La consommation de cannabis stable en France, la cocaïne progresse


Un plan de marijuana (Photo Luis Robayo/AFP/Archives)

Mercredi 29 juin 2011, 11h49
Le cannabis reste de loin la drogue la plus consommée en France, où 13,4 millions de personnes en ont déjà fumé, et son usage demeure relativement stable, tandis que la cocaïne continue de progresser, selon le baromètre santé 2010 rendu public mercredi.

« Parmi les drogues illicites, le cannabis reste de très loin la substance la plus consommée, avec 13,4 millions de personnes à l?avoir déjà essayé », écrivent l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), qui publient cette enquête.

En 2010, un tiers (33%) des adultes de 18 à 64 ans avaient fumé du cannabis au moins une fois dans leur vie en France, contre 29% en 2005, d’après ce sondage mené auprès de 27.653 personnes d’octobre 2009 à juillet 2010.

Si le nombre d' »expérimentateurs » a augmenté d’un million de personnes entre 2005 et 2010, cette hausse est toutefois « mécanique », affirme l’étude, qui l’explique par « un effet de +stock+ des générations anciennes de fumeurs ».

De son côté, la consommation, à ses différents degrés, reste stable.

« En 2010 tout comme en 2005 la part des personnes ayant consommé du cannabis dans l’année se situe autour de 8% et ce nombre est de 4% pour celles qui en ont consommé au cours du mois », selon l’enquête.

En France, le nombre de fumeurs réguliers (plus de dix fois par mois) s’établit à 1,2 million de personnes.

Les jeunes générations restent les plus forts consommateurs: 18% des garçons et 9% des filles de 18-25 ans sont des usagers récents (au cours du dernier mois).

La consommation de cocaïne, deuxième produit illicite le plus consommé, touche environ dix fois moins de personnes que le cannabis, mais son expérimentation et son usage sont en « augmentation significative », selon l’enquête.

Un hausse « traduisant la démocratisation d?un produit autrefois circonscrit à des catégories aisées et qui touche, depuis quelques années, des sphères de plus en plus larges de la société », note l’enquête.

Quelque 3,8% des 18-64 ans avaient expérimenté la cocaïne en 2010, contre 0,8% seulement en 1992 et 2,5% en 2005. Leur nombre a été plus que multiplié par trois en deux décennies.

L’usage de cocaïne au cours de l’année se situe pour sa part à 0,9% des 18-64 ans. Les 18-25 ans sont les plus concernés (2,5% d’entre eux).

L?usage actuel comme l?expérimentation de cocaïne concerne environ trois fois plus les hommes que les femmes.

Cette enquête a enfin permis de constater « une légère hausse de l’expérimentation d’héroïne », de 0,9% des 18-64 ans en 2005 à 1,2% en 2010, « ainsi qu’une légère hausse des champignons hallucinogènes, alors qu’au contraire l’usage d’exctasy apparaît en recul ».

Les chiffres fournis par ce baromètre sont sensibles, les pouvoirs publics ayant lourdement investi ces dernières années dans la lutte contre le cannabis.

La France conserve une des législations les plus répressives d’Europe alors que le niveau de consommation est l’un des plus importants.

De son côté, un groupe de députés de gauche, emmené par l’ancien ministre de l’Intérieur, Daniel Vaillant, a préconisé mi-juin une « légalisation contrôlée du cannabis », avec pour « premier objectif de faire baisser la consommation et les risques qu’elle engendre ».

Toutefois, près de six Français sur dix (58%) sont opposés à une dépénalisation du cannabis, selon un récent sondage.

Un rapport parlementaire devant être publié ce mercredi rejette également la dépénalisation, qualifiée d' »impasse éthique et juridique ».

Auteur : samychaiban

Licencié ès lettres modernes de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III, je donne des leçons particulières en langue et littérature françaises, je prépare au Bac français et je compose des notes de recherches ou des memoires pour les étudiants des Universités francophones. Contactez-moi au 96170928822 ou au 9614923322 Né le 26 octobre 1947 , à Beyrouth ( Liban ) , j’ai passé ma jeunesse au Sénégal où j’ai vécu de 1951 à 1962.J’y ai fait mes études primaires et complémentaires chez les Pères Maristes à Hann ( Dakar ).Doté de mon BEPC en 1962, je suis retourné au Liban avec mes parents.J’ai fait mes études secondaires chez les Frères Maristes à Jounieh puis à Champville et ma Terminale A au Lycée Franco-Libanais à Beyrouth.J’ai eu ma « Licence ès lettres modernes » de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III.J’ai enseigné la langue et la littérature françaises de 1962 à 2006,dans différents établissements scolaires tout en ayant comme point d’attache « Saint Joseph School »,Cornet Chahwan. J’ai pris ma retraite en 2006 pour des raisons personnelles. Je suis marié et père de famille.Je suis poète à mes moments perdus,romantique et fidèle à mes amitiés.Je suis AMOUREUX FOU DU LIBAN .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s