillesse va de paire avec la solidarité et l’entraide.
 
 
—————–
de par le net

Mots-clés: NOEMIE

Elle se déguisait en garçon pour flirter avec ses copines » Ma Planète


Ajouté le 01/19/2012 02:47:55 par lazar_adriana

Elle se déguisait en garçon pour flirter avec ses copines

Gemma Barker, une jeune Britannique de 19 ans, est actuellement incarcérée dans l’attente de son jugement pour une affaire très glauque de moeurs sur mineures d’âge et de fausse identité.

Attirail de déguisements
La jeune femme a été démasquée après avoir mené de main de maître un jeu très malsain qui lui permettait de flirter avec ses propres amies à leur insu. Gemma Barker se déguisait en effet en garçon pour approcher des copines qui l’attiraient sexuellement et avoir avec elles des relations sexuelles ou du moins des flirts très poussés.

Elle qui n’assumait pas son homosexualité et était physiquement séduite par ses amies a en effet décidé de se faire passer pour différents garçons, changeant sa voix et adoptant un look masculin qui empêchait son propre entourage de la reconnaître. La jeune femme possédait une panoplie de pantalons baggy, de casquettes et chapeaux, perruques, et sweats à capuches de garçons.

Trois noms d’emprunt pour tourner la tête des filles
L’accusée a alors manipulé ses propres amies, les rencontrant « fortuitement » sur le net sous différents noms de garçons. Chaque personnage qu’elle incarnait avait son propre look, sa propre voix, son propre profil Facebook. Selon le procureur, Gemma Barker a tout d’abord pris le nom d’Aaron Lampard pour draguer une amie de 16 ans sur internet. Profitant de ce qu’elle savait d’elle, Gemma devient officiellement en couple avec la jeune fille. Les jeunes se voient dans des parcs ou chez les parents de l’adolescente, sans que personne ne reconnaisse jamais Gemma Barker. Toujours affublée d’une casquette, usant d’une voix grave, l’accusée était difficilement identifiable.

Barker alias « Aaron » a embrassé, caressé et entretenu des rapports sexuels avec l’adolescente sans que celle-ci ne comprenne jamais qui il/elle était. Parallèlement, Gemma Barker s’est créé une nouvelle identité, soit « Connor McCormack ». Sous l’identité de celui-ci, elle fait soi-disant « connaissance » d’une amie de la première victime, âgée de 15 ans cette fois, qui n’était autre qu’une autre de ses copines qui l’attiraient.

« Adultère »
Elle entretient alors une relation amoureuse et sexuelle avec celle-ci sous l’identité du fameux Connor. Les deux victimes de Gemma Barker étaient des amies proches et ne se sont jamais aperçues de la supercherie. Jusqu’au jour où la victime la plus jeune enlève par surprise la casquette de Connor. Stupeur pour la victime… qui ne croit alors pas reconnaître Gemma Barker, mais Aaron, le petit ami de son amie. Désespérée, la jeune victime envisage de tout dire à son amie « trompée », mais se ravise temporairement devant les explications d’Aaron.

Accusé d’infidélité, Aaron Lampard alias Connor McCormack (ou plutôt Gemma Barker) a poussé le vice encore plus loin. Elle se fracture la mâchoire elle-même et accuse alors un troisième personnage imaginaire, « Luke Jones », de l’avoir forcé à endosser le rôle imaginaire de Connor pour sortir avec la seconde victime. Gemma toujours couverte par l’identité du prétendu Aaron, ado soi-disant manipulé, envisage alors de prétendues poursuites contre son agresseur et maître-chanteur, Luke Jones.

« Votre agresseur est une femme: votre amie Gemma »
Très alambiquée, l’histoire aura évidemment une fin, quand « Aaron Lampard » est arrêté pour abus sexuel sur une des jeunes filles après que celles-ci eurent décidé d’appeler la police après leur mésaventure très louche. Mais c’est avec encore plus de stupeur qu’elles ont découvert, via la police, quelle était la véritable identité et la nature de leur relation triangulaire avec Aaron/Gemma.

Une fois au commissariat pour agression sexuelle sur mineure, Aaron Lampard fut en effet forcé de se déshabiller et c’est là que les enquêteurs ont réalisé qu’il s’agissait d’une jeune femme, qui s’avèrera être Gemma Barker.

Prison
La jeune femme a reconnu les faits et dévoilé tous ses subterfuges et manipulations devant la cour. Le procureur a souligné au juge que jamais, si elles avaient connu la véritable identité de leurs « petits amis », les victimes n’auraient accepté de relations à caractère sexuel avec une femme. Gemma Barker encourt une peine de prison pour abus sexuels sur mineures d’âge et triple usurpation d’identité dans le but de forcer les jeunes filles à engager une relation avec elle.

(acx) 17/01/12 17h34Mots-clés: ADRIANA Les Moeurs

Une belle histoire » Ma Planète


Une belle histoire

Ajouté le 01/19/2012 09:18:30 par Jacqueline_Blais

Un jour, une femme sort de sa maison et voit troisvieillards avec de longues barbes blanches, assis devant chez elle. Elle ne les reconnaît pas.

Elle leur dit : Je ne pense pas que je vous connaisse, mais vous devez avoir faim, s’il vous
plaît, entrez et je vous donnerai quelque chose à manger.Est-ce que les enfants de la maison sont là ? demandent-ils.
Non, ils sont sortis leur répond-elle. Alors nous ne pouvons pas entrer.

En fin d’après-midi, lorsque les enfants reviennent de l’école, la femme leurraconte son aventure avec les trois hommes.

Va leur dire que nous sommes à la maison et invite-les à entrer! Disent-ils à leur mère. La
femme sort et invite les hommes à entrer dans la maison.

Nous n’entrons jamais ensemble dans une maison,répondent-ils. Un des vieillards explique :

Son nom est ‘Richesse’, dit-il en indiquant un deses amis et, en indiquant l’autre, lui c’est ‘Succès’, et moi je suis ‘Amour ».

Il ajoute alors, Retourne à la maison et discute avec ta famille pour savoir lequel d’entre nous vousvoulez dans votre maison. La femme retourne à la maison et rapporte à sa famille ce qui avait été dit.
Comme c’est étrange ‘! S’exclament les enfants. Puisque c’est le cas, nous allons inviter RichesseLa mère n’était pas d’accord.Pourquoi n’inviterions-nous pas Succès? Votre pèreen aurait bien besoin dans ses affaires…

La plus petite, Raffie, qui suçait encore son pouce, s’exprime à son tour : Veux mamours, veux mamours…..

Les parents fondent devant tant de câlinerie enfantineet la mère sort inviter ‘Amour’ àentrer…

Amour’ se lève et commence à marcher vers la maison. Les deux autres se lèvent aussi et le suivent.
Etonnée, la femme demande à ‘Richesse’ et ‘Succès’:J’ai seulement invité ‘Amour’. Pourquoi venez-vous aussi?

Les vieillards lui répondent ensemble :Si vous aviez invité ‘Richesse’ ou ‘Succès’, lesdeux autres d’entre nous seraient restés dehors, maisvous avez invité ‘Amour’ et partout où il va, nous
allons avec lui, puisque partout où il y a de l’Amour,il y a aussi de la Richesse et du Succès .

MON SOUHAIT POUR TOI QUI ME LIS:Où il y a de la douleur, je te souhaite la paix
Où il y a le doute en toi, je te souhaite une confiance renouvelée
Où il y a la fatigue ou l’épuisement, je te souhaitela compréhension, la patience et la force…
Où il y a la crainte, je te souhaite l’amour et lecourage.

LA VALEUR D’UNE PERSONNE SE MESURE TOUJOURS AU BONHEUR
QU’ELLE DONNE AUX AUTRES.

 

Me plaindre moi… Plus jamais ! » Ma Planète


Me plaindre moi…plus jamais

Ajouté le 01/19/2012 16:33:54 par cokie

Me plaindre moi… Plus jamais !

J’ai vu aujourd’hui dans un autobus, une très jolie jeune fille,

avec une chevelure blonde.

Je l’ai trouvé chanceuse, elle semblait si gaie ;

j’ai regretté de n’être pas si jolie,

quand soudainement elle s’est levée pour descendre.

Je l’ai vue boiter tout au long de l’allée

s’appuyant sur une béquille;

elle n’avait qu’une jambe.

En passant, elle m’a souri.

Mon Dieu, excusez-moi de me plaindre,

j’ai deux jambes, le monde est à moi.

Je suis entré dans une boutique pour acheter des bonbons.

Le garçon qui m’a servi était très gentil.

J’ai conversé avec lui… que je sois en retard n’était pas important.

Quand je l’ai quitté, il m’a dit:

» Je vous remercie madame ; vous avez été des plus gentille.

Ça fait du bien de parler à des gens comme vous parce que vous voyez…

je suis aveugle ».

Mon Dieu, excusez-moi de me plaindre,

j’ai deux yeux, le monde est à moi.

Plus tard, marchant dans la rue,

j’ai vu une jeune fille avec des yeux tellement beaux et tellement bleus.

Elle regardait les autres enfants jouer.

Il me semblait qu’elle ne savait pas quoi faire.

Je lui ai demandé : »Pourquoi ne jouez-vous pas avec les autres ? »

Comme elle ne me répondait pas, j’ai compris qu’elle était sourde.

Oh Dieu, pardonnez-moi si je me plains,

j’ai deux oreilles, le monde est à moi.

J’ai deux jambes pour m’amener où je veux ;

j’ai deux yeux pour voir se lever et se coucher le soleil ;

j’ai deux oreilles pour entendre le chant des oiseaux.

Mon Dieu, pardonnez-moi si je me plains,

vous êtes là et le monde est à moi.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Charmette,la maison musee,J.J.Rousseau » Ma Planète


Charmette,la maison musee,J.J.Rousseau

Ajouté le 01/19/2012 10:15:06 par lazar_adriana

 

La maison de Rousseau en Savoie, lieu de pèlerinage des Rousseauistes d’aujourd’hui

CHAMBERY (Savoie), 17 jan 2012 (AFP) – 17.01.2012 06:56

 

Sur les hauteurs de Chambéry, la villa des Charmettes, où Jean-Jacques Rousseau passa six années de travail fécond, est devenue un lieu de pèlerinage pour Rousseauistes d’aujourd’hui, nourris par cet inspirateur de la Révolution française, 300 ans après sa naissance.

« Même en Iran, Rousseau est connu! », signe un touriste perse sur le livre d’or de la maison-musée, qui regorge d’hommages de touristes du monde entier, nombreux à pousser la porte de la modeste maison où Jean-Jacques Rousseau a résidé auprès de Mme de Warens à partir de l’été 1736.

« Jean-Jacques Rousseau est sans doute l’un des écrivains français les plus connus à l’étranger », souligne Mireille Védrine, la conservatrice de ce petit musée qui a accueilli en 2010 14.000 visiteurs.

Sa prose n’est pas surannée et ses thèses sur la liberté ou le rapport de l’homme à la nature trouvent écho dans la société d’aujourd’hui, plaident les spécialistes du philosophe des Lumières.

« Il pointe les inégalités en soulignant l’absence de corrélation entre le travail accompli et le degré de richesse » et « met en garde contre les progrès de la science », analyse le philosophe Blaise Bachofen, auteur d’une thèse sur l’écrivain et membre de la Société Rousseau.

Fondée en 1904 à luniversité de Genève, sa ville natale, cette société a pour mission de « développer et coordonner » les études sur l’écrivain, qui fait l’objet d’un « intérêt grandissant » ces dernières années, assure M. Bachofen.

« Sa philosophie d’un retour à la nature est très actuelle aujourd’hui, même si, comme de nombreux Humanistes, on l’a un peu oublié ces dernières années », déplore Serge, un visiteur suisse de passage dans cette maison de maître située dans un vallon boisé, entourée d’un verger et de vignes.

« Par son esprit libre et son refus d’être formaté, Rousseau l’autodidacte a des raisons de parler aux jeunes générations », relève de son côté Mme Védrine.

« Pour les Français, Rousseau rime avec épreuve du baccalauréat, alors que pour les étrangers il symbolise l’esprit révolutionnaire français et le romantisme », nuance l’adjointe au patrimoine Sabrina Gafsi.

Selon Flammarion, où la plupart de ses livres sont édités en poche, Rousseau bénéficie aujourd’hui « d’un regain d’intérêt » qui devrait se manifester particulièrement en 2012, à la faveur des célébrations du tricentenaire de sa naissance.

La maison d’édition a vendu depuis 2009 quelque 60.000 exemplaires du « Contrat social » et 30.000 exemplaires du « Discours sur l’origine et des fondements de l’inégalité parmi les hommes », alors qu’elle a entrepris depuis une dizaine d’années un important chantier de réédition des oeuvres de l’écrivain.

Trois rééditions sont prévues à l’occasion du tricentenaire, selon le conseil régional de Rhône-Alpes, où cet anniversaire fait l’objet de nombreuses manifestations, comme une exposition consacrée à des visiteurs de légende des Charmettes.

Dès le début du XIXe siècle, George Sand, Lamartine ou encore Chateaubriand ont en effet entrepris des « voyages romantiques » sur les lieux d’inspiration de Rousseau.

« Cet endroit a une âme, on a l’impression que la maison est restée figée dans le temps », s’émerveille Serge en sortant de la villa pourtant presque vide de mobilier.

La demeure, dans laquelle Rousseau forgea sa pensée ou point de la qualifier de « maison d’idées », restera comme le symbole de ses années de bonheur.

© 2012 AFP

 

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=uSkmEpqQ65Q]

Mots-clés: ADRIANA Hommage

AMUSANTE LANGUE FRANCAISE » Ma Planète


Ajouté le 01/19/2012 03:15:29 par Floralia

Amusante, la langue française !

Les termes empruntés au monde animal sont partout.

La preuve :

Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un boeuf, têtu comme une mule,

malin comme un singe, chaud lapin ou fine mouche, vous êtes tous, un jour ou l’autre,

devenus doux comme un agneau devant une jolie biche.

Curiosités de la langue française :

– On remercie un employé quand on n’est pas content de ses services.

– On passe des nuits blanches quand on a des idées noires.

– Pourquoi dit-on d’un pauvre malheureux ruiné qu’il est dans de beaux draps ?

– Pourquoi un bruit transpire-t-il avant d’avoir couru ?

– Quand un homme se meurt, on dit qu’il s’éteint, mais quand il est mort, on l’appelle « feu ».

– Pourquoi lave-t-on une injure et essuie-t-on un affront ?

– Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la terre, puisque la terre est ronde ?

– Comment distinguer le locataire du propriétaire lorsque ces deux personnes vous disent à la fois : « Je viens de louer un appartement ?

– Comment peut-on faire pour dormir sur les deux oreilles ?

– Pourquoi appelle-t-on coup de grâce le coup qui tue ?

– Pourquoi lorsque l’on veut avoir de l’argent devant soi, faut-il en mettre de côté ?

– Le pot a des oreilles et nous disons : « sourd comme un pot ».

Les délices de la langue française dans certaines professions

Une vieille demoiselle se rend chez son notaire pour enregistrer l’acte d’achat de sa maison récemment acquise.

Le notaire l’invite à s’installer, appelle son clerc, et lui demande textuellement:

« Veuillez, s’il vous plaît, ouvrir la chemise de Mademoiselle, examinez son affaire et, si les règles ne s’y opposent pas, faites une décharge pour une entrée en jouissance immédiate ! »

La porte a claqué et on n’a jamais revu la vieille demoiselle chez ce notaire…

Mots-clés: FLORALIA LANGUE FRANCAISE