Pensée du jeudi 15 décembre 2011


 

On peut comparer le monde spirituel à un immense magasin où vous recevez ce que vous demandez à condition d’avoir une certaine monnaie à donner en échange. Et la plus sûre des monnaies que vous puissiez présenter devant les esprits célestes, c’est le travail impersonnel, le sacrifice. Le sacrifice est comme l’or qui garde toujours sa valeur, parce que le soleil le protège ; exactement comme une banque nationale protège la monnaie d’un pays. Chaque sacrifice que vous faites pour la défense et la manifestation de ce qui est bon et beau, afin que tous les êtres sur la terre puissent en bénéficier, remplit votre cœur et votre âme de cet or qui a cours dans les grands magasins cosmiques. C’est comme si le soleil vous marquait de son sceau. Et du jour où vous portez l’empreinte de ce sceau, vous êtes reconnu par les entités de la lumière. Elles disent : « Cet être est des nôtres, il porte le sceau du soleil, il est notre frère, donnons-lui ce qu’il demande. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

© Prosveta 1999-2011

Les islamistes à l’épreuve du bikini | Slate Afrique


Les impératifs économiques vont certainement pousser les islamistes à polir leur discours.

Une plage d’Alexandrie le 7 août 2009. Reuters/Asmaa Waguih

Résumons: le tourisme représente au Maroc 14% du PIB en 2010. Pour l’Egypte, c’est 11,5% soit 12,6 milliards de dollars la même année. Pour la Tunisie, c’est 7% du PIB. Au Maroc, les islamistes ont obtenu 107 des 395 du parlement aux dernières élections. En Tunisie Ennahda a raflé 41,47% des sièges. En Egypte, les Frères musulmans totalisent 36,62% des voix au scrutin de listes et les salafistes les talonnent avec 24,36% des voix. Toutefois l’islamisme et le tourisme sont-ils compatibles? La question est de mise et c’est sur l’épreuve du Bikini que les barbus sont attendus pour prouver leur bonne foi et leur doctrine modérée sur le modèle de l’AKP turc. Enfin au pouvoir un siècle après la chute du dernier empire musulman, celui des Ottomans, les islamistes sont de retour aux commandes. Où? Dans des pays sans pétrole, où le touriste, sa bière en terrasse, le bikini de sa compagne, ses euros sont la première source de revenue.

Le touriste au pays des islamistes

Mais après l’annonce de la victoire électorale des barbus, tout le monde se pose la question du devenir de l’industrie nourricière du pays. L’électeur a beau être croyant, il a besoin de manger. Du coup, les islamistes vainqueurs le savent: la ferveur de leurs électeurs ne tiendra pas devant les assiettes vides, les plages vides, les hôtels vides. Du coup, il faut rassurer et très vite. On ne touchera pas aux touristes, ont annoncé les militants d’Ennahda face à un parterre de professionnels du secteur réuni en une messe de réconciliation et d’assurance. Le PJD de Benkiran, chef de l’actuel gouvernement marocain fera de même. En Egypte, les Frères musulmans feront dans le show: visite aux pyramides, photos de groupe et sourire sous les caméras. Les curieux salafistes font également sourire avec leurs intentions de promouvoir un tourisme «hallal» avec des plages séparés. «Le parti salafiste al-Nour ne veut pas interdire le tourisme balnéaire. Mais nous voulons un tourisme plus halal (…) avec des plages non-mixtes» a expliqué doctement un représentant de ce courant d’ultras.

Le touriste aux pieds fourchus

On l‘aura compris, il sera difficile pour les islamistes de concevoir une fatwa qui puisse concilier les rigueurs de leur doctrine et les impératives de l’économie nationale. L’épreuve du bikini sera dure et risque de faire éclater cette famille idéologique autrefois unie, entre modérés pragmatiques et orthodoxes intraitables. Les deux ne se contenteront pas de se tourner le dos mais seront forcés à s’opposer et violement. On sait que les pires guerres, les plus meurtrières, sont internes au courant et pas celles entre religieux et laïcs.

Le touriste étranger, généralement occidental, a toujours servi d’exemple au prêche des religieux les plus extrêmes: l’homo touristicus est l’incarnation du mal, du nu, de l’infraction, de l’immoral. Le touriste fait ce que l’islamiste proclame interdit : il boit de l’alcool, se promène nu, fornique en public ou mange du sanglier. Comment alors trouver dans le corpus religieux musulman, vieux de quelques siècles, des textes qui puissent promouvoir la tolérance par besoin de réalisme? Comment promouvoir en même temps la charia et le bain de soleil? Comment remplir les hôtels et les complexes en même temps que les mosquées? On ne sait pas. Les déclarations des islamistes vainqueurs restent ambigües sur ces questions. Les théologiens modernes ne sont pas modernes justement et personne ne s’est penché sur la question depuis toujours.

Qu’est-ce que l’islamisme?

La plus curieuse des définitions est celle qui précise que c’est un mouvement qui s’inspire des hadiths (Paroles du Prophète) et tellement peu du Coran. Le texte coranique porte sur un nombre d’interdits déterminés comme le sacrifice paien, l’alcool, les paris…etc. Les interdits introduits par les hadiths sont, quant à eux, innombrables. Quelques réformateurs religieux avaient compris il y a longtemps que le corpus de hadiths est composé d’un nombre incalculable de hadiths faux, apocryphes et fabriqués par les «politiques» pour des besoins de gouvernance et de légitimité. Moderniser l’islam est impossible sans moderniser son corpus et sans une lecture critique de ses textes fondateurs. Les islamistes d’aujourd’hui sont les fils d’une époque moderne et les disciples idéologiques de textes qui datent de quelques siècles. Confrontés aujourd’hui au pouvoir, les Frères musulmans et les salafistes se retrouvent devant de vieilles questions de théologie et de tolérance, de corps et de voile.

Vous connaissez le Trikini?

Pas la barbe mais le bikini. C’est dans le corps de la femme que va être donc tranché la question masculine du pouvoir. Encore une fois, depuis la création et les temps adamiques. Les islamistes savent que l’exercice sera difficile et les réponses décisives pour l’économie du pays, leur légitimité, leur idéologie et pour leurs électeurs qui ont besoin de manger autre chose que des prières. Des solutions? En Algérie, certains ont inventé une sorte de tenues spécifiques pour les femmes qui veulent nager sans trop «montrer»: le Trikini. Composé d’un haut, d’un bas et d’une jupette qui efface les traces du sexe dans les plis du tissu. Parfois le Trikini est une véritable Burka qui cache tout le corps et ne laisse voir que la mer. On l’appelle aussi le Burkini! L’autre solution est celle du tourisme «off short»: des zones interdites aux musulmans, ouvertes aux étrangers. Des ghettos du bien être derrière des pays de restrictions. Dans quelques semaines, les islamistes élus devront faire leurs choix. On verra donc.

Deux questions pour conclure

Que veut le touriste? Il en veut pour son argent: du soleil, des plages, de l’exotisme, la mer, les services de qualité, le dépaysement, le doux roulis des vagues, la courbe d’une hanche et le ciel bleu sur une île qui n’appartient qu’à vous. Ce qu’on ne sait pas, c’est la réponse à la seconde question: Que veut l’islamiste quand il a le pouvoir? Officiellement, plus de démocratie, de la justice sociale, de la bonne gouvernance, de l’arabité, de l’islamité et moins d’occidentalisation. L’islamiste veut moraliser la vie courante et plaire à son Dieu en généralisant l’obeissance. Mais l’islamisme est fondamentalement un utopisme: il veut la Cité juste, la «fin des temps», l’utopie finale, la Cité de Dieu, le retour du Califat, en plus moderne ou pas. D’où la seule question qui vaille pour le moment: peut-on se promener nu dans la cité de Dieu? Selon les textes, non. Sauf que la cité de Dieu a besoin d’un budget en euro ou en dollars. Et les islamistes élus le savent.

Kamel Daoud

Avec « Les Nombrils », deux Québécois épicent la BD franco-belge | Ici et Ailleurs | L’Orient-Le Jour


Ici et Ailleurs

Loisirs

Avec « Les Nombrils », deux Québécois épicent la BD franco-belge

mercredi, décembre 14, 2011

Elles sont superficielles, égoïstes et chipies, mais les ados en raffolent. Photo AFP
Elles sont superficielles, égoïstes et chipies, mais les ados en raffolent. Photo AFP

La populaire série des trois copines devrait dépasser le million d’exemplaires vendus au cours des prochaines semaines.

Elles sont superficielles, égoïstes et chipies, mais les ados en raffolent : les trois copines des Nombrils ont donné naissance à l’une des séries les plus populaires de la BD actuelle, à la grande surprise de ses auteurs, un couple de Québécois vivant en pleine nature.
En seulement cinq albums, Jenny, Vicky et Karine ont conquis une belle notoriété, dans le sillage de celle du Petit Spirou ou de Kid Paddle, deux séries best-sellers de la BD jeunesse franco-belge. Sorti cet automne, le cinquième album des Nombrils, Un couple d’enfer, a été tiré à 160 000 exemplaires par Dupuis et la série devrait dépasser le million d’exemplaires vendus dans les prochaines semaines, selon la maison d’édition belge. « Nous avons sans doute trouvé le bon ton, un humour un peu mordant mais pas choquant, à la limite du politiquement correct », avance Maryse Dubuc, qui scénarise la série aux côtés de son compagnon dessinateur, Marc Delafontaine, alias Delaf. « Ce succès n’était pourtant pas du tout programmé », confie Delaf. « Il y a six ans, nous n’étions que deux passionnés de BD qui travaillaient dans une petite maison au milieu des bois et des lacs », près de Sherbrooke, à environ 140 km de Montréal.
Delaf, 38 ans, et Dubuc, 34 ans, replongent dans leurs souvenirs d’adolescents pour donner chair aux Nombrils : trois filles, nombril à l’air et string apparent, qui ne pensent qu’aux garçons. Deux d’entre elles, Jenny et Vicky, bimbos écervelées, se jouent de la troisième, Karine, une grande perche naïve… Jusqu’à ce que cette dernière s’émancipe, rencontre l’amour et les rende jalouses. « Je pense que les ados n’ont pas tellement changé par rapport à notre époque, il y a 20 ans. Car leurs préoccupations sont universelles : trouver son identité, appartenir à un groupe, s’opposer aux parents… », souligne Dubuc. « Avec les Nombrils, on ne veut pas les juger, leur faire la morale, mais les faire rire. Chaque planche doit déboucher sur un gag », précise Delaf.
En lançant la série en 2004, le duo Duluc-Delaf visait plutôt le public masculin du magazine québécois humoristique Safarir, car « les filles sexy, ça plaît aux garçons ». Mais, lorsque les Nombrils traversent l’Atlantique pour être publiés par l’hebdomadaire Spirou, ce sont les lectrices, de 10 à 15 ans surtout, qui deviennent le cœur de cible. « Aujourd’hui, c’est une série grand public, lue aussi par les parents », affirme une porte-parole de Dupuis.
Après avoir conquis la France et la Belgique, les albums des Nombrils ont été traduits en une douzaine de langues, dont l’espagnol, l’anglais ou le tchèque. Mais, au Canada, la série a du mal à faire rire au-delà des frontières du Québec. « Le public anglophone aime les comiques, apprécie de plus en plus les mangas mais n’a pas encore adopté la BD franco-belge. Ça viendra un jour… », espère Delaf.
(Source : AFP)

Prière pour être un peu moins con, un jour » Ma Planète


Prière pour être un peu moins con, un jour

Ajouté le 12/13/2011 13:45:40 par lazar_adriana
http://www.etanchermasoif.com

Prière pour être un peu moins con, un jour


Seigneur,

J’aimerais bien te dire que j’ai été sage aujourd’hui, et aimant, et que j’ai bien servi les autres. Mais…

J’ai encore écouté celui ou celle qui me disait du mal d’un autre, et j’en ai rajouté.

J’ai encore écouté celui ou celle qui me disait qu’un autre avait dit du mal de moi, et j’en ai été affecté.

J’ai encore eu un moment de peur, ou de recul, devant une personne différente, malade, handicapée, étrangère, importune.

J’ai encore passé trop de temps sur Internet au lieu de prier.

J’ai encore répondu trop vite à une question d’un de mes enfants.

J’ai encore fait comme si je ne voyais pas la souffrance chez un collègue, mon conjoint, un ami.

J’ai encore jugé sans savoir, condamné sans retour, je me suis vanté, j’ai menti pour m’éviter des problèmes.

J’ai encore fait preuve d’inconsistance, j’ai repoussé un truc qui me gonfle, abandonné un travail de longue haleine, je suis passé d’une chose à une autre sans progresser.

J’ai encore fait un truc pas terrible parce qu’on ne me voyait pas. Et j’ai critiqué quelqu’un d’autre qui faisait pareil, parce que je le voyais.

J’ai encore posé sur un autre un fardeau que je ne toucherais pas du bout des doigts.

J’ai encore pensé que je valais mieux que tel ou tel.

J’ai encore refusé de pardonner.

J’ai donné des leçons, des conseils, des idées qui m’auraient bien fait ch… si on me les avait donnés dans une situation similaire.

J’ai fait à bien des gens et dans bien des domaines, ce que je n’aimerais surtout pas que l’on me fasse.

Empêche-moi de me prendre pour un type bien, de m’endormir là-dessus ou de m’en contenter. Enfonce-moi dans le crâne que la seule mesure de l’amour, c’est Ton Amour, et que je ne dois rien viser de moins que d’être saint.

Et malgré mes colères, mes haines, mes peurs, malgré mon égoïsme, mon autosuffisance et ma lâcheté, O mon très doux Seigneur, très humble et très puissant, je t’en prie, dans ta grande bonté, s’il Te plaît, rends-moi un peu moins con, un jour.

Amen.



Mots-clés: ADRIANA Les Moeurs

HORST TAPPERT DISPARU DEPUIS 3 ANS » Ma Planète


HORST TAPPERT DISPARU DEPUIS 3 ANS

Ajouté le 12/13/2011 11:36:50 par COSMOS

 

HORST TAPPERT DISPARU DEPUIS 3 ANS

 

 

Horst Tappert, né le 26 mai 1923 à Elberfeld (maintenant Wuppertal) etmortle 13 décembre 2008 à Munich[1], est un acteur allemand. Il s’est fait connaitre à l’étranger grâce à son rôle de Stephan Derrick dans la série Inspecteur Derrick. Outre cette série, Tappert a joué dans une longue liste de films et téléfilms depuis la fin des années 1950.

Horst Tappert est né en 1923, son père était fonctionnaire. Après l’école élémentaire, il commence un apprentissage d’employé de commerce. Avec le début de la guerre, il est incorporé comme soldat dans la Wehrmacht. Il est fait prisonnier de guerre.

Après la Seconde Guerre mondiale, il tient la comptabilité du théâtre de l’Altmark à Stendal et pendant un certain temps, travaille comme ouvrier spécialisé. Sa passion pour le théâtre grandit et en 1946, il suit des cours auprès de PaulRose. Ses premières expériences de la scène ont lieu à Köthen et au théâtre de Württemberg-Hohenzollern. Il poursuit sa carrière à Göttingen (1949-50), à Kassel (1950-51), à Bonn (1951-53) puis à Munich (1956-67). Dès 1967, Tappert devient acteur indépendant.

 

 

 

À la fin des années 1950, il fait ses premières apparitions au cinéma et à la télévision. Après lefilmDie Trapp-Familie in Amerika (1958) et Der Engel, der seine Harfe versetzte (1959), Tappert approche déjà les rôles policiers avec celui d’un détective dans la série télévisée Zu viele Köche (1961). Suite à son interprétation d’un vicaire dans Das Halstuch (1962), il participe la même année au tournage d’unfilmsur le Père Brown, Er kann’s nicht lassen, où il joue un rôle de bandit aux côtés d’Heinz Rühmann. En 1966, la télévision fait appel à lui pour une trilogie policière, Die Gentlemen bitten zur Kasse, dans laquelle il interprète le chef d’unebandede malfaiteurs. Les rôles de brigands lui conviennent et il apparaît dans Die Rechnung – eiskalt serviert mettant en scène le personnage de fiction Jerry Cotton.

En 1968, Tappert joue dans des films inspirés de nouvelles d’Edgar Wallace, d’abord dans Der Hund von Blackwood Castle puis dans le rôle de l’inspecteur Perkins à deux reprises (Der Gorilla von Soho et Der Mann mit dem Glasauge (1969)). Pour la ZDF, Tappert travaille en 1968 dans l’une des premières séries policières, Das Kriminalmuseum. Deux ans plus tard, il est l’inspecteur dufilmInspektor Perrak greift ein. En 1971, il joue dans le téléfilm Yester – der Name stimmt doch? qui est directement inspiré d’une série à succès de 1967, Graf Yoster gibt sich die Ehre.

En 1972, Tappert reprend un personnage de gangster qu’il avait déjà interprété dans Die Gentlemen bitten zur Kasse à l’occasion d’un téléfilm en deux parties Hoopers letzte Jagd. Même si le rôle reste le même, un braqueur pourchassé par un gentleman, le nom du personnage a changé (Michael Richardson au lieu de Michael Donegan).

 

 

Helmut Ringelmann, un producteur qui planche sur une nouvelle série policière pour la ZDF, se souvient de Tappert. Herbert Reinecker qui écrit les scénarios de Der Kommissar, dans laquelle Tappert tourne déjà entre 1970 et 1973, rédige la suite de cette série à succès. La nouvelle série s’appelle Derrick et doit montrer un nouveau genre de détective « psychologique ». Le premier
épisode (Waldweg) est enregistré en 1973. Tappert joue le rôle de l’inspecteur Derrick d’un commissariat de Munich, accompagné de son assistant Harry Klein (interprété par Fritz Wepper, lui même venant de l’équipe de Der Kommissar). Très vite, la série rencontre un succès qui dépasse les frontières allemandes. Elle est achetée par 108 pays et traduite en 12 langues. La série compte au total 281 épisodes et se termine en 1998 après 25 ans de succès, par un épisode qui consacre la promotion de Derrick à l’Europol.

Le succès international de la série Derrick a valu à Horst Tappert une notoriété singulière. Le pape Jean-Paul II qui était l’un de ses « fans », l’a rencontré en 1999[2]. La police de la ville de Munich lui décerna le titre de « commissaire d’honneur » . La Norvège ira même jusqu’à offrir un terrain à Tappert où il construira l’une de ses maisons

Tappert s’installe ensuite à Gräfelfing près de Munich avec safemme, Ursula (née Pistor), qu’il avait épousé en 1957. Horst Tappert a eu troisenfants(Karin, Ralph et Gary). Pendant son temps libre, Tappert fait de la pêche et de la chasse.

Le 13 décembre 2008, il décède dans une clinique de Munich. Il avait 85 ans .


MERCI L’AMI ET REPOSE EN PAIX

FRANCE 3 NE T’OUBLIE PAS ET JE SAIS

QUE TU AIMAIS BEAUCOUP LA FRANCE



 

Mots-clés: COSMOS HOMMAGE

On divorce plus depuis qu’on a moins de sous – Sexe & Relations – 7s7


La crise a un impact direct sur la vie de couple. Impossible d’en douter devant les chiffres de l’Institut National des Statistiques anglais. Pour la première fois depuis 2003, en Angleterre et au Pays de Galles, le nombre de divorces a augmenté en un an. Ainsi en 2010, il y a eu 119.589 divorces pour 113.949 en 2009.

Selon l’organisme de statistiques, c’est à cause de la récession: les couples se séparent suite à de nombreuses disputes au sujet de l’argent. Il y avait également eu plus de divorces en 1993, après une récession de deux ans, débutée en 1990. Cela suggère que les couples se séparent et attendent de voir leurs finances s’améliorer pour enfin divorcer.

« La théorie avance que la récession peut contribuer aux ruptures en raison des contraintes financières, des changements de mode de vie, des changements d’emploi. Certaines personnes croient qu’elles vont mieux s’en sortir au tribunal avec leurs faibles revenus du moment (moins de pension à payer, par exemple). A l’inverse, une théorie alternative suggère que les gens sont moins susceptibles de se séparer dans une conjoncture défavorable parce qu’ils n’ont tout simplement pas les moyens de le faire: les coûts d’avocats, le logement à scinder, c’est difficile à assumer financièrement. »

En Angleterre, le mariage dure en moyenne 11,4 ans. Selon ces nouveaux chiffres, la moitié des couples divorcés en 2010 ont au moins un enfant âgé de moins de 16 ans. La proportion de couples qui divorcent pour la seconde fois (voire plus) a doublé depuis 1980. Réjouissant, n’est-ce pas?

Dé.L.

 

 

12/12/11 22h31

CHATEAU DE BONAGUIL FRANCE » Ma Planète


Ajouté le 12/13/2011 09:06:59 par COSMOS

CHATEAU DE BONAGUIL

 

 

Un premier château fort au temps de Louis XI construit, tel d’autres sites de la région,
sur le modèle du château gascon et dont
l’actuel monument conserve de beaux restes…
Un deuxième château fort, l’essentiel de ce qui subsiste aujourd’hui, ouvrage tardif qui achève sa construction quand Chambord débute
la sienne !Un troisième château enfin, grande demeure rustique
à l’époque préromantique.
Et un Seigneur puisant, mystérieux et controversé : Bérenger de ROQUEFEUIL (1448 -1530)
Mais aussi une situation paradoxale entre Quercy et Périgord, loin des grandes voies de communication ; des proportions gigantesques (le quart en plan de la cité de Carcassonne !),
six tours dont une parmi les plus belles du pays, sept tourelles, une énorme barbacane, etc…
dans un état de conservation tellement remarquable que VIOLLET-LE-DUC, Lawrence d’ARABIE ou André BRETON citeront Bonaguil en exemple ; un système défensif révolutionnaire basé sur l’artillerie à feu (mais qui ne servira jamais !) ; le dernier cri en matière de confort (puits, latrines nombreuses, lessivière, tout-à-l’égout, etc…) pour une demeure vivante jusqu’à la Révolution…

 

Arrive alors le puissant Bérenger de ROQUEFEUIL (1448-1530), issu de l’aristocratie du Quercy et du Rouergue, qui va consacrer plus de trente années de savieà faire de Bonaguil la forteresse de légende qu’elle est aujourd’hui, dotant les lieux d’une barbacane (lien explication) , de plusieurs tours, sept ponts-levis, une chicane (lien explication) , une casemate, des canonnières et une caponnière où, selon la petitehistoire, auraient logé les poules en temps de paix

 

 

Fin XVIe, début XVIIe,
Bonaguil est lecadrede fêtes galantes dont les témoins laissent sur les murs intérieurs
le souvenir de leur passage…
– 1761, Marguerite de FUMEL, acquiert Bonaguil et recouvre les cheminées de boiseries, transforme les 7 ponts-levis en ponts dormants, aménage de nouveaux appartements et
fait enduire les murs de sa nouvelle demeure pour de nouveaux décors…

– 1794, LAKANAL fait promulguer à Paris des lois de destruction que le zélé TROUPEL-LAGRAVE applique à la lettre en ce coin du Lot-et-Garonne. Bonaguil perd ses toitures, Bonaguil perd ses boiseries et ses huisseries, Bonaguil perd ses tours et ses remparts, Bonaguil perd de la hauteur mais point de sa superbe…

Carré Magique ou Enigme de l’Empire
Carré Magique ou Enigme
de l’Empire
lion sanguine Château de Bonaguil fumel
Lion Sanguine

1860, Bonaguil est racheté par la Commune de Fumel qui s’émeut d’un tel état d’abandon.
Dés 1861, le site est classé comme Monument Historique National et les premiers visiteurs affluent vers ce haut lieu de l’histoire de l’architecture militaire française.

1972, des fouilles initiées un peu partout dans le château révèlent aux yeux des archéologues les traces de ces graffiti, témoins d’heures plus glorieuses et plus joyeuses pour Bonaguil.

2004, la municipalité de Fumel et les Monuments Historiques, engagent une vaste campagne de restauration : les travaux de stabilisation des fresques sont confiés à un expert, qui parvient à préserver les graffiti les plus en danger.Témoignages modestes du passé, morceaux devierescapés des orages de l’Histoire, trésors révélés de Bonaguil, paroles de pierre ou écritures de mur, les graffiti nous sont enfin rendus comme une page supplémentaire aux Mystères de ces lieux.

Ce Bel a title=amour enDieuCaché chateau bonaguil » width= »323″ height= »72″ />
Louis chateau du XVII siècle BonaguilCœur Fléché

 

 

 

Mots-clés: COSMOS CHATEAU DE FRANCE

NÉS ENTRE LES ANNÉES: 1930 – 1970


>

> NÉS ENTRE LESANNÉES:

> 1930 – 1970


>

> > NOUS ÉTIONS PLUS FORTS,


>

> > > 40… 50… 60… 70

>

>

>

> Premièrement, nous avons survécu à l’accouchement pardes mères qui fumaient et / ou buvaient


>

> > pendant qu’elles étaient enceintes.

>


>

> > Elles prenaient des aspirines,mangeaient de la vinaigrette, des desserts, et n’étaient pas testées pour le diabète ou le cholestérol.

>

>

>

> Et après ce premier traumatisme, on nous endormait sur notre ventre dans des lits pour enfants avec de belles couleurs brillantes de peintures pleines de plomb.

>


>

> > >


>

> > Nous n’avions pas de serrures aux portes et lorsque on faisait de la bicyclette, on avait des casquettes à la place de casques de protection.

>

>

>

>

> En tant que bébés et enfants, nous roulions en autos sans ceintures ni sièges pour bébés, ni coussins gonflables.

>

>

>

> Être dans la benne arrière d’une camionnette par une belle journée ensoleillée était toujours quelque chose de spécial.

>

>


>

> > Nous buvions l’eau directement de la fontaine et non d’une bouteille.

>


>

> > >


>

> > >

>

> Nous mangions des petits gâteaux, du pain blanc, du vrai beurre et du bacon. Nous buvions du vrai


>

> > chocolat avec du vrai sucre blanc.

> Et nous n’étions pas obèses


>

> > >


>

> > > POURQUOI?

>


>

> > Parce que nous étions toujours en train de jouer dehors…


>

> > Voilà pourquoi!

>

>

>

> Nous sortions de la maison le matin pour jouer toute la journée au grand air, à condition d’être revenus quand les lampadaires s’allumaient.

>

>

>

> Nous prenions des heures à construire nos planches à roulettes et descendions la côte avec ça, sans penser que nous n’avions pas de freins. Après avoir foncé dans les buissons une paire de fois et écorché quelques genoux, nous avons appris comment régler le problème.

>

>

>


>

> > Nous n’avions pas de Playstations, Nintendos, X-box, iPod. Il n’y avait pas de


>

> > jeux vidéos, pas 150 canaux au câble, pas de films vidéos ou DVD, pas de son


>

> > > stéréo ou de CD, pas de cellulaire, pas d’ordinateur et pas d’Internet.

>

>

>

>


>

> > NOUS AVIONS DES AMIS et nous sortions dehors pour les retrouver!

>

>

>


>

> > Nous tombions au bas des arbres, on se coupait, se cassait des os, des dents et il n’y avait pas de poursuites judiciaires pour cela.

>

>


>

> > On recevait des fusils à plomb pour notre 10 ème anniversaire, on fabriquait des lance-pierres, nous faisions des jeux avec des bâtons et des balles de tennis, et même si on nous disait que cela pouvait arriver, on n’a pas crevé les yeux de nos camarades.

>

>

>


>

> > Nous roulions ou marchions jusqu’à la maison d’un ami et frappions à la porte où nous entrions simplement et étions bien accueillis.

>

>

>

> L’idée que nos parents auraient à nous faire sortir de prison était folle. Ils étaient AVEC la loi.

>

>

>


>

> > Ces générations ont produit quelques-uns des meilleurs preneurs de risques, têtes pensantes et inventeurs de tous les temps.

>

>

>


>

> > Ces 40 années ont été une explosion d’innovations et nouvelles idées.


>

> > Nous avions la liberté,la peur de l’échec, le succès et les responsabilités qui vont avec, et nous avons appris comment gérer tout ça.

>

>

>

>

> Si vous êtes un de ceux-là,

>

> FÉLICITATIONS!

>

>
>

> > Comme la vie était belle, limpide, parfois rude mais combien nous étions heureux !

A 17 ans, elle invente une particule pour lutter contre le cancer – Santé – 7s7


Photo Siemens Foundation.

Angela Zhang, une Californienne de 17 ans, vient de remporter le Grand prix (100.000 dollars) de la Compétition de math, science et technologie de Siemens. Son projet? Une nanoparticule destinée à tuer les cellules cancéreuses. Cette particule pourrait améliorer le traitement du cancer, car elle libère une drogue directement dans les cellules cancéreuses, sans affecter les cellules saines autour. Elle peut aussi s’activer grâce à un laser.

Comme c’est souvent le cas avec ce genre d’innovation, il faudra attendre plusieurs années avant de tester l’invention d’Angela sur des patients, mais l’accomplissement de la jeune fille impressionne. Elle travaille sur cette nanoparticule depuis 2009 et a passé plus de 1.000 heures sur le projet. « Je me suis demandé: Pourquoi cela arrive? Pourquoi le cancer provoque la mort? Que fait-on pour y remédier et comment puis-je aider? », explique la jeune femme, qui a perdu son grand-père à cause de la maladie. (CD)

 

 

12/12/11 10h48

LA BALLE-MOLLE AU PARADIS…


images drôles Faut pas rire  ca peut arriver

LA BALLE-MOLLE AU PARADIS…

Deux femmes de 90 ans, Rose et Berthe avaient été amies durant toute leur vie. Quand il fut clair que Rose allait mourir, Berthe la visitait chaque jour.

Un jour, Berthe lui dit  » ‘Rose, nous avons toutes les deux aimé jouer à la balle-molle pour femmes toute notre vie, et nous avons joué durant toutes nos années scolaires. S’il te plait, fais-moi une faveur: quand tu seras au Ciel, d’une facon quelconque, laisse-moi savoir s’il y a des femmes qui jouent à la balle-molle là-haut. »

Rose regarda Berthe de son lit de mort et dit: »Berthe, tu as été ma meilleure amie durant plusieurs années. Si cela est possible, je te ferai cette faveur.’

Peu après, Rose mourut. Quelques nuits plus tard, Berthe fut réveillée d’un sommeil profond par un éclat de lumière blanche aveuglante et une voix l’appelant ‘Berthe, Berthe.’

‘Qui est-ce, demanda Berthe, en s’asseyant soudainement. ‘ Qui est-ce?’

‘Berthe — c’est moi, Rose.’

‘Vous n’êtes pas Rose. Rose vient juste de mourir ».

‘Je vous le dis, c’est moi, Rose,’ insista la voix.

‘Rose! Où es-tu?’

‘Au Ciel,’ répondit Rose. « J’ai vraiment de bonnes nouvelles et une petite mauvaise nouvelle ».

‘Dis-moi les bonnes nouvelles en premier », dit Berthe.

‘Les bonnes nouvelles’ dit Rose, ‘il y a de la balle-molle au Ciel. » Encore mieux, tous nos vieux copains qui sont morts avant nous sont ici aussi. Mieux encore, nous sommes tous jeunes ici aussi. Encore mieux, c’est toujours le printemps, ni pluie, ni neige.Et le meilleur de tout, nous pouvons jouer la balle-molle tant que nous voulons et nous ne sommes jamais fatigués.

‘C’est fantastique,’ dit Berthe. ‘C’est au-delà de mes rêves les plus fous.

Alors, quelle est la mauvaise nouvelle?

« C’est toi qui lances Mardi « !

(merci à MARTHE GIRARD Pour cette farce)