Chocolats du pharmacien Herouard (Réclame parue en 1868). Histoire France, Patrimoine, Ancêtres


(Réclame parue en 1868)

Publié le samedi 14 mai 2011, par LA RÉDACTION

En 1868, le pharmacien Herouard, de l’Ecole de Paris et installé rue Grande à Évreux, vante les produits de sa fabrique de chocolats : de santé, à la vanille, praliné, antiphlogistique, pectoral au lichen, ferrugineux, vermifuge. Il signale l’acquisition d’une nouvelle broyeuse que rendait nécessaire le nombre croissant de ventes et qui figure au centre de l’encart publicitaire.

Réclame parue en 1868

Au XIXe siècle l’usage, pour les pharmaciens, de vendre du chocolat, était répandu. A cette époque, ce produit appartenait encore pour partie au domaine thérapeutique.

Légende : « La médaille que le CHOCOLAT HEROUARD a obtenue à l’Exposition régionale de Rouen (1859) vient témoigner hautement du soin apporté dans le choix des cacaos comme dans la fabrication de ce chocolat, garanti pur, où il n’existe ni farine, ni fécule d’aucune sorte. C’est là une condition à laquelle doivent tenir les consommateurs, s’ils ne veulent payer la farine du chocolat. Quoi qu’en soit le bon marché, c’est toujours trop cher.

« Une nouvelle broyeuse vient d’être ajoutée à l’établissement pour répondre à la vente toujours croissante de ce chocolat, dont la bonne qualité est de plus en plus appréciée du public. Il faut n’accorder de confiance qu’au chocolat portant le nom Herouard. »

Auteur : samichaiban

Licencié ès lettres modernes de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III, je donne des leçons particulières en langue et littérature françaises, je prépare au Bac français et je compose des notes de recherches ou des memoires pour les étudiants des Universités francophones. Contactez-moi au 9613150447 ou au 9614923322 Né le 26 octobre 1947 , à Beyrouth ( Liban ) , j’ai passé ma jeunesse au Sénégal où j’ai vécu de 1951 à 1962.J’y ai fait mes études primaires et complémentaires chez les Pères Maristes à Hann ( Dakar ).Doté de mon BEPC en 1962, je suis retourné au Liban avec mes parents.J’ai fait mes études secondaires chez les Frères Maristes à Jounieh puis à Champville et ma Terminale A au Lycée Franco-Libanais à Beyrouth.J’ai eu ma « Licence ès lettres modernes » de « l’Ecole Supérieure des Lettres de Beyrouth » , faculté française dont les diplômes sont dispensés par l’Université Lyon III.J’ai enseigné la langue et la littérature françaises de 1962 à 2006,dans différents établissements scolaires tout en ayant comme point d’attache « Saint Joseph School »,Cornet Chahwan. J’ai pris ma retraite en 2006 pour des raisons personnelles. Je suis marié et père de famille.Je suis poète à mes moments perdus,romantique et fidèle à mes amitiés.Je suis AMOUREUX FOU DU LIBAN .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s