Pensée du lundi 4 juillet 2011.


« Combien de personnes croient avoir une vocation artistique ! De
plus en plus on voit apparaître des poètes, des peintres, des
sculpteurs, des chanteurs, des musiciens, des danseurs, etc. Mais
est-ce qu’ils ont un haut idéal ? Est-ce qu’ils ont travaillé sur
eux-mêmes ? Non ?… Alors, ils ne donneront rien
d’extraordinaire. Le sculpteur qui n’a pas commencé par se
sculpter lui-même n’est pas un véritable sculpteur. Le peintre
qui n’a pas travaillé sur les couleurs de son aura n’est pas un
peintre. Le musicien qui n’a jamais pensé à accorder son
intellect, son coeur et sa volonté, ne connaît pas encore
l’harmonie.
L’art véritable, c’est d’être d’abord artiste dans ses pensées,
ses sentiments, ses gestes, ses paroles, ses regards… Chaque jour
il y a des expositions, des concerts, des ballets présentés
devant les anges. Sans arrêt ils nous regardent, ils nous
écoutent… Alors, pourquoi tant de gens s’obstinent-ils à vouloir
attirer des spectateurs, des auditeurs, des lecteurs ? S’ils n’y
réussissent pas, ils souffrent, ils se minent, alors que tous les
jours ils ont là un public angélique qui attend de pouvoir
admirer leurs oeuvres. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Faut-il être nécessairement vertueux pour être reconnu comme victime ? | Rue89


Par Francois Durpaire | Universitaire | 02/07/2011 | 14H23

L ‘ « affaire DSK » est, depuis le 1er juillet, entrée dans une zone grise. La confusion est née, dans l’esprit du public, de la collusion entre une victime discréditée (suite aux révélations du New York Times) et un accusé sur lequel continue à peser les mêmes – très lourdes – charges.

C’est qu’en droit américain, un mauvais « témoin » peut être néanmoins reconnu comme « victime ».

Car vous pouvez avoir menti pour entrer dans un pays, comme cela semble avoir été le cas de Nafissatou Diallo, et avoir réellement subi une agression.

Car vous pouvez entretenir des relations avec des délinquants, comme cela semble être le cas de Nafissatou Diallo, et être bien la victime d’un viol.

Car vous pouvez même avoir cherché à profiter financièrement d’une odieuse agression – c’est ce que laisserait penser un appel téléphonique passé au lendemain des faits – et avoir réellement subi cette agression.

Cette série de questions en amène une, plus fondamentale, qui touche au fonctionnement de l’institution judiciaire américaine.

Faut-il être nécessairement vertueux pour être reconnu comme victime ?

A l’inverse, si l’on s’intéresse au cas de DSK, ne faut-il pas aussi souligner que ne pas être vertueux ne suffit pas à faire de vous un coupable ?

C’est qu’une justice réellement juste ne doit pas juger la probité morale des individus, mais seulement des faits.

Juger sans parti pris, c’est savoir que toutes les victimes ne sont pas nécessaierement des saints, et qu’un délinquant même doit pouvoir être reconnu comme victime. Oui, une prostituée peut avoir été violée…

En revanche, ce qui pose problème au procureur, dans l’« affaire DSK », ce sont les mensonges de la présumée victime sur le déroulé des événements, sur ce qui s’est passé ce 14 mai 2011. Ce sont les mensonges devant le Grand Jury.

D’où la décision du juge, hier, d’abandonner la surveillance de Dominique Strauss Kahn (la « libération sur parole »).

Une dernière question se pose alors : le procureur a-t-il suffisamment de preuves hors le témoignage discrédité de Nafissatou Diallo (traces ADN, photos du corps éventuellement meurtri de la présumé victime, autres témoignages…) ?

Si tel n’était pas le cas, Cyrus Vance Jr. n’irait pas au devant d’un procès qu’il saurait ne pas pouvoir être gagné. Car au-delà de l’innocence ou de la culpabilité réelle de DSK, la question est bien celle de la capacité d’un procureur à pouvoir obtenir un verdict de culpabilité de la part d’un jury populaire (et « au-delà de tout doute raisonnable »).

S’il sait ne pas pouvoir y arriver, après avoir lâché Nafissatou Diallo comme « témoin », le procureur finira très certainement par l’abandonner en tant que « victime »…

En Ouganda, mieux vaut se marier deux fois | Slate Afrique


Le mariage est-il un acte de foi ou bien une simple formalité administrative? C’est la question qui divise en Ouganda (pays anglophone d’Afrique de l’Est) depuis que le gouvernement a rappelé que tous les mariages célébrés dans des églises «non enregistrées» sont caducs, rapportait BBC News le 29 juin 2011.

La bombe a été lancée par un agent de l’état civil, Kyomuhendo Besereko, lors d’une formation sur «le mariage et sa conformité avec la loi» destinée à des leaders religieux du centre du pays, indique la plateforme d’information ougandaise Weinformers.net. Les mariages ne sont reconnus par la loi que lorsque le sacrement a été célébré dans des églises enregistrées devant le ministère du Culte.

Puisque le mariage civil n’est pas obligatoire en Ouganda, une union célébrée dans des lieux de culte illégaux est tout simplement inexistante.

Dans ce pays à majorité chrétienne, ce sont en priorité les églises évangéliques de la «Nouvelle naissance» qui sont touchées, soit plusieurs centaines de lieux de culte dans le pays. L’évêque Grabe Illukol, qui officie dans la région de Tororo (est de l’Ouganda) a par exemple «célébré 604 mariages en 4 décennies dans son église».

C’est pourquoi les pasteurs défendent leurs sacrements:

«Il n’y a rien de caduque –il n’est question de caducité que dans la mesure où la loi est invoquée— mais dès lors que la Bible est concernée, le mariage a eu lieu», rappelle le pasteur Joseph Serwadda, président de l’église de la Nouvelle naissance en Ouganda. Pour lui, «le mariage est une chasse-gardée de l’église».

De son côté, Juliet Luggya, une fonctionnaire chargée de l’état civil, rappelle sur BBC News:

«le mariage est une cérémonie administrative, parce qu’il touche au couple et affecte aussi les enfants qui naissent de cette union, de même que les propriétés acquises par le couple et tout ce qui dépend de lui».

 Kyomuhendo Besereko estime que les pasteurs officiant dans ces églises risquent des poursuites. Juliet Luggya, de son côté, conseille vivement aux mariés de réitérer leurs vœux. Pour le meilleur et pour le pire.

Lu sur BBC News, Weinformers.net

Aimer au-delà de cette compréhension…Tous ceux qui passent et qui blessent.


Aimer au-delà de cette compréhension…Tous ceux qui passent et qui blessent.

Je descends ma magnifiScience en moi.

J’élève mon Père/Mère créateur sur un trône et je me fusionne à eux dans cette élévation de l’Esprit qui suit.

Je Suis l’Enfant dormant à l’intérieur de vos Cœurs. Réveillez-moi!

Je Vous chanterai sur un air enjoué, tout ce qui rime avec LIBERTÉ de l’UNITÉ.

Je placerai tous ces mots dans un grand cerf volant pour que la semence de la parole soit bénie et aimée.

Que toute grâce soit bénéfique en chacun, parfaite et en harmonie avec le rythme divin.

Que toute grâce soit ce saut quantique et égal de l’humain vers son Divin.

Que la plénitude de nos âmes se retrouve  dans cet éthernité de  grâce parfaite.

En l’an de grâce d’aujourd’hui, un mouvement céleste s’est mis à danser et à tournoyer dans cette sphère appelée Univers. Ce mouvement  se veut une relation relationnelle avec l’Éthernel Source d’Amour, enclenché par la Matrice Première en ce jour d’hier. Le tournoiement d’une aiguille sur l’horloge du temps s’est retrouvé accéléré par une fantastique vibration de l’Enfant pour l’homme de ce temps.

Le Divin s’est retrouvé propulser au-delà de tout Continent.

Ce  bien-aimé regard sur l’Umanité a fait tournoyer les aiguilles plus vitement en annonciation de milles et une  promesses d’amour.

L’amour est bien au-delà de toute compréhension humaine.

Aimer au-delà de cette compréhension…Tous ceux qui passent et qui blessent.

Aimer tout ce qui nous semble imperfection.
Aimer la Vie dans tout ce qui ES de vivant et de vibrant.
Aimer, c’est le  Cadeau que vous donnez à votre Enfant intérieur.

Il  nous a été donné par la Source Première, celle du Père/Mère notre Créateur.

Je Nous Aime tendrement.

Mãrry Emanũel au Cœur de Michaël Mãrry

http://www.emanuelachinox.com   http://www.avemarrya.com  http://www.liberte13.com

Au Kenya, le lait de chamelle fait un tabac | Slate Afrique


Depuis Cléopâtre, reine d’Egypte, qui selon la légende prenait des bains de lait de chamelle, le liquide avait perdu de son aura. C’était sans compter sur le réchauffement climatique, qui remet ces mammifères et surtout leur lait au goût du jour. Au Kenya, dans la région d’Isiolo, au centre du pays, des pasteurs Somalis et Boranas troquent leurs vaches contre des chamelles.

«Les chameaux sont mieux que les vaches car ils peuvent survivre aux sécheresses […] et je peux ainsi continuer à gagner de l’argent pendant la saison sèche», explique à Radio Netherlands Worldwide Africa Halima Hussein, une femme pasteur.

La région est de l’Afrique connaît en effet depuis quelques années des sècheresses à répétition qui réduisent la production de lait des vaches.

«Je vais vendre certaines de mes vaches pour acheter des veaux», poursuit Halima Hussein.

Halima et 63 autres femmes sont membres d’une coopérative à Isiolo, qui produit chaque jour entre 3.000 et 5.000 litres de lait non pasteurisé. Le breuvage est destiné au quartier majoritairement somali de Nairobi, Eastleigh.

Et ce n’est qu’un début. L’Agence néerlandaise de développement (SNV) a récemment soutenu la création d’un bar à lait de chamelle à Isiolo. Une façon de faire connaître le goût salé et amer de ce lait:

«Les circonstances obligent les gens à changer et des populations de tradition non couchite envisagent de recourir au chameau, tirant ainsi les leçons des sécheresses et des famines dans la région», précise au Mail & Guardian Daniel Muggi, fonctionnaire du ministère de l’Agriculture chargé de l’élevage à Isiolo.

Car le lait de chamelle a un fort potentiel de développement économique. Selon le site de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), il est moins gras et plus vitaminé que le lait de vache. En outre, il existe déjà une entreprise, Vital Camel Milk, spécialisée dans les produits alimentaires à base de lait de chamelle, qui les commercialise dans les supermarchés kényans mais aussi sud-africains, arabes et sud-américains.

«Il existe déjà une forte demande de lait de chamelle dans les pays développés», explique le fondateur de l’entreprise, l’Allemand Holger Marbac.

Lu sur Radio Netherlads Worldwide Africa, Mail & Guardian

Le cheval du roi


Le cheval du roi

 Boutchou était un village très réputé dans l’élevage des chevaux et à juste titre. Le roi de ce village avait un cheval au pelage blanc qu’il aimait beaucoup et qu’il a surnommé  » Gérèse « . Un jour, pour montrer publiquement l’importance de l’amour qu’il avait pour ce cheval, il convoqua tout le village et au cours de la séance, il déclara : – Peuple de Madoungou – Boutchou, écoutez-moi ! Je suis votre Roi et Gérèse est mon Cheval bien aimé. Je veux qu’il soit aimé de tous et malheur à celui qui oserait un jour m’annoncer sa mort. La séance prise sur cette déclaration du puissant monarque et Gérèse fut comme d’habitude conduit au pâturage. Mais un grand malheur arriva. Le Cheval fut mordu par un serpent et tomba mortellement blessé. Qui assumerait la lourde responsabilité d’aller annoncer à sa majesté cette mauvaise nouvelle ? Personne n’osa. Seul Vouzou l’un des sages de la cour royale qui maîtrisait très bien l’art de la rhétorique décida d’aller parler au Roi. Il demanda d’abord une audience et fut reçu. Il déclara : – Majesté, vous êtes vénéré et adoré parmi tous les rois car vous êtes le plus puissant et le plus intelligent. Grâce à vous et à votre amour des chevaux, notre village est prospère. Le Roi répliqua : – Vouzou, j’aime beaucoup quand tu me visites car tu me dis toujours des choses intéressantes. – Votre majesté, répondit Vouzou, il y a un détail que j’aimerais souligner. Il s’agit de votre cheval. Ce matin, je l’ai vu dans un état inhabituel. – Et dans quel état ? rétorqua le Roi – Il était couché dans l’herbe, les yeux grandement ouverts, les quatre pattes dégagées vers le ciel. Il était plus gros que d’habitude et en plus son parfum attirait les mouches. Sa majesté réfléchit un instant un instant et dit : – Vouzou, d’après ce que je comprends, Gérèse mon cheval bien aimé est mort. – Votre majesté, je n’ai jamais dit que Gérèse était mort, c’est vous-même qui avez fait ce diagnostic. Le Roi donna raison à Vouzou et au lieu d’être châtié, il fut promu au poste de vice-Roi.  A compter de ce jour, tout le village retint la leçon selon laquelle qui ne risque rien n’a rien.

Mots-clés:COSMOSCONTE

Ma Planète

Virée de sa paroisse à cause d’une pub trop sexuelle


Virée de sa paroisse à cause d'une pub trop sexuelle (vidéo).jpgVirée de sa paroisse à cause d’une pub trop sexuelle

Pas la peine de discuter du bon goût de cette publicité autour de l’érection, l’Eglise australienne a de son côté déjà tiré ses propres conclusions sur la chose. Et l’Australienne Libby Ashby l’a appris à ses dépens. Cette paroissienne a été mise à la porte de son église pour avoir participé à une publicité contre les dysfonctionnements érectiles.

« Je te fais la courte échelle, chérie »

Dans la réclame, elle incarne une épouse ne parvenant pas à attraper un bocal de cookies dans sa cuisine. Devant cet obstacle, elle fait appel à son mari. Ce dernier, au lieu de profiter de sa taille élancée pour prendre l’objet de ses désirs, ouvre son peignoir, proposant à sa femme de se servir de l’atout taille d’une autre partie de son corps comme escabeau. Avec un oeil lubrique, et une stupéfaction marquée de la part de l’épouse en voyant le corps nu de son mari, histoire de faire bien imprimer le message lié à l’érection aboutie. On ne vous fait pas un dessin.

Mais c’est là que le bât blesse. Point d’image, certes, mais beaucoup de suggestion. Déplacé, selon l’Eglise. « Je ne suis plus la bienvenue dans ma paroisse tant que le spot publicitaire est diffusé », explique la dame actrice d’un jour dans ladite publicité et qui ajoute « ma Visa me suppliait de le faire ».

L’art et la manière

Libby Ashby, mère célibataire, trouve que l’Eglise est montée trop vite au créneau. Elle reconnaît que la réclame n’est pas du meilleur goût, certes, mais avait davantage besoin de renflouer ses comptes que de faire la fine bouche. « Oui, cela allait à l’encontre de mes convictions personnelles, je ne voulais pas choquer les esprits », précise-t-elle.

La paroissienne « remerciée » ne souhaite pas communiquer le nom de la communauté chrétienne dont elle fait – faisait – partie. Selon elle, la Bible est pourtant, elle aussi, explicite quant au sexe. « La Sainte Bible parle ouvertement de sexe, mais d’une honorable manière. Effectivement, cette publicité n’est pas des plus honorables. Et elle a offensé certaines personnes ».

Mea culpa de la dame, donc, pour une publicité dont vous jugerez par vous-mêmes si elle devait engendrer une telle sanction.

(prdg)

7sur7

L’orgie de la famille royale danoise !


L'orgie de la famille royale danoise.jpgL’orgie de la famille royale danoise !

Une rétrospective consacrée au duo d’artistes danois Surrend prévue ce mois-ci à Aarhus a finalement été annulée en raison d’une affiche dépeignant la famille royale danoise en pleine scène d’orgie, avec chérubins et même mouton. L’exposition consacrée à la paire constituée de Jan Egesborg et Pia Bertelsen devait commencer le 13 octobre.

« Nous nous étions mis d’accord sur une expo rétrospective, mais quand Surrend a annoncé qu’elle comprendrait une toute nouvelle affiche montrant les membres de la famille royale danoise dans une scène pornographique, cela allait à l’encontre de notre accord », a déclaré Thomas Bloch Ravn, directeur du musée de plein air Den Gamle By, qui abrite le Poster Museum en son sein. « Il s’est avéré que je ne pouvais pas leur faire confiance et donc j’ai décidé que c’était mieux de ne pas collaborer avec eux », a-t-il ajouté.

Censure?

« C’est un cas évident de censure », a réagi l’artiste et professeur Jan Egesborg. « Le Danemark prétend encourager la liberté d’expression et soutient la publication d’une caricature blessant des millions de musulmans, mais lorsqu’il s’agit de sa propre famille royale, alors, c’est une autre histoire », a-t-il commenté.

Thomas Bloch Ravn a contesté toute censure en indiquant que la direction d’un musée avait un rôle similaire à celui d’un rédacteur en chef au sein d’un média, amené à choisir ce qui sera publié ou non.

Le directeur du Poster Museum, Peder Stougaard, a indiqué son désaccord avec Thomas Bloch Ravn concernant l’annulation de l’exposition, mais a précisé qu’il n’aurait pas exposé l’image controversée.

Le duo Surrend, connu pour ses affiches, stickers et autres fausses publicités, avait déjà fait parler de lui pour une affiche montrant la famille royale danoise décapitée à côté d’une guillotine.

(7sur7.)

Des cellules souches du nez pour restaurer la mémoire


cellules soche 2.jpgDes cellules souches du nez pour restaurer la mémoire

La greffe de cellules souches nasales a permis à des souris rendues amnésiques deretrouver la mémoire.

Quatre équipes de recherche basées à Marseille et Montpellier (en association avec le CNRS) ont mené une étude préclinique originale : elles ont analysé les effets d’une transplantation de cellules souches olfactives humaines dans le cerveau ou le liquide céphalo-rachidien de souris rendues amnésiques. Quatre semaines après la greffe, des tests comportementaux ont montré que les souris transplantées avaient retrouvé leurs capacités à apprendre et à mémoriser l’emplacement d’un objet ou l’association d’une récompense avec une odeur.

Les animaux greffés ont réalisé des scores similaires à ceux observés chez les animaux non lésés tandis que les souris lésées et non greffées demeuraient incapables de réaliser ces tâches d’apprentissage et de mémorisation. Par ailleurs, ces résultats, publiés dans The Journal of Clinical Investigation, ont été confirmés par l’analyse des tissus : les cellules souches nasales humaines se sont implantées dans les zones lésées et se sont différenciées en neurones.

L’utilisation de cellules souches nasales présente de nombreux avantages : elles sont faciles à prélever et à cultiver. De plus, chaque individu peut être son propre donneur, ce qui élimine tout risque de rejet immunitaire tout en garantissant un accès immédiat à ces cellules.

A plus long terme, cette étude pourrait ouvrir la voie à un essai clinique basé sur la greffe de cellules souches nasales chez des patients souffrant d’une amnésie consécutives à un accident ou à une interruption de la circulation cérébrale. D’autres recherches sont également consacrées à l’utilisation des cellules souches nasales. Ainsi, récemment une équipe australienne avait réussi à rétablirl’audition de sourispar une greffe similaire.

cellules souches.jpg

J.I.

sciencesetavenir.fr