Pensée du mercredi 27 juillet 2011.


« Vous voudriez méditer et vous n’y arrivez pas, vous trouvez que
c’est difficile. Oui, car pour méditer il faut bien connaître la
nature du travail psychique, et surtout ne pas exiger du cerveau
qu’il se concentre immédiatement sur un sujet déterminé, sinon on
violente les cellules nerveuses et le cerveau se bloque. La
première chose que vous avez à faire est donc de vous détendre et
de rester pour ainsi dire passif, tout en surveillant comme un
spectateur patient cet apaisement de toutes vos cellules. Bien
sûr, sans un certain entraînement vous n’y arriverez pas tout de
suite, mais à la longue il suffira seulement de quelques
secondes.
Travailler tout d’abord avec la douceur, l’harmonie, c’est là le
secret d’une bonne méditation. Et au moment où vous sentez que
votre système nerveux est apaisé, rechargé (car cette attitude
passive permet à votre cerveau d’accumuler des énergies), vous
pouvez orienter votre pensée vers le sujet que vous avez choisi. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Nous avons interrogé Michael Stora et Serge Tisseron sur le phénomène “fakers” – Petits mensonges entre amis – Société – Le Figaro – Madame.


Nous avons interrogé Michael Stora et Serge Tisseron sur le phénomène “fakers”

 

Petits mensonges entre amisIllustration Odyssee Dao

 

Votre photo vous montre dorée, chevelure ondulée. Votre statut dit « Calvi », votre dernier check-in, « plage de l’Octopussy ». Et vous vous êtes bien gardée d’actualiser tout cela à votre arrivée en gare… d’Uzerche. Alors, faire de son double virtuel un personnage détaché de la réalité, est-ce grave docteur ? Michael Stora et Serge Tisseron ont leur petite idée.

Entre nos posts invariablement intelligents et drôles, la jolie moue affichée sur chacune de nos photos (les autres étant soigneusement untaguées) et nos 237 amis (ni trop, ni trop peu), nous avons tous une fâcheuse tendance à bidouiller notre identité virtuelle. Certains vont plus loin et n’hésitent pas à s’inventer une vie palpitante alors qu’ils ne voyagent pas plus loin que le bout de leur canapé. Dans un récent article de Grazia UK (1), Issy Sampson avoue être une faker, une mytho des réseaux sociaux. Elle tweete, par exemple, qu’elle est assise au premier rang d’un défilé londonien, alors qu’en réalité elle est assise par terre dans sa cuisine et tente de rafistoler son lave-vaisselle : « Pour les spectateurs de ma vie, je passe mon temps en minirobe et talons hauts, une coupe de champagne scotchée à la main. Ce n’est pas le cas, mais je veux que les gens croient à cette version. »

C’est de bonne guerre quand on sait que de terrain de jeu léger et informel, les réseaux sociaux ont viré à la compétition sans merci, où chacun lorgne sur le nombre de friends et le ratio glamour du profil des autres. Un peu comme à la récré, au lycée, quand on s’inventait des exploits pour faire copain-copain avec ceux qui avaient l’air d’avoir une vie plus palpitante que la nôtre. Pour paraître cool sur la Toile, on n’hésite donc plus à user (et abuser) de ces petits mensonges entre amis. Des amis qui ne peuvent pas voir notre nez s’allonger quand on prétend assister à cette soirée VIP où l’on ne mettra jamais les pieds.

(1) “Help! I’m a Facebook faker.”

L’avis des psysIllustration Odyssee Dao

L’avis des psys

Et c’est grave, cette tendance à briquer sa vie depuis l’écran de son ordinateur ? Le psychanalyste Michael Stora (2) estime qu’il n’y pas de quoi s’inquiéter : « Cette mise en scène de soi dans une quête identitaire est intéressante. S’amuser à être cet autre, idéalisé ou réprimé, est une activité saine. » La fameuse page Bleue devient en quelque sorte « un espace d’autothérapie » où les commentaires, avec leur charge positive, permettent d’être mis en valeur. « Internet en général et Facebook en particulier révèlent que nous vivons dans une société où l’on manque cruellement de valorisation », explique Michael Stora.

Le seul danger, c’est d’y croire

 

Pour Serge Tisseron (3), psychiatre et psychanalyste, l’affabulation n’est pas née de la dernière adresse URL. Certes, « Facebook a été créé pour exalter le narcissisme », et comme dans la vraie vie, il faut se méfier de ce que l’on nous dit. Ceux qui ont tendance à raconter à un dîner ô combien leurs vacances étaient merveilleuses, alors qu’elles étaient calamiteuses, feront de même sur leur page. « Internet joue sur le link (le « lien ») et le leak (la « fuite »), on oscille entre authenticité et manipulation », poursuit le psychiatre.

L’affaire du blog A Gay Girl in Damascus, qui a fait le tour du Web le mois dernier, en est la parfaite illustration. Tom MacMaster, un Américain de 40 ans, s’y faisait passer pour Amina, une Syrienne lesbienne qui racontait son quotidien. « Tous les faits relatés sur la situation en Syrie sont vrais », s’est défendu le blogueur. Mais l’histoire n’en reste pas moins le fruit de son imagination. Et Serge Tisseron de résumer : « Le seul danger, en somme, c’est d’y croire. »

Pour Michael Stora, l’autre risque serait que le virtuel devienne, pour certains, l’unique espace où ils se sentent exister : « Les personnalités fragiles, avec une faible estime de soi, peuvent utiliser ce monde-là comme un refuge. Internet risque alors de devenir une sorte de Prozac interactif, un antidépresseur virtuel. » Que l’on se rassure : si notre tendance à retoucher nos photos de vacances est inférieure ou égale à notre disposition à traîner avec nos vrais amis, aucune inquiétude à avoir.

(2) Auteur de Les écrans, ça rend accro… (éd. Hachette Littératures, 2007).

(3) Auteur de L’Empathie au cœur du jeu social (éd. Albin Michel, 2010).

Prière des Grands Parents » Ma Planète


Ajouté le 07/22/2011 17:59:21 par Cendrillon

Seigneur, voici le troisième âge.Le corps n’est plus jeune,
mais le coeur devient sage.
Nous ne courons plus après le temps,
nous en avons maintenant pour écouter,
pour compatir et conseiller.Les loisirs nous permettent
de feuilleter notre mémoire
et de recueillir les leçons du passé.Rends-nous accueillants
à nos enfants et petits-enfants.
Qu’ils puissent trouver
auprès de nous tendresse et affection,
indulgence et compréhension.Que dans nos yeux
qui ne lisent plus très bien,
ils puissent découvrir
le regard d’une foi joyeuse
et pleine d’espérance.Qu’entre nous la prière trouve sa place.
Ainsi, non pas à reculons,
mais les yeux tournés vers l’horizon
nous nous approcherons de cette éternité
où nous nous sommes donné rendez-vous.(Charles Delhez)

Mots-clés: Cendrillon

Les sentimensts » Ma Planète


 

Ajouté le 07/23/2011 18:19:27 par Cemoifleur

 

 

Dans les sentiments tendres entre deux personnes il y a l’amitié,

une relation fidèle qui résiste au temps,

l’amour tendre de l’adolescence,

l’amour fou qui conduit souvent vers

l’amour charnel,

puis il y a l’amour courtois

et enfin l’amour éthéré, le plus spirituel, le plus mystique qui n’a pas besoin des corps pour partager des moments uniques de retrouvaille des âmes.

Trop peu pratiqué que ce soit dans la jeunesse où les corps font tout oublier, trop peu pratiqué dans l’âge avancé parce que trop de regrets de l’amour physique, c’est un continent inconnu pour beaucoup qui sait réserver de bien belles et nobles joies à ceux qui ont la sagesse d’y gouter, il résiste au temps et à l’espace et donne la conviction qu’il y a vraiment une vie au-delà de nos enveloppes charnelles. Les cœurs et les âmes sont faites pour vivre au-delà de l’espace-temps.

CEMOIFLEUR

Mots-clés: FLEUR

 

Dieu recueille 52% d’opinions favorables | Slate


Fini les sondages politiques traditionnels: l’institut de sondages américain Public Policy Polling a décidé de sortir des sentiers battus et de demander à ses sondés ce qu’ils pensent du Tout-Puissant, apprend-on sur Newser.

Quatre questions ont été posées aux 928 sondés [PDF]:

  • «Si Dieu existe, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez son travail?»
  • «Si Dieu existe, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez la manière dont il gère les catastrophes naturelles?»
  • «Si Dieu existe, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez la manière dont il traite les animaux?»
  • «Si Dieu existe, est-ce que vous approuvez ou désapprouvez la manière dont il a géré la création du monde?»

Résultat: 52% des personnes interrogées sont satisfaites du travail fourni par Dieu, 50% trouvent qu’Il (ou Elle, le sondage se contentant du pronom neutre «it» pour Le/La désigner) se débrouille bien en ce qui concerne les catastrophes naturelles, 56% estiment qu’Il s’occupe bien des animaux, et 71% valident Sa création du monde.

Un bilan plutôt positif pour le Seigneur, en comparaison avec Rupert Murdoch ou le président républicain de la Chambre des réprésentants américaine John Boehner, dont les sondés devaient également évaluer le travail.

Seulement 33% approuvent le travail de John Boehner au sein du Congrès, et 12% affirment avoir «une opinion positive de Rupert Murdoch» contre 49% qui lui sont défavorables.

Si Dieu existe, il est donc bien plus populaire que (quelques) puissants de ce monde… D’autant que si seulement la moitié des sondés se sont dits satisfaits de son travail, 40% ne sont simplement pas sûrs de leur opinion. Il n’y a que 9% des sondés qui soient franchement fâchés des résultats du travail de Dieu.

Public Policy Polling, un institut réputé plutôt à gauche selon Newser, n’a pas demandé à ses sondés ce qu’ils pensaient de Barack Obama. Mais The Atlantic Wire cite le taux d’approbation de l’actuel président américain estimé par le site RealClearPolitics: à 45,8%, il n’est pas si loin du Tout-Puissant. Reste que selon le même site, 49% des sondés ne sont pas satisfaits du travail de Barack Obama.

Photo: La création de l’Homme sur le plafond de la Chapelle Sixtine, Wikipédia

Le voyage dans le temps est impossible, selon des scientifiques chinois | Slate


Les fans de Retour vers le Futur vont être décus: le voyage dans le temps n’est pas possible. C’est du moins la conclusion d’une étude récente, menée par des physiciens de l’université de science et technologie de Hong Kong, en Chine, que relate Discovery News.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en étudiant les propriétés des photons, ces particules élémentaires composant les ondes (ondes électro-magnétiques, ondes radios, et la lumière). Ils ont découvert que ceux-ci, pris individuellement, ne pouvaient dépasser la vitesse de la lumière, alors que cette théorie explique la plupart des mécanismes fictifs de voyage dans le temps.

La déclaration précise, sur le site de l’université:

«La théorie d’Einstein affirme quela vitesse de la lumière régit le trafic dans l’univers, ou, dans un langage plus simple, que rien ne peut voyager plus rapidement que la lumière. […] L’étude du professeur Du démontre qu’un simple photon, la particule élémentaire de la lumière, obéit aussi à cette loi, tout comme les ondes électromagnétiques classsiques.»

Pour l’expérience, les scientifiques ont dû non seulement générer des photons uniques mais aussi séparer le «précurseur optique», la vague de propagation précédant une impulsion optique.

«Pour ce faire, l’équipe du professeur Du a généré une paire de photons, et passé l’un d’entre eux dans un groupe d’atomes de rubidium refroidis au laser.»

Ils ont alors découvert que le précurseur optique voyageait bien à la vitesse de la lumière dans le vide, mais que la vague principale du photon ne pouvait voyager plus rapidement que la vitesse de la lumière quel que soit l’environnement, et peut même avoir un délai approchant les 500 nanosecondes dans certains environnements qui ralentissent la lumière.

Bien sûr, commente Gawker, il faut garder à l’esprit que l’étude vient d’une université chinoise, pays dont le gouvernement avait fait interdir le thème du voyage dans le temps dans les films et séries chinoises.

«Même si l’on parle de science, les pressions politiques ont peut-être affecté leurs recherches.»

Photo: Zoom sur l’affiche du film Retour vers le Futur, de Robert Zemeckis

Un nouveau phénomène de la chanson révélé par la télévision !


Coree-du-Sud-un-nouveau-phenomene-de-la-chanson-revele-par-la-television_medium.jpgUn nouveau phénomène de la chanson révélé par la télévision !

Un jeune ouvrier sud-coréen, qui participait à une émission de télévision consistant à découvrir de nouveaux talents, est devenu un phénomène planétaire, son interprétation ayant été visionnée par plus de 10 millions d’utilisateurs de YouTube.

Après avoir assuré au jury qu’il ne chantait pas très bien, le jeune homme, qui a raconté auparavant son enfance difficile, a interprété de façon magistrale « Nella Fantasia », chanson composée par Enio Morricone, tirée du film « The Mission ».

Choi Sung-Bong, 21 ans, a tiré des larmes au jurés et au public de l’émission « Korea’s Got Talent », enregistrée début juin.

Le succès du jeune homme, à la voix de baryton, pourrait rappeler celui de l’Ecossaise Susan Boyle, devenue une star planétaire grâce à une émission de télévision.

« J’ai été placé dans un orphelinat à 3 ans…Je me suis enfui à 5 ans, après des mauvais traitements », a-t-il raconté. Le jeune homme a également raconté comment il avait survécu en vendant des chewing-gums et des boissons dans la rue, dormant dans la rue et dans les toilettes publiques pendant dix ans.

Privé d’école et de collège, il finit par s’inscrire dans une école d’art à 16 ans, tout en travaillant pour payer ses études et rêvant de chanter après avoir entendu un interprète dans une boîte de nuit.

« La musique est ma raison de vivre », a affirmé la jeune sensation qui saura le 20 août, après l’émission finale, si son rêve peut devenir réalité.

(AFP/courrier-picard.fr)

Il boit de l’essence depuis 42 ans !


boit de l'essence.jpgIl boit de l’essence depuis 42 ans !

Un Chinois de 71 ans a pris l’étrange habitude de se soigner en buvant… de l’essence. Et ce, depuis plusieurs décennies. De façon surprenante, cela n’a pas altéré sa santé.

Chen Jejun vit seul dans une chaumière sur une colline chinoise, dans la municipalité de Shuijiang, rapporte OddityCentral. Les locaux le connaissent comme étant un tailleur de pierre et un tisseur de bambou, mais aussi et surtout pour son régime médical particulier. L’homme de 71 ans, plutôt svelte, a en effet pour habitude d’ingérer de l’essence pour se soigner, ce qui l’amène à en boire de 3,5 à 4 litres par mois selon ses estimations. Les journalistes du Chongqing Evening News estiment quant à eux que cette quantité répartie sur 42 ans équivaudrait à 1,5 tonne de carburant au total.

Un sirop pour la toux improvisé

Chen Jejun a commencé ce drôle de traitement en 1969. Après une toux sévère et des douleurs dans la poitrine, il a essayé plusieurs médicaments qui n’avaient pas l’air de marcher. Les doyens de son village lui ont alors conseillé de boire du kérosène s’il s’agissait de la tuberculose. C’est ce qu’il a fait : après son premier verre, il a ressenti des douleurs dans l’estomac et s’est couché. À son réveil une heure plus tard, il se sentait beaucoup mieux et a donc continué ce traitement hors du commun. Après des années à boire du kérosène, l’homme a changé pour l’essence parce que son village était passé à l’éclairage électrique et la denrée se faisait rare.

Une santé étonnamment bonne

Lorsque les médecins ont ausculté Chen, celui-ci paraissait en bonne santé en dépit de quelques signes d’emphysème, un mal qui ne semble pas lié à son médicament peu conventionnel. Feng Fu, du Second Hospital associé à l’université de Chongqing, a expliqué que le vieil homme avait dû développer une défense immunitaire contre l’essence, qui l’aurait tué autrement. Il a également ajouté que l’essence pouvait agit comme un anesthésique, mais ne pouvait pas soigner le mal en profondeur.

sxminfo.com

Interactions jus de fruits et médicaments – Doctissimo


Lorsqu’on parle d’interactions, on pense aux effets secondaires liés à la prise concomitante de deux médicaments… mais beaucoup moins aux effets de l’alimentation. Pourtant, les jus de fruits (et en particulier celui de pamplemousse) peuvent entraîner des problèmes avec de nombreuses molécules utilisées en cardiologie, cancérologie, transplantation ou infectiologie.

//

Parce que l’effet de nombreux médicaments peut être altéré par la prise de jus de fruit. L’Afssaps apporte une attention particulière à l’information sur les interactions entre ces médicaments et ces boissons (en particulier le jus de pamplemousse). Elle a ainsi rappelé en octobre 2008 les risques propres à ces interactions1.

Jus de pamplemousse : gare au risque de surdosage avec certains médicaments !

Interactions médicaments jus de fruitsJusqu’à présent, seul le jus de pamplemousse est connu pour interagir fortement avec quelques médicaments. Il ne s’agit pas d’une réduction de l’efficacité de ces médicaments, mais d’une augmentation de la fréquence et de la gravité de leurs effets indésirables, avec un risque d’autant plus important que la marge thérapeutique du médicament concerné est étroite.

L’absorption intestinale de certains médicaments peut être perturbée par certaines substances présentes dans le pamplemousse. Résultat : leur absorption intestinale est augmentée.

Les conséquences sont une majoration des effets indésirables de ces médicaments, équivalant à un surdosage. Les médicaments à risque sont ceux qui ont un index thérapeutique étroit (c’est-à-dire ceux pour lesquels la dose prescrite doit être scrupuleusement suivie, sous peine de s’exposer à des effets indésirables).

Il s’agit de :

  • La simvastatine, et dans une moindre mesure, l’atorvastatine. Pour la simvastatine, la biodisponibilité peut être multipliée d’un facteur 15, ce qui revient à prendre en une fois la dose de deux semaines. Elle double pour l’atorvastatine. Des cas de rhabdomyolyse(grave atteinte musculaire) attribuée à une interaction entre la simvastatine et le jus de pamplemousse, ont été publiés ;

  • Les immunosuppresseurs (tacrolimus, ciclosporine…), avec risque accru de toxicité pour le rein (néphrotoxicité) ;

  • Le cisapride, avec un risque de torsades de pointes(un trouble du rythme cardiaque);

  • Un effet identique sur les dihydropyridines a été démontré. Mais, à l’exception de la lercanidipine, les conséquences de cette prise simultanée de jus de fruits et de cette molécule n’ont pas eu de conséquences cliniques.

  • Quelques autres médicaments (buspirone, carbamazépine) peuvent voir le risque de surdosage augmenté par l’absorption de jus de pamplemousse.

Risque de sous-dosage avec d’autres médicaments

Lors des journées de la société américaine de chimie à Philadelphie 2007, David Bailey a pointé un autre effet potentiel du jus de pamplemousse2. Selon les résultats de son étude, ce jus de fruits inhiberait l’absorption des médicaments contenant de la fexofenadine (un antiallergique). Et le jus de pamplemousse ne serait pas le seul incriminé puisque selon les mêmes auteurs, les jus d’orange et de pomme, à raison de 1200 ml, diminuent l’absorption de la fexofenadine de 28 et 23 %, respectivement. Poursuivant ses travaux3, la même équipe a suggéré que d’autres flavonoïdes contenus dans certains fruits et légumes pourraient être impliqués. Les interactions pourraient durer plus de 2 heures mais moins de 4 heures, indiquant ainsi que les problèmes pourraient être évités en s’attachant à un intervalle de temps suffisant entre les deux prises. Plus inquiétant, ces interactions ne se limiteraient plus à une seule molécule. Selon David Bailey, le jus de pamplemousse diminuerait la biodisponibilité de l’acebutolol, du celiprolol, du talinolol (tous indiqués dans le traitement de l’hypertension), de la fexofenadine, et de la L-thyroxine (indiqué dans les hypothyroïdies) tandis que le jus d’orange aurait les mêmes conséquences pour l’atenolol, le celiprolol (des antihypertenseurs), la ciprofloxacine (un antibiotique de la famille des quinolones de deuxième génération) et la fexofenadine.

Obtenus dans des conditions expérimentales différentes des conditions réelles, quelle est la portée réelle de ces résultats pour le prescripteur ou son patient ? L’interprétation des résultats d’une étude isolée nécessitera une confirmation. Cependant, il apparaît prudent d’éviter la prise concomitante de ces médicaments avec ces jus de fruits (ou au moins d’attendre un délai de 4 heures). Enfin, l’hypothèse émise par David Bailey dans cette étude ne doit pas faire oublier que le risque d’interaction clinique le plus important à prendre en compte avec le jus de pamplemousse reste celui du surdosage avec les médicaments cités précédemment.

David Bême, le 12 avril 2011

1 – Mise au point sur l’interaction médicaments et jus de pamplemousse – Information destinée aux professionnels de santé – octobre 2008 (accessible en ligne)
2 – Bailey DG et al. Naringin is a major and selective clinical inhibitor of organic anion-transporting polypeptide 1A2 (OATP1A2) in grapefruit juice. Clinical Pharmacol Ther 2007;81:495-502.) (abstract accessible en ligne)
3 – Fruit juice inhibition of uptake transport: a new type of food-drug interaction – David Bailey – British Journal of Clinical Pharmacology – Volume 70, Issue 5, pages 645-655, November 2010 – (abstract accessible en ligne)

LA BLONDE ET LE VENTRILOQUE…


images drôles Elle n'attend qu'une chose

Un ventriloque qui fait la tournée des clubs, s’arrête dans une petite ville pour une représentation.

Il commence son show en racontant des blagues sur les blondes, quand une très belle jeune femme blonde se lève et crie :

« J’en ai assez de vos blagues stupides sur les blondes, enfoiré »

Qu’est ce qui vous permet de stéréotyper les femmes de cette façon?

Quel rapport peut avoir la couleur de cheveux d’une personne avec sa personnalité et son âme ?

Ce sont de pauvres gens comme vous qui empêchent des femmes comme moi d’être respectée professionnellement et humainement.

A cause de vous et de vos préjugés les gens continuent de répandre ce genre de légende.

Vous êtes un retardé pathétique et ce que vous faites est non seulement contraire à la loi sur la discrimination de tout pays civilisé mais également extrêmement offensant pour toute personne sensible au respect de l’homme en général.

Vous devriez en mourir de honte.

L’homme commence à bafouiller des excuses quand la blonde l’interrompt:

 » Vous … restez en dehors de ça ! Je parle au petit bâtard qui est assis sur vos genoux »

(merci à DENISE VILLENEUVE pour cette farce)