Pensée du dimanche 31 juillet 2011.


« Avant d’être des régions du monde invisible décrites par la
religion, l’enfer et le paradis sont deux formes de vie que nous
pouvons trouver en nous-même. La vie de l’enfer est obscure,
trouble ; c’est symboliquement celle du tube digestif, du ventre,
du sexe. La vie du paradis est subtile, pure, lumineuse : c’est,
symboliquement, celle des poumons, du coeur, du cerveau.
En nous, l’enfer et le paradis sont séparés par le diaphragme ;
mais ils doivent travailler ensemble, la structure de notre corps
nous le dit. Seulement il faut toujours veiller à ce que le côté
supérieur domine le côté inférieur, que ce soit là, en haut, que
la conscience établisse sa demeure : l’enfer fournira alors les
matériaux, les forces brutes, que le paradis dirigera et
fécondera. C’est pourquoi efforcez-vous de vivre dans votre
paradis et, de là, apprenez à diriger les forces de votre enfer. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Apple est plus riche que le gouvernement américain | Slate


La comparaison n’a pas forcément beaucoup de sens sur le plan économique, mais elle montre aujourd’hui que la puissance financière se situe plus du côté des grandes entreprises et des marchés que des Etats. Le Los Angeles Times souligne qu’au moment même où les Etats-Unis, la première puissance économique au monde, environ 20% de la richesse planétaire, tentent d’éviter de se retrouver en cessation de paiement, Apple a plus de cash à sa disposition que le Trésor américain.

Et ce n’est pas une blague. Les disponibilités du Trésor sont descendues cette semaine à 74 milliards de dollars, c’est ce qu’il peut dépenser avant d’atteindre la limite de dette fixée par les parlementaires américains, et le cash qui se retrouve sur les comptes bancaires d’Apple est de 76 milliards de dollars…

Alors bien sûr, le gouvernement américain peut, si le Congrès l’autorise à nouveau, battre monnaie et imprimer des billets. L’administration Obama ne va évidemment pas demander l’aide d’Apple pour boucler ses fins de mois. Elle a d’ailleurs à sa disposition quelques armes secrètes si le Congrès n’est pas capable de prendre au dernier moment ses responsabilités, mais le gouvernement américain dans un lointain passé a fait appel à la générosité de riches entrepreneurs. Au milieu des années 1890, quand l’économie américaine parvenait difficilement à se remettre de la grande panique bancaire de 1893, le Trésor américain était au bord de la faillite et le président Cleveland avait obtenu un prêt du célèbre financier J.P. Morgan de 60 millions de dollars en or. Ajusté de l’inflation, cela représenterait 1.500 milliards de dollars d’aujourd’hui, à peu près ce qu’il faut à l’Etat fédéral américain pour être à flot!

Pour en revenir à Apple, avec une capitalisation boursière de 362 milliards de dollars, c’est tout simplement aujourd’hui la deuxième plus grande entreprise du monde selon son poids en Bourse derrière le pétrolier Exxon Mobil qui est évalué à 395 milliards de dollars par les marchés.

Apple a annoncé la semaine dernière avoir connu d’avril à juin le trimestre le plus profitable de son histoire après avoir notamment vendu le nombre incroyable de 20,3 millions d’iPhones dans le monde durant cette période. Pour les analystes, si Apple se constitue un trésor de guerre d’une telle ampleur (76 milliards de dollars), c’est à la fois pour procéder un jour prochain à une acquisition industrielle de grande et pour protéger son avance technologique en ayant les moyens d’acheter tous les brevets qui pourraient un jour faire de l’ombre à ses produits.

Si Apple est une société extrêmement riche, elle n’est pas un cas particulier, aux Etats-Unis notamment. La trésorerie de Microsoft ou de Cisco se comptent en dizaines de milliards de dollars. Au total, les économistes estiment que le cash disponible dont disposent les sociétés américaines, qui payent très peu d’impôts notamment en ayant beaucoup recours aux paradis fiscaux, dépasserait les 1.200 milliards de dollars, le Pib du Mexique…

Photo: Steve Jobs présente le nouveau Macbook Air à la convention Macworld à San Francisco, le 15 janvier 2008. REUTERS/Robert Galbraith

Kate Moss écrit son autobiographie et compte surprendre ses fans !


Kate Moss.jpgKate Moss écrit son autobiographie et compte surprendre ses fans !

Kate Moss s’est lancée dans l’écriture de son autobiographie. Un livre qui devrait ouvrir les yeux des fans sur la star, rapporte The Sun.

Quand on pense à Kate Moss, certains mots viennent directement à l’esprit, comme « fringues », « alcool », « drogue » et « party ». Et pourtant! Selon une amie de la star, la vie de Kate Moss est bien plus large et intéressante que cette image de fêtarde junkie qu’on a d’elle.

« Kate a toujours fait attention de ne pas trop en dire pendant les interviews, et donc le public ne sait pas qui elle est vraiment, ce qu’elle aime et ce qu’elle a traversé pendant sa vie », a expliqué une source proche de la star au Sun.

Kate Moss devrait dévoiler une bonne partie de sa vie dans cette autobiographie. Elle évoquera notamment le divorce de ses parents, la naissance de sa fille et ses relations avec Pete Doherty et Johnny Depp, notamment.

« Ses fans vont être aux anges de lire ça et elle va se faire une fortune absolue. », a continué la source.

L’autobiographie de Kate Moss devrait probablement sortir pour l’été 2012. (mlb/7sur7)

Certificat de conversion: le visa d’Allah | Slate Afrique


Comment devient-on musulman quand on est un étranger? Selon la doctrine, il suffit de prononcer la chahada, la profession de foi: «Il n’y a de Dieu que Dieu et Mohammed est son prophète» face à deux témoins. En Algérie comme ailleurs dans certains pays musulmans, il faut aussi un certificat de conversion.

On Knees for Allah at Id Kah Mosque, by preston.rhea via Flickr CC

Les histoires d’étrangers, surtout Occidentaux, «fascinés» par l’islam et s’y convertissant par élan du cœur, font florès dans les journaux algériens. On est en pleine mode Yusuf Islam, ex-Cat Stevens, mais à l’échelle de la quotidienneté.

Les bilans régulièrement rendus publics par les administrations des affaires religieuses algériennes sont salués comme des «victoires» par certains journaux. Contre qui? On ne le dit pas, mais on sait: les impies, l’Occident, les sceptiques…

Le fantasme monothéiste

Les histoires singulières des convertis sont même répétées comme autant de preuves que l’islam est «la seule religion authentique», avec ce souci d’illustrer la vérité sans craindre les grossièretés de la propagande. La publicité sert un peu le nombrilisme d’usage des monothéistes, le souci de répondre indirectement aux ailes indigènes des modernistes, des antireligieux, des éradicateurs et des «occidentalophiles» de tous bords.

On veut aussi y voir les miracles d’Allah et assouvir ce fantasme d’empire que cultivent les monothéismes face à la dissidence du reste de l’humanité dite «égarée».

Comment se fait cette conversion? Qui sont les convertis? Que deviennent-ils? Selon le schéma typique, Jean-Paul est un cadre français ou espagnol, travaillant en Algérie depuis des années et qui a découvert l’islam par lui-même, et pas par l’extrême-droite et les médias post-11-septembre. Convaincu, il sera accueilli dans une mosquée algérienne par l’imam du coin, en présence de quelques témoins face auxquels Jean-Paul va réciter la Chahada avant de changer de prénom —même si ce n’est pas une obligation religieuse. Jean-Paul deviendra Yahia, par exemple.

Son cas sera cependant soumis, après accomplissement de la procédure à un cursus d’enquêtes et d’entretiens sur ses connaissances religieuses. Le converti sera signalé à la police et au ministère des Affaires religieuses, qui validera l’adhésion à la nouvelle foi. Petite illustration de cas par un article publié dans un journal algérien, Le Quotidien d’Oran le 13 avril 2011:

«Cinq ressortissants étrangers se sont convertis à l’islam et ont reçu par conséquent leur acte de conversion depuis le début de l’année […] Deux autres dossiers ont été déjà adressés à Alger et les intéressés sont en attente de recevoir ce certificat délivré par le ministère des Affaires religieuses, alors que douze autres étrangers dont des Français ont déjà accompli les formalités d’usage et leurs dossiers sont en cours d’étude, a-t-on appris auprès de la direction des affaires religieuses et des Wakfs de la wilaya d’Oran, soit au total 19 personnes.

[…] après avoir prononcé la chahada et récité quelques versets coraniques à la mosquée El Mejd sise à Gambetta (Oran) où un conseil scientifique et islamique chargé de la Fatwa siège, le concerné sera soumis à un petit entretien durant lequel quelques questions notamment sur les ablutions lui sont posées. Ce circuit achevé, l’intéressé doit se rapprocher de la direction des affaires religieuses où il dépose son dossier, lequel est soumis à une enquête. Une fois l’aval donné, le dossier est adressé au ministère de tutelle chargé de délivrer l’acte de conversion.»

Bureaucratie de la conversion

Le processus, on le voit, n’est pas simple: la religion est aussi une bureaucratie, une police méfiante et un fichier vigilant avec une pincée de surréalisme dans les procédures.

Personne ne se demande qui sont ces «juges» de la foi et comment on peut penser sérieusement à soupeser la sincérité d’un converti, ni si l’enquête de police ou du ministère n’est pas une absurdité en soi. Le dossier des convertis intéresse en effet peu la presse algérienne, sauf quand il s’agit de compter les nouvelles brebis.

Et pourquoi établir un acte de conversion? Selon ses concepteurs, il s’agit de donner du crédit à la démarche. Le document servira, au cas où, pour les besoins de pèlerinage à La Mecque, lieux saints interdits d’accès aux Jean-Paul et autres noms et nationalités peu musulmanes et peu arabes. C’est l’une des raisons «légales» qu’on en donne, ajoutées à deux autres d’ordre pratique: faciliter le mariage de Jean-Paul avec une musulmane et permettre l’enterrement dans un cimetière musulman après le décès du converti.

Que deviennent les convertis après délivrance de l’acte? On ne sait pas. Ils réintègrent leur vie, se marient avec l’Algérienne qu’ils ne pouvaient épouser auparavant, ou continuent leur quête spirituelle. Tous ne sont pas des Lawrence d’Arabie ou des Isabelle Eberhardt, mais le narcissisme local aime bien en savourer l’histoire au moment pic de la conversion —pas après. Après, ils tombent peut-être dans la banalité du milliard de musulmans qui peuple la planète.

On ne peut donc juger de la bonne ni de la mauvaise foi du converti, mais si les enthousiastes sont nombreux, les sceptiques «indigènes» pour qui Jean-Paul est un quadra désespéré, sorti de deux divorces, amoureux d’une brunette maghrébine soumise ou en quête d’un sens à donner au monde qui dépasse l’angoisse du CDD, le sont tout aussi.

D’ailleurs, Jean Paul n’est pas systématiquement français. Il peut être philippin, japonais, espagnol, chinois, allemand, italien… Sa nationalité est celle des camps de vie des entreprises étrangères qui ont décroché des marchés en Algérie.

L’acte de conversion, Graal de ces nouveaux musulmans

L’histoire de ce certificat est perçue différemment par les musulmans locaux:

«C’est en général pour les gouers [les Européens, ndlr] qui « découvrent » l’Islam en même temps qu’une Marocaine attirante», affirme un internaute sur un site communautaire.

D’autres, plus progressistes, y voient un acte de ségrégation et une procédure policière qui pourraient empêcher deux êtres qui s’aiment de s’unir. Curieusement, ce sont parfois les plus religieux qui sont contre. «La religion, c’est entre toi et Allah», répond un imam à un converti qui lui demandait comment faire pour obtenir ce visa.

Sur le Net, les témoignages sont nombreux sur les péripéties des convertis, notamment en France, pour obtenir ce document:

«Voilà, je suis français et je souhaite me convertir à l’Islam, j’ai pris des cours auprès d’une petite mosquée avec un grand monsieur […] mais qui malheureusement ne pouvait pas me donner un certificat de conversion officiel. Suite à cela je me suis rendu à la mosquée de Paris et là, le choc…

Je me suis retrouvé en face d’un homme dans un bureau, qui était vautré sur son fauteuil d’une manière indécente, je lui ai expliqué que je souhaitais avoir un certificat de conversion, en lui montrant celui que j’avais de ma petite mosquée […] Il n’a pas daigné regarder mon certificat et n’a pas hésité à me signaler que son certificat était payant.»

Le prix du document en France? Trente-six euros, selon les témoins.

Dernière question: combien sont les Jean-Paul devenus Mohammed, ou les Marie devenues Meriem? On ne sait pas exactement, car les convertis ne se déclarent pas systématiquement aux autorités. Les chiffres? C’est selon la densité des communautés «ouvrières» étrangères présentes dans le pays; selon les histoires d’amour ou de libido; selon de vrais besoins spirituels.

En 2010, vingt étrangers, 13 de nationalité française, 4 Portugais, un Espagnol, un Italien et un Belge se sont convertis à l’islam, rapporte Le Quotidien d’Oran. Pour l’année 2011, des déclarations officielles font état de 134 étrangers devenus musulmans. En tête de liste, on retrouve les Français mais les Chinois sont de plus en plus nombreux.

Kamel Daoud

Il tente de retirer une hernie lui-même avec un couteau à beurre !


couteau à beurre.jpgIl tente de retirer une hernie lui-même avec un couteau à beurre !

Un Californien a tenté de s’opérer lui-même d’une hernie dont il souffrait à l’abdomen en « s’ opérant” à l’aide d’un couteau à beurre long d’une bonne quinzaine de centimètres,

C’est ce qu’a annoncé la police locale mardi.

L’homme de 63 ans souffrait énormément et a décidé dimanche de prendre les choses en mains lui-même, a raconté son épouse qui a immédiatement appelé la police lorsqu’elle a vu ce que son mari s’était infligé.

“Elle nous a dit que son mari essayait de se retirer une hernie. Il était très contrarié”, a expliqué le sergent Tom Lorenz de la police de Glendale, à l’est de Los Angeles.

“Alors qu’il attendait l’ambulance, il a lui-même enlevé le couteau à beurre”, a-t-il ajouté.

L’homme a été placé en observation dans un service de psychiatrie, afin qu’il ne s’inflige aucune nouvelle blessure. Son état physique est stable, mais les médecins qui l’ont traité pensent que son geste n’a fait qu’empirer les choses.

“Il est absolument impossible de traiter une hernie soi-même”, a souligné Sam Carvajal, chirurgien au Centre médical Glendale Adventist, cité par le Los Angeles Times.

Selon lui, un chirurgien n’a besoin que de 20 à 30 minutes pour soigner une hernie

sudpresse.be

Pense-malin.com – Retrouvez les trucs et astuces


Notre quotidien est souvent perturbé par de petits contretemps, des détails désagréables qui nous contrarient et pour lesquels nous n’avons pas de solution. Nous avons pensé à vous renseigner de façon hebdomadaire, sur diverses façons de vous faciliter la vie.

Faites découvrir vos trucs et astuces en nous écrivant à l’adresse suivante : trucsetastuces@pense-malin.com

DES USTENSILES BRILLANTS

Si vos ustensiles de cuisine sont devenus un peu trop ternes, faites-les chauffer quelques minutes dans un récipient contenant de l’eau et un peu d’eau de Javel. Rincez-les ensuite à l’eau claire, ils devraient retrouver leur brillance d’antan.

DES CASSEROLES PROPRES SANS EFFORT

Rien n’est plus désagréable que de devoir affronter des casseroles sales! Plus maintenant si vous mettez en pratique ce petit truc simple et facile. Appliquez du marc de café sur la surface à nettoyer, laissez agir une heure, et essuyez ensuite à l’aide d’une éponge mouillée. Tout partira comme par enchantement!

UNE VOLAILLE À SAVEUR EXOTIQUE

Pour ajouter une petite touche à saveur exotique à votre volaille, glissez une demi-orange et quelques feuilles de sauge à l’intérieur de celle-ci avant de la mettre au four. Le résultat vous ravira, ainsi que vos convives.

ENTRETIEN DE L’ÉVIER

Pour vous assurer que votre évier ne se bouchera jamais, faites bouillir un litre d’eau combiné à quatre cuillères de gros sel, et versez dans l’évier une fois le degré d’ébullition atteint. À répéter une fois par semaine.

FINI L’ADOUCISSANT COMMERCIAL

Voici un petit truc qui rendra votre linge doux, tout en épargnant. Versez une tasse de vinaigre blanc dans l’eau de rinçage, plutôt que d’utiliser un adoucissant commercial. Ne vous en faites pas, l’odeur du vinaigre ne se communiquera pas à votre lessive.

UN BARBECUE SANS FLAMMES

Il est fréquent que les viandes s’enflamment lorsqu’on les fait cuire sur un barbecue. Pour éviter cet inconvénient, il suffit de saupoudrer du gros sel sur les braises avant de déposer la viande sur la grille. Même si celle-ci est très grasse, elle ne s’enflammera pas.

Le Figaro – Sociétés : Orly : des hologrammes font embarquer les passagers


Par Simon Ganem Publié le 27/07/2011 à 14:58<!–

.

–>

Trois agents d'accueil d'Aéroport de Paris ont prêté leur voix et leur silhouette afin d'enregistrer ces films d'une quinzaine de secondes.
Trois agents d’accueil d’Aéroport de Paris ont prêté leur voix et leur silhouette afin d’enregistrer ces films d’une quinzaine de secondes.

Aéroports de paris teste plusieurs innovations ludiques pour améliorer la qualité de l’accueil.

A Orly, les vacanciers en partance pour Biarritz ou la Corse par exemple, auront la surprise de découvrir une innovation étonnante mise en place par Aéroports de Paris depuis le 4 juillet dernier: des hologrammes. Ces images virtuelles en trois dimensions visibles dans la salle d’embarquement n°40 invitent les passagers à embarquer et leur souhaitent bon voyage. Trois agents d’accueil d’Aéroport de Paris ont prêté leur voix et leur silhouette afin d’enregistrer ces films d’une quinzaine de secondes, qui sont ensuite projetés sur une silhouette en plexiglas. Un accueil virtuel qui ne passe pas inaperçu: «certains sont fascinés et s’arrêtent le temps que l’hologramme finisse de parler» raconte Claire Gozlan, responsable presse de Paris-Orly selon qui «cette innovation reçoit un très bon accueil des passagers». Orly est le troisième aeroport dans le monde à s’équiper d’un tel dispositif après Manchester et Londres-Luton en Grande-Bretagne.

Espace enfants

D’autres services et innovations sont aussi proposés aux voyageurs de la salle 40 pour les aider à patienter et les accompagner au cours de leur passage dans l’aéroport parisien. Les comptoirs d’enregistrements arborent désormais une couleur particulière: rouge pour les passagers en classe affaires, bleu pour tous les autres et vert pour la dépose bagage. La salle, qui accueille 900.000 passagers par an, propose aussi un «accès N°1» qui permet d’accéder directement et surtout rapidement à l’avion pour les passagers en classe affaires grâce à un portillon automatique, équipé d’un lecteur optique pour les cartes d’embarquement. Enfin, un espace enfants, sera ouvert début août et projettera des poissons interactifs au sol, qui se sauvent quand on les touche.

Ces expérimentations font partie d’une stratégie qualitative plus globale d’ADP. En proposant ses services high-tech mais surtout ludiques, les aéroports parisiens vceulent remonter la pente en terme de réputation d’accueil, aujourd’hui médiocre en comparaison d’autres grandes plate-formes européennes. Ces tests pourraient par la suite «être étendus à tout l’aéroport d’Orly et même à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en cas de succès», déclare un porte-parole d’ADP. Le groupe qui gère aussi l’aéroport du Bourget a déjà engagé des travaux d’amélioration des sevices pour répondre plus efficacement aux besoins de passagers de plus en plus exigeants avec la construction d’un nouveau satellite d’embarquement du terminal 2E de Roissy, le S4.

Dormir insolite…À la belle étoile, mais avec le confort d’un hôtel !


bulle-chambre-dotee-d-un-vrai-lit-et-d-une-vue-imprenable-sur-le-ciel-photos-j.jpgDormir insolite…À la belle étoile, mais avec le confort d’un hôtel !

C’est une chambre d’hôtel extériorisée, une tente d’un nouveau genre : le lit est placé dans un œil géant qui scrute les étoiles.

Certes, une nuit étoilée, en ce moment en Alsace, est un plaisir plutôt rare. Depuis le 1 er juin, date de l’ouverture de la bulle de Klingenthal, elles se comptent sur les doigts d’une seule main. Mais celle-ci attire quand même : s’il reste des créneaux en semaine, elle est généralement occupée le week-end. Une deuxième a même été installée, pour répondre à la demande ; elle a pris place à quelques mètres de la première : derrière l’Hôtel des Vosges de Klingenthal et au pied du mont Sainte-Odile.

En réalité, chacune de ses « suites » n’est pas constituée d’une bulle, mais de trois accolées. Selon ses références, la chose évoque pêle-mêle des cocons d’insectes, des modules spatiaux, une structure gonflable ou la maison des Barbapapas. La première bulle (une sorte de tunnel) sert de dressing ; la seconde, la plus grande (4 mètres de diamètre), de chambre ; et la troisième de salle de bains, avec douche, WC, lavabo et échantillons gracieusement offerts.

Le dressing fait office de sas : il faut fermer la porte d’entrée avant d’ouvrir celle de la chambre. Car lorsque les deux sont ouvertes, la bulle flanche immédiatement ; si elle se tient ronde et ferme, sans armatures, c’est grâce à de l’air pulsé (et filtré, pour éviter les allergènes) en permanence depuis la salle de bains.

La bulle-chambre est évidemment la « pièce » principale : le lit double l’occupe en bonne partie, et la toile, ici, est transparente dessus et devant les dormeurs.

L’idée, résumée par Marion Bouwy : « Profiter d’une nuit à la belle étoile, avec les avantages et sans les inconvénients ». Plus précisément : avec le confort d’une chambre d’hôtel et sans le froid ni les insectes. Quels que soient les caprices du ciel, cette nuit n’est de toute façon pas comme les autres. « On a eu un couple de 88 et 92 ans, ils étaient enchantés… »

Marion Bouwy gère la société Bulles et une nuit, créée il y a deux ans pour exploiter dans le Grand Est cette invention du designer Stéphane Dumas. Dans un premier temps, la bulle devait passer son été sur le plan d’eau de Wittisheim. Mais la commune a reculé devant les frais engendrés par les raccordements. Le partenariat s’est donc noué avec l’Hôtel des Vosges, ce qui, en fait, semble mieux correspondre à l’esprit de cette bulle : le concept s’adresse moins aux baroudeurs qu’à des couples cherchant l’originalité sans renoncer au confort.

Là, la bulle est « faite » comme les chambres de l’hôtel, et l’on peut bénéficier des prestations du trois-étoiles, et en particulier de son restaurant, La table de Nadia. Une troisième bulle pourrait être installée dans le bosquet voisin, et ces tentes d’un nouveau genre reviendront pendant la période des marchés de Noël ; alors, l’air pulsé sera chauffé. Le grand luxe ? À un détail près : si l’on vient, ce n’est pas pour faire la grasse matinée, car le jour fait office de réveil.

par Hervé de Chalendar

lalsace.fr

Gare aux nanoparticules dans les protections solaires ! – Les news Beauté de Doctissimo


En 2008, l’AFSSAPS saisissait la DGS pour mener une étude sur les nanoparticules présentes dans nos cosmétiques. Les conclusions viennent de tomber et montrent qu’il est encore difficile d’évaluer les risques liés à l’utilisation des nanoparticules. Toutefois, s’il n’est pas constaté d’absorption cutanée significative, l’utilisation de nanoparticules sur une peau brûlée par le soleil pourrait être néfaste. D’où la recommandation d’éviter les protections solaires à base de nanoparticules.

Les nanoparticules et l’oxyde de zinc ZnO sont principalement utilisés en cosmétiques comme filtres anti UV. Comme la question de la pénétration de ces particules se posait, l’AFSSAPS a diligenté une étude.
La littérature a révélé une pénétration in vivo et in vitro limitée aux couches supérieures de l’épiderme, mais une pénétration possible tout de même. L’Agence de Sécurité rappelle que ces conclusions ne sont valables que pour les peaux saines, non lésées. En effet, les études sur peaux lésées (de manière pathologique ou exogène) sont contradictoires.
Toutefois, il semblerait tout de même que toute peau endommagée soit plus exposée à l’absorption des nanoparticules.

L’AFSSAPS précise qu’il est difficile de transposer les résultats obtenus dans la littérature car ils ne tiennent pas compte des formulations des cosmétiques que l’on retrouve sur le marché.
L’agence française de sécurité estime donc nécessaire la réalisation d’études complémentaires et conseille en attendant de ne pas utiliser de protections solaires à base de nanoparticules et d’oxyde de zinc (TiO2 et de ZnO) sur une peau lésée par le soleil. L’AFSSAPS déconseille également d’utiliser les cosmétiques en sprays, aérosols ou en poudre sur le visage et de ne pas les utiliser dans des lieux fermés.

Juliette Robin

Source : Rapport AFSSAPS Etat des connaissances relatif aux nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques en termes de pénétration cutanée, de génotoxicité et de cancérogenèse, téléchargeable en ligne, 14 juin 2011

MICROSOFT ET APPLE…


images drôles comment ca marche cette webcam ?

Trois ingénieurs Apple et trois ingénieurs Microsoft se retrouvent sur le quai de la gare pour se rendre en train à un grand événement informatique. Les ingénieurs Microsoft demandent trois billets et, à leur grande surprise, ils remarquent que les ingénieurs Apple n’en prennent qu’un seul. Étonnés, ils demandent aux ingénieurs Apple comment ils arriveront à voyager tous les trois avec un seul billet. Ceux-ci rigolent et leur disent:  » Ah, mais attendez voir… « 

Au cours du voyage, le contrôleur entre dans la voiture et, aussitôt, les trois ingénieurs Apple se dirigent promptement vers les toilettes et s’y enferment. Les ingénieurs Microsoft remarquent éberlués leur manège puis, après s’être fait contrôlés, voient le contrôleur taper à la porte des toilettes en annonçant:  » Contrôle des billets !  » .. Une voix à l’intérieur fait « Voilà ! » et un billet passe sous la porte. Le contrôleur vérifie le billet puis repart. Les ingénieurs Microsoft sont très impressionnés de la technique des ingénieurs Apple…

Nos mêmes six ingénieurs se retrouvent sur le quai de la gare de retour de leur événement. Les trois ingénieurs Apple achètent un billet, tandis que les ingénieurs Microsoft n’en achètent même pas un. Pantois, les ingénieurs Apple ne peuvent s’empêcher de souligner le risque encouru par les ingénieurs Microsoft en cas de contrôle. Lesquels rigolent et leur disent:  » Ah, mais attendez voir… « 

Au cours du voyage, notre contrôleur entre dans la voiture et, aussitôt, les trois ingénieurs Apple se dirigent promptement vers les toilettes et s’y enferment. Les trois ingénieurs Microsoft, moins prompts à réagir se mettent en route doucettement. Une fois les ingénieurs Apple enfermés, l’un des ingénieurs Microsoft tape à la porte des toilettes, et annonce: « Contrôle des billets ! », récupère le billet des ingénieurs d’Apple et file s’enfermer dans le second cabinet de toilettes avec ses deux acolytes…

La morale de cette histoire est que chez Microsoft, non seulement, ils piquent les idées des autres mais, en plus, ils les améliorent !

(merci à RIGOLUSMAN pour cette farce)