NOUVEL AN RUSSE » Ma Planète


 

NOUVEL AN RUSSE

Ajouté le 12/29/2011 13:17:40 par lazar_adriana

NOUVEL  AN  RUSSE

Beaucoup de Russes et   et de nombreux slaves orientaux fêtent un Noël et deux jours de l’an : Nouvel An (1er janvier), Noël orthodoxe slave (6-7 janvier) Nouvel An « ancien » (13-14 janvier).

D’où vient l’habitude de fêter le début le la nouvelle année ? C’est la seule date qui reste du calendrier basé sur les travaux agricoles qui existait chez lez Slaves anciens. A partir du Xe siècle, le Nouvel An fut célébré le 1 mars au début des travaux de printemps. Cinq siècles plus tard, il fut déplacé au 1 septembre, le jour où ces travaux prenaient fin. C’est le décret de Pierre le Grand du 19 décembre 1699 qui déplaça une nouvelle fois la fête au 1 janvier du calendrier julien, alors en vigueur, sur un ton qui paraît aujourd’hui humoristique : « Etant donné qu’en Russie, tout le monde célèbre le Nouvel An de façon différente, ce jour-là il faut arrêter de prendre la tête aux gens et dater partout le début de la nouvelle année au 1er janvier, et la fête est de mise – il faut souhaiter une bonne année à tout le monde, le succès dans les affaires et le bonheur familial. En l’honneur du Nouvel An décorer les sapins, amuser les enfants, les promener en traîneaux, et les adultes ne doivent pas boire ni se battre, il y en a assez d’autres journées pour ça ».

Pendant les années de dictature communiste, le Nouvel An (1er janvier actuel) était devenu en Russie une sorte de « 2 en 1 », car le pouvoir faisait tout pour empêcher les gens de fêter Noël. Par exemple, le traditionnel plat de Noël en Estonie – le boudin cuit au four- disparaissait des magasins d’Etat quelques jours avant la fête !

Noël était donc célébré en même temps que le Nouvel An. Devenue « 2 en 1 », c’est une fête très appréciée.

Bien que le calendrier grégorien soit officiel en Russie, les Russes célèbrent aussi « l’ancien Nouvel An » le 14 janvier (1er janvier du calendrier julien).

plat russe de Nouvel An a …l`Hotel Ritz,Paris!!!

     En ce qui concerne les plats traditionnels du Jour de l’An, leur nombre n’est pas fixé. Une curiosité : le plat traditionnel du XIX-e siècle qui fut inventé par un chef-cuisinier français de Catherine la Grande et s’appelait  « le rôti Impératrice ». Sa préparation était coûteuse et exigeait un grand savoir-faire : farcir une alouette d’olives aux anchois, la mettre dans une perdrix, celle-ci allait dans un faisan, et le tout dans un porcelet.(n.b.peut-etre sous l`ispiration du festin de Trimalchio,le personnage de la trilogie,,Satyricon »,oeuvre antique ,de Petronius!) Pour les aristocrates, servir aux invités le rôti Impératrice était une question de prestige…

le Pavlovna,gateau devenu traditionnel

     Dans les familles plus modestes, les maîtresses de maison faisaient preuve d’imagination. Comme à Noël, on peut servir de la koutia, des plats à base de viande etc., ou faire une maison en pain d’épice, si on en a le courage…

Nouveaute:vodka petillante,tres chere,produite d`abord aux E.U.

Les voeux de certains russes:que les maux  disparaissent dans la nouvelle annee!

Mots-clés: ADRIANA Traditions

Blogues » NOUVEL AN RUS » Ma Planète PPS / DIAPORAMA gratuit a telecharger

Auteur : samychaiban

Licencié ès lettres modernes de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III, je donne des leçons particulières en langue et littérature françaises, je prépare au Bac français et je compose des notes de recherches ou des memoires pour les étudiants des Universités francophones. Contactez-moi au 96170928822 ou au 9614923322 Né le 26 octobre 1947 , à Beyrouth ( Liban ) , j’ai passé ma jeunesse au Sénégal où j’ai vécu de 1951 à 1962.J’y ai fait mes études primaires et complémentaires chez les Pères Maristes à Hann ( Dakar ).Doté de mon BEPC en 1962, je suis retourné au Liban avec mes parents.J’ai fait mes études secondaires chez les Frères Maristes à Jounieh puis à Champville et ma Terminale A au Lycée Franco-Libanais à Beyrouth.J’ai eu ma « Licence ès lettres modernes » de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III.J’ai enseigné la langue et la littérature françaises de 1962 à 2006,dans différents établissements scolaires tout en ayant comme point d’attache « Saint Joseph School »,Cornet Chahwan. J’ai pris ma retraite en 2006 pour des raisons personnelles. Je suis marié et père de famille.Je suis poète à mes moments perdus,romantique et fidèle à mes amitiés.Je suis AMOUREUX FOU DU LIBAN .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s