Pensée du samedi 10 décembre 2011.


« Au cours de sa vie, chacun cherche à réaliser des désirs, des
ambitions. Que ce soient la richesse, la beauté, le savoir, le
pouvoir, la gloire, etc., il y dépense ses énergies, son
temps, sa santé. Mais une fois le but atteint, que se
passe-t-il ? Après un moment de satisfaction, ce qu’il a
acquis perd tout intérêt. Oui, c’est souvent ce qui se
produit : une fois obtenue, cette acquisition ne conserve pas
l’aura dont elle était entourée quand on ne faisait que
souhaiter, et voilà l’insatisfaction et le vide qui
s’installent.
Le seul moyen d’échapper à ces sentiments d’insatisfaction
et de vide qui suivent la réalisation de ses désirs, c’est
d’aller à la recherche d’un objet lointain, tellement
lointain qu’on ne l’atteint jamais. Ce but lointain,
inaccessible, qui dépasse tout, qui contient tout, on
l’appelle Dieu. Sur le chemin que nous devons parcourir pour
nous rapprocher de Lui, nous trouvons l’amour, la sagesse, la
beauté, la force, la richesse, sans plus jamais nous épuiser
dans des recherches vaines. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov
 

Devinez combien de fois par jour un homme pense au sexe – Canal You – 7s7


Les hommes pensent souvent au sexe mais finalement moins qu’on l’imaginait. Selon une étude qui sera publiée en janvier prochain dans le Journal of Sex Research, les hommes ne pensent plus au sexe toutes les sept secondes, comme on l’a cru jusqu’à présent.

D’après les chercheurs de l’Université de l’Ohio, les hommes pensent au sexe 18,6 fois par jour. Les femmes y pensent à peine 9,9 fois par jour. En fait, un homme a autant de pensées coquines que de pensées pour la nourriture (18 par jour) ou pour le sommeil (11 fois par jour). Les femmes pensent à manger environ 15 fois par jour et pensent à leur petit lit douillet 8,5 fois par jour.

En fait, il n’y a pas de règles. Sur l’étude, qui s’intéressait aux habitudes de 283 étudiants masculins et féminins âgés entre 18 et 25 ans, les hommes pensaient au sexe entre une fois par jour et jusqu’à 388 fois par jour tandis que les femmes pensait au sexe entre une fois par jour et jusqu’à 140 fois par jour. Ceux qui pensent le plus souvent au sexe ont tendance à être globalement plus à l’aise avec leur sexualité.

Dé.L.

 

 

05/12/11 15h19

Les 10 critères de la femme idéale – Sexe & Relations – 7s7


Selon ces critères, Marion Cotillard a presque tout de la femme idéale

La femme parfaite. Ce concept plaît peut-être aux publicitaires mais on a tout de même du mal à y croire. Et pourtant, le site Yahoo! a compilé plusieurs études existantes qui permettraient d’établir le portrait-robot de ce mythe féminin. Voici les dix caractéristiques que la majorité des hommes rechercherait chez nous.

1. Les yeux clairs
Selon un sondage du Journal des Femmes, le regard est le premier critère physique qui attire les hommes. Les yeux bleus ou verts seraient les plus appréciés.

2. Les cheveux bruns
Les hommes préfèrent les brunes, c’est bien connu. Un sondage IPSOS de Réservoir Prod révèle que 53% des hommes ont un faible pour les beautés fatales.

3. Le visage ovale
70% des hommes interrogés par l’Internaute ont une nette préférence pour les visages ovales, et le teint hâlé.

4. Une fossette sur le menton

Voilà un signe particulier qui ferait craquer les hommes, à 42%. Les tâches de rousseur (23%) et les grains de beauté au dessus de la bouche (21%) arrivent ensuite.

5. De longs cheveux détachés
Pas la peine de se casser la tête avec des coiffures élaborées. Les hommes se prononcent à 60% en faveur des longues tignasses.

6. Des formes
Toujours selon l’Internaute, 45% des participants crient leur amour pour les formes généreuses, tandis que 34% préfèrent les filles minces.

7. La douceur
C’est la qualité la plus recherchée, avant l’intelligence et l’humour.

8. Mais de l’initiative
Pourvu qu’elle soit douce, mais entreprenante aussi. D’après le Journal des Femmes, 60% des hommes aiment que les femmes prennent les choses en main.

9. Un look féminin
La tenue qui vous garantit de plaire à la moitié des hommes? Jupe, talons hauts et bijoux.

10. Le charme français
Evidemment, la plupart de ces études sont françaises et selon un sondage de Meetic, la femme idéale le serait également, devant les Allemandes, les Italiennes, les Espagnoles et les Anglaises. (CD)

 

 

01/12/11 15h45

Aïcha Kadhafi, future patronne d’une chaîne de télévision? | Slate Afrique


Les dernières sorties médiatiques d’Aïcha Kadhafi, la fille du Guide déchu Mouammar Kadhafi, mettent dans l’embarras la diplomatie algérienne. Depuis son arrivée en terres algériennes en août dernier, la «Claudia Schiffer du désert» multiplie les déclarations, vantant le «martyr», Mouammar Kadhafi, tué par les rebelles. Ces interventions font toujours couler beaucoup d’encre. Exilée, la jeune femme fait toujours parler d’elle. Grâce à la chaîne de télévision privée al-Raï, basée en Syrie, Aïcha Kadhafi pouvait encore avoir voix au chapitre en Libye.

Sauf que depuis le 4 décembre, la chaîne n’émet plus, rapporte le quotidien algérien La Liberté. «Une annonce qui survient moins d’une semaine après le message audio, diffusée sur «Al-raï», par Aïcha Kadhafi pour «galvaniser la résistance libyenne contre le CNT», note le quotidien. La décision viendrait des autorités syriennes, a déclaré Michane Djabouri, le propriétaire de la chaîne.

«Les autorités syriennes ont demandé aux responsables de la chaîne d’arrêter de diffuser», déclare le propriétaire.

La fille de Mouammar Kadhafi devient sans logis médiatique, mais peut-être pas pour longtemps.

«j’ai proposé à ma sœur Aïcha Kadhafi depuis quelques jours de mettre la chaîne à sa disposition, pour qu’elle l’a déplace dans le pays qu’elle veut, et qu’elle désigne la personne de son choix pour la diriger et cela à partir du 15 janvier 2012», a précisé le patron de la chaîne.

Une bonne nouvelle pour la fille du Guide qui aime communiquer dans les médias. Durant l’été, la jeune femme avait donné une interview à plusieurs journalistes étrangers, dont la télévision française.

«Je crois qu’elle est en train de prendre ses dispositions pour trouver un pays qui pourra accueillir la chaîne et duquel elle va émettre», ajoute Michane Djabouri.

Le pays d’accueil sera-t-il l’Algérie? C’est peu vraisemblable au regard des dernières déclarations des autorités algériennes après le message audio diffusé sur la chaine Al-Raï. Rappelée à son droit de réserve, Aïcha Kadhafi ne semble pas avoir beaucoup de marge manœuvre en Algérie.

Lu sur La Liberté

Une lettre d’un père à son fils – Sources d’Optimisme et de Réflexions Positives


Un jour , tu me verras vieux : si je me salis quand je mange et ne parviens plus à m’habiller…prends patience, souviens-toi du temps que j’ai pris à te l’apprendre.

Si quand je parle avec toi, je répète sans cesse les mêmes choses…ne m’interromps pas, écoute moi car quand tu étais petit, je devais te raconter chaque soir la même histoire pour que tu t’endormes.

Quand je ne veux pas me laver, ne me blâmes pas et ne me fais pas avoir honte… souviens toi quand je devais courir derrière toi en inventant des excuses parce que tu ne voulais pas prendre ton bain.

Quand tu constates mon ignorance des nouvelles technologies, donne-moi le temps nécessaire et ne me regardes pas avec ce petit sourire ironique, j’ai eu toute la patience à t’apprendre l’ABC; quand à un certain moment, je ne parviens plus à me souvenir ou je perd le fil de ma phrase… donne moi le temps nécessaire pour me le rappeler et si je n’y parviens pas, ne t’énerves pas… la chose la plus importante n’est pas ce que je dis mais le besoin d’être avec toi et que tu m’écoutes.

Quand mes jambes fatiguées ne parviennent plus à soutenir ta cadence, ne me traite pas comme si j’étais un poids, viens vers moi et tiens moi fort comme je l’ai fait quand tu faisais tes premiers pas.

Quand je dis que je voudrais être mort… ne te fâche pas car un jour tu comprendras ce qui me pousse à le dire. Essaye de comprendre qu’à mon âge on ne vit pas, on survit. Un jour tu comprendras que malgré mes erreurs, j’ai toujours voulu le meilleur pour toi et que j’ai tenté de t’aplanir la route.

Donne moi un peu de ton temps, donne moi un peu de ta patience, donne moi une épaule sur laquelle je peux appuyer ma tête de la même façon que je l’ai fait pour toi.

Aide moi à faire mon chemin aide moi à finir mes jours avec amour et patience et en échange, je rendrai un sourire et l’immense amour que j’ai toujours eu pour toi. Je t’aime mon fils.

Par Michèle Merken

La tête dans les étoiles, Chris rêve d’envoyer un Ougandais dans l’espace


Des bénévoles poncent une aile de la future navette spatiale de Chris Nsamba, le 11 novembre 2011 à Kampala. (Photo Michelle Sibiloni/AFP)

Agrandir la photo

Vendredi 02 décembre 2011, 14h27
Chris Nsamba le répète à l’envi: les grands scientifiques ont tous, à un moment de leur vie, été qualifiés de fous par leurs contemporains. Le jeune homme n’échappe à la règle, lui qui construit dans le jardin de sa mère une navette spatiale pour envoyer le premier Ougandais dans l’espace.

« Au début, les gens du coin venaient pour voir et disaient qu’il était fou, mais ils sont impressionnés à présent, quand ils reviennent », assure à l’AFP la mère de Chris, Sarah Lugwama, désignant un groupe de huit bénévoles en train de poncer une aile de l’imposante navette entreposée dans son jardin de Ntinda, dans la banlieue de la capitale Kampala.

Baptisé le Faucon africain, la navette, qui ressemble à un planeur volumineux avec une envergure de 10 mètres, doit à terme franchir l’atmosphère terrestre, selon son créateur et fondateur du « Programme de recherche spatiale africain », Chris Nsamba.

« D’ici cinq ans, nous aurons procédé à un essai dans l’espace et d’ici une décennie, nous aurons envoyé un homme dans l’espace », assure le jeune homme de 26 ans, accoudé à l’une des ailes de son engin.

Pour Chris, le chemin vers les étoiles est encore très long, et nombreux les obstacles à surmonter.

Le « Faucon » n’a toujours pas de moteur pour le propulser et l’Ouganda ne compte aucun astronaute de formation. Le jeune homme ne s’en laisse pas conter et prévoit de former lui-même les futurs équipages de sa navette.

Sa confiance inébranlable est confortée par le soutien moral et financier de plusieurs centaines d’amoureux de l’espace, qui ont offert leur temps et contribué à rassembler les 80.000 dollars dépensés dans le projet depuis 22 mois.

« Depuis que je suis petit, je suis intéressé par l’espace (…) donc dès que j’ai un peu de temps libre, je viens ici travailler sur le projet », témoigne Nixon Lukenge, 25 ans, imprimeur à son compte.

Mais les soutiens au projet un peu fou de Chris ne s’arrêtent pas au monde amateur: ils proviennent aussi des hautes sphères de la présidence, le président Yoweri Museveni ayant promis, lors d’un entretien téléphonique cette année, une contribution financière.

« La contribution du président et notre soutien moral visaient à montrer que nous sommes fiers de ce projet ambitieux », a confirmé à l’AFP Richard Tushemereirwe, conseiller particulier du Président pour les sciences et technologies.

Interrogé sur l’opportunité de financer, même modestement, un tel projet quand la population est touchée de plein fouet par une inflation galopante, ce dernier a défendu ce soutien financier, qui devrait être effectif en début d’année prochaine.

« Je ne pense pas que nous sommes en position de concurrencer la Chine ou quiconque, mais je pense que nous pouvons apporter notre contribution » à la conquête spatiale », a plaidé le conseiller.

« Les personnes intéressées par la recherche scientifique mèneront toujours leurs projets en dépit de la santé économique (de leur pays) et de l’agitation qui les entoure », a-t-il assuré.

Comment travailler enceinte… avec des nausées de grossesse ? – Maman travaille par le réseau Maman travaille et Marlène Schiappa


Travailler-avec-des-nausées-de-grossesse(DR)

Marlène s’attaque aujourd’hui à un sujet délicat pour nombre de femmes enceintes, les nausées de la grossesse ! Problème qui se complique quand on est en réunion, ou au travail, et qu’on aimerait éviter de vomir sur les chaussures de son patron. Alors toutes à vos bassines…

1 femme enceinte sur 3 serait sujette aux nausées, et elles seraient handicapantes pour 35% d’entre elles, selon une étude médicale parue en 2004 ! Bien sûr, vous faites partie de ces 35%. Vous avez pu courir jusqu’au 6ème mois, prendre l’avion jusqu’au 7ème mois, manger Indien avec un supplément piment et des Kebabs salade-tomate-oignon jusqu’au jour de l’accouchement, lire des livres entiers en restant concentrée, mais les 3 premiers mois, vous les avez passés clouée au lit avec une bassine pour seule compagnie (oui, quand on parle grossesse et nausées, on arrive vite sur des sujets très glamours) à hurler entre deux vomissements « Pourquoi, Seigneur, pourquoi !? »

 

Les Primperan, Motilium, Vogalène, et autres anti-nauséeux restant désespérément inefficaces, je me suis rabattue sur Internet, les copines enceintes, ai essayé mes propres trucs et ai tout noté, au moins que ça serve à d’autres ! Voici les trucs et astuces testés et approuvés pour pouvoir travailler malgré les nausées (un arrêt de travail de 3 mois pour cause de nausées risquant de ne passer que très difficilement…):

– Ne vous levez pas à jeun

Allez savoir pourquoi, les nausées disparaissent quand on mange peu, et régulièrement. Une demi biscotte suivie d’un demi thé suivi lui-même d’un petit morceau de pain… N’espérez même pas aller au bureau sans avoir rien avaler, vous ne tiendriez pas une heure ! Ou alors constituez-vous un stock de provisions sur place (barres de céréales et compagnie). L’idéal: prévoir la veille au soir vos « en-cas » du matin.

– Sniffez de la menthe
Tout ce qui est mentholé aide à faire disparaître les nausées ! Sniffer une bouteille de sirop de menthe a été, dans mon cas, le remède le plus efficace ! Les mouchoirs mentholés, pastilles vichy, feuilles infusées… toutes les astuces sont bonnes à prendre pour trouver une odeur de menthe ! Avec un mouchoir parfumé dans votre poche, vous aurez un « objet transitionnel » anti-nauséeux des plus discrets. Attention cependant: les diététiciennes soulignent que la menthe a un pouvoir « ouvrant » sur l’estomac, qui peut faciliter les remontées… (oui, c’est glam’, vous étiez prévenues !)

– Léchez un citron
Curieux, mais c’est LE remède le plus approuvé par les femmes enceintes de ma connaissance: lécher une rondelle de citron permet à… en fait, je ne saurais vous en expliquer le processus, mais le simple contact papilles / citron fait s’évanouir pour quelques temps les hauts le coeur et autres joyeusetés. Bon, pas évident d’apporter une rondelle au bureau, mais de bon matin, ça passe bien.

– Eliminez les odeurs
Les bonnes comme les mauvaises ! Faites bien le ménage, aérez sans modération en présence de fumeurs, mais évitez de vous parfumer. Optez pour un gel douche neutre et sans odeur (type Kaoma, Dove, Nivea, ou savon bio sans parfum) et choisissez un déodorant répondant aux mêmes critères: pas le moment de se lancer dans du « vanille bourbon » ou « fleurs exotiques des îles »… Chacune développe ses propres aversion, dans mon cas, l’odeur du poulet rôti: la simple vue de la rôtisserie de mon quartier m’a donné des hauts le coeur pendant trois mois, je devais faire un détour sinon… c’était « le drame » !

 

 » J’ai des nausées, qu’est-ce que je peux manger sans vomir sur mon boss ? « 

A la cantine: De la purée de pommes de terre, nature, sans beurre, sans gruyère, sans rien. De l’eau.
Au restaurant: N’importe quoi sans sauce et en très petite quantité, tant que le voisin de table évite la choucroute ou le couscous royal en notre présence. De l’eau.
A la maison: Un Tuc, des bonbons Haribo, du jambon blanc (du vrai jambon, pas reconstitué). De l’eau (original, tiens!)

On n’y pense même pas: Les fritures (panés, frites), le gras (lasagnes), le goût prononcé (épices, chinois, indien), le très chaud / très froid…

Et mieux vaut vous habituer, puisque ces sont les mêmes aliments qui seront bientôt responsables… des aigreurs d’estomac du 8ème mois ! Que du bonheur, qu’y disaient…

LA BUCHE DE NOËL/TRADITIONS » Ma Planète


 

Ajouté le 12/06/2011 19:57:17 par Floralia

La bûche de noël

 

 

La bûche est le dessert de Noël typiquement français. Pâtissière (gâteau roulé nappé de crème), glacée (au lait et au Grand-Marnier), ou en purée de marrons au chocolat, elle présente toujours une forme allongée et circulaire, rappelant ainsi la bûche de bois que l’on fait brûler dans la cheminée pour Noël.

La bûche de bois

L’origine de la coutume de la bûche remonte à la nuit des temps : les Celtes fêtaient le solstice d’hiver (fête de Yule). C’était si important pour eux, qu’à cette occasion ils faisaient brûler une bûche en symbole du soleil renaissant. Ce rituel est resté vivant tout au long des siècles, et le christianisme, loin de le supprimer, car trop porteur de toute une symbolique de la lumière et du renouveau, l’a simplement adapté à l’événement chrétien de la nativité.

 

 

 Quelque soit la tradition et les traditions locales, la bûche devait être grosse et coupée dans un vieux hêtre, un ormeau, un chêne ou un arbre fruitier (essentiellement prunier ou cerisier). En France, on plaçait autant de bûches dans l’âtre que de personnes habitant le foyer. Elles devaient brûler toute la soirée, sans que le feu ne s’éteigne, sinon des malheurs arriveraient dans l’année. En Italie, la bûche était appelée « ceppo ». En Angleterre, elle se nomme la « Yule Log ». La tradition voulait que la bûche soit offerte, mais elle ne se vendait pas. Tout un rituel accompagnait l’allumage de la bûche, différent selon les régions et les familles. En général, les cendres de l’année précédente protégeaient la maison des incendies et de la foudre, disait-on. La bûche devait brûler durant douze heures d’affilée. Il fallait l’attiser jusqu’au lendemain, et surtout ne pas l’éteindre volontairement. Parfois, on faisait un feu que l’on entretenait les douze jours de Noël (de noël à l’épiphanie) ! Cette coutume a duré du XIIè à la fin du XIXè siècle. La bûche de bois fut alors remplacée par une bûchette parée de verdure et de bougies miniatures, servant de décorations sur les tables du réveillon de Noël, avant de devenir le dessert que l’on connaît aujourd’hui…

Dans les provinces françaises, on lui donnait un nom :

  • en Bretagne : kef Nedeleg ;
  • en Bourgogne : suche ;
  • en Franche-Comté : tronche ;
  • en Loir-et-Cher : tréfoir, tréfou ;
  • en Provence : Calignaou (en bois d’olivier).

Cette bûche attira immanquablement de nombreuses superstitions. Parmi les plus courantes qui ont circulé autrefois en France, quelques-unes sont remarquables :
En Franche-Comté, la bûche devait se consumer toute la durée de la messe de minuit si on voulait que la maison soit protégée du tonnerre.

 

En Provence, c’était tout un cérémonial.

Il fallait d’abord la déposer devant la porte de la maison.

Puis le plus jeune et le plus vieux de la famille buvaient 3 fois du vin en offrande, et prononçaient quelques phrases rituelles. La bûche était ensuite posée dans l’âtre. Pour la conserver jusqu’à l’année suivante, on l’éteignait à la fin de la veillée. Coupée dans du bois d’olivier (le calignaou) cette bûche même incandescente, ne brûlait pas le linge ; on pouvait donc mettre les charbons rouges sur une nappe sans aucun dommage.

 

En Saône-et-Loire on laissait un homme armé d’un fusil auprès d’elle pendant la messe de minuit car si un démon l’éteignait, la maison était menacée d’un grand malheur

Dans la Vienne et en Lorraine, elle devait durer 3 jours, ni plus, ni moins!

 

 

 Ailleurs on promenait la bûche dans le jardin pour éloigner les insectes, ou bien il ne fallait pas s’asseoir dessus au risque d’attraper des furoncles au derrière. Quand ce n’est pas les charbons de la bûche qui guérissaient toutes les maladies, c’était les cendres qui étaient dotées des plus grandes vertus : elles éloignaient les accidents de toutes sortes (à condition de les envelopper dans un linge blanc). Si on les posait sur le toit, elles refoulaient les sorciers. On les mélangeait aussi aux graines des prochaines récoltes ou au breuvage des animaux pour qu’ils ne tombent pas malades. Au pied des arbres fruitiers, elles devaient faire merveille pour avoir des fruits abondants. Dans le grenier, elles chassaient les rats…

 

 

http://www.noel-alsace.fr/traditions

Mots-clés: FLORALIA TRADITIONS

Prostitution : « Nous ne sommes pas des victimes » – Le Point


Des prostitués ont manifesté mardi devant l’Assemblée contre la proposition visant à abolir leur activité.

Selon les travailleuses du sexe qui manifestaient à Paris, pénaliser le client risque de les précariser.

Selon les travailleuses du sexe qui manifestaient à Paris, pénaliser le client risque de les précariser.© Justine Lafon / Le Point.fr

Par Justine Lafon

« On sera toujours là, on n’est pas près de partir. » D’emblée, Fabien, prostitué depuis quatre ans, donne le ton : abolir la prostitution est impossible. Casquette vissée sur la tête et doudoune grise, il s’est déplacé place Édouard-Herriot, près de l’Assemblée nationale, pour « défendre ses conditions de travail ». Alors que dans l’hémicycle, les députés s’apprêtent à voter une résolution qui vise à entériner juridiquement les propositions du rapport Bousquet, parmi lesquelles l’éducation et la responsabilisation du client, les travailleurs du sexe brandissent leur banderole « Répression = contamination ».

Pour Fabien, habitué à exercer dans la rue, sous le couvert de protéger les personnes prostituées, la pénalisation du client aura pour effet de les « précariser encore plus ». « On nous considère comme des victimes, comme des inadaptés sociaux, mais en faisant peur aux clients, on détériore nos conditions de travail », s’emporte le jeune homme. Selon lui, avec une baisse de leur clientèle, les prostitué(e)s seront moins en mesure d’imposer leurs conditions, notamment le port du préservatif. Accrochée à sa pancarte « Autodétermination pour les travailleurs du sexe », Morgane Merteuil, escort et secrétaire générale du Strass – Syndicat du travail sexuel -, renchérit : « Pénaliser le client ne va pas nous permettre de travailler plus pour gagner plus, mais de travailler plus dangereusement, notamment en acceptant des choses que l’on n’aurait pas faites auparavant. »

« Lutter contre les prostituées »

Plus discret, un petit groupe brandit un panneau « Les professionnelles de santé disent non à la pénalisation du travail sexuel ». Tim Leicester, coordinateur de projet chez Médecins du monde, s’inquiète aussi des risques sanitaires liés à la pénalisation : « Pénaliser le client rendra la prostitution encore plus clandestine, et donc plus dangereuse. » Juriste pour le Strass, Sarah-Marie Maffesoli va plus loin. Elle craint que la baisse de revenus engendrée par la perte de clients ne « favorise les intermédiaires, et donc l’exploitation ». « Ils n’ont pas conscience que lutter contre la prostitution, c’est lutter contre les prostituées », regrette-t-elle.

Un peu à l’écart de la foule, plusieurs femmes observent la scène, le visage caché derrière un masque blanc. Peu enclines à parler aux médias, par lassitude ou pour préserver leur anonymat, elles apportent un soutien réservé à leurs collègues. « J’espère qu’on va nous entendre », confie l’une d’entre elles, avant de proposer un masque à une prostituée qui tente de couvrir son visage à l’aide d’un foulard. À leurs côtés, Emmanuel, jean et blouson en cuir, ne se cache pas. Pourtant, c’est un client. Habitué à côtoyer des prostituées dans le cadre de son travail, c’est la première fois que cet homme de 56 ans participe à une manifestation en faveur de leurs droits. « Je suis venu les soutenir, cette politique répressive n’est pas la bonne solution, elle empêche celles qui sont libres de faire leur travail », explique-t-il calmement. Craint-il une possible pénalisation du client ? « Ça ne m’empêchera pas d’aller voir des prostituées, je ferai juste plus attention. » Et selon lui, si la proposition de loi sur la pénalisation des clients vient à être adoptée, « les premiers touchés seront ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent, qui sont veufs ou divorcés, comme moi ».

Conseils pour perdre sa cellulite !


Cellulite, capitons et autre peau d’orange ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la cellulite pour mieux la combattre !

 

Est-ce qu'il suffit de faire un régime pour perdre sa cellulite ?

 

Est-ce qu’il suffit de faire un régime pour perdre sa cellulite ?

 

Non, il ne suffit pas d’un programme minceur pour faire disparaître la fameuse peau d’orange, puisque la cellulite n’est pas nécessairement liée au surpoids.
Comme chacun sait, on ne perd (malheureusement) jamais là où on souhaiterait !

Généralement, on perd vite du haut du corps c’est à dire des seins, des bras et du ventre.
La graisse située sur les hanches ou les cuisses est quant à elle très difficile à éliminer, car elle a un rôle déterminé : elle constitue une réserve énergétique pour faire face aux exigences de la grossesse et de l’allaitement !

Le combat anti-cellulite se gagne donc sur le long terme, en combinant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et une action ciblée sur les zones visées « abdos-fessiers » pour raffermir et muscler (auto-massages drainants et désinfiltrants et soins cosmétiques amincissants).

Pourquoi la cellulite ne touche-t-elle que les femmes ?

 

Les hommes peuvent également avoir de la cellulite, mais on les estime à seulement 2%. Les chanceux !
Pourquoi la cellulite concerne donc les femmes ?

Les raisons sont multiples.
Raisons hormonales : le développement de la cellulite est régulé par les hormones féminines (les oestrogènes).
Raisons physiologiques : les lobules graisseux sont plus gros chez la femme et ils sont perpendiculaires au derme, alors que chez l’homme ils sont obliques et forment donc beaucoup moins de capitons !

Enfin, on note également que les adipocytes sont distribués de façon différente chez l’homme (…)

source: Yahoo.fr

Petite fable sur le bénévolat » Ma Planète


 
Ajouté le 12/08/2011 00:20:44 par Ricky1234

* Petite fable sur le bénévolat *

Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux.

Après sa coupe, il demanda combien il devait. Le coiffeur lui répondit : C’est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine.

Le fleuriste s’en alla tout content. Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.

Plus tard, c’est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux. Quand il demanda pour payer, le coiffeur lui dit : Je ne peux accepter d’argent. Cette semaine, je fais du bénévolat.

Heureux, le boulanger s’en alla tout content, et le lendemain, déposa à la porte du coiffeur une douzaine de beignets, avec un mot de remerciements.

Puis, ce fut un député qui se présenta et lorsqu’il voulut payer, le coiffeur lui répondit :
Mais non, cette semaine c’est gratuit : je fais mon bénévolat !

Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique.

Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir, une douzaine de membres du parlement attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement

Voila mes amis, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens qui nous gouvernent. (A remarquer que tous les politiciens du monde se ressemblent).

Mots-clés: Ricky1234 Humour